Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art Peinture Musique - Page 3

  • Moïse en version originale - Thomas Römer

    Une des premières questions que l’on se pose en lisant la Bible c’est : Qui l’a écrit, cela est-il historique ? 

    Pour la Genèse très bien Darwin est passé par là mais pour le reste, tenez par exemple Moïse, qui était-il ?  Il a fait l’objet de tableaux, de fresques, de sculptures, célébré comme défenseur des opprimés mais était il un prophète, un libérateur de son peuple ou seulement un homme sectaire et violent ?

    moise.jpg

    Celui de Michel - Ange

    Pour cela voilà un essai de Thomas Römer, sans doute le meilleur spécialiste de l’aventure de l’Exode et de Moïse son personnage emblématique.

    Il est le bibliste qui  nous conduit vers la lecture érudite et détaillée des textes. Il enrichit le propos de moults apports philosophiques (Freud et son Moïse) historiques, archéologiques.

    poussin.jpg

    Moïse sauvé des eaux - Nicolas Poussin - Musée du Louvre

    Les croyances et les récits antérieurs au monde hébreu viennent éclairer le personnage. Sous le nom de Moïse se cachent sans doute de multiples plumes, entrecroisées, parfois redondantes, j’avais souvent été agacée par ces versets répétitifs mais surtout interrogative devant des versets totalement contradictoires mais sans vraiment en comprendre la raison.

    passage de la mer rouge.jpg

    Passage de la mer rouge Duomo de San Gimignano

    L’apport de Thomas Römer est déterminant, on voit à travers son livre se construire un mythe, une construction collective s’appuyant sur des traditions car la Bible et l’Exode en particulier « n’a pas été mise par écrit d’un seul trait; elle est le résultat de nombreuses relectures et de compilations de documents qui étaient à l’origine indépendants les uns des autres »

    J’ai à sa suite et grâce à son éclairage lu et relu le livre de l’Exode qui raconte la première célébration de la Pâque, la fameuse traversée de la mer Rouge et surtout l’Alliance d’un peuple avec son Dieu.

    C’est fascinant de suivre la recherche du bibliste, son interprétation, ses doutes, ses remises en question, bref à l’opposé des dogmatismes religieux et des intransigeances dangereuses.

    Cosimo Rosselli.jpg

    Passage de la mer rouge Cosimo Rosselli Chapelle Sixtine

    Si comme moi vous avez en tête la scène du film avec Charlton Heston c’est le moment de remiser vos images au placard et de vous plonger dans ce livre riche et stimulant intellectuellement qui demande un peu d’attention mais qui vous fait entrer dans le monde des hébreux armé pour en comprendre les particularités.

    J'avais déjà fait connaissance avec Moïse grâce à Jean Christophe Attias

    9782227488373FS.gif

    Le Livre

    Moïse en version originale - Thomas Römer - Editions Labor et Fides

  • Le Louvre insolent - Cécile Baron et François Ferrier

    Ce qui est bien quand on fouille dans une librairie c’est qu’on tombe parfois sur un livre qui nous enchante alors que jamais oh grand jamais on n’aurait pensé l’acheter.

    J’ai déjà fait ici des balades dans les musées mais des balades très bon chic bon genre, là je vous propose de l’irrévérence, de l’insolence, de l’humour, du rire, du grotesque.  Mais qu’est-ce que j’ai passé un bon moment ! 

    louvre.jpg

    Le Louvre, trois séries de tableaux de trois écoles de peinture : les nordiques, l’école française, et les écoles italiennes et espagnoles.

    Une double page par tableau avec la reproduction du tableau et parfois un zoom sur un détail, un petit encart explicatif très sérieux et surtout surtout un commentaire décalé, insolent, méchant, drôle.

    Parce que ces tableaux ce sont des nanars, terme qui désigne à la fois le navet, l’ennuyeux, le raté.

    Je vous préviens ça décoiffe car chaque tableau est sous-titré et là y a de la joie : Coquillage et crustacés, la Croisière s’amuse, Covoiturage, Désaccord parfait .....On n’est pas dans le livre d’art classique. 
    Parce que dans un musée aussi magnifique et grandiose soit-il, il y a aussi des oeuvres ..euh..moins réussies.

    Je vais vous donner quelques exemples parmi mes favoris, pas trop pour ne pas déflorer le plaisir de lecture de ce livre.

    tenez la tête de Saint Jérôme dans le tableau de Jan Cornelisz Verheyen sous titré Gym Tonic

    96372.jpg

    « Ce tableau est un OPNI objet pictural non identifié (..) Non content de l’avoir rendu hydrocéphale le peintre a cru bon de le doté d’un corps bodybuildé » 

     

    Ou ce portrait d’Henri IV par Toussaint Dubreuil, sous-titré Défilé printemps-été

    Henry_IV_en_Herculeus_terrassant_l_Hydre_de_Lerne_cad_La_ligue_Catholique_Atelier_Toussaint_Dubreuil_circa_1600.jpg

    où notre bon roi « loin d’incarner Hercule, ressemble fort à un transformiste tout droit sorti de chez Michou »

    Enfin Saint François d’Assise de Giotto (eh oui ) sous titré Volare et qui fait dire aux commentateurs 

    Giotto-stigmates.jpg

    « Tiens, il faisait déjà du cerf-volant à la fin du XIIIe siècle ? Pourquoi avoir déguisé le Christ en énorme poulet transgénique à six ailes ? »

    Redevenons un peu sérieux, c’est une belle et joyeuse leçon d’observation d’une oeuvre, apprendre à ne rien prendre pour argent comptant, s’interroger sur les ratages, sur les positions incongrues, les couleurs effrayantes, les détails ahurissants, repérer les déséquilibres du tableau, ses anomalies. Il y a parfois et c’est extrêmement drôle les avis de critiques de l’époque ! Sidérant de flagornerie ou d’imbécilité pour certains.  Il y a aussi bien sûr des informations tout à fait précises sur le tableau, sa provenance, son histoire.

    Mine de rien on prend une leçon et comme à tout bon écolier il faut une récompense les auteurs nous proposent une oeuvre « A voir absolument » nettement plus réussie du même peintre ou de la même école histoire de voir bien la différence et de ne pas mourir idiot. 

    Vous voilà déculpabilisé et vous allez enfin oser dire qu’une oeuvre est ...moche 

    Comme c’est un livre sérieux malgré tout vous trouverez les plans des salles du Louvre où vous pourrez admirer ces oeuvres. Je parie qu’elles vont faire un tabac.

    Le livre a une belle présentation, une jolie typographie, des couleurs bien claquantes. J’ai énormément aimé cette façon décalée de nous ouvrir à l’art, on en redemande.

    A offrir à un ado rebelle à l’art, à un amateur qui croit que les critiques officielles sont paroles d’Evangile, à la famille Le Quesnois en déplacement au musée.

    9791095772002FS.gif

    Le livre : Le Louvre insolent - Cécile Baron et François Ferrier - Editions Anamosa

  • Fra Angelico - Timothy Verdon

    Noël réserve parfois des surprises magnifiques.

    Il y a quelques temps j’ai lu un petit livre sur Fra Angelico qui m’a beaucoup plu mais bien sûr j’ai regretté son format qui ne permettait pas de profiter des oeuvres, je sais je sais le web est là mais c’est un peu frustrant.

    IMG_0414.JPG

    De l’un à l’autre 

    Le Père Noël a du comprendre car il m’a envoyé un somptueux livre, il est beau, magnifique, les reproductions sont extraordinaires de qualité, le texte d’une érudition qui me confond.

    J’ai commencé ma lecture, mais je ne sais pas si le mot lecture est le bon car je passe sans arrêt du texte à l’image, de l’image au texte, je me gave de sensation et j’emplie ma tête de remarques savantes sur les intentions du peintre, sur l’art religieux de l’époque et sur les références aux textes sacrés : Bible et Evangiles

    MuseeFraAngelico_450.jpg

    Noli me tangere  Couvent San Marco

     

    J’ai tous les musées du monde sous la main, ceux que je connais et que je retrouve avec joie, et ceux lointains que je découvre, en particulier la chapelle Nicoline du Vatican.

    Le Couvent San Marco est certainement mon souvenir de Florence le plus fort alors ici je peux me balader de cellule en cellule, profiter de la lumière et des couleurs.

    Je ne vais pas assez souvent au Louvre à mon gré mais chaque fois j’ai fais une petite station devant le Couronnement de la Vierge, je m’assois et je me gave de beauté.

     

    louvre-couronnement-vierge_0.jpg

    « des bleus, des verts et des rouges éclatants qui se détachent sur des fonds d’or et qui ont une valeur essentiellement spirituelle»

    Si je vous dis que le texte est parfait je me rends compte que l’auteur est non seulement historien d’art et directeur de musée mais également théologien, ceci explique cela car je suis passionnée par le contexte religieux qui a présidé à l’oeuvre de Fra Angelico. Chaque grande partie est annoncée à grand renfort de trompettes des anges, et l’on passe d’un thème de la lumière à celui de l’humanisme porté par la musique céleste.
    Aucun jargon de spécialiste ici mais une clarté qui s’allie très bien à la lumière des oeuvres.

    fra-angelico-par-timothy-verdon_5480472.jpg

    Je sais que certains n’aiment pas cette peinture, trop clinquante, trop pleine de dorures.  A ceux là je réponds que ce n’est pas l’or de la richesse, c’est l’or de la magnificence d’un homme profondément croyant et qui tente de transmettre une part de sa foi par ses peintures lui qui ne touchait pas un pinceau sans avoir fait une prière.

    550px-ANGELICO,_Fra_Annunciation,_1437-46_(2236990916).jpg

    L'Annonciation du Couvent San Marco

    Si vous avez un ami, un proche passionné de peinture, cassez votre tirelire et faites lui ce somptueux cadeau

    Croyez que je remercie le Père Noël rien qu’en regardant la couverture de ce livre qui trône sur ma table depuis plusieurs jours.

    9782330055899.jpg

     

    Le livre : Fra Angelico - Timothy Verdon - Traduit par Anne Guglielmetti Editions Imprimerie Nationale

  • L'Apocalypse selon Dürer - Alberto Manguel

    Mon souvenir le plus ancien de l’Apocalypse ce fut un film de Vincente Minelli  avec Glenn Ford, Charles Boyer, Ingrid Thulin et Lee J Cobb qui raconte la montée du nazisme et la lutte contre le mal qui prend le visage de Karl Boehm.

     

     

    Je n’ai jamais lu cette partie de la Bible sauf quelques extraits ici ou là mais par contre je me suis intéressée il y a longtemps aux seize gravures de l’Apocalypse réalisées par Albrecht Dürer. Ce sont des dessins qui impressionnent et qui furent son premier chef d’oeuvre qu’il n’était pas certain de vendre car il n’avait pas de commanditaire.

    Elles fourmillent tellement de détails que c’est mission impossible de les mémoriser.

    J’aime particulièrement Dürer  ses dessins, estampes, aquarelles mais l’Apocalypse si marquante ne faisait pas partie de mes préférés faute de comprendre bien le contenu et l’interprétation que l’on peut en faire.

     

    apokalypse.gif

    La plus célèbre (un clic pour la voir en grand) 

     

    Et c’est là qu’intervient le passeur idéal : Alberto Manguel.

     

    Chez un éditeur peu connu il publie un petit opuscule sur ces seize gravures. Comme à son habitude il le fait avec simplicité, les petits textes qui accompagnent chaque gravure sont courts, clairs et entraînent le lecteur à la fois en un voyage géographique mais surtout littéraire et philosophique. On plonge dans la Bible allègrement, on fait un pas chez les philosophes de l’antiquité, impossible pour Manguel de ne pas être par la même occasion passeur de livres.

     

    Manguel vient souffler le sens à l’oreille du lecteur qui fait retour à l’image et puis à nouveau au texte. Cette conversation est passionnante d’autant que les reproductions sont de bonne qualité et que l’on peut toujours les afficher sur le web pour grossir encore certains détails. On comprend mieux la composition des gravures et on parvient à les replacer dans une période historique. 

     

    Un livre très réussi et pour info chez le même éditeur on peut trouver un Jérôme Bosch et un Patinir présenté par Sylvie Germain 

     

    Agnes_Duerer_1521.jpg

    Agnès Dürer 

    Comme j’étais en voyage avec Dürer j’ai poursuivi avec son Journal de voyage qui est une réédition.

    Albrecht Dürer mène une vie relativement simple mais ses besoins d’argent sont constants, à l’époque il était parfois difficile aux artistes de se faire payer leur travail. Il entreprend donc un voyage pour tenter de faire renouveler une pension que l’empereur qui vient de mourir lui versait.

     

    A la suite de ce voyage il va faire un périple aux Pays-Bas. Si ce voyage est célèbre ce n’est pas par le contenu écrit du journal mais bien plutôt par les esquisses et dessins que l’artiste réalise à cette occasion.

    Il ne se souciait pas d’être lu.

    Il fait plusieurs portraits des peintres de l’époque dont Joachim Patinir, son intention est de se servir de ses dessins comme monnaie d’échange ou cadeaux.

    durer 2-2.jpg

    L’oeil de l’artiste est toujours en alerte et le voyage nous vaut des oeuvres très variées de personnages rencontrés et leurs costumes, des paysages et des villes traversées.

     

     

    Les seize estampes de Dürer sont visible sur le site de l’Université de Liège

     

    IMG_0358.JPG

     

    Les livres 

    L’Apocalypse selon Dürer - Alberto Manguel - Traduit par Christine Le Boeuf - Editions Invenit  2015

    Journal de voyage aux Pays-Bas - Albrecht Dürer - Traduit par Stan Hugue - Editions de l’Amateur 2015

  • Georges de La Tour - Jacques Thuillier et Pascal Quignard

     Il fit de la nuit son royaume 

     

    ME0000102981_3.jpg

     

    Que diriez-vous de passer par la Lorraine pour un voyage artistique ? 

    Jacques Callot est lorrain, Claude Gelée aussi d’où son nom mais surtout, surtout, Georges de La Tour est lorrain.

     

    le vielleur.jpg

    Le Vielleur - Musée des Beaux Arts de Belgique

     

    A l’origine ce tableau comprenait aussi un violoniste, La Tour a traité plusieurs fois ce thème et l’on retrouve un Vielleur au ruban au musée du Prado

     

    Question biographie c’est assez vite résumé, on ne sait pratiquement rien de lui. Enfin j’exagère un peu, on sait qu’il est né à Vic où il a passé pas mal d’années et Jacques Thuillier insiste « on ne dira jamais assez que La Tour n’est pas un artiste français » car à l’époque c’était un territoire appartenant aux Ducs de Lorraine et son destin s’en trouva marqué.

    Il fit un apprentissage dont on ne sait rien. On suppose qu’il fit le voyage à Rome un incontournable pour les peintres de cette époque mais rien ne le confirme sauf qu’à Rome vivait une société importante de lorrains.

    Retour en Lorraine et mariage avec Diane qui lui servira parfois de modèle.

    Jacques Callot illustrera la guerre et la peste qui chassent Georges de La Tour de Vic.

     

    callot misère de la guerre.jpg

    Jacques Callot Les Misères de la guerre

    Il s’établit à Lunéville sous la protection des Ducs de Lorraine, le duché est terre de la contre-réforme et les sujets religieux seront à l’honneur.

    Peintre très réaliste à ses débuts il n’est pas un peintre de la nature et celle-ci est absente de ses tableaux. 

    Puis son inspiration le portera vers le travail de la lumière et les toiles nocturnes dont on pouvait croire les flamands comme seuls maîtres. 

    Mais il peint aussi des tableaux diurnes comme La Nativité ou l’adoration des bergers.

     

    le-nouveau-né-george-de-la-tour.jpg

     

    « Les oranges et les rouges de La Tour brûlent par-delà le temps comme des braises.Pascal Quignard » 

     

    Il meurt à Lunéville et ....sombre dans l’oubli jusqu’en 1863 où on le « redécouvre ». C’est sans doute l’exposition de 1972 qui le fit connaitre mieux de grand public.

     

    Le livre de Jacques Thuillier est parfait pour connaitre un peu mieux le peintre et le situer dans son époque. On comprend bien son parcours et les reproductions sont de très bonne qualité. J’ai acheté ce livre d’occasion pour très peu cher et je ne regrette pas mon achat.

     

    saint jacques.jpg

    Saint Jacques

    Mais pour entrer dans le secret des tableaux de Georges de La Tour la compagnie de Pascal Quignard est parfaite. Il nous le montre obéissant aux leçons du Caravage.

    Il a une manière bien à lui de délivrer les secrets du peintre et d’interpréter ses tableaux. C’est lui qui dit « Il fit de la nuit son royaume » « Les oranges et les rouges de La Tour brûlent par-delà le temps comme des braises. » 

    Ou encore « Georges de La Tour élut la vie quotidienne la plus simple, la plongea et la simplifia encore dans la nuit, pour la revêtir du reflet de grandeur qu’est la luisance, la couche de lumière. »

     

    La_Tour.jpg

    « c’est le maître des nuits. C’est le maître des regards tournés en dedans. C’est le maître des paupières baissées. »

     

    Pour Pascal Quignard Georges de La Tour est LE baroque janséniste, ses personnages « sont immobiles, divisés entre la nuit où ils s'élèvent et la lueur qui les éclaire en partie. Surgissant dans l'ombre, touchés par un fragment de lueur, ils tiennent en suspens un geste incompréhensible »

     

    A vous de choisir : Jacques Thuillier pour la précision et l’étude complète, Quignard pour la beauté des mots alliée à la beauté des oeuvres.

     

    georges-de-la-tour.jpg

    flohic.jpg

     

    Les livres

    Georges de La Tour - Pascal Quignard - Editions Flohic 1991

     

    Georges de La Tour -  Jacques Thuillier - Editions Flammarion 2002 et 2013

  • Trois huttes - Christian Doumet

    les-33-plus-beaux-lieux-abandonnes-dans-le-monde19.jpg

    © Jonathan Andrew

    Si vous avez un penchant pour la poésie japonaise, pour la vie d’ermite et pour la peinture alors ce livre est fait pour vous.

    Partons retrouver : Bashô, Patinir et Thoreau.

    Christian Doumet nous propose trois lieux et trois huttes où se retirer, où méditer, il nous présente trois « constructeurs de solitude », pour se faire il utilise même un verbe que je n’avais jamais rencontré : le verbe hutter.

    Hutter c’est habiter un lieu «  à distance des choses afin de mieux en éprouver le goût. » c’est « éprouver la vie, le silence relatif, la solitude »

     

    Pour Thoreau je pense que vous n’êtes pas surpris de le trouver là, c’est vraiment le symbole du retirement du monde, car nous dit Christian Doumet, Walden « peut être lu comme le plus vaste des poèmes en prose ». Sa lecture procure un plaisir singulier même à ceux qui sont généralement hostiles à la nature. 

    Thoreau nous dit-il fait partie de « la grande famille des solitudes de la littérature », la hutte est son laboratoire mais elle n’est pas « la demeure d’un oisif ».

    En une soixantaine de page Christian Doumet nous aide à penser Walden avec Thoreau.

     

    hut2.jpg

    La hutte de Thoreau

    « l’isolement, le retranchement du monde qui dotaient l’endroit d’une étrangeté surnaturelle »

     

    Patinir cela était nettement moins évident pour moi, je connaissais ses tableaux car je suis amateur de peinture flamande mais je ne les avais pas en tête, vive le web qui m’a permis de lire un oeil sur le livre et l’autre sur la reproduction du tableau Saint Jérôme dans le désert.

    patinir..saint.jerome.dans.le.desert.-v..1520-.jpg

    Clic pour avoir le tableau en grand

     

    Je dois dire que j’ai été bluffé par la richesse du propos sur cette oeuvre.

    On dit que Patinir inventa l’art du paysage mais il fait entrer aussi la philosophie dans le tableau car il manifeste une intelligence du monde dont le spectateur se sent inondé.

    Pour Christian Doumet, Patinir peint des huttes qui nous offrent « l’idée d’un parfait ermitage », il enrichit encore le propos en nous invitant à voir mieux des tableaux de Dürer, de Metsys. Il nous contraint, mais la contrainte est douce, à comparer deux cabanes, à les chercher car se sont dit Doumet des « huttes passagères » et le but du peintre est peut être de « montrer ceci : la ferveur d’une contemplation ? ».

    Saint Jérôme est pour le peintre à la fois un modèle et une leçon. Et nous, nous jouons les voyeurs car c’est grâce à l’enveloppe crevée de la hutte que ce secret nous est livré. 

    patinir..paysage.avec.saint.jerome.-1515-19-.jpg 

    «  C’est ainsi que Patinir peint Jérôme. Ainsi que l’homme des Flandres casanières imagine la sainteté »

     

     

    Avec Bashô le point de vue est différent car nous avons là un ermite poète mais surtout un grand marcheur qui a du concilier « l’appel des horizons immenses et le goût du repli ». 

    Bashô c’est l’éternel vagabond, le marcheur des confins et des brumes du nord, la hutte ne lui sert que de havre provisoire, au Japon il fait halte dans des ermitages d’où le nom d’un recueil de ses poèmes.

     

    basho.jpg

    « La pente douce du jardin d’azalées, la petite source tout près, la croupe du Mont Hiei, la lumière du couchant ....)

     

    Le poète amateur de concision avec les mots, a aussi le goût des habitats provisoires, des demeures de fortune qui lui laisse tout loisir de marcher et d’écrire ce qui nous dit Christian Doumet « relèvent de la même pulsion vitale. »

    Pour Bashô il suffit de « construire une hutte pour atteindre la fin du voyage ; de tracer une seule phrase pour faire le tour du langage. »

     

    Cet essai est superbe et j’ai pris un immense plaisir à la lecture de ce triptyque poétique et philosophique

     

    triptyque-de-la-pc3a9nitence-de-saint-jc3a9rc3b4me-patinir.jpg

    Joachim Patinir, Triptyque de la Pénitence de Saint Jérôme

     Metropolitan Museum

    Si vous êtes amateur d’ « Éloignement, isolement, retranchements. » ajoutez ce livre à votre bibliothèque

     

    9782851947727FS.gif

     

    Le livre : Trois Huttes - Christian Doumet - Editions Fata Morgana