Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bribes et brindilles

  • Bribes de poésie chinoise

    po.jpg

     

    Ni fleur ni brume

    Fleur. Est-ce une fleur ?

    Brume. Est-ce la brume ?

    Arrivant à minuit,

    S’en allant avant l’aube.

    Elle est là : douceur d’un printemps éphémère.

    Elle est partie : nuée du matin, nulle trace.

                        Po Chü-i

                                                

    015372-pecheur-aux-cormorans.jpg

     

    Pensée nocturne

    Devant mon lit clarté lunaire

    Est-ce du givre couvrant la terre ?

    Tête levée, je vois la lune ;

    Yeux baissés songe au sol natal.

                               Li Po

     

    li po.gif

      

    Le livre : Entre Fleuve et nuages Voix de poètes dans la chine d’hier et d’aujourd’hui - François Cheng - Editions Albin Michel

  • Vla le bon vent Vla l'joli vent

    vent.jpg

    « C’étaient de très grands vents sur toutes faces de ce monde.
    De très grands vents en liesse par le monde, qui n’avaient d’aire ni de gîte…
    C’étaient de très grandes forces en croissance sur toutes les pistes de ce monde, et qui prenaient source plus haute qu’en nos chants… »

     

    tempete de vent.jpg

    « Le vent sauvage de Novembre, le vent,
    L'avez-vous rencontré le vent,
    Au carrefour des trois cents routes,
    Criant de froid, soufflant d'ahan,
    L'avez-vous rencontré le vent,
    Celui des peurs et des déroutes ;
    L'avez-vous vu, cette nuit-là,
    Quand il jeta la lune à bas,
    Et que, n'en pouvant plus,
    Tous les villages vermoulus
    Criaient, comme des bêtes,
    Sous la tempête ?
    Sur la bruyère, infiniment,
    Voici le vent hurlant,
    Voici le vent cornant Novembre. »

     

    « Avec le vent de l'est, écoutez-le vouloir

    Avec le vent du nord qui vient s'écarteler
    Avec le vent du nord, écoutez-le craquer

    Quand le vent est au rire, quand le vent est au blé
    Quand le vent est au sud, écoutez-le chanter »

     

     

    Les sources :

    Vents - Saint John Perse - Editions Gallimard 
    Le vent - Emile Verhaeren 
    Le Plat pays - Jacques Brel 

     

  • Bribes de Florence

    Après Venise, une petite balade à Florence ?

     

    «  D’où vient donc Florence ? - De l’Arno »

    florence

    « L’Arno prend sa source au mont Falterona. C’est un torrent. L’hiver il charrie des troncs d’arbre. Au printemps, des canoteurs. Après quelques mois de sécheresse, l’eau du fleuve pourrit. On la voit mousser sous les ponts, et, le dimanche, les pêcheurs sont néanmoins si serrés sur les berges qu’on dirai l’arrivée d’une course cycliste. »

    florence

    Le Livre : Florentiana - Thierry Laget - Editions Gallimard L’un et l’autre

  • Bribes vénitiennes

    Les voyages sont impossibles mais il nous reste les voyageurs et les photos 

    regata-storica-regate-historique-venise-144.jpg

    « Les gondoliers rament debout en se penchant sur leur aviron. Il est étonnant qu’ils ne tombent pas à chaque instant dans l’eau, car tout le poids de leur corps porte en avant. Ce n’est que la grande habitude qui leur donne l’aplomb nécessaire pour se tenir ainsi toujours en suspens ; l’apprentissage doit coûter plus d’un plongeon. »

    gondolier.jpg

    Le livre : Italia voyage en Italie - Théophile Gautier - Editions La Boîte à documents

     

  • Bribes anglaises

    dickens-books-feat-v2.jpg

    « Dickens a sa place parmi les causes d’ordre moral qui ont épargné à l’Angleterre une révolution. »

    noel.jpg

    « Il y a une saveur Dickens. Il y a un parfum Dickens.
    Nous reconnaissons vingt lignes de Dickens au milieu de toute la littérature anglaise

    DSC_0090.JPG

    Illustration du livre Georges Tcherkessof 

    « Toutes les fois qu’en entrant dans un de ses livres nous trouvons certaines rues de Londres, certains brouillards à travers lesquels brillent les feux des voitures et ceux des boutiques, certaines maisons de campagne où l’on fait de bons repas coupés d’innocentes plaisanteries, certains quartiers sombres où l’on devine derrière les portes closes d’étranges repaires, nous éprouvons un sentiment mêlé de tendresse, de désir de confort et de crainte qui était celui du petit enfant Dickens au temps où il rentrait de la fabrique de cirage »

    DSC_0091.JPG

    David Copperfield à Plymouth

    « Il a su pénétrer une vision de son temps, il est le seul personnage qu’un romancier doive souhaiter devenir : le créateur d’un monde nouveau. »

    « Mais quand nous voudrons reprendre contact avec les grandes et simples émotions humaines, n’hésitons pas à rouvrir Dickens. »

    DSC_0087.JPG

    Illustration Georges Tcherkessof

    « Mr Pickwick, ses lunettes, son gilet blanc, ses culottes collantes, son petit ventre et les bras soulevant avec bonhomie les pans de sa jaquette »

    DSC_0092.JPG

    Le Livre : Dickens  André Maurois - 1935

  • bribes solitaires

    la-solitude.jpg

    « Fuir le monde : cette pensée, beaucoup l’ont eue, certains en ont fait des livres, mais rares sont ceux qui l’ont mise en pratique. 
    Le motif de la fuga mundi revient à toutes les époques. Qu’il touche une infime minorité d’individus dans les faits (les moines, les artistes, les ascètes, les philosophes), il exerce la même fascination, il engendre la même nostalgie; il suscite le même regret. »

    fuir.jpg

    « Quand on s’y penche et qu’on essaie de comprendre ce qui émerveille dans ce geste de rupture, on retrouve sous différentes formes le même secret étonnant et paradoxal : la fuite hors du monde n’est rien d’autre qu’une façon d’y entrer vraiment. »

    solitude-2.jpg

    Le livre : Petit éloge de la fuite hors du monde - Rémy Oudghiri - Editions Arléa