Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature anglaise

  • Underland - Robert Macfarlane

    Pour poursuivre ma série des récits de voyage je vous propose de vous prendre pour Jules Verne et de faire un voyage au centre de la terre.

    jules verne.jpg

    Mais attention un voyage très actuel, vous pourrez y côtoyer des grottes, des puits de mine, des catacombes, des rivières souterraines, des moulins glaciaires, des dépôts de déchets nucléaires.

    IMG-0220.JPG

    Moulin glaciaire 

    Et pour tous ces voyages vous devrez parcourir des millles et des milles, vous balader des Lofoten au Carso près de Trieste, du Yorkshire à Paris, de la Finlande au Somerset. 

    lofoten.jpg

    Pendant presque une dizaine d’années, Robert Macfarlane a visité des sites souterrains : il nous propose de visiter à sa suite onze sites en Europe.

    Forêt d'Epping près de Londres.jpg

    Un site inattendu : la forêt d'Epping près  de Londres 

    Il nous entraine dans l’« Underland » c’est à dire le monde d’en bas, là où nous enfouissons nos secrets merveilleux, précieux ou …honteux. Découvrir « Des mondes qui s’étendent sous nos pieds, (dont) nous ne savons presque rien. »

    alta Norvège .jpg

    Peintures rupestres d'Alta en Norvège 

    Pour l’auteur l’Underland répond à plusieurs fonctions 

    « Ce sont toujours les mêmes trois tâches qu’accomplit l’homme avec le sous-sol : protéger ce qui est précieux, produire des choses de valeur, reléguer ce qui est nuisible… Depuis toujours, l’homme confine dans le sous-sol ce qu’il craint et souhaite écarter, mais aussi ce qu’il aime et souhaite sauver. »

    derinkuyu turquie 2.jpg

    Derinkuyu, est Turquie : mot qui signifie « puits profond »

    L’auteur va mêler des récits d’aventures parfois drôles, parfois plus que dangereux, toujours hors du commun. A cela il ajoute des touches de poésie, de littérature. C’est un mélange savant et particulièrement bien dosé de récit de voyages, de roman de science fiction.

     

    Parfois les récits sont carrément terrifiants, même si vous n’êtes pas claustrophobes je vous garantis quelques sueurs froides.

    C’est une odyssée sous-terraine extraordinaire dans « les entrailles de la planète » et je dois dire que j’ai plongé avec délectation, parfois avec quelques tremblements mais toujours avec une curiosité aiguisée.

    Russie Ninjni novgorod sinkhole.jpg

    Doline en Russie

     Le doline est un creux qui se forme à la suite d'une lente dissolution de la roche

    Savez-vous que le monde du sous-sol est menaçant, les virus exhumés lors de fouilles sont dangereux et parfois mortels, des produits toxiques dans les sous-sol du Groenland sont toujours virulents et remontent inexorablement par le jeu du réchauffement des sols.

    R Macfarlane est accompagné dans sa quête de microbiologistes, de géologues, de spéléologues, de forestiers, de chercheurs de tous poils.

    catacombes.jpg

    Les catacombes de Paris 

    L’archéologie, la mythologie, la glaciologie ou l’histoire de l’art enrichissent le récit.

    Le laboratoire souterrain où l’on étudie la matière noire si mystérieuse m’a beaucoup plu, j’ai vraiment tremblé dans le Carso, avec les récits des terribles meurtres de masse perpétrés pendant la Seconde Guerre mondiale, utilisant des puits naturels pour faire disparaitre résistants, juifs ou pro-nazis.

    grottes.jpg

    J’ai été fasciné par les questions que se posent les scientifiques en Finlande, qui s’inquiètent de la compréhension des prochaines générations sur la dangerosité des déchets nucléaires.

    Onkalo en Finlande.jpg

    Onkalo en Finlande site d'enfouissement © AFP

    Un livre tout à fait fascinant qui donne l’occasion de crapahuter de façon intensive, de ramper, d’escalader, de descendre en rappel, de souffrir de l’humidité et du froid et de « sentir peser au dessus de votre tête le poids de l’écorce terrestre. »

    génération-future.jpg

    L’auteur se pose une question qui nous hante tous un peu « Quel héritage allons-nous laisser non seulement aux générations qui nous succèdent, mais aussi aux ères et aux espèces qui nous succèderont ? »

    macfarlane.jpg

    Pour faire bonne mesure l’auteur écrit bien et mieux que ça encore, c’est un passionné de littérature, on croise Rilke, Orphée , H.G Wells ou Borges.

    Il faut remercier Patrick Hersant pour la qualité de la traduction qui sait rendre toute la magie de cette écriture et l’intérêt de ce récit.

    C’est un gros livre mais les vacances sont bientôt là profitez en pour tenter l’aventure.

    IMG-0224.jpg

    Le Livre : Underland Voyage au centre de la terre  - Robert Macfarlane - Traduit par Patrick Hersant - Editions les Arènes  2020

  • Kipling Une brève biographie - Alberto Manguel

    rudyard-kipling-86584758.jpg

    Publiée dans la petite collection (par la taille, pas par son intérêt) Actes Sud Léméac, cette biographie m’a tout de suite fait de l'oeil.

    L’envie de la lire m’est venue après la lecture du « Journal d’un lecteur » du même Manguel, il évoque le roman de Kipling,  Kim, celui dont Juliette Binoche lit un extrait à son « Patient anglais… »

    patient.jpg

    Pour moi kipling c’était un écrivain magnifique ET un affreux colonialiste, les histoires comme ça, le livre de la jungle et le poème  If et ....rien d’autre. J’ai donc cherché à en savoir un peu plus.

    kipling sorbonne.jpg

    Reçu à la Sorbonne © BNF Gallica 

    Il s’agit plus d’un portrait que d’une biographie, mais un portrait très attachant, très court, donc Manguel va à l’essentiel et fait revivre Kipling en quelques pages.

    bombay maison natale de kipling.jpg

    Reconstitution de la maison d'enfance de Kipling à Bombay

    Né à Bombay au moment où le terme  Empire britannique est à son apogée, il est expédié à 6 ans avec sa soeur qui en a trois vers l’Angleterre car il n’est pas concevable d’éduqué un enfant hors de la patrie.

    Confié à de parfaits inconnus, Kipling souffre et se souviendra toute sa vie de ce traitement qu’on qualifierait aujourd’hui de maltraitance à enfant, Dickens n’est pas loin.

    Réfugié dans l’imaginaire Kipling n’eut aucune peine devenu écrivain, à évoquer l’enfant abandonné, Kim et Mowgli sont là pour en témoigner.

    histoires-comme-ca-de-rudyard-kipling.jpg

    Les premiers écrits 

    Marié, c’est en Afrique du Sud qu’il va se rendre, celle de la guerre des Boers où déjà apparaît le nom de Winston Churchill. Il écrit dans ces années là,  Histoires comme ça  et comme il aimait bien mettre un poème en exergue de ses écrits, cela a donné  If  traduit pour nous en français par André Maurois.

    prix-nobel-100859652.jpg

    A ma grande honte je dois dire que j’ai longtemps ignoré que Kipling avait reçu le Nobel (en 1907) Il devient un écrivain et un poéte reconnu et admiré.

    film mon filss jack.jpg

    Film sur la perte d'un fils 

    En 1914 Kipling persuada son fils de s’engager dans l’armée, refusé pour sa vue déficiente celui-ci est finalement incorporé dans le corps des Irish Guard après l’intervention de son père. En 1915 quand Kipling apprend la disparition de son fils il ne s’en remet pas et écrit pour calmer sa culpabilité un poème  My boy Jack

     

    Mort en 1936 vous pouvez le retrouver à Westminster mais surtout dans ses livres et c’est ce que Manguel nous fait sentir à travers un un portrait chargé d’humanité.

    westminster.jpg

     

    Le poème de kipling  If Traduit par André Maurois en 1918

    if.jpg

    Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
    Sans un geste et sans un soupir ;

    Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
    Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
    Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
    Pourtant lutter et te défendre ;

    Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
    Travesties par des gueux pour exciter des sots,
    Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
    Sans mentir toi-même d'un mot ;

    Si tu peux rester digne en étant populaire,
    Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
    Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
    Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

    Si tu sais méditer, observer et connaître,
    Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
    Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
    Penser sans n'être qu'un penseur ;

    Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
    Si tu peux être brave et jamais imprudent,
    Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
    Sans être moral ni pédant ;

    Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
    Si tu peux conserver ton courage et ta tête
    Quand tous les autres les perdront,

    Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
    Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
    Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
    Tu seras un homme, mon fils

     

    Le livre : Kipling - Une brève biographie - Alberto Manguel - Editions Actes Sud

  • Voyage au pays du Silence - Neil Ansell

    En ce moment je suis avide de voyages, donc après le Japon et l'Alaska je vous embarque pour l'Ecosse.

    arisaig.jpg

    Arisaig dans les Highlands

    Neil Ansell est un grand voyageur  qui se tourne chaque année vers une destination plus proche, plus personnelle : son pays. 
    Après une vie passée dans la campagne galloise, il part sac à dos dans les Highlands écossais, le pays du silence.

    higlands.jpg

    Le coeur des Highlands

    Il marche un peu à l’aveugle, sans but précis autre que parcourir un secteur des Highlands, attentif aux chants des sources ou des oiseaux, aux plantes, aux embruns, au vent. 

    889556a57bdfb498b60c7cc29fb8390a.jpg

    Les randonnées ne sont pas toutes simples, parfois il fait demi-tour parfois il se perd un peu, pas de GPS ni même de boussole pour lui, c’est un cheminement vers l’incertain.
    Il est parfois en situation difficile, en quête d’abri ou tout simplement d’eau à boire.
    Il lui arrive de dévaler un peut trop vite une colline, de se couper sur des rochers ou d’avoir le coeur qui s’emballe un peu trop.

    Mais surtout il est en train de perdre l’ouïe ce qui lui fait dire que les quelques chants d’oiseaux qu’il perçoit encore seront les derniers. 

    courlis parc des Cairngorms.jpg

    Courlis Parc des Cairngorms

    C’est un passage du livre qui m’a profondément touché.
    Pourtant le périple est peuplé d’oiseaux : aigles, courlis, geais, corbeaux ou  éperviers. Mais aussi les loutres qu’il croise régulièrement.

    loutre de mer.jpg

    Loutre de mer 

    L’auteur nous lance une invitation à le suivre sur des sentiers improbables, les pieds dans la tourbe, dans un paysage de pierres, de rochers, d’arbustes rabougris. 

    landes écossaises.jpg

    Landes écossaises

    Il marche comme un vagabond solitaire, dans une des régions les plus silencieuses et désertes de l’Ecosse. Pour être précis ce sont les districts de Knoydart, Moidart, Arisaig, appelés aussi Rough Bounds.

    rough.jpg

    « J'ai tourné mon regard vers le ciel (…) c'était comme être vivant. »

    Récit plein de remarques naturalistes qui donnent envie de le suivre sur les chemins côtiers et par les landes de cette région magnifique.
    Récit de voyage, journal de route et surtout véritable chant d’amour pour une région d’un homme qui a arpenté toute la planète. 
    L’écriture est très agréable on y sent toute l’affinité que Neil Ansell a pour la nature.

    IMG-0185.jpg

    Le livre : Voyage au pays du silence - Neil Ansell - Traduit par Béatrice Vierne - Editions Hoëbeke

  • Les Rois du Yukon - Adam Weymouth

    weymouth

                                              Le roi du Yukon

    Le fleuve Yukon coule sur environ 3200 km du Canada à l’Alaska jusqu’à la mer de Béring.

    weymouth

    La particularité extraordinaire de ce fleuve est que chaque été des centaines de milliers de saumons, les rois du Yukon, remontent la rivière jusqu’au lieu de leur naissance, jusqu’à la frayère où ils ont grandi.

    Ils font cette rude remontée pour aller pondre où ils sont nés, ils s’y reproduisent puis après quelques remontées, ils y meurent.

    weymouth

    C’est la plus grande migration de la planète !

    Le Yukon coupe en deux l’Alaska et est selon les endroits parfois large de 11 km, réparti dans un dédale de chenaux, d’îles plus ou moins inondables.

    weymouth

    Adam Weymouth a voulu comprendre la destinée de ces saumons mais surtout ce qui aujourd’hui fait qu’ils sont en perdition.
    Il embarque seul puis accompagné dans une nature plus que sauvage, avec un simple canoé et un vaste territoire à investiguer.

    Il mettra 4 mois pour descendre le Yukon, en faisant des haltes dans des villages, des points de pêche, il veut comprendre la pêche et son déclin? 

    La pêche a été autorisée au Canada et en Alaska sans précautions aucunes, sans écouter le savoir des autochtones, l’utilisation de filets dérivants a été une catastrophe écologique. Des communautés qui longtemps ont vécu du saumon et qui aujourd’hui se retrouvent démunies.

    weymouth

    « En voyageant en canoë  et en parcourant le même chemin que les poissons, bien que pagayant dans la direction opposée, j'espérais mieux comprendre ce qui change, non seulement dans la vie de la rivière, mais dans la vie de les gens qui en dépendent. »

    weymouth

    cuisiner en chemin mais attention aux ours

    Ces femmes et ses hommes sont parfois à plusieurs centaines de km de la route la plus proche. 
    L’avion est très coûteux, les déplacements pratiquement impossibles une bonne partie de l’année.
    Le lien avec la culture des ancêtres est rompu. Certains deviennent pour survivre des stars de la téléréalités : survivre en Alaska !!!

    weymouth

    Téléralité : 100 jours pour survivre, les revenus remplacent la pêche 

    Les changements climatiques aggravent encore le problème

    weymouth

    Il rencontre des pêcheurs, des biologistes, ils échangent sur les problèmes de surpêche, d’industrialisation, de déforestation qui modifie les berges du fleuve, des barrages qui empêchent la remontée des Rois du Yukon

     en 2015, l'interdiction des rois a été étendue à l'ensemble du fleuve Yukon, une décision sans précédent mais qui ne s'avère pas suffisante.

     

    J’ai aimé ce livre, pour les informations bien entendu mais surtout pour le partage avec toutes les personnes rencontrées, pêcheurs, missionnaires, filous, aventuriers.

    Adam Weymouth partage leur vie, relève les filets avec eux, entretien le fumoir à saumon, cuisine avec les femmes parfois,  prend le temps de les écouter et c’est passionnant.

    weymouth

    Parce que l'Alaska c'est ça aussi l'or noir sur l'or blanc 

    Le constat est alarmant car si la destruction est rapide, elle est surtout durable et les choix qui s’offre pour inverser ce changement se révèlent coûteux et pas forcément couronné de succès

    Ce livre se lit comme un roman d’aventures avec ours et loups en prime, l’écriture est très agréable, les chiffres ne viennent pas tourmenter le lecteur mais sont suffisamment clairs pour que le message soit délivré.

    weymouth

    Il y a de belles descriptions des paysages, de belles rencontres comme Mary âgée de 80 ans qui a vécu de façon traditionnelle pendant des décennies et qui aujourd’hui communique avec sa très nombreuse famille avec un iphone !

    Pour ceux et celles qui suivent ce blog, le livre le plus proche de celui-ci c’est Rêves arctiques de Barry Lopez 

    weymouth

    Le livre : Les rois du Yukon - Adam Weymouth  - Traduit par Bruno Boudard - Editions Albin Michel 2021

  • Quand on n'arrive pas à lire ...on écoute des livres

    La traversée du désert question lecture n’a pas encore pris fin totalement même si je me suis remise un peu à lire. 

    J’ai écouté beaucoup de livres audio ces derniers mois je voulais vous faire part de mes acquisitions. 

    J’ai pioché un peu chez tous les éditeurs mais principalement chez Audiolib, Thélème, Sixtrid et audible même si chez eux l’impossibilité de faire circuler le livre est un inconvénient majeur 

    austen, giono, conroy, Mitchell

    Je précise que ce sont tous des livres que j’ai déjà lu papier et pour certains chroniqués sur ce blog. Parfois il s’agit de compléter un auteur déjà écouté précédemment comme Giono ou Austen.
    Deux romans sont encore « à écouter » mais j’aime faire durer le plaisir de l’attente.

    austen, giono, conroy, Mitchell

    austen, giono, conroy, Mitchell

     

    Pour Jane Austen j’ai poursuivi avec les éditions Thélème qui m’avaient donné satisfaction pour Persuasion et Orgueil et préjugés.

    J’ai poursuivi avec l’Abbaye de Northanger  celle où Catherine Morland est invitée et fait ses premiers pas dans la société et parodie de la littérature gothique en vogue à l’époque de Jane Austen.

    Enfin : Raison et sentiments et les tribulations de la famille Dashwood et la satire tellement réussie de cette société anglaise. 

    Les deux livres sont lus par Marie Stephane Cattaneo que j’ai écouté avec plaisir. Il reste encore Mansfield Park et Emma à venir chic chic 

     

    austen, giono, conroy, Mitchell

    austen, giono, conroy, Mitchell

    austen, giono, conroy, Mitchell

    J’ai déjà 2 livres audio de Jean Giono mais si vous me suivez vous savez que c’est un de mes auteurs favoris 

    J’avais écouté Un de Beaumugne et Colline.

     Grâce à Thélème je peux maintenant ajouter le magnifique Regain avec la mort et la résurrection d’Aubignane, la silhouette de Panturle et de la femme que lui a envoyé la Mamèche.

    Mais aussi Jean le Bleu et la jeunesse provençale de Giono, et enfin Que ma joie demeure avec cette nuit où  « les étoiles ont éclaté comme de l'herbe »
    Voilà déjà une jolie petite sélection.

     

    Qu’est-ce qui m’attend sur mon Ipod pour l’été à venir ? 

    austen,giono,conroy,mitchell

    Un petit voyage en Sicile, bon je sais le soleil va taper dur mais j’ai envie de retrouver le Prince de Salina, Tancrède et Angelica. Allez un petit tour chez le Guépard qu’en dites vous ?

    Si j’ajoute que c’est lu par Denis Podalydès je sais que j’emporte le morceau, c’est le lecteur parfait par excellence. 

    austen,giono,conroy,mitchell

    M’attend aussi Le Prince des marées, lu et relu depuis sa parution déjà ancienne, c’est un bonheur de le trouver en audio. J’ai hâte de retrouver Tom et Savannah Wingo et leur mère manipulatrice à souhait, leur père violent et la « plaine à marées » où ils vivent.

    Confession, émotion, rédemption sont au rendez-vous, vous allez adorer les personnages de Tom et de Susan Lowenstein, promis !! Vous avez devant vous 28 heures d’écoute, de quoi vous occuper à la plage ou à la montagne.
    Le livre est lu par Matthieu Farcy. 

    austen,giono,conroy,mitchell

    Je vais terminer non pas avec un livre déjà écouté ni même sur mes étagères, non c’est un livre audio à paraître mais celui là je l’attends fébrilement
    Si je vous dis que c’est un prix Pulitzer, que l’adaptation au cinéma est inoubliable, que c’est un best seller absolu même si il est aujourd’hui un peu montré du doigt ? 

    austen, giono, conroy, Mitchell

    C’est …Autant en emporte le vent, qui va sortir chez Sixtrid en deux tomes avec une nouvelle traduction et lu par Caroline Maillard.

    Quand ? Fin septembre 2020
    Patience patience.

    austen,giono,conroy,mitchell

    Les livres Audio

    L’Abbaye de Northanger - Jane Austen - Editions Thélème
    Raison et sentiments - Jane Austen - Editions Thélème
    Jean le bleu - Jean Giono - Editions Thélème
    Regain - Jean Giono - Editions Thélème
    Que ma joie demeure - Jean Giono - Editions Thélème
    Le Guépard - Tomaso di Lampedusa - Editions Audiolib
    Le Prince des marées - Pat Conroy - Editions Audiolib 

  • Où vont les vents sauvages - Nick Hunt

    « Le vent qui vient à travers la montagne m’a rendu fou ! » Victor Hugo 

    hunt

    C’est une belle invitation à l’aventure que ce livre. Quand Nick Hunt était très jeune le vent l'a presque emporté, il en a gardé le souvenir qui est sans doute à l’origine de cette quête derrière les vents d’Europe.

    hunt

    L’auteur est allé à la poursuite des vents la plupart du temps à pied. Armé d’un bagage léger, anémomètre et cartes météo il a suivi les couloirs des vents.

    hunt

    Sa chasse s’est exercée envers 4 vents

    Chez lui d’abord dans les Pennines «  zone de hautes terres la plus étendue d’Angleterre » 

    hunt

    Les Pennines 

    Nick Hunt poursuit l’Helm. Pour le rencontrer il faut parcourir le Cross Fell, c’est le sommet des Pennines. Rassurez vous si vous ne voyez pas où c’est, j’ai du faire une petite recherche pour m’y retrouver.

    hunt

    Cross Fell

    « L’Helm pouvait propulser quelqu’un en l’air, catapulter des moutons comme de simples morceaux de laine, renverser de lourdes charrettes et détruire des étables en pierre »

    L’Helm est le seul vent auquel on a donné un nom chez nos ennemis du Brexit.

    hunt

    La Bora 

    Sa quête va le mener ensuite vers la Bora, un vent amer, nerveux, sec et glacial qui souffle de Trieste à travers la Slovénie et le long de la côte croate. Le vent qui souffla pour Rilke, Svevo ou Joyce. 

    La Bora est un vent froid terrible qui comme tous les vents curieusement souffle toujours trois, six ou neuf jours !

    hunt

    Sens Croatie 2012

    En 2012 «  La température avait plongé à moins quatorze degrés et la Bora créé de fantastiques sculpture de glace dans le port de Senj » 

    Pour Nick Hunt c’est l’occasion de rencontrer Tomas un personnage un peu extraordinaire qui va le sortir d’un mauvais pas « quand je me suis perdu dans les montagnes de Croatie et que je risquais de faire face à une situation terrible, il m'a pratiquement sauvé. C'est une personne extraordinairement excentrique et généreuse »

    hunt

    «  Il peut être violent comme un ouragan, faire couler les navires, écraser les maisons, renverser des camions, bloquer des autoroutes, déraciner des arbres, projeter des poissons hors de l’eau »

    Fini le froid, voilà un vent chaud, peut être que comme moi, vous ignorez où souffle le foehn, si vous imaginez ça dans un désert vous êtes à côté de la plaque !! 

    Le foehn c’est le vent qui balaie la plus longue chaine de montagnes d’Europe, vallées alpines, vallées du Rhin, les Quatre cantons, le Tessin jusqu’au Valais. Surprenant non ?

    hunt

    Un vent chaud et sec souvent associé à la mauvaise santé, aux migraines, aux crises de folie. Vous savez ces récits qui commencent ainsi « le Foehn soufflait ce jour là » 
    Il souffle aussi chez les puissants et riches du Liechtenstein, mais aussi chez les humbles du pays de Heidisi vous avez un doute ressortez votre exemplaire du livre et vous pourrez vérifier.

    hunt

    le Pays d'Heidi pays du foehn

    « Elle restait immobile, à écouter la voix profonde et mystérieuse du vent, qui se manifestait à elle depuis les cimes des monts »

    Le Foehn porte des noms variés selon les circonstances et les lieux «  le plus vieil homme du Rhin » ou « Mangeur de neige » 

    hunt

    Je dois dire que c’est le vent qui a eu ma préférence peut être parce que j’ai pendant des années parcouru les vallées Suisses avec bonheur.

    hunt

    La Crau

    Enfin le dernier c’est le Mistral, avec Nick Hunt on le suit de Valence aux étendues de lavande et à la Crau.
    Le Mistral c’est « le vent de folie » qui a tourmenté Van Gogh. Le vent dont on dit que c’est celui des idiots.

    hunt

    Van Gogh Oliviers et Alpilles 

    « La cime des arbres tanguait, se débattait, bouillonnait, les branches supérieures hurlant tandis qu’elles écorchaient leurs écorces respectives. L’air était chaud chargé d’humidité, et il ne descendait pas du nord, mais d’au-dessus, de derrière, d’au-dessous, de toutes les directions en même temps »

     

    Mais qui sais que le Mistral joue un rôle important dans le séchage « de l'herbe ou dans l'élimination des microbes, ce qui signifie qu'aucun conservateur ou pesticide n'est requis »:
    Ce vent qui souffla à Orange pendant 16 jours consécutifs en 2004.Ce vent qui fait que l’on parle d’Avignon la venteuse.

    hunt

    Tempête Amélie

    Un bon récit de voyage, de ceux que j’aime car il m’a rendu presque visible ces vents que jamais personne ne voit, m’a fait croiser montagnards, bergers ou marins. Parcourir des paysages sauvages.

    Ce que j’ai aimé c’est que Nick Hunt nous parle bien entendu de ses randonnées derrière les éléments mais aussi de l’histoire des lieux : on croise Schiller, Rossini et Guillaume Tell mais aussi le sinistre Milošević

    J’ai aimé : passer de hauts plateaux à des villages inconnus, des petites villes pittoresques et pleines d’histoire, rencontrer les gens de ces contrées avec leurs légendes et leurs traditions. 

    J’ai aimé sa capacité à nous faire entendre et sentir le vent, ses coups, ses gémissements, ses cris parfois.

    J’ai aimé qu’il tienne mêlé la météorologie et la mythologie, l’auteur sait écouter les mythes et les légendes et passer de la superstition aux informations scientifiques, nous parler des cartes et des histoires, de poésie et de philosophie.

    Avec les changements climatiques les vents vont changer « puisque les températures déterminent ce qu'ils font et dans quelle direction ils soufflent. » Ne ratez pas ce témoignage. 

    hunt

    Le livre : Où vont les vents sauvages. Marcher à la rencontre des vents d’Europe, des Pennines jusqu’en Provence - Nick Hunt - Traduit par Alexandra Maillard - Editions Hoëbeke