Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature israélienne et palestinienne

  • Judas - Amos Oz

    israel.jpg

    Israël m’a toujours attiré, son histoire, ses romanciers, jusqu’à ses incohérences politiques. 

    Une de mes premières lectures remonte à mes très jeunes années avec Exodus, puis l’histoire de Jérusalem avec Lapierre et Collins. Récits qui ne brillent pas forcément par une objectivité sans faille mais qui ont eu le mérite de m’intéresser à cette partie du monde et à ses peuples. 

    Plus récemment deux récits superbes l’un d’un israélien l’autre d’un palestinien m’éclairaient à nouveau.

    IMG_0002.JPG

    Aujourd’hui c’est le livre d’un grand romancier israélien qui vient apporter une touche forte à ma vision de l’histoire de ce pays.

    1959 Shmuel est un étudiant un peu en perdition, sa thèse sur Jésus n’avance pas, il est largué par sa compagne, abandonné par sa famille en faillite. Il lui faut trouver vite un logement et il répond à une petite annonce promettant le gîte et le couvert contre quelques heures par jour auprès d’une personne invalide.

    C’est ainsi qu’il fait connaissance de Gershom Wald, 70 ans et de sa colocataire Atalia Abravanel une superbe femme dont Shmuel tombe immédiatement amoureux.

    ben-gourion-620_620x349.png

    Archives Ina 

    Les liens de cet étrange trio vont petit à petit se tisser. Une troisième personne va s’inviter dans leurs relations, un homme disparu : Shealtiel Abravanel, que David Ben Gourion surnommait le traitre, Abravanel ayant eu l’impudence et la folie de proposer la création d’une communauté judéo-arabe avec des droits identiques pour chaque communauté en lieu et place de l’état d’Israël en 1948 ! 

    Pour parfaire son propos, Amos Oz ajoute un parallèle biblique avec la figure honnie du monde chrétien : Judas Iscariote dont l’histoire a tant fait pour justifier l’antisémitisme.

    judas.jpg

    Le baiser de Judas - Cimabue 

    Fresques de l'église San Francisco Assise


    Roman d’une extraordinaire richesse qui nous renvoie à ce moment où l’état d’Israël vit le jour en opposition aux palestiniens qui par conviction ou par peur ou sous la contrainte quittèrent le pays en masse,
    fuite pour les Israéliens, Nakba ou catastrophe pour les Palestiniens qui en paient encore le prix aujourd’hui.

     

    nakba.jpg

    Nakba la catastrophe 

    A travers le roman bien sûr que l’on entend parfaitement le point de vue politique d’Amos Oz. On connait son engagement auprès des mouvements qui oeuvrent pour la paix et le dialogue entre les deux communautés ce qui lui a valu d’être appelé traitre lui aussi.

    J’ai beaucoup aimé la réflexion que mène Ghershom Wald sur Judas en qui il voit une figure assez différente de celle que propose traditionnellement  l’Eglise depuis des siècles. J’ai aimé passer de Flavius Joseph à Ben Gourion, d'un point de vue à un autre.

     

    flavius joseph.jpg

    Ce roman splendide réveille le débat entre pacifistes et fanatiques en Israël mais aussi en Palestine. Une région du monde où les notions de frontières et d’identité sont prégnantes et font s’entremêler passé et présent.

    Il serait bon que ces messieurs du Nobel se réveillent eux aussi et couronnent ce pacifiste de toujours.

    L'avis de Sylire sur ce roman et celui d'Eeguab

     

    9782070177769FS.gif

    Le livre : Judas - Amos Oz - Traduit par Nicolas Lange - Editions Gallimard

  • Ma Bible est une autre Bible - Meir Shalev

    Noël se confond aujourd'hui avec un commerce de la fête aussi pour changer un peu je vous invite à un petit parcours dans le monde de la Bible en 2 étapes   voilà la première

     

    9782848930480FS.gif

     

    Je vous propose de faire un détour du côté de la Bible, il est logique que ce soit un juif qui s’y colle, mais un juif agnostique ce qui promet irrévérence et humour. 

    Meir Shalev est allé puisé dans les livres des Rois, la Genèse ou les Psaumes pour nous livrer ses commentaires à partir d’une quinzaine de récits bibliques, certains très connus d’autres pour lesquels vous êtes obligés d’aller tourner les pages d’une Bible pour lire l’épisode en son entier parce que votre mémoire vous joue des détours ou que vous ne l’avez jamais lu.

     

    hebreux01.jpg

     

    Meir Shalev ne prétend pas avoir la bonne explication, pas de bonne parole pour lui, simplement il s’interroge sur le mélange de politique et de croyance dans les temps bibliques. Chaque personnage de la Bible est passé dans sa moulinette et il en ressort que l’homme au fil des siècles n’a qu’assez peu varié, certes les modes de vie ne sont plus les mêmes mais les moteurs sont inchangés : envie, jalousie, violence, goût du pouvoir, mensonges ....On ne se sent pas en pays étranger.

     

    Je vous livre deux ou trois exemples pour vous appâter un peu plus : 

    David, oui celui de Goliath, Shalev le présente ainsi « un chef de bande charismatique » contraint d’agir pour nourrir ses hommes « David découvrit les avantages du racket ». Voilà le ton est donné.
     

    453px-'King_David',_painting_by_Giovanni_Francesco_Barbieri_(il_Guercino)_c._1768.jpg

    Le roi David par Le Guerchin

     

    Malicieusement il présente les affres qui ont du être celles de Jacob qui dit-il le rendent jaloux « Non pas pour les nombreux moutons qu’il possédait ni pour avoir été le père des douze tribus, mais à cause de son premier rendez-vous avec Rachel, sa bien-aimée, devant le puits, dans le pays d’orient » 

     

    rachel.jpg

    La rencontre de Jacob et Rachel  Giordano Luca 1634 -1705

    Sur un sujet plus épineux, Meir Shalev présente l’achat de la terre d’Israël par Abraham, un lopin de rien du tout qui devient la Grotte des Patriaches haut lieu biblique,  cet achat est-il un investissement rentable ou un permis de confiscation ? Une évaluation aujourd’hui de cette grotte « en tant que bien occupé, une simple cave avec des locataires protégés, sans ascenseur et inconstructible, entourée de voisins arabes et de religieux, la grotte ne vaudrait guère plus de cent mille dollars » ce qui représente malgré tout par rapport à son prix d’achat une inflation d’un % et demi par an ! 

    Bien d’autres héros sont présents : La reine de Saba, Samuel en campagne électorale, Hanna la femme stérile qui enfanta 7 fois....

    C’est gentiment moqueur, parfois décapant, mais jamais irrespectueux. Les réflexions engendrées sont très contemporaines et nous interrogent aujourd’hui par delà les siècles.

    Si comme moi vous n’êtes pas un lecteur assidu de la Bible vous allez vous y plonger avec délices et si vous êtes déjà un lecteur attentif des textes sacrés je gage que vous découvrirez des côtés surprenants. Un de mes récits préférés c’est celui de Job mais ça ce sera pour mon prochain billet.

    Le Livre : Ma Bible est une autre Bible - Meir Shalev - Traduit de l’hébreu par Katherine Werchowski - Editions des 2 Terres ou Folio 

    La Bible utilisée : Edition Librairie Colbo 

     

    L’auteur 
    est un journaliste et écrivain israélien, né en 1948 dans le village de Nahalal en Galilée . Il a publié des romans, des essais et des livres pour enfants, dont certains sont traduits en français. Il contribue régulièrement aux journaux de son pays . Il habite Jérusalem. (Wikipédia)

     

  • Hirbat- Hiza - S. Yizhar

    1948 indépendance d'Israël un écrivain s'interroge

    9782351760901FS.gif

    Un jeune soldat israélien participe aux opérations de regroupement et d’expulsion des populations qui jusqu’alors vivaient sur ces terres, cultivaient le sol et il commence ainsi son récit : « Il est temps de rompre le silence et d’exposer les faits ». Les jeunes soldats se sont vus fixer une mission, tout d’abord « se méfier de la perfidie des habitants » et aussi « isoler l’ennemi sur une colline » , ils combattent depuis des jours, certains sont épuisés, d’autres appréhendent les événements à venir.
    Lorsque le peloton entre dans les villages ils trouvent des maisons abandonnées « la rumeur et la peur avaient porté leurs fruits » , les quelques arabes encore présents sont terrifiés.

    al nacqba.jpg

    Le peloton détruit les biens des villageois, expulse femmes et enfants « avec fermeté mais sans débordement ni dérapages » du moins ce sont les ordres reçus. Car en fait  moqueries, humiliations, coups rien n’est épargné aux derniers occupants composés essentiellement de vieillards, de femmes, de bébés. Des hommes et des femmes qui passeront des années dans de camps de fortune.

    camps 1948.jpg

    Camp de réfugiés palestinien, 1948 (photo UNRWA)

    Et S.Yizhar nous fait entrer dans la tête des membres de ce peloton, ceux qui sont effrayés par les ordres, qui éprouvent remords et culpabilité et ceux qui aveuglés par la haine sont près à invectiver, terroriser, tuer sans s'interroger.
    Après son passage dans le village d’Hirbat Hiza l’armée laisse un village déserté où pourront venir s’installer dans quelques jours des colons israéliens.

    Palestine-Village-1945-1.jpg

    Un village en 1945

    Et pourtant la terre palestinienne et la terre israélienne se ressemble, c’est toute la beauté des paysages de cette terre que l’auteur  parvient à nous restituer «  la vallée se dévoila soudainement à nous. Elle était baignée de la lumière limpide de ces matins hivernaux aux reflets bleutés qui deviennent presque dorés à mesure que le soleil inonde la terre et révèle une palette infinie de teintes, entre le vert et l’ocre, autant de taches riantes et généreuses, de bandes formant les champs, de sinuosités que décrivent des sentiers : tout un riche tapis subtilement tissé par des générations de paysans. »

    2_Vallee_jourdain_a_Magdal_Beni_Fadil_-_bill_Dienst.jpg

    En 1949 350 000 Palestiniens  prennent la route de l'exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël. Exode, diaspora, un vocabulaire qui sonne d’étrange façon lorsqu’il s’agit d’un  peuple victime lui même et qui l’impose à un autre peuple.
    Ecrit en 1949 ce texte n’a rien perdu de sa force, de sa vérité et bien que l’auteur ait été qualifié de traitre à l’époque, on peut estimer qu’ « Il y a un lien direct entre Hirbat-Hiza et les mouvements pacifistes d’aujourd’hui, constitués d’êtres humains ordinaires qui refusent, quelles que soient les circonstances, de prêter la main à l’injustice. » Voici les paroles de David Shulman qui écrit la postface à cette édition et qui milite lui aussi dans les mouvements pacifistes.
    J’ai lu ce livre après ma lecture de  Naguère en Palestine, c’est Miriam qui m’a offert cette référence, car il s’agit bien là d’un cadeau.
    A mon tour je vous l’offre pour qu’il prenne place dans votre bibliothèque.

    Des avis sur ce livre
    « Passer à côté de ce livre très intelligemment édité par Galaade serait une erreur capitale » dit Miriam
    « Yizhar était un grand écrivain. Peut-être le plus grand des écrivains du jeune État d’Israël. » – Shimon Peres
    « Le récit de S.Yizhar s'offre avec l'évidence et la simplicité des chefs-d'oeuvre. »  Livres Hebdo
    « Des années après les événements tragiques qu’il décrit, Hirbat-Hiza continue à déranger par son à-propos. » The Times Literary Supplement


    Le livre : Hirbat-Hiza - S Yizhar - Traduit de l'hébreu par Laurent Shuman - Editions Galaade 2010

    L’auteur
    yizhar.jpgSon nom est yizhar Smilansky, il est né en Israël en 1916 dans une famille d’émigrants russes. Combattant en 1948 il entre en politique aux côté de David Ben Gourion et occupe un siège à la Knesset pendants 17 années.
    Professeur de littérature à l’université de Tel Aviv il a publié trente romans et essais. Lauréat de nombreux prix il est considéré comme un des plus grands écrivains israéliens. ( source l’éditeur)



  • Naguère en Palestine - Raja Shehadeh

    naguèreenpalestine.gifNaguère en Palestine - Raja Shehadeh - Traduit de l’anglais par Emilie Lacape - Editions Galaade
    Je ne pense pas être une exception si je vous dis que le conflit Israélo-palestinien tient pour moi à la fois de l’incompréhensible et de l’inacceptable.
    Je me rends compte que je me fais une opinion à travers la presse écrite ou radio mais que j’ai très peu lu de livres sur le sujet,  en réfléchissant je n’ai pas lu du tout sur le sujet. Voila pourquoi j’ai acheté ce livre.

    L’auteur nous invite à faire avec lui sept promenades, sept balades dans les collines autour de Ramallah, Naplouse, Jéricho. « Quand je commençai à parcourir les collines, il y a un quart de siècle, je n’étais pas conscient de me promener dans un paysage en voie de disparition » C’est une terre millénaire que Raja Shehadeh parcourt au gré des saisons « La Palestine a toujours été l’un des pays les plus visités par les pélerins et les voyageurs » Ces paroles font aussitôt écho chez moi qui viens de lire Lamartine et ses très belles pages sur cette terre biblique.
    Suivons le dans ce qu’il appelle sept « Sarha » le mot qu’il utilise pour dire ses vagabondages « Un homme qui part en sarha se promène sans but, sans restriction de temps ni de lieu ; il va où son esprit le guide pour nourrir son âme et se ressourcer »

     

    Ramallah.jpg

    Ramallah - Image du blog de JL Kuffer

    De collines en vallées il nous découvre une terre rocailleuse, sèche, traversée de murets de pierres pour retenir la terre et permettre les cultures. Terre parsemée de vieilles habitations où il aime se reposer qui porte des noms comme « Ain Al-Lawza source de l’amande » et qui prend une toute autre allure après la pluie « Les fleurs sauvages poussaient en abondance le long du chemin. La plupart étaient minuscules : des iris bleus de quelques centimètres de haut, des fleurs de lin rose tout aussi proches du sol, quelques orchidées pyramidales (...) la terre était comme tapissée de fines broderies colorées »
    Il évoque sa famille et en particulier son grand-père qui a cultivé ici ses vignes, son verger et s'est même fabriqué un fauteuil quasiment royal.
    Nous ne pourrons partager la beauté de ses promenades qu’à la condition de partager aussi son extrême tristesse devant la perte progressive de sa terre.

    A coup d’expropriations, de tracés de routes, d’occupation militaire de certaines zones, de création de colonies de plus en plus nombreuses et de plus en plus étendues, le gouvernement israélien au mépris de ses propres lois a réduit l’espace de vie des palestiniens. L’utilisation abusive de la notion d’occupation des terres par les tribunaux entraînent la spoliation massive de propriétaires palestiniens.
    Son témoignage de juriste est sans appel et lui qui a courageusement créé une association de défense des droits de l’homme et a oeuvré pendant des années pour défendre ses concitoyens contre l’arbitraire, est aujourd’hui très pessimiste. Sa dernière promenade où il est « agressé » par de jeunes palestiniens armés et menaçants met un terme à l’espoir de voir enfin la paix régné sur ses collines « Debout sur les ruines de l’un de mes endroits préférés, près de là où je suis né et où j’ai toujours vécu, je sentis que les collines ne m’appartenaient plus. Je ne suis plus libre de venir m’y promener. Elles sont devenues dangereuses et je ne m’y sens plus en sécurité »

    ramallah2.jpg

    J’ai pris conscience grâce à ce livre du rétrécissement systématique des terres palestiniennes, de l’interdiction des déplacements choisis remplacés par des déplacements contraints, de l’arrachement à la terre par des expropriations iniques  et parfois violentes.
    Ce livre exprime tout cela avec une telle douleur dans les mots, une telle sensibilité qu’il fait plus pour notre compréhension que tous les reportages et que toutes les chroniques politiques.


    Raja_Shehadeh.pngL’auteur
    Raja Shehadeh est avocat et écrivain, il vit à Ramallah et à reçu pour ce livre le Prix Orwell 2008
    Le prix Orwell est un prix littéraire anglophone récompensant les œuvres rapprochant la politique du grand public, en littérature et en journalisme. Son nom est un hommage à l'écrivain et journaliste George Orwell (source Wikipédia)

    Petit additif

    Alors que je terminais ce livre et ce billet la chronique de Pierre Assouline est consacrée à la mort de Tony Judt qui s'est engagé en faveur d'un état binational avec des droits identiques pour les Israéliens et les Palestiniens. Je retiens cette phrase de lui que je fais mienne  " Les Juifs sont rendus muets par l’exigence qui leur est faite de soutenir Israël, les non-Juifs le sont tout autant par la crainte de passer pour antisémites, c’est pourquoi il n’y aucun dialogue sur le sujet " et je vous invite à aller lire l'article que Tony Judt a signé dans le Monde diplomatique (Juin 2008)