Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Le Coeur converti - Stefan Hertmans

    Un roman qui mêle petite et grande histoire, qui a ses racines en Provence mais qui emporte le lecteur vers Narbonne et plus loin encore en Egypte.

     

    Nous sommes en 1092 Vigdis Adélaïs est une jeune fille issue d’une famille de Rouen, elle s’est enfuie avec David Todros un jeune juif, fils du grand rabbin de Narbonne «  que tout le monde nomme le Roi aux juifs car sa lignée descendrait tout droit du roi David » 

    Et aujourd’hui le couple en fuite arrive dans le Vaucluse « Depuis la fenêtre qui m’offre une vue sur la vallée, je vois au loin deux personnes approcher. Elles doivent venir des hauteurs de Saint-Hubert, d’où l’on peut contempler aussi bien le sommet du mont Ventoux que la vallée de Monieux » du moins c’est ainsi que les imagine Stefan Hertmans. 

     

    ruines de Monieux.jpg

    Ruines du village de Monieux

    Saviez-vous que le Lubéron fut une région où les juifs vécurent un temps sans être inquiétés ? Il reste encore des traces même si elles sont difficiles à repérer.
    « Nombre de maisons ont donc commencé à s’effondrer dès la fin du dix-huitième siècle. Il n’en reste que des tas de pierres pittoresques, recouverts de vigne sauvage qui en octobre se teinte de rouge. » 

    Mais quand Vigdis Adélaïs, devenue Hamoutal, et David y pénétrèrent le pays était à quelques mois de l’appel du pape Urbain II pour la Sainte Croisade et Monieux va connaître un pogrom terrible.

     

    urbain_II_preche_croisade.jpg

    Urbain II prêchant la croisade et la mort

    pour les musulmans et les juifs "Dieu le veut"

    Comment une jeune fille qui a connu une vie d’aisance et de sécurité va-t-elle faire face aux dangers multiples : sa famille d’abord des chevaliers Normands assoiffés de vengeance, les armées de croisés qui vont déferler sur le village de Monieux. Les dangers du temps : épidémies, accouchement difficile, famine.

    C’est un roman très réussi. L’auteur parvient à nous embarquer sur les traces quasi invisible de ce couple hors norme. 
    Il le fait avec beaucoup d’empathie, avec tendresse et bienveillance sans pour autant omettre les faits noirs et violents. 
    Le destin d’Hamoutal nous emporte bientôt, on la suit à travers bois, rivières et mers. 

    Par de très habiles allers-retours entre présent et passé on suit son enquête qui le conduit de Rouen à Narbonne, de Palerme jusqu’au mystère d’une Guéniza véritable « puits de souvenirs »  ou à l’Université de Cambridge. 

    maquette d'une Guéniza.jpg

    Maquette d'une Guéniza

     

    Stefan Hertmans fait parfaitement revivre le passé, du funeste « Dieu le veut » des croisés en délire aux descriptions d’une région où il vit 

    « Tout donne l’impression que le paysage est resté le même au fil des siècles. Pourtant, ce jardin d’apparence paisible était à l’époque la partie la plus peuplée du village, où les ruelles étaient étroites et les hautes maisons sombres collées les unes aux autres. Ici dominaient le bruit, la puanteur et la diversité quotidienne d’une communauté médiévale grouillant de vie, entretenant des relations étroites et intenses. Ici on vivait et on mourait, on dormait, on travaillait et on jurait, on faisait l’amour et des enfants venaient au monde dans les conditions les plus primitives. »

    Un roman comme je les aime.

     

    Le Livre : Le coeur converti - Stefan Hertmans - Traduit par Isabelle Rosselin - Editions Gallimard 2018

  • Le Monarque des ombres - Javier Cercas

    Un fervent phalangiste, un franquiste fervent.

    Une famille franquiste c’est lourd à porter, Javier Cercas appartient à une famille de ce genre, depuis toujours il a envie et besoin d’écrire sur sa famille, sur son grand-oncle :

    « Il s’appelait Manuel Mena et il est mort à l’âge de dix-neuf ans au cours de la bataille de l’Èbre. Sa mort advint le 21 septembre 1938, à la fin de la guerre civile, dans un village du nom de Bot. C’était un franquiste fervent, ou du moins un fervent phalangiste, ou du moins l’avait-il été au début de la guerre (...) il fut le héros officiel de ma famille. »

    cercas

    Comment écrire sur sa famille ? L’auteur fait le choix de l’enquête, enquête autour du héros de la famille, Manuel, l’oncle adoré de sa mère, enquête dans la petite ville d’Ibahernando berceau des Cercas. 

    cercas

    Javier Cercas pour comprendre va interroger les anciens, ceux qui ont fait le choix du franquisme, ceux qui à contrario ont combattu dans les rangs républicains. Il reconstitue le parcours de Manuel Mena.

    Il interroge les archives, livre des faits bruts : des dates, des faits. Il questionne les photos familiales, pour dresser un portrait sans fard qui peut à tout moment faire tomber le héros de son piédestal.

    cercas

    Bataille de l'Ebre durant laquelle mourut Manuel Mena

    Le livre est aussi l’interrogation de Cercas sur le bien fondé d’un tel livre, comprendre les choix terribles qui se sont offerts à cette génération, les erreurs commises, le nationalisme exacerbé, l’impression de redonner la fierté aux pauvres, l’envie de livrer un juste combat et pour finir avoir servi un régime à l’opposé, un régime de terreur et d’exactions. 

     

    Il y a des pages magnifiques dans ce livre, le symbole de la maison où fut soigné Manuel Mena est fort et beau. Le tableau de ce village en 1938 est passionnant, ces habitants pauvres mais qui croient qu’ils ont quelques privilèges durement gagnés et vont faire le choix du franquisme pour les protéger. 

    Manuel est le représentant de ces hommes incapables de comprendre que le nouveau régime va les renvoyer à leur misère et que seule la République aurait pu les défendre.
    On sent à travers le récit et l’histoire familiale, la faille que représente le franquisme encore aujourd’hui.

    cercas

    Javier Cercas

    Ce livre est le récit des erreurs commises par une génération, de l’ambiguïté des choix. Que faire de ce passé si pesant ?

    En lisant Javier Cercas j’ai repensé au film magnifique : Lacombe Lucien, comment on choisit la mauvaise cause, au livre de Marie Chaix Les Lauriers de Constance et la culpabilité d’appartenir à une famille de collaborateur. 

     

    cercas

    Sur le sujet de la guerre d’Espagne vous trouverez ici plusieurs chroniques

    Lune de loup de Julio LLamazares

    Le Gué de Ramon Sender

    Instants de guerre de Laurie Lee 

    Sans oublier bien sûr Les Soldats de Salamine de Javier Cercas ou le Crayon du charpentier de Manuel Rivas

     

    cercas

    Le livre : Le Monarque des ombres - Javier Cercas - traduit par Aleksandar Grujicie - Editions Actes Sud

  • Poussière rouge - Gillian Slovo

    Vous souvenez-vous des commissions  vérité et réconciliation , ces commissions sous l’égide de Monseigneur Desmond Tutu, qui en Afrique du Sud étaient sensées permettre une transition sans effusion de sang entre un régime d’apartheid et un régime multiracial.

    comission.jpg

    L’apaisement est difficile lorsque jaillissent les faits enterrés jusque là, alors la tentation est grande de faire appel à des personnes extérieures pour garder un peu de recul.

    En 1995 lorsque Ben Hoffman un avocat blanc fait appel à une de ses anciennes élèves, celle-ci est devenue procureur aux Etats-Unis, il croit ainsi avoir trouvé une solution pour mettre au jour le meurtre présumé de Steve Sizela un militant de l’ANC arrêté en 1985 une des années les plus brutales de l’apartheid.

    En contre-partie il lui faut obtenir le témoignage d'une autre victime dans une autre affaire.

    apartheid.jpg

    L’amnistie des crimes passe par un aveu total des exactions commises mais rien n’est simple en ces années troublées, Alex Mpondo victime et héros n’a pas tout dit, pourquoi semble-t-il avoir des liens avec son ex-geôlier Dirk Hendricks qui a déposé une demande d’amnistie ? Que sait-il des meurtres perpétrés dans les cellules jouxtant la sienne ?

     

    La défense d’Hendricks est classique « Je suis un patriote. Toute ma vie, on m’a dit que si nous n’étions pas vigilants, nous serions dominés par la menace communiste. Je protégeais mon pays de la prise de pouvoir par des organisations à idéologie communiste. Je ne faisais que ce que je croyais être le mieux » j’ai agit sur ordre, c’est aussi ce que disaient les nazis. 

     

    hector.jpg

    © Médiapart

     

    Ces commissions ont existé mais elles ont soulevé autant de questions qu’elles en ont résolues. Comment faire disparaitre la haine, la punition suffit-elle ? Comment apporter une réelle réparation aux victimes ? 

    C’est une belle fable que ce roman, mêlant passé et présent, culpabilité et pardon, haine et responsabilité. Les personnages sont loin d’être manichéens et traduisent bien les difficultés de ce pays encore vives aujourd’hui, le racisme n’est pas mort hélas.

     

    J’ai relu ce roman cet été, je l’ai recommandé à beaucoup de personnes il semble de nouveau disponible chez l'éditeur

    slovo-portrait_2108293b.jpg

     

    Gillian Slovo est la fille d’un ancien ministre de Nelson Mandela.

     

    L’avis de Sandrine et de Cécile

     

    9782267016017FS.gif

     

    Le livre : Poussière rouge - Gillian Slovo - traduit par - Editions Christian Bourgois 

  • Alliance - James Michener

    Passer un Cap

    cap.jpg

    Un énorme pavé qui donne quelques clés de ce pays si extraordinaire et si dur.

    Un livre pour nous raconter comment est né ce pays peuplé pendant des décennies de hollandais, d’anglais, de français et qui ont balayé les populations déjà présentes.

    J’ai aimé ces longues histoires de familles, celles des bushmens aux tribus Zoulous en guerre contre les blancs, des hollandais raides sur leurs principes aux anglais colonisateurs en passant par les français fuyant les persécutions religieuses après la révocation de l'Edit de Nantes.

    Cette histoire recoupe l’histoire européenne avec les familles hollandaises qui pour s’enrichir tentent l’aventures du lointain, ces huguenots français chassés par l’intolérance religieuse qui partent non sans emporter avec eux ...quelques pieds de vigne.

    Franschhoek-le-coin-des-français-700x465.jpg

                                     le coin des Français

    J’ai aimé découvrir que de nombreux lieux d’Afrique du sud ont des consonances françaises de ce fait. 

    J’ai aimé lire comment est née cette guerre des Boers qui vit l’éclosion d’un homme qui marquera ensuite de son empreinte tout le siècle : Winston Churchill. Et parfois pour le malheur du pays la découverte des mines de diamants à Kimberley.

    J’ai apprécié l’effort de l’auteur pour comprendre comment a pu naitre l’apartheid.

    churchill.jpg

     

    Il est impossible de résumer ce roman foisonnant aux personnages multiples tous emblématiques d’une période, d’un fait historique. 

    On suit la famille Van Doorn de Hollande, les Saltwood d’Angleterre et aussi Nxumalos le héros Xhosa des combats contre les blancs. 

    On y voit les débuts de la ville du Cap, les massacres des africains vivant là depuis toujours, on suit les colons dans leur combat contre les anglais, les fameux Trekboers farouches fermiers calvinistes qui veulent sauvegarder leur liberté mais sans renoncer à garder les noirs en esclavage. 

     

    TrekBoers_crossing_the_Karoo.jpg

    Trekboers

    Les premiers blancs qui s’opposent à la ségrégation raciale au risque d’être publiquement mis « au ban » de la société.

     

    Black_Sash.jpg

    Les Black Shash groupement de femmes blanches opposées à l'apartheid

    Ne cherchez pas là une étude approfondie de l’histoire du pays et il y a sûrement ça et là des approximations mais c’est une façon très attrayante de remonter à la source de ce qui sera l’un des scandale du XXème siècle : l’apartheid.

    Ensuite lisez André Brink, Karel Schoenmann ou Gillian Slovo 

     

    alliance.jpg

     

    Le livre : Alliance - James Michener - Editions du Seuil ou Points seuil en 2 tomes

  • Little Rock 1957 - Thomas Snégaroff

    Les Neufs de Little Rock

    neuf.jpg

    Thelma Mothershed, Minnijean Brown, Elizabeth Eckford, Gloria Ray; Top row (L-R): Jefferson Thomas, Melba Pattillo, Terrence Roberts, Carlotta Walls, Daisy Bates (NAACP President), Ernest Green, 1957. (Credit: Everett Collection Historical/Alamy Stock Photo)

    Pour moi la lutte des noirs américains pour leurs droits est attachée à plusieurs souvenirs. 

    Le premier nom qui vient bien entendu est Martin Luther King mais tout de suite derrière il y a Rosa Parks qui refusa avec un courage incroyable de se plier à la ségrégation dans les autobus. 

    Ensuite il y a le film Mississipi burning qui fut une gifle car malgré ce que l’on croyait savoir la réalité était bien pire.
    Quand j’ai entendu parler du livre Little Rock 1957, sa lecture s’est imposée comme une évidence.

    « Tout avait commencé en 1903, à près de huit cents kilomètres de Little Rock, dans la petite ville de Topeka, Kansas, quand William Reynold, un homme noir, avait tenté d’inscrire son fils dans une école réservée aux Blancs. »

    foule .jpg

    Foule devant le lycée septembre 1957

    Après des années de lutte et une plaidoirie magistrale de Thurgood Marshall avocat de la NAACP mouvement de lutte pour les droits civils, la Cour Suprême en mai 1954 rendit illégale la ségrégation dans les écoles

    Thurgoodmarshall1967.jpg

    « La seule chose qui puisse expliquer cela, c’est la conviction profonde que le peuple qui fut réduit en esclavage doit être maintenu dans un état le plus proche possible de celui-ci. Il est temps, selon nous, que la Cour affirme clairement que ce n’est pas l’esprit de notre Constitution »

    Little Rock est la capitale de l’Arkansas, état où la ségrégation sévissait durementLe livre retrace à la fois le combat juridique, politique et des parcours individuels

    Celui en particulier d’Elizabeth Eckford, mais aussi celui de Orval Faubus un soi disant démocrate oeuvrant pour la ségrégation, d’hommes politiques attisant la haine et la peur, de journalistes faisant preuve d’audace. Les protagonistes des événements sont multiples depuis le gouverneur de l’état jusqu’au Président Eisenhower.

    Le destin d’Elizabet Eckford est emblématique

    little rock .jpg

     la haine en action 

    « Ce matin-là, Elizabeth était partie seule, à la différence de ses huit camarades qui étaient accompagnés. Arrivée aux abords du lycée, elle découvre une foule de plusieurs centaines d’adultes, mais surtout des jeunes femmes comme elle, vociférant des insultes racistes. Face à elle, une rangée de gardes nationaux : ils viendraient à son secours, croyait-elle. Ils ont croisé leurs armes pour l’empêcher d’aller plus loin. Elle a dû se réfugier, sous les hurlements et les premiers coups, sur un banc, jusqu’à ce qu’une jeune femme blanche, courageuse, l’accompagne à un bus. »

    La photo prise ce jour là fit le tour du monde et déclencha une réaction forte du Président qui envoya l’armée fédérale et destitua le gouverneur de l’état.

    Après que le gouverneur fut obligé de plier devant la loi les étudiants néanmoins subirent des pressions, du harcèlement pendant toute l’année.
    Insultes, menaces, et pressions aussi sur les étudiants blancs « Ne retournez pas au lycée, n’allez pas en classe avec les négros ! » mais aussi des sévices : soupe chaude versée dans le cou, jet de papier enflammé dans les toilettes, les soldats présents pour les protéger n’avaient en effet pas le droit de pénétrer dans les salles de cours, la cafétéria et les toilettes ! 

    statues.jpg

    Monument hommage aux neufs 

    Le combat pour les droits civils fut encore long mais Little Rock marqua un tournant important.

    Un livre très complet, très clair, avec des rappels utiles pour comprendre même si  parfois c’est un peu long et un peu trop détaillé à mon goût mais j’ai appris beaucoup de chose et ce livre rappelle que le combat n’est pas si loin. 

    Les neufs furent reçus à la Maison Blanche lors de l’élection de Barak Obama, juste revanche.

    Keisha m'a alerté sur une illustration de Norman Rockwell je l'ajoute à ce billet car elle me parait tout à fait parlante

    rockwell.jpg

    Thomas Snégaroff est un historien spécialiste des États-Unis et si vous regardez la 5 et l’émission C’est dans l’air,  vous l’avez déjà vu et entendu par exemple au moment de l’élection de Trump.

    snegaroff.jpg

    livre : Little Rock, 1957. L'histoire des neuf lycéens noirs qui ont bouleversé l'Amérique - Thomas Snégaroff - Editions Tallandier

  • Bribes du Sud

    plantation.jpg

    « La case de l’oncle Tom, faite de troncs d’arbres à peine dégrossis, était à peu de distance de « la maison ; » le nègre désigne ainsi par excellence la demeure du maître. Sur le devant s’étendait un gentil jardinet, où des soins assidus faisaient croître, chaque été, des fraises, des framboises, et une diversité merveilleuse, vu l’espace, de fruits et de légumes. Toute la façade était tapissée d’un grand bignonia écarlate, et d’un beau rosier multiflore, dont les branches, se croisant et s’enlaçant, laissaient à peine voir la rustique construction. D’éclatantes plantes annuelles, des œillets d’Inde, des pétunias, des belles de jour, orgueil et délices de la tante Chloé, trouvaient aussi un petit coin où déployer leur splendeur. »

    cases.jpg

     « Vous le voyez, poursuivit-elle, vous ne savez rien d’ici ; mais moi je sais. Ici, pendant cinq ans, j’ai été foulée âme et corps sous le pied de cet homme, et je le hais comme je hais Satan ! Ici, vous êtes sur une plantation isolée, à dix milles de toutes les autres, au milieu des marais. Pas un blanc pour porter témoignage, si on vous brûle vif, – si on vous échaude, si on vous coupe en morceaux, si on vous jette en pâture aux chiens, si on vous pend, après vous avoir fouetté à mort. Ici, pas de loi divine ou humaine qui puisse vous protéger, vous ni aucun de nous. Et lui, cet homme, il n’est pas d’indignités sur terre dont il ne soit capable »

     

    Le livre : La Case de l’oncle Tom - Harriet Beecher Stowe - Editions Flammarion