Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les grands classiques

  • La Messe de l'athée - Honoré de Balzac

    balzac

    Que diriez-vous si vous surpreniez un de vos amis, qui a toujours professé des idées athées et même anticléricales, la main dans le bénitier, en train d’assister à une messe à Saint Sulpice ?

    Horace Bianchon est un jeune médecin qui découvre son mentor, le célèbre chirurgien Desplein, en pleine contradiction avec ses positions habituelles résolument athées.

    Bianchon est stupéfait mais n’ose lui en parler, il admire son maître et ne veut pas le mettre dans l’embarras ; Desplein est un homme d’une grande probité mais rigide, inflexible et ambitieux et qui ne croit qu’en la science.

    balzac

    Guillaume Dupuytren qui a servi de modèle à Desplein

    Bianchon mène son enquête et le destin lui fait croiser à nouveau Desplein à Saint Sulpice, agenouillé dans une chapelle de la vierge, le secret est dévoilé et l’on fait alors connaissance avec Bourgeat le porteur d’eau.

    balzac

    peut être apercevrez vous le Dr Desplein 

    Avouez que c’est un prétexte bien léger même pour une nouvelle et pourtant je vous assure que La messe de l’athée est un petit bijou de nouvelle.

    Il y a de l’amitié, de la reconnaissance, de la générosité et de la noblesse de coeur dans cette nouvelle. On est même franchement ému et l’on s’interroge sur les protagonistes ou sur soi : que croire ? Faut il pratiquer pour être appelé croyant ? Est-il hypocrite de pratiquer sans avoir la foi ? 

    Une fois de plus je suis tombé sous le charme d’une nouvelle balzacienne qui dévoile l’âme humaine dans toute sa complexité, sa fragilité et sa grandeur.

    balzac

    Le livre : La messe de l’athée - Honoré de Balzac - Editions Gallimard Quarto 

  • Le Guépard - Tomaso di Lampedusa

    lampedusa

    Classer, ranger, dépoussiérer sa bibliothèque c’est une tâche longue mais réjouissante car c’est l’occasion de faire réapparaitre des livres enfouis derrière d’autres livres, ceux qu’on a lu il y a longtemps et qui retrouvent à cette occasion une nouvelle jeunesse.

    Concours de circonstances une amie de blog m’a envoyé une photo de son voyage en Sicile, la coïncidence était trop forte me voilà replongée dans Le Guépard, à humer les citronniers, à m’abriter de la chaleur insupportable à faire froufrouter ma robe de bal.

    lampedusa

    Juste un brin d’histoire mais vite, comme en passant : Le roman se passe en 1860, Garibaldi débarque pour réaliser l’union de l’Italie et le rattachement de la Sicile à la couronne de Victor-Emmanuel de Savoie. Une révolution qui verra l’émergence d’une nouvelle classe sociale. 

     

    Le roman est une succession de tableaux, ceux d’une aristocratie fin de races avec des personnages inoubliables.

    Le Prince de Salina, Don Fabrizio, frivole, colérique, dernier représentant de cette aristocratie sicilienne sur le déclin. Si il aime le faste, il aime aussi vivre un rien en reclus entouré de ses livres, de ses télescopes, plus passionné par l’astronomie que par l’évolution orageuse de l’Italie et la victoire de Garibaldi 

    lampedusa

    « Inutile de se forcer à croire le contraire, le dernier Salina, c’était lui. Ce Garibaldi, ce Vulcain barbu avait gagné. »

    Ce sera la naissance d’un nouveau monde représenté par l’inénnarable maire de Donnafugata qui ne sait pas porter le frac, ni faire un noeud de cravate. Une nouvelle aristocratie dont Lampedusa illustre magnifiquement la naissance.

    lampedusa

    Donnafugata dans le roman  Palma di Montechiaro en réalité

    Tancrède Falconeri, le neveu, c’est la nouvelle génération, jeune insolent avide de plaisirs  dont l’héritage est parti en fumée mais qui va pouvoir prendre sa revanche. Le prince l’aime plus que ses propres fils. 

    Il accepte donc sans barguigner le mariage avec la belle Angelica, fille du maire local qui est en train de devenir le plus riche notable du pays. Il en tombe même éperdument amoureux.

    lampedusa

    Ah l’arrivée d’Angelica dans la famille est un morceau de bravoure que j’ai relu avec un plaisir absolu, Concetta la fille du prince amoureuse en secret de Tancrède est contrainte de faire bonne figure et c’est très douloureux.

    Le prince le met en garde envers cet amour tout neuf  « Feu et flammes pendant un an, cendres pendant trente.» Il parle d'expérience.
    Tancrède et Angelica Sedara marque le changement de la société mais le prince voit au-delà

    lampedusa

    « Ils offraient le plus pathétique des spectacles, celui de deux très jeunes amoureux qui dansent ensemble, aveugles à leurs défauts respectifs, sourds aux avertissements du destin, dans l’illusion que tout le chemin de la vie serait aussi lisse que les dalles du salon »

    Comme dans les adaptations marquantes d’une oeuvre littéraire, il est difficile aujourd’hui de penser aux héros du roman sans voir Claudia Cardinale danser au bras de Burt Lancaster. 
    Le fameux bal chez les Ponteleone, au cours de laquelle le Prince dansera avec Angelica qui a appris ce qu’est la bonne tenue en société

    lampedusa

    « Son maintien ne se démentit pas une seule minute : on ne la vit jamais errer seule la tête dans les nuages, jamais ses bras ne s’écartèrent de son buste ; jamais sa voix ne s’éleva au-dessus du diapason » 

    La danse, la musique, le cristal et l’argenterie, et les parfums de la nuit, le Prince se sent vieux et fatigué mais encore sensible à la beauté d’Angelica.

    Le bal est le point culminant du roman, il n’empêchera pas l’effondrement de cette aristocratie et de ses privilèges.
    De sa tour, derrière son télescope le Prince Salina regarde de loin son monde s’écrouler, le bal a été son adieu, son chant du cygne. Le thème du temps qui passe est très fort dans le roman un peu comme dans le dernier tome de La Recherche.
    C’est un roman splendide sur la mort et le vieillesse qui vient, sur la fin des illusions.

    C’est aussi un superbe tableau de la Sicile comme le dit Dominique Fernandez

    lampedusa

    « Les paysages brûlés de soleil, la canicule immuable, l’odeur de poussière et de fleur d’oranger, les vieilles demeures seigneuriales ceinturées d’eucalyptus, les intérieurs sombres et lugubres derrière une façade baroque, l’union fabuleuse du faste et de la misère »

    lampedusa

     Giuseppe Tomasi de Lampedusa l’aristocrate sicilien s’inspire largement de sa propre vie pour concevoir son héros, le prince Fabrice de Salina. A travers lui, l’auteur dépeint la fin d’un monde 
    En 1954, le prince sicilien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, duc de Palma essuie un double refus de deux importants éditeurs italiens et meurt avant de voir son roman publié

    lampedusa

    Le Livre : Le Guépard - Tomaso di Lampedusa - Traduit par Jean Paul Manganaro - Editions du Seuil

  • Enfance Adolescence Jeunesse - Leon Tolstoï

    tolstoï

    Isaac Levitan Les bouleaux

    Voilà un livre qui enchante à la fois par sa grâce, sa sensibilité et par l’intérêt qu’il présente de nous montrer le futur grand écrivain à ses débuts.

    Les trois volets de ces récits sont parus étalés dans le temps, une chose domine c’est la sensibilité de l’auteur. Les récits de la petite enfance sont les meilleurs à mon goût. Véritable journal intime dans lequel les scènes sont touchantes. Les portraits tiennent beaucoup de son entourage même si l’on ne peut pas reconnaitre les membres de la famille derrière les récits. 

    Ce qui fait le grand charme c’est la capacité d’évocation de Tolstoï qu’on retrouvera dans Guerre et Paix ou dans Anna Karénine. C’est la société russe qui est dépeinte, la vie à la campagne, les portraits des domestiques et de la famille, la joie de profiter de la nature environnante.

    Tolstoï fut un grand sensuel et on le trouve ici amoureux du son des cloches, des odeurs du foin, des arbres d’Iasnaïa Poliana , il y a une réelle vibration dans ces pages.

    tolstoï

    Les bois d'Iasnaïa Poliana et la tombe de Tolstoï

    Dans Adolescence le ton change. Tolstoï dit s’imposer des règles de vie, habitude qu’il aura toute sa vie. Des désillusions arrivent. La noblesse est oisive et s’adonne à des plaisirs faciles et le jeune homme s’interroge sur l’argent, le désir de gloire.

    Tolstoï a vingt trois ans quand il écrit le début de ses souvenirs d’enfance. Le récit va lui donner du fil à retordre et il devra corriger, élaguer, dans son journal il dit «  Il faut supprimer sans pitié tous les passages peu clairs, mal placés, trop longs, en un mot peu satisfaisants, même s’ils sont en eux-mêmes valables. »

    tolstoï

    Tolstoï jeune

    C’est Tolstoï l’apprenti écrivain à ses débuts. Il y a quelques longueurs ou des récits un peu en surnombre et des répétitions mais le plaisir l’emporte largement.

    tolstoï

    Isaac Levitan Le manoir

    Dans Jeunesse il y a un chapitre magnifique qui déjà montre le grand écrivain 

    « La plupart du temps je me levais de bonne heure. Je m’habillais rapidement, prenais sous mon bras une serviette et un roman français, et m’en allais me baigner dans la rivière, à l’ombre d’un bosquet de bouleaux, à quelques cinq cents mètres du manoir.

    Une fois là, je me couchais dans l’herbe et je lisais. Parfois j’abandonnais mon livre pour observer la surface de l’eau qui se couvrait de taches violettes aux endroits situés dans l’ombre, et commençait à frémir sous la caresse de la brise matinale; ou bien le champ de seigle mûrissant, sur l’autre rive; les parties basses des troncs blancs des bouleaux, colorés en rouge par le soleil »

    Un classique dont le charme ne s’épuise pas 

    tolstoï

    Le livre : Enfance Adolescence Jeunesse - Leon Tolstoï - Editions Cercle du bibliophile ou en folio 

  • Un drame au bord de la mer - Honoré de Balzac

    noel

    Je lis en ce moment plusieurs essais, au milieu de ces lectures très sérieuses j’ai intercalé une lecture courte qui m’a beaucoup plu 

    Plus je lis les nouvelles de Balzac plus j’y trouve du plaisir.
    Maupassant l’admirait pour ses nouvelles c’est dire ….

    Drame au bord de la mer est un récit très court. Faisons un peu de tourisme avant le tourisme, cap sur Le Croisic

    balzac

    Deux amoureux s’aventurent sur cette côte, ils sont friands de nature et de découvertes. 

    Il croise un vieux pêcheur manifestement sans le sou à qui ils achètent un homard et une araignée de mer. 

    balzac

    Ce vieux pêcheur va leur dévoiler un peu son savoir : les beaux coins, les chemins praticables et leur signale une grotte à éviter, celle de l’ermite local, qui a un nom qui va sonner aux oreilles de certains lecteurs, il s’appelle Cambremer,  on ne sait qui il est, alors ….méfiance.
    Les deux jeunes gens supplient le pêcheur de raconter son histoire et de donner la clé de l’énigme

    Un thème très simple qui m’a plu, le récit du pêcheur à propos de l’ermite, récit dans le récit qui raconte une histoire tragique qui va bouleverser la journée joyeuse de nos deux amoureux.

    balzac

    Pauline de Villenoix  et Louis Lambert 

    Certes ce n’est pas un grand texte mais en quelques lignes Balzac plante un décor, on a tout, les paysages, le climat, les hommes au travail et ça sans aucune longueur.

    noel

    Pour illustrer le billet me sont venues immédiatement les peintures d’ Eugène Boudin

    balzac

    Le livre : Un drame au bord de la mer - Honoré de Balzac - Editions Gallimard Quarto

  • Ecoutez Ovide et Lucrèce

    ovide,lucrèce

    La littérature antique n’attire pas les foules.
    Je sais qu’en matière de livre audio la majorité des adeptes va préférer un roman mais ……

    Tentez l’expérience et peut être l'écoute vous donnera envie de lire Les Métamorphoses ou De natura rerum. 

    ovide,lucrèce

    Mon chemin vers les livres

    Qu’est-ce qui m’a mené vers ces deux livres audio ? 

    Un intérêt toujours vif pour Ovide, j’ai suivi un cours d’histoire de l’art il y a quelques années et j’avais été stupéfaite du nombre d’oeuvres qui arrivent en droite ligne de chez Ovide. 
    Peintures et sculptures pleuvent pour illustrer les Métamorphoses et c’est sans rien dire des poètes qui les ont exploitées tant et plus.

    ovide,lucrèce

    C’est l’histoire du monde que vous allez écouter.
    Savez-vous qu’exilé au bord de la mer noire, Ovide brûla son livre de désespoir, heureusement des copies avaient été faites par ses amis ! 

    Pour lire une oeuvre comme celle-ci il fallait un grand lecteur, Michel Vuillermoz est parfait dans l’exercice, sa voix, sa diction, son rythme tout est réussi.
    C’est une jolie collaboration entre Frémeaux éditeur de livres audio et Les Belles Lettres éditeurs des grands classiques de l’antiquité.

    ovide,lucrèce

    Et bien sûr vous pouvez choisir de le lire 

    Le second livre est plus encore un bel exercice, car non content d'avoir la lecture audio de l’oeuvre de Lucrèce, on a en prime une traduction renouvelée et magnifique de Bernard Combeaud.

    Le titre d’ailleurs a changé, De natura rerum est devenu La naissance des choses, un beau titre.

    ovide,lucrèce

    La traduction papier de Bernard Combeaud peut encore se commander à la librairie Mollat mais je ne l’ai pas trouvé en vente ailleurs.

    Lucrèce c’est le mélange de la poésie et de la philosophie, magnifiquement retraduit et en vers ce qui touche à l’exploit, le livre est lu par Denis Podalydès, gage de lecture parfaite.

    ovide,lucrèce

    la naissance du monde vu par Dali

    J’ai découvert le livre de Lucrèce tardivement mais je suis immédiatement tombé sous sa coupe, le poète qui sait masquer le goût un rien amer de la philosophie sous un miel de poésie, ce n’est pas moi qui le dit, c’est lui.

    Pour en savoir plus je vous renvoie à ma chronique ici

    Parfois il faut saluer les éditeurs après qui je râle parfois, merci aux Editions Mollat et Frémeaux pour ces deux belles réussites

     

    Je vérifie encore une fois ici le plaisir qu’il y a à lire par ricochets 
    Bonne découverte et bonne écoute 

  • Le Moulin sur la Floss - George Eliot

    Lorsqu’un auteur me plait je vais souvent au bout de ma lecture, parfois il me faut beaucoup de temps mais cahin-caha j’avance.

    Mon auteure actuelle est George Eliot, après l’essai de Mona Ozouf il est temps de revenir aux romans. 

    Impossible de commencer cette chronique sans répéter les mots de Proust
    « deux pages du « Moulin sur la Floss » me font pleurer. » 

    moulin de Parham John Constable.jpg

    Moulin de Parham - John Constable

    Faisons connaissance avec Maggie et Tom Tulliver, elle est vive, intrépide, enthousiaste, curieuse de tout, rêveuse et vite enfiévrée par les livres, Maggie voudrait tant étudier. Mais elle souffre d’un handicap certain : c’est une fille.

    Tom lui est le point de mire de la famille, il porte l’ambition du père, s’élever dans la société et pour cela faire des études ce qui exige des sacrifices et l’endettement pour M Tulliver propriétaire d’un moulin. 

    Tom aime beaucoup sa soeur mais ne peut pas s’empêcher de lui adresser piques et rebuffades, de l’humilier et de faire preuve de pas mal de mesquinerie, trouve normal de recevoir un souverain lorsque Maggie doit se contenter de shillings, en cela il ne fait que suivre l’avis d’une société qui maintien la femme en état de dépendance et de soumission.

    le moulin.png

    Lorsqu’après des déboires, dus à l’ entêtement du père, la famille  se retrouve démunie, ruinée, Tous les espoirs reposent sur Tom qui doit permettre aux Tulliver de retrouver leur place dans la société et ainsi venger l’honneur de son père. 

    Pour parvenir à ce résultat la famille va devoir consentir des sacrifices. Sacrifier son bien être et se séparer de ses possessions, je vous recommande une scène autour d’un problème de théière qui est un morceau d’anthologie, le tempérament sarcastique de George Eliot éclate dans ce genre de scène.

    théière.jpg

    Mais le sacrifice va aller bien au-delà pour Maggie. Elle a un tempérament ardent Elle va devoir sacrifier beaucoup, une amitié amoureuse avec Philipp Wakem le fils de l’ennemi juré des Tulliver, puis un amour éclos bien malgré elle pour Stephen le fiancé de sa cousine.

    The-Mill-on-the-Floss-BBC.jpg

    Je sais qu’il est habituel de parler de ce roman comme celui de l’amour entre un frère et une soeur  mais pour moi indéniablement c’est le roman de Maggie, c’est elle le centre du récit.

    Elle est une héroïne superbe, en soeur aimante alors que son frère est très souvent dur et injuste avec elle « Tu as toujours pris plaisir à me punir... tu as toujours été dur et cruel avec moi. » crie-t-elle dans un moment de révolte. 

    Jeune fille vite enflammée elle  a au fond d’elle la volonté farouche de ne nuire à personne et accepte pour cela de sacrifier ses propres désirs, ses propres passions. 

    paddington-mill-pond-abinger-hi_orig.jpg

    J’ai aimé les scènes bucoliques autour du moulin, la peinture très poétique d’une vie naturelle et simple. 
    La rivière est centrale dans le roman, voici ce que dit Mona Ozouf dans son essai sur George Eliot 
    « La Floss cependant est bien la personne centrale du récit. Séduisante, incertaine, ombrageuse, un brin sorcière, elle est la maîtresse du moulin qu’elle cerne, fait vivre menace »

    Si je n’ai pas comme Proust, pleuré à la lecture du Moulin sur la Floss, j’ai cependant été touchée par Maggie qui va rester pour moi, un de ces beaux personnages à l’égal de Jane Eyre, de Dorothea de Middlemarch ou d’Elizabeth Benett.

     

    9782070426270-475x500-1.jpg

    Le livre : Le Moulin sur la Floss - George Eliot - Gallimard Folio