Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Biographie Correspondance journaux

  • L'encrier de madame de Sévigné - Barbara Lecompte

    Je fouine souvent chez Arléa et j'y ai trouvé mon bonheur

    Les cours de français au lycée m’ont toujours pesé, froids, sans âme, je m’y suis ennuyée à périr sauf ...Sauf lorsqu’il fut question de Mme de Sévigné, cette femme me plaisait infiniment.

    Outre ses lettres j’ai lu une biographie sérieuse, un roman très amusant et aujourd’hui un livre qui est un pêché mignon pour moi, une de ces balades sur les pas d’un écrivain.

    Les Rochers en Bretagne.jpg

    Une balade qui tient du voyage véritable et qui va du Marais à la Bretagne, détour en Bourgogne et surtout en Provence chez la plus belle fille de France de l’époque dit-on, Françoise de Grignan.

     

    Disons tout de suite que Barbara Lecompte est partiale, mais une partialité qui me plait : « Madame de Sévigné ensorcelle. » 

    Elle aime imaginer la belle Marquise en bonne compagnie, Mme de La Fayette, La Rochefoucauld, les Messieurs de Port Royal.

    Elle rêve devant son écritoire, ses plumes et peut être son encrier. 

    Le livre va gaiement au gré des chemins qu’emprunte la marquise, songez qu’à l’époque il fallait pas loin de dix huit jours pour aller de Paris en Provence !

    Madame_de_Sevigné.jpg

    « Elle parfumait son papier et usait une quantité incroyable de plumes, des litres d’encre. A son écritoire, tour à tour amusée, triste ou taquine, elle se laissait guider par ses pensées. »

    Nous profitons de ses joutes avec son cousin Bussy Rabutin qui dit on était amoureux d’elle, on la voit côtoyer La Fontaine et Fouquet, prendre leur défense à l’heure où cela était dangereux. 

    Mais surtout on la trouve devant son écritoire et Barbara Lecompte nous permet de regarder par dessus cette épaule que le tout Paris admirait.

    grignan.jpg

    «  De l’hôtel de Coulanges à Carnavalet, et des Rochers à Grignan, il fut bon de sévigner ainsi par les chemins de traverse chers à la marquise. Sa présence est encore palpable autour de nous »

    C’est une balade parfaite, mêlant anecdotes et éléments biographiques, on apprend ainsi que sa fille, la fameuse Mme de Grignan fut un temps dans la ligne de mire de Louis XIV, que la marquise aimait se baigner dans la Seine et que son jeune mari la fit très tôt veuve car le bel Henri de Sévigné était volage mais aussi enragé duelliste

    J’ai aimé ce petit livre qui nous livre bien des charmes de la belle épistolière sans jamais alourdir le propos.

    DSC_0013.JPG

     Le livre : L’Encrier de madame de Sévigné - Barbara Lecompte - Editions Arléa 2017

     

  • Albert Camus Fils d'Alger - Alain Vircondelet

    camus

    A Lourmarin

    C’est parti pour une seconde chronique camusienne avec les livres qui m’ont le plus apporté, soit par la proximité de l’auteur avec Camus, soit par la richesse du propos.

    J’ai dit dans le premier billet que les biographies les plus connues ne m’avaient pas enthousiasmées, celle d’Alain Vircondelet m’a plu à un détail près.

    Mettons d’abord à plat ce qui m’a gêné, A Vircondelet est manifestement croyant et tente à plusieurs reprises de ramener Camus dans le giron de l’Eglise, de façon sans doute sincère mais affirmer que Camus est en quelque sorte un chrétien qui s’ignore c’est un peu trop pour moi, c’est peut être le fantasme d’Alain Vircondelet mais cela est réfuté par toutes les positions de Camus tout au long de sa vie, de ses écrits.

    Bon maintenant passons au positif, Alain Vircondelet saisit de très belle façon la proximité qu’il a avec l’écrivain.

    Comme Camus il eu une enfance à Alger, il fréquentait  les mêmes plages, les mêmes rues, le même soleil. Le style qui emploie est d’ailleurs proche volontairement je pense de celui de Camus et c’est assez réussi 

    Il y a de beaux portraits, on comprend l’amour que Camus portait à cette terre, l’enfance et l’adolescence sont parfaitement détaillées avec un ton très chaleureux que j’ai aimé.
    Il y a de très belles pages sur l’Algérie, sur la douleur de l’exil, son livre est centré sur cet aspect et pour cela je l’apprécie.

     

    camus

    Tipasa

    Emmanuel Roblès fut son ami de toujours, celui des bons et des mauvais jours. 
    Camus le premier permis à Roblès de voir ses livres édités, il fut à ses côtés lors de la disparition d’un de ses enfants, ils partageaient l’amour de l’Algérie.

    Emmanuel Roblès trace un beau portrait, l’aventure du théâtre à Alger, sa collaboration au journal l’Alger républicain dont les chroniques vaudront à Camus d'être un des premiers expulsés d’Algérie. un séjour commun en Kabylie.

    Roblès met l’accent sur les gestes de générosité de Camus même avec ses ennemis de papier, André Breton par exemple qui après l’avoir cloué au pilori pour un Homme révolté, vint quémander de l’aide lors d’un procès en correctionnelle, ou la phrase assassine de Jules Roy qui ne pardonnait pas son refus d’ engagement pour l’Algérie française et qui dit lors de la mort de Camus « la mort lui a finalement rendu un grand service » ! on ne peut être plus élégant ! 

    Un petit livre qui sans être indispensable fait un beau portrait de l’écrivain et traduit bien sa fidélité en amitié.

     

    camus

    Dans son livre Jean Daniel ne tente jamais de se faire passer pour un proche de Camus mais il est celui qui le respecte comme une sorte de père spirituel jusqu’à la fracture de la guerre d’Algérie et du refus de Camus de soutenir le FLN. 

    C’est le Camus journaliste qui est mis en avant ici :

    « Il est vrai qu’il a désavoué la détention d’un injuste pouvoir, la tentation de distribuer le blâme et l’éloge, la difficile résistance au culte de la mode et de l’air du temps. La compétition entre les rivaux, le dénigrement transformé en système et les courtisans de tous les pouvoirs. Pourquoi ? Simplement parce que c’est aussi cela, le journalisme. »

    Il a aimé le Camus qui toujours fut

    « dans le camps des humiliés, des oubliés de l’Histoire »

    Une belle place est faite au journaliste de Combat. C’est pour moi un livre bien équilibré, honnête, sincère et juste, qui ne masque rien des désaccords mais qui est toujours empreint de respect et d’admiration. Un très beau livre.

    camus

    Camus journaliste

    Enfin pour terminer le livre de Michel Onfray.

    Oui oui je sais Onfray est parfois dans l’outrance, dans l’impatience, dans l’imprécation. Oui MAIS

    C’est de loin le livre qui m’a le plus aidé à comprendre Camus, sa philosophie d’abord et là Onfray est excellent, même si il fait pas mal de digressions, c’est clair et riche à la fois.

    On lui a reproché de faire une place trop grande au débat avec Sartre, peut-être, mais j’ai aimé que lorsqu’on aime un auteur, un philosophe, on n’hésite pas à le défendre et ses défenseurs étaient à l'époque assez peu nombreux.

    Si Camus à souffert ce n’est pas d’avoir eu trop d’amis et de soutiens ! Les années noires de 1956 à sa mort, Michel Onfray s’attache à remettre en perspective le combat de Camus, sa haine du terrorisme, son refus de toute peine de mort. Il note à quel point la calomnie prit la place du débat dans ces années là. 

    camus

    Lettre que Camus adressa à Louis Germain son instituteur au moment du Nobel

    19 novembre 1957

    Cher Monsieur Germain,

    J'ai laissé s'éteindre un peu le bruit qui m'a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler un peu de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n'ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j'ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. Je ne me fais pas un monde de cette sorte d'honneur mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l'âge, n'a pas cessé d'être votre reconnaissant élève.

    Je vous embrasse, de toutes mes forces.

    Albert Camus

     

    camus

    Sans doute parce que, de mon côté, j’ai eu un père qui était très mesuré sur ce qu’il fallait faire en Algérie, je me retrouve totalement dans la position de Camus et dans l’analyse qu’en fait Michel Onfray.

    J’ai apprécié les chapitres consacrés à chaque livre de Camus, son rôle de journaliste que j’avais déjà découvert avec Jean Daniel. 

    Bref un livre peut être un peu tonitruant mais qui sert Albert Camus, un livre auquel je reviens quand j’ai besoin d’éclaircissement sur la pensée et les positions de Camus. 

    camus

    Les livres
    Albert Camus Fils d’Alger - Alain Vircondelet - Editions Fayard ou Hachette pluriel 
    Frère de soleil - Emmanuel Roblès - Editions du seuil - d’occasion ou en numériqueAvec Camus - Jean Daniel - Editions Gallimard
    L’ordre libertaire - Michel Onfray - Editions Flammarion ou J’ai lu

  • Albert Camus ou les promesses de la vie - Daniel Rondeau

    Il y a longtemps que je veux faire une chronique sur Albert Camus. Pas pour son Nobel, pas parce qu’il est l’écrivain français contemporain le plus lu dans le monde, non tout simplement parce que j’aime sa prose, sa philosophie, son amour pour un pays, sa façon d’être fidèle à une enfance, sa reconnaissance pour ceux qui l’ont éveillé et lui ont donné la chance de découvrir ses dons. 

    camus

    J’ai une jolie bibliothèque Camusienne même si finances obligent je n’ai pas l’oeuvre en pléiade.

    J’ai sauté sur le Quarto publié il y a quelques mois où l’on retrouve l’essentiel, avec la publication de ses carnets en folio c’est tout Camus qui vient à nous.

    Au fil du temps j’ai accumulé pas mal de livres sur Camus, c’est d’eux dont je veux vous parler. Ils sont nombreux aussi je vais faire deux billets.

    Tout d’abord passons rapidement sur les deux biographies officielles, sans doute les plus complètes, les mieux documentées mais, car il y a un mais, si je les ai lues avec intérêt aucune n’a trouvé place dans ma bibliothèque car elles manquent singulièrement de chair et de sang si vous me permettez l’expression. Ouvrages documentaires mais assez éloignés de ce que j’aime dans les biographies : sentir vivre l’homme.

    camus

    A gauche la famille Camus, à droite le gardien de but 
    © Camus ou les promesses de la vie

    J’ai mis dans la même catégorie le livre de souvenirs de Jean Grenier, il fut son prof au lycée et plus tard son mentor lors des premiers pas de Camus en littérature mais ses souvenirs sont largement entachés de non-dits, comment expliquer par exemple que Jean Grenier encourage Camus à s’inscrire au PCF quand dans le même temps il met la dernière main à un livre à charge contre ce même parti ? son admiration est exprimée parfois du bout des lèvres, alors que Camus malgré l’attitude de Grenier avec lui ou pendant l’occupation, ne lui a jamais compté ses remerciements. Dommage 

     

    camus

    La rue de Lyon à Alger en 1956 

    J’ai commencé par ce qui m’a le moins passionné, il est temps de passer aux livres qui constituent mon fond Camus auquel je reviens régulièrement.

    Un tout petit livre dans lequel on trouve les lettres que Camus écrivit à un de ses amis poète, René Leynaud, celui-ci fut fusillé par les allemands. Dans ce même opuscule un petit essai d’André Comte-Sponville sur le Mythe de Sisyphe et surtout un article de Patrick Renou qui dit joliment sa passion pour Camus.

    « Parfois dans une vie, il y a deux ou trois noms qui reviennent, deux ou trois êtres qu’on ne quitte pas. Je garde Albert Camus. Avec une poignée d’écrivains qui ne cessent de revenir dans ma vie. »

    il a de très belles phrases comme celle-ci :

    « Les livres viennent de la solitude, de la grandeur du silence, de la mesure des mots, et, dans un même tourbillon, de la vivante nudité des sentiments. Ouvrir un livre de Camus, c’est ressentir immédiatement le désir d’être un peu moins lâche, un peu moins sot »

    et pour terminer 

    « Je dois à Camus — et c’est si peu de l’écrire — ces premiers matins du monde dans la lueur de lire. »

    Un petit livre non pas indispensable mais précieux.

     

    camus

    Si vous chercher un livre agrémenté de photos intéressantes le livre de Daniel Rondeau est fait pour vous, il ne faut pas y chercher une analyse de l’oeuvre ni même une biographie importante mais j’aime ce livre pour son ton.

    Son introduction m’a ramené des années en arrière, pendant ce qu’on appelait alors, non pas la Guerre d’Algérie mais « les événements » 

    « Un transistor posé dans la cuisine rapportait un écho continu des événements qui se déroulaient de l’autre côté de la Méditerranée »

    je me souviens des reportages radio de l’époque, je revois ma vieille marraine m’annonçant la mort du fils d’une amie à Alger, je revois mes parents suspendus à la télévision la nuit du putsch...

    camus

    Famille Camus © Camus ou les promesses de la vie

    Et je partage son éblouissement à la première lecture de Camus :

    camus

    Tipasa 

    « C’était le printemps, le soleil donnait, je vivais. Quand je fermais les yeux, je respirais l’odeur des absinthes dans les ruines de Tipasa, j’entendais la respiration de la mer, je nageais avec Rieux et Tarrou dans la tiédeur de l’eau, sous une caresse de lune et d’étoiles qui desservait l’étreinte de la peste. »

    Daniel Rondeau a composé un livre tout en admiration, j’ai aimé les photos de la Casbah de l’époque, de la famille Camus dans le quartier de Belcourt. 

    Beaucoup de documents intéressants dans ce livre et des photos magnifiques, un livre où l’on apprend rien de nouveau mais où l’on sent battre le pouls de Camus.

    camus

    «  Il y avait chez lui, une noblesse, une ardeur serrée, une façon de voir l'éternité dans chaque instant, un mouvement naturel entre la prose et la parole qui l'ont fait grandir dans son cœur et durer dans celui des hommes. »

    Dans le prochain billet 3 autres livres  vous attendront ici 

    camus

    Les livres :

    mes préférés

    Albert Camus De l’absurde à l’amour - André Comte-Sponville - Editions de l’aube   disponible en numérique
    Camus ou les promesses de la vie - Daniel Rondeau - Editions Menges  réédité en 2011

    les plus connus

    Albert Camus Une vie - Olivier Todd - Editions Gallimard Folio
    Albert Camus - Herbert Lottman - Editions du Seuil   à trouver d’occasion
    Albert Camus Souvenirs - Jean Grenier - Editions Gallimard

  • Dictionnaire amoureux de Stendhal

    Quand on aime on ne résiste pas au Dictionnaire amoureux d’un auteur. En plus écrit sous la houlette de Dominique Fernandez ça ne se refuse pas.

    stendhal

    D Fernandez a lu Stendhal très jeune et depuis accumule notes et commentaires, autant dire que son dico s’est écrit presque tout seul.

    Parfois dans ce genre de livre on aime certains articles et on en saute allègrement certains moins attrayants, là je dois dire que j’ai lu tout de bout en bout ET dans l’ordre, un exploit pour moi qui aime bien aller à sauts et à gambades.....

    stendhal

    Stendahl passa par Vilnius lors de la retraite de Russie 

    J’ai aimé le portrait de cet homme, rougeaud, court sur pattes, laid, un rien paralysé devant les femmes qui  nous a donné des portraits de jeunes hommes fringands, beaux, et faisant pâmer les femmes !  Jolie revanche.

    D Fernandez nous promène dans la vie et l’oeuvre avec bonheur, humour, éloquence, passion.

    On suit Henri à la suite de l’armée impériale, on est avec lui en Italie et en Russie, à l’opéra, dans les musées et les concerts, les salons et les bals.

     

    C’est un chant d’amour pour l’Italie qu’il partage avec son auteur fétiche et que D Fernandez sait nous transmettre.

    J’ai aimé qu’il me tente fortement avec la Vie d’Henry Brulard que je n’ai pas lu contrairement à Keisha, une « autobiographie extraordinaire de liberté et d’insolence » un livre sans vanité ni prétention nous dit Fernandez contrairement à Chateaubriand et Flaubert, ces deux là il ne les aime pas beaucoup.

    stendhal

    J’ai aimé l’accent que Fernandez met sur le style de l’auteur, sur son admiration pour des peintres ou des auteurs peu reconnus à l’époque mais qu’il défend parce qu’il les apprécie.

     

    J’ai aimé l’explication qu’il donne devant la vie amoureuse catastrophique de son héros «  Il avait sans doute la passion des conquêtes, des débuts, beaucoup moins celle des relations inscrites dans la durée. Et il était trop libre pour envisager de se marier. Il ne vécut en ménage que quinze jours dans sa vie. »

    J’ai découvert la passion de Stendhal pour Shakespeare que j’ignorais.

    stendhal

    Ses manuscrits 

     

    Bref à travers les articles de ce dictionnaire c’est un homme à l’intelligence étincellante, à l’humour parfois un peu lourd, à l’anticléricalisme notoire, à la liberté totale face aux conventions, à une indifférence totale aux modes de son temps que l’on découvre. 

     

    Un dictionnaire pour les amateurs de Stendhal et ceux qui veulent faire mieux connaissance

    stendhal

    Le livre : Le Dictionnaire amoureux de Stendhal - Dominique Fernandez - Editions Plon

  • L'âme sensible - Jean Dutourd

    Stendhal mon ami

    POSTE-1983-46a22a22a1387421214.jpg

    Jean Dutourd, est un auteur que je n’avais jamais lu, un homme qui appréciait la provocation. Aussi ai-je été stupéfaite à la lecture de ce livre.

    Tout d’abord il faut que je rende justice et dire que j’ai lu ce livre grâce à un article lu quelque part dans la blogosphère mais impossible de remercier l’auteur car je n’ai pas pu en retrouver l’origine. Agaçant.

    Musee-Stendhal-Appartement-Gagnon.jpg

    Musée Stendhal à Grenoble

     

    J’aime Stendhal, pas tout Stendhal mais presque tout. J’ai lu ce livre comme un guide ami, comme un guide de lecture et de relecture. 

    Il faut vous dire que Jean Dutourd ne livre pas comme ça ses impressions et son goût pour Stendhal, non il a un intercesseur : Prosper Mérimée.

    L’ami d’Henri Beyle, le fidèle. 

    Dans un petit opuscule HB Mérimée parle de son ami, de ses passions, de ses goûts, de ses travers aussi, de sa vie.

     

    stendhal2.jpg

    © François Boudinot Statues de Paris

    Jean Dutourd ouvre chaque petit chapitre par un extrait de Mérimée et nous le commente, sérieusement, parfois avec agacement car il ne juge pas Mérimé parfait, mais le plus souvent avec jubilation.

    Certes dit-il « Il y a des répétitions et des négligences » mais ce petit livre « fait un grand honneur à deux hommes que j’aime ».

     

    Avec nos deux Cicerones on entre dans les salons de l’époque, dans les loges d’opéra, on suit Henri Beyle en Russie sur les champs de bataille, et puis bien sûr on rencontre Stendhal amoureux.

    french-hussard.1259865794.jpg

    La Campagne de Russie

     

    On entrevoit des épisodes de la grande Histoire et parfois aussi de la petite, c’est l’occasion pour Dutourd de faire des parallèles avec sa propre vie.

    Sensible à la grandeur d’âme de Stendhal et comme lui détestant les sots il nous livre un jeu de miroirs très attrayant dans lequel j’ai beaucoup aimé me perdre.

    Rien d’une biographie ce livre est plutôt une friandise qui donne envie de retourner à Stendhal et Mérimée, et comme les bonbons, une fois qu’on a mis la main dans le paquet, on ne s’arrête plus.

     

    Courrez faire les bouquinistes pour trouver ce livre ou HB de Mérimée.

    stendhal

     

    Le Livre : Jean Dutourd - L’âme sensible - Editions Gallimard 1959 

  • Flannery O'Connor Dieu et les gallinacés

    Voyage dans le vieux sud

     

    o'connor

    © Ivre de livres

     

    Après la lecture de Ce sont les violents qui l’emportent j’avais envie de lire une biographie de l'auteur. 

    Cécilia Dutter retrace la vie de cette dame du sud dont les romans ne furent pas accueillis avec enthousiasme mais qui aujourd’hui est reconnue comme une grande romancière américaine.

    o'connor

    C’est une biographie très admirative que livre Cécilia Dutter, elle n’hésite pas au long du livre à faire le parallèle avec sa vie, ses propres émotions. Ce n’est pas gênant cela donne une teinte intimiste qui m’a plu. C’est son père qui lui offrit les nouvelles de Flannery O’Connor Les braves gens ne courent pas les rues, qu’elle considère comme un cadeau littéraire.

    o'connor

    Ce qui fait le centre de la vie de Flannery c’est l’écriture mais aussi hélas la maladie

    C’est une femme à nulle autre pareille, catholique en pays protestant, écrivain femme dans une région où les hommes font la loi, profondément croyante mais n’hésitant pas à rendre grotesques les dévots, défenseur des noirs au pays de la ségrégation. 

    Pas étonnant dans ces conditions que ses romans peinèrent à rencontrer leur public. 

    Comme beaucoup d’écrivains américains elle passa par les ateliers d’écriture mais très vite sut s’en démarquer pour dessiner le monde rural qui l’entourait, les personnages parfois burlesques parfois pathétiques qu’elle côtoyait. Quand elle découvre Faulkner elle se reconnait en lui et va lui emboiter le pas.

    o'connor

    Flannery O’Connor est une battante, il lui fallut lutter non seulement contre les préjugés mais aussi et surtout contre la maladie. A l’époque le lupus érythémateux était synonyme de mort, elle en reconnut les premiers signes à 26 ans et en mourut jeune à 39 ans.

    Elle aimait rire et se moquer, elle aimait la parodie. Il lui fallait supporter de vivre auprès de sa mère dont elle était physiquement dépendante dans la vie quotidienne.

     

    o'connor

    Andalusia Farm à Milledgeville

    Elle sut transformer cet sorte d’enfermement à Milledgville, petite ville de Georgie, « infime point sur la carte »  en un lieu privilégié d’observation, grâce à un oeil perçant et un humour caustique.

    Ecrivain sans complaisance, ce que montrent ses nouvelles et ses romans, elle aimait la vie et le faisait savoir.

    Sa passion pour les paons est célèbre et exaspérait sa mère. Ils pullulent et saccagent le jardin mais elle admirait « l’inutile et indifférente beauté » des volatiles.

    o'connor

    l’inutile et indifférente beauté

    Le combat pour l’écriture est parfaitement rendu par Cécilia Dutter ainsi que la foi profonde de Flannery

    « Son œuvre est un pied-de-nez au prêt-à-penser consensuel. Elle nous bouscule, nous secoue, torpille nos préjugés et nos pauvres évidences pour nous révéler l’envers du décor »

    J’ai aimé découvrir le personnage et je poursuis la lecture de son oeuvre, un univers singulier et attachant.

     

    o'connor

    Le livre : Flannery O’Connor Dieu et les gallinacés  Cécilia Dutter - Editions du Cerf