Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petits noirs

  • Quai du polar 2019 et ses noires trilogies

    J’ai décidé de fêter à ma manière le festival Quai du Polar. 
    Je dis à ma manière parce que très peu pour moi des queues interminables pour apercevoir un auteur et plus encore l’écouter parler. Foin de la foule qui se presse en masse pour acheter le dernier Connelly ou Bussy. 

    Quais-du-Polar-2019--demandez-le-programme-.jpg

    Non je me suis plongée dans des eaux noires bien à l’abri, dans mon fauteuil mais je dois dire que j’ai malgré tout frissonné un rien.

    Je vous propose de faire connaissance avec deux flics, deux trilogies, deux pays et deux époques.
    Je me garde toujours un polar ou deux sous le coude pour les jours de disette : disette d’envie de lire, disette de livres à lire (euh ça c’est plus rare) voilà comment j’ai fait connaissance de l’Inspecteur Wisting et de Franck Stage.

    bombardements.jpg

    Le passé en premier, Cay Rademacher nous transporte dans l’immédiat après-guerre à Hambourg. La ville a subi des bombardements pendant des mois, le décor est sinistre, tout est dévasté et le premier opus de la trilogie se passe en plein hiver par moins vingt degrés.

    Voilà le cadre est posé, le flic de service Franck Stage, après avoir montré patte blanche auprès des autorités anglaises, prouvé qu’il n’avait jamais été nazi, est en charge de la brigade criminelle. Sa femme est morte dans les bombardements et son fils engagé dans les SS, lui, a disparu. 

    Il est secondé, parce que les alliés sont moyennement confiants à cette époque, par un lieutenant de l’armée britannique Mac Donald et il peut aussi trouvé de l’aide auprès du procureur Erlich, un chasseur de nazis.

    Trois enquêtes donc très réussies. Le marché noir, la prostitution des enfants, la faim, la peur car ce fut l’Apocalypse à Hambourg :

    « Dans la tempête de feu de 1943, le goudron bouillait. Des femmes et des enfants qui fuyaient leur domicile en flammes y sont restés englués. Ils se sont débarrassés de leurs chaussures collées au bitume, se sont remis à courir, pour quelques enjambées seulement : leurs pieds nus se sont enfoncés jusqu’aux chevilles dans cette masse bouillonnante. Puis les flammes des incendies les ont rattrapés. »

    hambourg 1945.jpg

    Le binôme anglo-germanique fonctionne bien, le tableau de cette Allemagne à terre est juste, le temps est en quelque sorte suspendu mais les meurtres eux ne s’arrêtent pas et les conditions d’enquête sont très difficiles. Comme il se doit l’histoire personnelle du héros évolue aussi et l’on prend plaisir à suivre le parcours de cet homme qui tente de se relever, d’oublier, de vivre à nouveau. 

    9782702449035-475x500-1.jpg

    9782702448847-475x500-1.jpg

    9782702445655-200x303-1.jpg

    Le tableau n’est pas manichéen et l’auteur nous fait pénétrer dans les tréfonds d’une ville en décrépitude avec les bassesses, les faiblesses et parfois ici ou là un rien d’espoir. C’est très réussi. 

     

    D’un coup d’aile je vous transporte de nos jours en Norvège, ben oui Quai du polar cette année met les nordiques à l’honneur. 
    Question nordique on ne fait pas mieux avec l’inspecteur Wisting un veuf tranquille dont la fille Line partage la vie d’un mauvais garçon. 

    Nous sommes dans la Norvège qui est au top 5 des rêves pour réfugiés. Un pays magnifique …euh à part le climat, moi il me convient mais je vous prévient vous allez grelotter évidement.

     Norvege_rorbu.jpg

    beau mais frais

    Les enquêtes sont classiques mais pas fades du tout, on se prend au jeu facilement. J’ai lu les trois romans pffff dans la foulée.

    Le premier opus se passe sur une commune où notre inspecteur à un chalet, lieu magnifique mais qui va vite se transformer en scène de crime.
    La construction des trois enquêtes est habile, les personnages sont prenants et l’on finit vite par être captivé par l’énigme posée.

    Dans le second roman Wisting est mis en cause sur une ancienne enquête qu’il aurait bidouillé, my god ! Il va lui falloir se défendre en plongeant dans les archives aidé par sa fille Line qui j’avais oublié de vous le dire est journaliste d’investigation.

    scène de crime.jpg

    Scène de crime à la norvégienne

    Dans le troisième c’est une série de disparitions à quelques vingt années d’intervalle qui va faire peser sur la police une pression distillée par les médias.
    Jorn Lier Horst connait parfaitement le système, la police, les médias et la société norvégienne, il a été flic lui-même. Mine de rien il dénonce les dérives qu’elles soient policières ou médiatiques.

    auteur.jpg

    L'auteur

    Ne cherchez pas d’analyse trop psychologisante, c’es l’efficacité nordique qui est à l’oeuvre.
    J’ai marché pour les trois romans et il parait qu’en fait c’était le 8 ème roman de l’auteur, alors Gallimard a encore quelques titres à nous offrir. 

    9782072782404-475x500-1.jpg

    9782072840586-475x500-1.jpg

    9782072695056-475x500-1.jpg

     

    Les Livres de Cay Rademacher traduits par Georges Sturm - Editions du Masque

    1 L’orphelin des docks

    2 L’assassin des ruines

    3 Le faussaire de Hambourg

    Les livres de Jorn Lier Horst Traduits par Hélène Hervieu et Céline Romand Monnier- Editions Gallimard et folio

    1 Fermé pour l’hiver

    2 Les chiens de chasse

    3 L’usurpateur

  • Le plein de lectures

    Ouf me voilà revenue à mon rythme habituel de lecture !                      

    Pourtant j'ai du faire l'impasse sur quelques livres qui exigeaient un rien de concentration supplémentaire, ce sera pour dans quelques semaines.

    Je vous livre en vrac quelques titres ou séries policières :

    Je commence par une série de trois de Kristina Ohlsson, du polar nordique donc. J'aime bien l'héroïne, Frederica Bergman, les histoires sont assez bien ficelées, on ne s'ennuie pas. Les titres : les enfants des cendres, la fille au tatouage, les anges gardiens.

    Un polar d'un auteur jamais lu et que j'ai bien aimé, du coup j'ai trois autres opus à lui sous le coude, lisez Déviances de Richard Montanari avec son duo de flics de choc Kevin Byrne et Jessica Bazano, plusieurs sont en poche ce qui ne nuit pas à nos finances

    Le pensionnat des innocentes Un polar classique mais lu avec fébrilité donc efficace. 5 personnes scellent un pacte au-dessus d'une tombe, mais bien évidement la tombe finie par être decouverte, ce corps a-t-il quelque chose à voir avec le meurtre de la directrice du foyer de jeunes filles de Creswood ?  L'inspectrice Kim Stone enquête et réveille en elle des souvenirs douloureux. Classique je vous dis mais totalement addictif. C'est un livre qui prend le parti des enfants ce qui bien sûr ne laisse jamais le lecteur indifférent.

     Bientôt pour moi le retour à une vie normale, rendez-vous pour ma rentrée litteraire personnelle dans quelques jours. 

      

  • Là où vivent les loups - Laurent Guillaume

    un polar classique et sympathique.
    Priam Monet rien que pour son nom ce flic  vaut le détour. Que voulez vous il ne peut être tenu pour responsable des goûts de sa maman. Ajoutons qu'il est franchement gros et d'une humeur de dog.

    Quand il débarque à Thyanne dans les Alpes pour un soit disant audit de l'IGPN il est accueilli fraîchement et il peste de devoir tirer sa carcasse sur des chemins de montagne.

    image.jpg

    Un cadavre de migrant et on pense tout de suite : clandestins, accident... Pas si simple évidemment car la petite ville est totalement entre les mains d'un industriel qui fait la pluie et le beau temps.    

    Les flics avec qui il travaille sont bien campés, la loi du silence bien mise en scène.Classique je vous dis mais un polar sympa, un rythme soutenu, plein d'humour et qui se lit d'un trait

    image.jpg

     

  • Le Beau mystère - Louise Penny

    Je broie du noir : enfin façon de parler.
    Je n'avais plus lu de polars depuis un bon moment et j'ai replongé dans un petit polar bien sympathique
    Pas un chef-d'oeuvre, non un bon petit polar simple, facile à lire, bien ficelé que j'ai lu pffttt d'une traite.

    Direction le Québec au fond de nulle part, dans un monastère ignoré de tous, auprès d'un ordre monastique sensé avoir totalement disparu depuis des siècles. 
    Exceptionnellement vous êtes autorisés à entrer dans le saint des saints.

    Saint-Gilbert-entre-les loups, le monastère dont

    « Vingt-quatre hommes avaient franchi la porte, qui s’était refermée derrière eux. Et aucun autre être vivant n’avait été admis à l’intérieur.»  

    Ils entretiennent verger et potager, vendent de succulents Bleuets enrobés de chocolat pour subvenir aux besoins de la communauté. 

    Les moines ont fait voeu de silence sauf au moment des offices, là alors s'élèvent les plus beaux chants grégoriens qui soient, ceux que l'église nomme le Beau mystère tellement leur effet et leur puissance sont extraordinaire.  

    chants.jpg

    Un lieu de paix et de silence sauf que ….les moines ont enregistré un CD de chants qui a eu un succès inespéré, apportant une manne inattendue permettant des travaux dans l'abbaye mais apportant aussi touristes et journalistes. 

    Lorsque le chef de choeur est retrouvé le crâne fracassé dans un jardin privé et quasi secret, il importe de sauvegarder la tranquillité de la communauté et l'inspecteur Gamache est envoyé là pour enquêter en toute discrétion et Dom Philippe le père supérieur est bien obligé de tolérer l'intrusion.

    La victime tient entre ses doigts un morceau de papier sur lequel apparaissent des signes mystérieux qui s'avèrent être des neumes 

    neumes.gif

    « une forme de notation musicale utilisée mille ans auparavant. Avant qu’existent les notes, les portées, les clés de fa et de sol, les octaves, il y avait eu des neumes. »

    L'enquête sera longue, seule solution rester au monastère, Gamache est ravi, pour son adjoint Jean-Guy Beauvoir c'est plus compliqué 

    « Du chant grégorien ? Vous voulez rire ? Qui n’aimerait pas un groupe d’hommes qui chantent sans instruments, sur un ton presque monocorde, en latin ? »

    Il faut payer de sa personne et les deux inspecteurs vont assister aux offices, et il y en a des offices … matines, laudes, vêpres, complies.
    Gamache est sous le charme de ces chants portant à la contemplation, des chants qui disent la gloire de Dieu 

    laudes.jpg

    « Le soleil commençait à se lever et, tandis que continuaient les laudes, de plus en plus de lumière pénétra dans la chapelle par les fenêtres dans le haut de la tour centrale. Les rayons frappaient le vieux verre imparfait et se réfractaient, se divisaient, en toutes les couleurs jamais créées. Et celles-ci se répandaient dans le chœur et illuminaient les moines et leur musique, donnant l’impression que les notes et la lumière joyeuse se mêlaient et s’unissaient, jouaient ensemble »

    Pourtant parmi les moines il y a un meurtrier.

    J'ai pris un vrai plaisir à ce huis clos car le sujet de fond est la musique, le plain chant et les chants grégoriens. 

     

    Louise Penny a construit une intrigue classique mais toutes les évocations de la musique, le choeur des moines, l'extase qui les transportent, tout est réussi et d'un ton juste (c'était le moins vous me direz dans un polar musical ) 

    En arrière fond il y a les relations entre Gamache et Beauvoir et leur hiérarchie et certains détails peuvent paraitre bizarres si l'on n'a pas lu les romans précédents, pour autant ce n'est pas une vraie gêne.

     

    CVT_Le-beau-mystere_1976.jpg

    Le Livre

    Le Beau mystère - Louise Penny - Traduit par Claire et Louise Chabalier - Editions Actes Sud

  • Je voyage seule - Samuel Bjork

    ah que voilà un bon petit polar. Un nordique mais pas suédois, ni danois, ni islandais.

    Non voilà un opus norvégien et je vous préviens on ne le lâche pas une fois démarré.

    C’est pas grand la Norvège tout juste 5 millions d'habitants, aussi deux meurtres d’enfants en quelques jours c’est fait pour secouer la population. Police, médias tout le monde est sur les dents. 

    Les fillettes cartables sur le dos, portaient, attachée autour du cou la pancarte je voyage seule, celle que vous mettez à votre gamin que vous envoyez chez sa mamie par avion !

    enfant-non-accompagne-en-avion-guide.jpg

    Branle bas de combat, l’inspecteur Holger Munch (oui comme le peintre) est rappelé alors qu’il purgeait une mise à l’écart, impossible pour lui de travailler sur un dossier aussi sensible sans Mia Krüger une jeune enquêtrice douée d’intuitions remarquables et d’un esprit de déduction hors du commun. 

    Oui mais Mia a quitté la police suite à une grosse bavure et s’est retranchée un rien suicidaire sur une petite île où vous passeriez bien vos vacances.

    hitra.jpg

    L'île d'Hitra ©  carlkjeldsberg

    L’équipe est reconstituée et on lui adjoint un petit nouveau,  petit génie de l’informatique et hacker à ses heures

    C’est parti pour un travail devant le sacro saint tableau d’enquête, et vous là dans votre fauteuil vous tentez de donner un coup de main en cherchant des indices.

    Une grande efficacité, riche en rebondissement, angoissant juste ce qu’il faut.  

    svalbard-spitzberg-glacier-1.jpg

    © ivredelivres

    Un bon premier polar a emporter en croisière dans les fjords

    9782709644884FS.gif

    Le livre : Je voyage seule - Samuel Bjork - Traduit par Jean-Baptiste Courtaud - Editions JC Lattès

  • La voie des morts - Neely Tucker

    Mes dernières incursions en territoire polar furent très décevantes alors j’ai jubilé en lisant celui-ci.

    C’est le premier roman de Neely Tucker et c’est franchement très efficace.

    new york.jpg

    Retour en arrière puisque l’action se situe à la fin de l’ère Clinton. Une jeune fille blanche a disparu, ça c’est courant mais c’est la fille d’un juge qui allait être nommé à la Cour Suprême, évidement les choses du coup prennent une autre tournure.

    Sarah Reese après son cours de danse s’est rendue dans un petit supermarché, là elle a été prise à parti par trois ados noirs, quelques heures après son corps est retrouvé dans la ruelle derrière  le market.

    Un polar oui mais son héros est un journaliste, Sully Carter, un fouille-merde comme les appellent les flics, mais celui-là est un tenace, la médiatisation de l’intéresse pas, il se tourne vers ses indics, si je vous dis qu’en plus il a eu maille à partie avec le juge Reese vous savez tout ce qui est nécessaire pour vous donner envie de lire ce polar

    C’est d’une grande efficacité, les bas-fonds qu’ils soient ceux des mafieux mais aussi ceux des politiques sont parfaitement mis en scène.

    Et à force de recoupements qu’il fait grâce à une grande carte sur un mur de son bureau, vous avez compris que ce n’est pas un fan de technologie, il fait apparaitre un tout autre tableau de la disparitions de Sarah Reese.

    journaliste.png

    Bien sûr il est un rien alcoolo ce journaleux, il faut dire qu’il était en Bosnie et qu’il en garde quelques séquelles, nobody’s perfect !

    Allez y de confiance c’est efficace, la traduction est bonne, la photo de la société américaine est très réussie et j’espère bien retrouver ce héros et cet auteur prochainement.

     

    9782070145560FS.gif

    Le livre : Voie des morts - Neely Tucker - Traduit par Alexandra Maillard - Série Noire Gallimard