Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature anglaise

  • Ouf il était temps

    Aux amateurs de Dickens 

     

    sc0003719b03.jpg

    Bonne nouvelle, depuis des années la seule façon de lire Bleak House c’était de s’offrir un pléiade et encore à condition qu’il soit encore disponible

    J’ai espéré il y a cinq ans quand on a fêté le bicentenaire de la naissance de l'auteur que Gallimard ferait un effort mais que nenni !!!

    Bon il ne faut jamais désespéré, c’est fait Bleak House vient de sortir en poche Folio
    Je vous préviens c’est un pavé mais quand on aime….

    9782070792740FS.gif

    La préface n’a rien de transcendant mais la traduction est de Sylvère Monod donc tout va bien.

    Je fais à cette occasion un petit clin d’oeil à Keisha qui est fan et je souhaite bonne lecture à tous ceux qui seront tentés.

    9782070109531FS.gif

    Ah un détail le livre en pléiade portait un titre différent : La maison d’âpre-vent 

    Il serait temps aussi que les Editions Thélème se mettent à nous offrir Dickens en livre audio lu par E Herson-Macarel par exemple, enfin c'est ma suggestion.

    bleak.jpg

    En attendant pour les anglophones il y a tout ce qu'il faut

  • Leonard et Virginia Woolf je te dois tout le bonheur de ma vie - Carole D'Yvoire

    Un petit livre qui mérite le détour.

    woolf

                                                 Un heureux mariage ?

    Carole d'Yvoire revient sur le mariage de Virginia Woolf, longtemps montré du doigt ou soupçonné de je ne sais quel turpitude, Leonard Woolf est un homme pour qui j'éprouve du respect car vivre à côté d'un grand écrivain n'a pas du être simple et prendre soin d'une femme à la santé mentale fragile, encore moins facile.
    J'ai aimé son livre paru récemment, ici l'auteur retrace la rencontre de Virginia et Leonard mais surtout brosse leur tableau généalogique à tous deux.

    woolf

    Leonard par Vanessa Bell


    Premières rencontres, le départ de Leonard pour Ceylan, leur fréquentation du groupe de Bloomsbury et du milieu littéraire.
    Elle le fait de façon très vivantes et en ajoutant beaucoup de photos très peu connues voire pas connues du tout.
    J'ai beaucoup aimé également qu'elle parsème son récit d'extraits de lettres et des peintures de sa soeur Vanessa par exemple.
    Bien sûr elle nous conte la naissance de leur seule enfant : la Hogarth Press

    woolf

                                                                      leur unique enfant

    Attention ce n'est pas une bio, le livre est vraiment centré sur la rencontre et les relations entre Virginia et Leonard, pas de traces des amours sulfureuses de Virginia ni de sa maladie.
    C'est bien documenté en particulier sur Leonard, c'est plaisant à lire.
    Les deux petites nouvelles ajoutées n'apportent pas grand-chose au livre me semble-t-il.

    Un très joli petit livre au format poche à un prix doux, certes si vous êtes amateurs forcenés de Virginia Woolf  ce livre ne vous apprendra pas grand-chose de nouveau, mais vous aurez plaisir à le feuilleter en lisant par exemple une biographie de Virginia ou le livre que lui a consacré Leonard.

    woolf

    Le livre : Leonard et Virginia Woolf - Carole d'Yvoire - Editions Le livre de poche

  • Bribes d'un marcheur

    père et fille.jpg

    Père et fille

    « Le véritable marcheur aime la marche parce que, loin de distraire son esprit, elle est propice au cours régulier et abondant de la méditation sereine et à moitié consciente »

    wandern-hessen-odenwald.jpg

    L'odenwald

    « Le jour où j’ai été pleinement initié aux mystères est marqué d’une pierre blanche. Ce fut quand j’ai mis un havresac sur le dos et que je suis parti de Heidelberg pour traverser l’Odenwald à pied. »

     

    chamonix1-ete.jpg

    « Je quittai Chamonix tôt dans la matinée du 6 août 1873. Le soleil se levait sur une de ces aubes fraîches, pleines de rosée, de celles que l’on ignore partout, sauf dans les montagnes, où l’air vivifiant semble pénétrer tous les pores de la peau. »

    cervin.jpg

    Le Farouche Cervin

    « Un long nuage délicat, qui flottait dans l’air juste sous le soleil, se revêtit graduellement des couleurs du prisme. Autour de l’horizon sans bornes courut une légère bande de brouillard, qui n’était  malheureusement pas assez épaisse pour donner aux teintes cette profondeur qui fait parfois l’inexprimable splendeur d’un coucher de soleil alpin. »

     

    Le livre : Eloge de la marche - Leslie Stephen - Traduit par Thierry Gillyboeuf - Editions Rivages poche

  • Les Soeurs Brontë la force d'exister - Laura El Makki

    Si comme moi vous avez déjà suivi Laura El Makki pendant les étés de France Inter, vous serez sans doute intéressé par ce livre.

    J’aime la façon qu’elle a de présenter les choses, son regard, son questionnement par rapport aux écrivains et j’ai aimé la suivre sur les landes du Yorkshire et dans le presbytère d’Haworth à la recherche de ces trois femmes hors du commun que furent les soeurs Brontë.

    brontë

    Le presbytère d'Haworth

    En juillet prochain on fêtera le bicentenaire de la naissance d’Emily Brontë, cette année devrait voir éclore pas mal de livre à leur sujet.

     

    Laura El Makki restitue la vie des trois soeurs et bien entendu du frère qui, si il n’est jamais nommé, est pourtant partout en filigrane. 
    L’auteur restitue parfaitement cette vie dans ce qu’elle a d’ordinaire, une vie sous l’oeil du père, un homme sévère mais pas du tout la caricature que l’on a bien voulu longtemps faire de lui.
    Car après tout c’est lui qui a transmis à ses enfants l’envie et l’ambition de se réaliser dans l’art ou l’écriture.

    brontë

    Les trois soeurs peintes par Branwell

    Les trois jeunes femmes sont pleines de vie et parfois font preuve d’une révolte inattendue. Elles se sont à la fois soutenues mais elles ont aussi été en compétition les unes avec les autres. 
    Le frère ici est le moins intéressant des personnages, autant le père est réhabilité autant Branwell apparait veule et faible malgré des dons indéniables.

    brontë

    vues par le cinéma 

    A la lecture des différents romans des soeurs Brontë on les imagine privées de tout, sombres, mais Laura El Makki balaye cette image et nous les présente plutôt comme assoiffées de vivre, de savoir, d’envie d’écrire.
    Sans détailler la vie des trois soeurs au jour le jour, j’ai appris pas mal de détails que j’ignorais et qui éclairent bien les portraits que l’on se fait d’elles.
    J’ai aimé en particulier les jeux de l’enfance avec les histoires imaginaires composées pour occupées les soirs d’ennui. 
    J’ai apprécié aussi de pouvoir croiser mes lectures avec la vie réelle, en particulier les expériences de Charlotte à Bruxelles ou d’Anne comme gouvernante.

    brontë

    la dernière adaptation que j'ai bien aimé

    Le succès n’a profité réellement qu’à Charlotte et encore très peu de temps. La disparition successive de Branwell, Emily et Anne est assez saisissante, au final ce sera un père qui restera seul alors qu’est né un véritable mythe littéraire.

    brontë

    l'exemplaire de ma première lecture 

    Si vous n’avez jamais lu de biographie ou si comme moi vous vous étiez contenté des films sur le sujet, ce livre est parfait.
    Simple, bien documenté, clair et qu’on ne peut que recommander aux lecteurs et qui donne bien entendu une furieuse envie de lire et relire les romans de ces soeurs exceptionnelles.

    Annie a lu les Lettres des soeurs Brontë

     

    Le livre : Les soeurs Brontë, la force d’exister - Laura El Makki - Editions Tallandier

  • bribes d'Emily

     

    timbre emily.jpg

    Entre joie et poignant ennui

    Oh ! Ne se peut nulle tendresse :

    C'est en vain qu'un cœur en détresse

    Retient l'amitié qui s'enfuit.

     

    paysage.jpg

     

    Je m'en irai vers les lointains des mers,

    Et, labourant leur espace désert,

    Quêtant de l'archipel les plus lointaines terres

    Où le reflux propulse en cadence les lames,

    Je saurai découvrir une île hospitalière

    Où pourra, pour souffrir, errer libre mon âme.

    hautsdehurlevent.jpg

     

    Je rêve aux landes, aux brumeuse collines,

    Où s'amasse l'ombre glacée du soir, 

    Car, perdus parmi les froides montagnes

    Gisent ceux que j'ai aimés autrefois.

    La nuit autour de moi se fait plus obscure,

    Les vents sauvages soufflent, plus froids,

    Mais un charme tout puissant me lie,

    Et partir, partir, je ne le peux.

    Les arbres géants abaissent

    Leurs branches nues, pesantes de neige,

    Et la tempête va grande erre,

    Et cependant je ne puis partir.

    Nuages au-delà, nuages au-dessus de moi,

    Solitudes au-delà, solitudes plus bas,

    Mais nulle désolation ne peut m’émouvoir,

    Je ne veux pas, je ne peux pas partir.

     

    landes.jpg

    Deux arbres dans un champ désert

    Me chuchotent un sortilège :

    Lugubre est le secret que leur sombre ramure

    Agite avec solennité.

     

    Les livres : Emily Brontë - Poèmes - Gallimard ou Points poche

     

  • Le monde de Charles Dickens - Angus Wilson

    Le plus anglais des écrivains anglais

    dickens

    Noël est le moment parfait pour proposer un livre sur Dickens 

    Il y a plusieurs biographies accessibles de Charles Dickens, depuis celle en Folio de Jean-Pierre Ohl au pavé de Peter Ackroyd.
    Oui mais voilà si ces biographies sont tout à fait satisfaisantes quant à la vie de l’auteur, leur analyse de l’oeuvre pèche par insuffisance à mon goût.

    Alors vers quoi se tourner ? Je vous propose l’essai biographique d’un anglais, Angus Wilson, paru en France il y a longtemps mais toujours disponible.

    dickens

    Ce livre a en tout premier lieu le mérite de vous pousser à ouvrir, lire ou relire les romans de Dickens. Chaque chapitre de la vie de Dickens est bien sûr illustré par des extraits de correspondance, de critique d’époque, de détails historiques mais surtout vous voyez naitre à travers les pages les personnages qui seront quelques années plus tard les héros de feuilletons attendus par des milliers de personnes.

    Période par période sont analysées les oeuvres au fur et à mesure de leur parution. Trame romanesque, personnages, construction du récit.

    dickens

    Oliver Twist

     Angus Wison est parfois sévère avec Dickens mais jamais gravement, il nous dessine un styliste éblouissant, voyez par exemple le premier chapitre des Grandes Espérances ! Il nous rappelle l’anecdote racontée par Giono de ce cancre de collège qui un beau jour se métamorphosa par la grâce de la lecture du roman, entrainant derrière lui la classe entière vers de Grandes espérances

    dickens

    Les Grandes espérances

    j’ai aimé la façon dont Angus Wilson dessine un à un les personnages de Dickens, s’attache à nous expliquer le pourquoi du comment de l’absolue empathie du romancier pour les gens ordinaires mais aussi les limites de cette démarche.
    Son extraordinaire aptitude à créer des personnages inoubliables dont le nom nous est parvenu par delà les années. Pour chacun il y a une anecdote qui lui est attachée, un fait simple mais qui ancre à jamais le personnage dans notre mémoire.

    dickens

    Le magasin d'antiquités

    Angus Wilson n’est jamais complaisant envers le plus anglais des écrivains anglais. Il met superbement en avant la profondeur humaine de l’homme sans nier ses piètres talents de père de famille et de mari. 

    Il illustre ses propos de maints exemples, voyez Churchill plongé dans les Pickwick PapersSes analyses des principaux romans sont fines, admiratives mais sans concessions quand il faut souligner quelques imperfections dans un récit. 

    dickens

    Christmas Carol

    Allant à contre courant Angus Wilson relativise les déboires de l’enfance de Dickens, mais il met l’accent sur le fait qu’il ne parvint jamais à les oublier mais que son le talent de romancier lui permit de transformer son expérience personnelle pour lui conférer la puissance d’un mythe

    dickens

    Les personnages de la Maison d'âpre vent

    J’ai aimé la description réjouissante des lectures publiques de Dickens, même si l’on sait qu’elles ont largement contribué à sa fatigue à la fin de sa vie. Il était pendant les lectures tous ses personnages à la fois, Sam Weller et Peggoty, Nell et Oliver.

    dickens

    Le rêve de Charles Dickens - Robert William Buss - Musée Dickens

    Une biographe de Dickens, Claire Tomalin dit « il a laissé une trainée comme un météore » si vous souhaitez mieux connaitre la vie et l’oeuvre de Charles Dickens ce livre est celui qu’il vous faut. 

      

    dickens

    Le Livre : Le Monde de Charles Dickens - Angus Wilson - Gallimard Tell 1972