Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature française et francophone

  • Bribes d'Aran

    aran pierres.jpg

    «  Marcher, c’est tout un art. En arrivant sur ces îles, il faut le réapprendre.

    Il faut d’abord oublier le pas précipité de la vie citadine et laborieuse : impossible, au reste, de courir ; il s’élève toujours un obstacle, mur ou rocher, pour rappeler qu’ici on prend son temps, on prend le temps de marcher » 

    « Il faut aller l’amble. S’arrêter souvent, divaguer, se perdre. 
    C’est l’endroit où aller vérifier si un sac d’or est bien enfoui au pied de l’arc-en-ciel. » 

    arc en ciel.jpg

    Arc en ciel sur l'île d'arak © Bertrand Rieger 

    « Mettez vos pas dans les hiéroglyphes délicats que les oiseaux de mer impriment sur les sables humides.
    Marchez dans l’eau et laissez sécher le sel sur vos pieds nus. »

    Traces_oiseaux_18_06_2015_003.jpg

    Hieroglyphes délicats 

    « Imprimez l’île sous vos pieds et vos pieds sur l’île. »

     

    Le livre : Grain d’Aran - Dominique Beugras - Editions La Bibliothèque

  • Le Poète est sous l'escalier Jacques Lèbre

    J’ai lu deux fois ce livre à environ un an d’intervalle. Parfois je m’assure ainsi que mon impression première était bien la bonne. 

    L’image du poète caché sous l’escalier, poète que tout le monde oublie est de Hugo Hofmannsthal et Jacques Lèbre l’adopte.

    hofmannsthal_categorie.jpg

    Hugo Hofmannsthal

    En exergue le vers de Baudelaire dit déjà presque tout de la teneur de ce livre. « Comme de longs échos qui de loin se confondent »

    « Une lecture me faisait souvenir d’une autre, réveillant un écho, dévoilant une correspondance. » Nous dit l’auteur à la première page.

    Les vers de Roberto Juarroz vont répondre à ceux de Philippe Jaccottet, puis ce sont les mots de David Gascoyne qui viennent se mêler à la danse.

    Comment l’amoureux de poésie passe de l’un à l’autre ? C’est ce que Jacques Lèbre dévoile dans ce petit livre, comment l’on saute de Rilke à Ludwig Hohl, comment il s’interroge sur une rencontre avortée entre Claudel et Kafka.

    C’est simple d’après lui : 

    « La poésie est comme cette eau qui s’infiltre dans les failles calcaires des causses arides pour cheminer souterrainement avant de resurgir plus loin »

    Et Ossip Mandelstam d’ajouter 

    « Ainsi en poésie les frontières nationales tombent »

     

    Ainsi Jacques Lèbre ne vous lâchera plus, vous irez d’Henri Thomas à Max Picard, de W G Sebald à Elias Canetti car « une lecture en réveille une autre. »

    Le réveil se fait par un mot, un thème, la vie, la mort, la solitude, une concordance «  C’est alors une conversation qui s’engage » avec le poète.

    poésie.jpg

    L’auteur élargit un peu son propos et vous pourrez ainsi par ricochet vous intéresser à la prose de romanciers, d’essayistes.

    Un petit livre riche, quasi miraculeux pour vous faire découvrir des richesses inconnues « Lire c’est s’avancer dans des contrées inconnues. »des auteurs méconnus, et rappeler à vos souvenirs des vers oubliés. 

    Un petit livre indispensable aux amateurs de poésie.

    IMG-0397.jpg

    Le Livre : Le poète est sous l’escalier - Jacques Lèbre - Editions José Corti 

  • Bribe de Gracq

    parcelle2_brault_jean-francois_13a.jpg

    « Paysage d'hiver de la vallée de la Loire inondée : une nappe d'eau rêche, que la bise de Noël hérisse, couvre les prairies de la Thau ; seuls émergent ça et là, accotés aux quelques frênes têtards épargnés par le remembrement, les affûts de branchages des chasseurs de canards. Au travers de la légère brume de gel qui embue la vallée et éteint toute couleur ne transparaît plus qu'une Picardie froide et grise des basses terres, un laagland flamand noyé par quelque rupture d'écluse, sur lequel le maigre jour d'hiver entrouvre à peine, l'espace de quelques heures, une paupière d'ennui. »

    randonnee-evre-loire-florent-vieil---D.DROUET-2R9C9059-550x385.jpg

    « À Saint-Florent. Je regarde le paysage sur lequel donne la fenêtre de ma chambre, et qui est bien ce que j'ai le plus souvent regardé au monde. Il me semble que j'entends encore passer sur lui le son des cloches des vêpres de mon enfance, le dimanche, son pulpeux, mûri et comme ambré, au travers duquel la journée de luxe et de loisir entamait son automne. Je regarde la colline du Mesnil, la courbe de la Loire, la muraille verte des peupliers de l'île, derrière laquelle montent et débordent avec lenteur les cumulus cotonneux de ce premier après-midi d'octobre. »

    Le livre : Noeuds de vie - Julien Gracq - Editions José Corti

  • Johanne - Marc Graciano

    Marc Graciano est très présent sur ce blog. J’ai lu trois de ses romans c'est le quatrième que je lis et dans tous j’ai trouvé la même force, la même imagination, la même richesse. 

    Ce nouveau roman tient toutes ses promesses. 

    graciano

    Hiver 1429, Johanne va aller de de Vaucouleurs à Chinon afin de rencontrer le Dauphin et lui livrer un message de la part de Dieu, message dont il a fait révélation à Johanne.

    Elle part avec ses compagnons d’armes et doit éviter les lieux dangereux tenus par les Bourguignons alliés des anglais. 

    graciano

    Cinq cents kilomètres et douze chapitres pour rapporter ce voyage. C’est un inconnu qui prend la parole, il est le page de Johanne et est un « ancien écolier de l’Université de Paris »
    On va avec lui au pas du cheval.

    Le premier chapitre intitulé « l’Enfance » ne raconte pas le voyage mais est un prologue où l’on voit la famille rassemblée autour d’un colporteur, ancien chambellan des ducs de Lorraine, qui ressemble à un mage détenant des secrets.

    graciano

    « C’était l’hiver et il gelait à pierre fendre, et le monde était couvert d’une épaisse et blanche  couche de givre, comme s’il avait neigé une première neige, une neige noëlle, et, en songeant à la froide obscurité du dehors, Johannette se sentait bien au chaud et en sécurité entre les quatre  murs blancs de la salle éclairés par la lumière de la lampe posée au centre de la mense, et par celle de la flambée qui crépitait dans l’âtre, et elle était assise en bout de mense sur une haute chaise paillée, afin d’être à hauteur de table, et c’était comme une petite reine installée sur son modeste trône et régnant par tendresse et un peu par caprice sur tous les gens de la maisonnée, qui avaient réputation d’un peu trop la chérir et la choyer, peut-être jusqu’à la gâter, à ce qu’il se disait dans tout le village, et Isabelle, la mère, était assise devant la cheminée et surveillait sa poêlée, et Jacques, le père, rempaillait une chaise devant la croisée, quoiqu’il fît nuit et qu’aucune  lumière n’en vînt, mais c’était par habitude, et les deux frères jouaient aux osselets, »

    L’homme raconte des faits merveilleux, des horreurs, des contes fantastiques, il mêle légendes, superstitions et fariboles.
    Il nomme et décrit les oiseaux, les animaux, les saints.

    Il exhibe des médailles comme autant de documents, La Légende dorée est là pour servir à l’appui de ses dires.
    L’homme séduit toute la famille et offre en toute fin une médaille de Saint Michel à Johanne.

    graciano

    Le voyage s’effectue de nuit, l’ambiance est sombre et froide. 

    Le lecteur avance au rythme de la chevauchée, ressent la peur qui tient la petite troupe devant les risques d’ennemis, de rencontres fâcheuses avec des bandes de voleurs, des passages de gué dangereux.

    graciano

    Un Lépreux 

    Des rencontres parfois favorable comme cette vieille charbonnière, ce lépreux ou cette jeune saltimbanque qui rappelle un roman précédent de Marc Graciano.

    Plus surprenant encore le prieur d’une abbaye qui affirme que  « c’étaient donc les hommes qui avaient créé Dieu et non l’inverse ». 

    Le récit n’épargne pas le lecteur, les horreurs de la guerre sont là qui parfois interrogent Johanne découvrant le lieu d’un massacre, mais le récit nous enchante par son rappel de la nature.

    Ce sont de somptueux tableaux à la Breughel, de ceux qui montrent les paysages d’hiver avec son froid mordant, les granges incendiées, la glace qui fige les étangs.

    graciano

    Les Chasseurs dans la neige 

    Maintenant il est temps de parler de la langue de Marc Graciano.
    Tout d’abord ce qui surprend, chacun des douze chapitres est une longue phrase. 
    Pas de dialogues, pas de points, pas de paragraphes.

    graciano

    Je vous vois déjà faire la grimace, et bien non cette langue nous charme, et ne nuit pas au récit. 
    Bien sûr il y a ici ou là quelques longues incises qui déstabilisent un peu mais bon, on revient un peu en arrière et hop on repart.

    graciano

    Dans un article autour de ce roman, le journaliste compare le travail de Marc Graciano à la volonté des musiciens baroques d’utiliser les instruments d’époque. Ici l’auteur utilise une langue qui contient moults termes inconnus du commun des lecteurs et jamais de mot n’existant pas au XV ème siècle !

    graciano

    Cette langue est riche et saturée de terme qui exige le recours au dictionnaire. 

    Des noms deviennent adjectifs, les adverbes sont parfois surprenants, et comme toujours des termes inconnus. (De livre en livre mon lexique s’enrichit) et bien entendu quelques subjonctifs imparfait.

    graciano

    Il y a un souffle romanesque rare, c’est foisonnant, le lecteur est transporté dans un temps à la sonorité magnifique.

    Cela peut demander un rien d’effort mais l’on est largement payé de retour. Je me suis attachée à cette langue singulière avec son premier roman et j’y revient avec bonheur.

     

    C’est une Jeanne d’Arc assez inattendue que livre l’auteur.
    Vous pouvez retrouver ce livre dans l’émission Histoire de Patrick Boucheron sur France Inter.

    graciano

    Le Livre : Johanne - Marc Graciano - Editions du Tripode 

  • Proust Monde Quand les écrivains étrangers lisent Proust

    proust

    Un bon moment de lecture et une déception. Il est rare que je parle des livres décevants.
    Que voulez-vous j’ai déjà tellement lu sur Proust qu’obligatoirement cela devait arriver.

    Je me débarrasse d’abord de ma déception, j’avais bien aimé les premiers livres de Charles Dantzig, j’aime son humour, sa curiosité, sa verve. 

    proust

    Bon mais là non ! Sa verve se transforme surtout dans 60 premières pages ( quand même !) en un charabias parfois totalement incompréhensible. Je veux bien accepter l’idée que c’est moi qui cale devant des propos trop difficiles à saisir mais quand même !!!!

    Ensuite dans une seconde partie du livre Charles Dantzig passe en revue les personnages de la Recherche non sans y glisser quelques notes personnelles qui n’ajoutent rien aux propos. 

    proust

    Si vous voulez vous faire une idée juste des personnages reportez vous aux podcasts de France Culture La grand traversée beaucoup plus intéressante ou au livre de Mathilde Brézet Le grand monde de Proust autrement plus passionnant.

    proust

    Certes il y a quelques fulgurances bienvenues, des bons mots, des remarques pertinentes mais elles sont perdues au milieu d’un fatras qui part dans tous les sens. 

    Je suis prête à échanger avec vous si vous avez aimé ce livre car moi j’ai calé et je ne l’ai pas terminé.

    proust

    Par contre j’ai fait une lecture profitable, intéressante et riche. 
    Ce livre en poche est un petit trésor, on y côtoie les traducteurs de Proust et ses critiques.

    J’ai beaucoup aimé en particulier la première partie : les traducteurs, on rencontre là les anglophones les germanophones, tous exprimant combien il est difficile de traduire La Recherche. 

    Mais en même temps ils expriment toute leur admiration, leur ébahissement parfois, leur surprise devant un texte de cette envergure

    Certains n’ont traduit qu’un morceau de l’oeuvre, d’autres, en particulier les japonais ont fait quatre traductions complètes !!! 

    proust

    Le Traducteur le plus récent :  Kazuyoshi Yoshikawa

    Ensuite viennent les écrivains, les historiens, les philosophes et là on tape dans le dur
    D’Adorno à Curzion Malaparte, Joseph Czapski, Umberto Eco, Joseph Conrad ou Samuel Beckett.   

    Mais il y a des mots touchent particulièrement comme ceux de Chalamov à qui l’on a volé LE livre

    « Moi un homme de la Kolyma, un zéka, j’avais été transporté dans un monde perdu depuis longtemps vers d’autres habitudes oubliées et inutiles. (…) J’étais heureux de lire Du coté de Guermantes. Je n’allais pas dormir au dortoir ; Proust avait plus de valeur que le sommeil.»

    Ceux de Jorge Semprun partant pour les camps :

    « J’ai passé ma première nuit de voyage à reconstruire dans ma mémoire le Côté de chez Swann et c’était un excellent exercice d’abstraction.(…) J’ai imaginé ce bruit ferrugineux de la sonnette dans le jardin, les soirs où Swann venait diner. J’ai revu dans ma mémoire les couleurs du vitrail de l’église du village. Et cette haie d’aubépines, Seigneur. Cette haie d’aubépines était aussi mon enfance. »

    L’admiration de Nabokov :

    «  Je ne l’aime pas, je l’adore. J’ai lu deux fois ses douze volumes d’un bout à l’autre »

    Si vous voulez en savoir plus sur la façon dont Proust a marqué son siècle et bien plus, lisez ce livre, vous pourrez le butiner au hasard des pages, rire, vous mettre en colère car il y a aussi des anti-Proust ! 
    Il va s'ajouter à ma bibliothèque Proustienne.

    Les Livres :
    Proust Monde - Quand les écrivains étrangers lisent Proust             Editions Folio classique
    Proust Océan - Charles Dantzig - Editions Grasset 

  • Clara lit Proust - Stéphane Carlier

    Il est rare que je me précipite sur un livre de la Rentrée littéraire, ce roman fait un peu exception, mais bon y avait Proust dans le titre !!

    Je me suis dit soit c’est un canular, soit c’est ridicule, on verra.
    Rien de tout ça, un petit roman court, je vois d’ici l’auteur faire un pied de nez à Proust qui dit il dans un interview, aujourd’hui, couperait des passages de son oeuvre.

    index.jpg

    Clara est une petit coiffeuse, elle travaille dans le salon de Mme Habib, dans une bourgade de Saône et Loire. 
    Pas l’intellectuelle du coin, non, elle vit dans un univers un peu étriqué, simple, elle écoute Radio Nostalgie, son copain est pompier, les clients défilent, elle travaille avec Patrick et Nolwenn, et il ne se passe pas grand chose dans sa vie.

    salo.jpg

    Jusqu’au jour où ….un client oublie un livre, au milieu des peignes, brosses et shampooing.
    Clara le met de coté pour le rendre éventuellement et un jour elle l’ouvre et se met à lire.

    du coté.GIF

    On assiste à la surprise de Clara devant les premières pages, elle ne comprend pas tout, elle est dubitative mais elle poursuit parce qu’il se passe quelque chose.

    Le plaisir vient lentement, graduellement, je suis certaine que vous avez connu ça, le plaisir de la lecture qui ne vient qu’au fil des pages, une lecture qu’il faut mériter en somme. 
    Petit à petit Clara savoure les mots, revient en arrière, le texte lui fait voir sa vie autrement, le pouvoir du livre s’insinue en elle. Elle saute des pages mais elle n’arrête pas, elle poursuit, puis achète la suite, puis …..

    la recherche.jpg

    Stéphane Carlier parle lui d’éblouissement, d’émerveillement à la lecture de la Recherche, Clara elle est plus méfiante dans les débuts mais petit à petit Marcel va l’envoûter et elle va apprivoiser les mots.

    Je vous laisse découvrir la métamorphose de Clara, c’est léger, drôle, sympathique.
    Une petite bouffée de littérature très rafraichissante. Une lecture qui met de bonne humeur.

    Si vous n’avez jamais dépassé les premières pages de Proust, allez y, découvrez ce qui plait à Clara, peut être cela vous plaire t- il aussi ?
    Si vous êtes déjà fan comme moi, vous rirez, vous vous souviendrez de vos premières impressions de lecture, et puis et puis vous irez chercher votre exemplaire et vous entamerez la lecture à nouveau. 
    «  Longtemps …… »

    IMG-0384.jpg

    Le livre : Clara lit Proust - Stéphane Carlier - Editions Gallimard