Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature française et francophone - Page 5

  • Bribes d'une île

    aran.jpg

    « Paradis bien rude, certes, et stérile d’apparence, mais paradis pour celui qui sait regarder, jardin d’Eden au printemps lorsque dans toutes les fissures de la roche tranchante le miracle de la vie fait pousser des fleurs délicates et étranges. »

    dun aengus.jpg

    Falaises d'Aran : Dun Aengus

    « Paradis des oiseaux qui nichent dans les falaises l’abri des prédateurs depuis que le dernier renard de l’île a disparu comme par magie. »

     

    « Paradis de silence où l’on n’entend que le vient, l’océan et les cris des oiseaux, où l’on s’écoute surpris du rythme apaisé du coeur et de l’esprit. »

    chevaux d'aran.jpg

    « Paradis de pierre, dur et si tendre à la fois qu’il tombe dans les plis des eaux »

    Le livre : Grain d’aran - Dominique Beugras - Editions La Bibliothèque

  • Abécédaire Balzacien - Christian Garcin

    balzac

    Vous êtes ou voudriez être lecteur et lectrice de Balzac. 
    Mais voilà Balzac ça intimide un peu, le nombre de volumes en pléiade en ferait fuir plus d’un. 

    Christian Garcin que je connaissais pour l’avoir suivi dans ses voyages ou ses choix en peinture est un amateur éclairé et pour vous aider à faire votre chemin dans la Comédie humaine il vous propose un Abécédaire. 

     

    De petits paragraphes, un mot en déclenche un autre, un choix de mots très personnels qui va de Absolu à Yeux. Beaucoup de citations et de passage issus des romans et nouvelles pour étayer un mot, un propos.

     

    Un brin d’érudition sans en faire trop, de l’irrespect parfois, mais surtout l’envie que l’on sent frémir dans les pages de vous menez à Balzac, de partager sa passion avec vous, de vous donner les clés de la malle aux trésors. 

    balzac

    Son approche est personnelle mais elle peut plaire à tout un chacun, le rendre curieux, lui faire ouvrir l’oeuvre elle-même.

    Je ne vais pas détailler tous les choix de Christian Garcin mais plutôt vous faire une petite liste de ce que j’ai appris en le lisant, histoire de vous appâter un rien.

     

    Saviez-vous ce qui disait Proust de Balzac ?
    « Le plus divertissant de tout ce serait de se mettre à lire Balzac (…) Quelques nouvelles vraiment divines peuvent se lire isolément, ce grand peintre de fresques ayant été un incomparable miniaturiste »

    balzac

    Saviez-vous pourquoi le jaune fait trembler chez Balzac ?
    « Rien de si étonnant cela dit, le jaune à cette époque était la couleur de toutes les affiches menaçant de saisies immobilières »

    balzac

    Lord Byron

    Saviez-vous que Balzac n’aimait pas vraiment Byron ? 
    « Le froid et compassé Lord Byron, dont le visage est aussi terne que le climat anglais » 
    Christian Garcin ajoute joueur  Lord Byron « n’est, il faut le dire pas vraiment Balzac’s cup of tea » 

    balzac

    Pierrette avant Cosette 

    Saviez-vous que la Cosette de Balzac s’appelle Pierrette ?
    «  Son modèle se trouve chez Balzac, vingt trois ans avant les Misérables, elle s’appelle Pierrette, ses Thénardiers sont les horribles, laids, et malfaisants frère et soeur Rogron »

    balzac

    La généalogie des personnages : un clic pour le voir en grand

    Saviez-vous que Balzac envisageait un dictionnaire de ses personnages de la Comédie humaine ?
    Parce qu’il faut bien dire que c’est parfois difficile de s’y retrouver, on retrouve les personnages dans plusieurs romans mais des romans qui furent édités dans un joyeux désordre.
    Au dire même de Balzac :
    « vous aurez le milieu d’une vie avant son commencement, le commencement après sa fin, l’histoire de la mort avant la naissance »

    Voilà je l’espère de quoi vous donner envie de retrouver Balzac avec l’aide de Christian Garcin de son enthousiasme, de sa parfaite connaissance.

    Dernier détail : votre livre ne sera pas coupé.  Les éditions Du Lérot en Charente impriment encore ce type de livre. 

    balzac

    coupe papier obligatoire 

    Comment faire ? Voici ce que propose Italo Calvino dans Si par une nuit d’hiver un voyageur.
    « Pénétrant entre les page en dessous, la lame remonte vivement, ouvre une fente verticale par une succession de secousses qui attaquent une à une les fibres et les fauchent … S’ouvrir un passage dans la barrière des pages au fil de l’épée, voilà qui va bien avec l’idée d’un secret caché dans les mots ».

     

    Le livre : Abécédaire Balzacien - Christian Garcin - Editions du Lérot

  • Bribes d'Honoré

    balzac.jpg

    «  C’est l’hiver à Nohant. C’est la nuit d’hiver. Une fenêtre s’ouvre à l’étage, un gros homme se penche dans l’hiver. Il pense à la littérature, à quoi pourrait-il penser d’autre ?

    Ces étoiles dans le gel sont littérature. Ce clair de lune voilé de nuages est littérature. 
    Littérature ces marronniers de février, effets de brumes aux branches, c’est dans Shakespeare. 
    Le silence est parfait. On entend soupirer le gros homme. Il ferme le volet. »

    honoré.jpg

    «  Balzac voulait si fort avoir l’air d’un auteur qu’il fut extraordinairement auteur mais je ne suis pas sûr qu’il était persuadé de l’être : de six heures du soir à dix heures du matin chaque nuit pendant quinze ans, il frimait, de toute son âme. »

    Grandville_-_Balzac_et_les_personnages_de_la_Comédie_humaine.jpg

    « Pour paraître l’auteur de la Comédie humaine, il faut écrire la Comédie humaine, il faut même la publier. »

     

    Le livre : Trois auteurs Balzac, Cingria, Faulkner - Pierre Michon - Editions Verdier

  • Bribes de Chypre

    village_pierre_fleurs_typique_20171114103757.jpg

    « Chypre est un immense jardin où s’acclimatent les végétaux de la terre entière.

    carpediemvoyages_chypre_382968805-3.jpg

    Les envahisseurs s’y succèdent pendant des siècles. Phéniciens, Grecs, Romains, Francs, Vénitiens, Turcs et Anglais y ont tous laissé des traces durables et maintes empreintes visibles. »

    fleurs de chypre.jpg

    « Donc tout pousse, tout prospère : Jasmins, seringas, magnolias, hibiscus, amaryllis, bougainvilliers, volubilis, safran, eucalyptus, palmiers géants et palmiers nains; cycas, ginkgos, cadiers, bananiers, pistachiers, grenadiers. »

    en fleurs.jpg

    « Seules les roses ont déserté Chypre 

     

    Le Livre : Le Géographe des brindilles - Jacques Lacarrière - Editions OZOHNI

  • Le Pansement Schubert - Claire Oppert

    soignants.jpg

    J’ai longtemps exercé un métier de soignante, au fil des années je me suis forgée quelques certitudes : la douleur du corps peut et doit être prise en compte, nous revenons de loin sur ce point mais aujourd’hui enfin la douleur et l’aide que l’on peut apporter sont devenues des priorités. 
    Le titre de ce livre et plus encore son contenu ont immédiatement trouvé un écho en moi. 

    échelle.jpg

    Claire Oppert est violoncelliste, comme tous les bons musiciens elle se produit en concert, elle enseigne son art, mais elle n’est pas une musicienne comme les autres. Elle joue pour des publics particuliers. 

    autiste.jpg

    Elle joue dans un centre qui reçoit de jeunes autistes, elle joue dans un cantou pour patients souffrant de maladie d’Alzheimer, enfin elle joue auprès de patients en fin de vie dans un service de soins palliatifs. 

    cantou.jpg

    Elle propose aux patients une sorte de stimulation sensorielle par la musique parce qu’un jour elle a pu avec une équipe de soignants, mesurer l’effet de la musique sur les personnes, sur leur douleur.

    Ce furent des rencontres uniques, la voix du violoncelle apportant du réconfort, diminuant l’angoisse devant un soin ou une situation, apaisant même parfois la douleur.

    violoncelle.jpg

    Cette expérience est devenue une étude clinique médicale nommée « Pansement Schubert » à la suite d’une diminution radicale de la douleur chez une patiente démente lors d’un pansement difficile, à l’écoute du thème du mouvement lent du 2ème trio de Schubert, joué au violoncelle devant la patiente par Claire Oppert.

    Une sorte de médicament musical. 

    Cette expérience très limitée a été élargie : observer l’effet de la musique lors de soins tels que la toilette, les pansements d’escarres particulièrement pénibles, la pose de voie veineuse parfois transformée en parcours du combattant.

    Grâce à des fiches d’observation mis à disposition des soignants les effets furent mesurés, collationnés, parfois de façon objective : rythme respiratoire, tension artérielle, pouls, mimiques. Parfois de façon plus subjective, de l’ordre du ressenti : anxiété, ressenti émotionnel du patient ou du soignant.

    oppert.jpg

    Lorsqu’elle écrit ce livre, Claire Oppert a participé à 106 « Pansements Schubert » et le bénéfice est là, manifeste, pour les patients, les soignants et même l’entourage.
    L’effet est apaisant, stimulant parfois mais il y a toujours un impact qui augmente le bien être.

    claire.jpg

    Au fil du temps d’autres musiques ont été invitées : Bach, Mozart, Beethoven, Tchaïkovsky, Rachmaninov, des airs d’opéra, des chansons bretonnes et andalouses, de la musique juive, arabe, africaine, du jazz, ou du rap. 

    palliatif.jpg

    Je vous préviens les témoignages sont rudes, profonds, vrais.

    Il y a pour certains patients une émergence des souvenirs d’enfance chez des personnes dont la mémoire est aux abonnés absents depuis des années. 

    Je vous défie de ne pas être bouleversé par les histoires des personnes, par la plume de Claire Oppert qui mêle son expérience à ses souvenirs de musicienne.

    A titre personnel j’aime énormément le violoncelle, on dit souvent que c’est l’instrument le plus proche de la voix humaine, un instrument au timbre chaud, déchirant parfois.

    IMG-0153.jpg

    Le livre : Le pansement Schubert - Claire Oppert - Editions Denoël 2020

  • Bribes du poète

    ruisseaux.jpg

    « Les ruisseaux se sont réveillés.

    La voix moins claire s’entrelace à la plus claire

    comme se tressent leurs rapides eaux.

    Pour qu’on me lie avec des liens pareils,

    Je veux bien tendre les deux mains.

    Ainsi lié je me délivre de l’hiver. »

     

    coeurs.jpg

    « La lumière n’est plus aujourd’hui qu’un lit de plumes 

    pour le repos du coeur. »

     

    Le Livre : Le dernier livre de madrigaux - Philippe Jaccottet - Editions Gallimard