Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature française et francophone - Page 5

  • Bribes jardinières

    cerisier.jpg

    « J’ai donc posé mes bagages dans la maison des castors. Puis , moi qui avais tant marché, tant couru les chemins, je suis allée m’asseoir sous l’arbre, au fond du jardinet en friche. »

    petit_jardin_mise_avant.jpg

    « Surtout, je vais me promettre de rester le plus souvent possible là, assise au soleil sur les marches gelées, avec ou sans jumelles, avec ou sans tâches urgentes à accomplir. Juste rester là. Sur la même planète que le roitelet »

    un-petit-jardin-fleuri-avec-des-coins-detente-1_6116069.jpg

    « Quand je suis arrivée ici, cœur et corps en miettes, ce sont eux qui m’ont fait place : les mésanges et les pissenlits, les pies et les moustiques, les fourmis et les trèfles. Ce sont eux qui, indifférents et amicaux tout à la fois, m’ont transfusé de saison en saison leur énergie sans faille, leur industrieuse ténacité, l’ivresse de leur chant. »

    Le livre : Le jardin nu - Anne Le Maître – Editions Bayard

  • Un tableau un livre Georges de la Tour

     « La Tour peint une orante. Madeleine ne craint pas la nuit, elle s’en drape. Elle n’est pas débraillée, à demi nue, elle s’est dépouillée de sa coquetterie ».

     

    delatour_madeleine_aux_deux_flammes_wrightsman

    Georges de la Tour, Metropolitan of Art, New-York, 1645


    « Peignant Madeleine, l’artiste, proclamait sans doute la foi de La Tour ».

    « La flamme d’une chandelle, qui éclaire sa rêverie et joue sur le crâne qu’elle contemple, c’est, métaphoriquement, « le Feu de Dieu ».

    Le livre : Madeleine ou l’incandescence - Barbara Lecompte - Editions Arléa
    Le Tableau : Madeleine au miroir

  • Léonard et Machiavel - Patrick Boucheron

    L’un c’est Léonard de Vinci bien sûr mais vous aviez deviné, l’autre c’est Machiavel celui qui a permis de créer un nouveau mot dans notre petit Larousse.
    Nous voilà transporté à la Renaissance, époque de foisonnement intellectuel et artistique mais aussi de danger, de sang et de poisons.

    Un constat : pendant environ 15 ans Machiavel et Léonard de Vinci se sont côtoyés, rencontrés, ont été liés aux mêmes personnes, aux mêmes protecteurs, ont travaillé sur les mêmes projets et ...rien pas d’écrits, aucun document, rien de rien.

    machiavel.jpg 300px-Léonard_de_Vinci_-_autoportrait_à_la_sanguine,_vers_1515.jpg


    Machiavel secrétaire de chancellerie, un peu ambassadeur un peu espion, occupe une fonction risquée à l’époque où les princes se succèdent le plus souvent dans le sang et la fureur.
    Léonard lui a déjà 50 ans, il peint, dessine depuis plus de 30 ans, il a depuis toujours une passion pour les techniques, les phénomènes naturels et l'eau en particulier, sans doute l’esprit le plus curieux de son temps. Patrick Boucheron est persuadé que les deux hommes se sont rencontrés mais voilà... nulles traces de ces rencontres.

    Peter_Paul_Ruben's_copy_of_the_lost_Battle_of_Anghiari.jpg

    Plus agaçant encore : ils ont travaillé sur le projet fou du détournement du cours de l’Arno, pas un noble projet humaniste pour protéger les paysans des inondations, non un projet guerrier pour détruire Pise l’éternelle rivale de Florence. D’autres rencontres ont eu lieu lorsque Léonard de Vinci reçoit en commande la réalisation d’une fresque pour la salle du  Palazzo Vecchio à Florence, la fresque de la bataille d’Anghiari ne sera jamais terminée par Léonard et le destin va séparer les deux hommes.

    rubens.jpg

    Ces deux figures de la Renaissance rapprochées par la soumission obligatoire aux condottieri de l’époque, il fallait bien vivre ! Ces deux hommes ont dialogué, conversé, peut être échangé des lettres mais il n'en reste rien, ni dans les fameux carnets de Léonard, ni dans la correspondance de Machiavel. Très contrariant pour un historien de n’avoir aucun écrit à se mettre sous la dent, plus que contrariant, carrément frustrant, alors me direz-vous , il invente ? il fait dans le romanesque ...et bien pas du tout, il digresse, tourne autour de son sujet, « il interroge le silence » dit-il lui même et tout cela pour notre plus grand plaisir. Ni traité de peinture ni traité politique, ni biographie, ni fiction, ce texte à la fois érudit sans être pédant, limpide mais exigeant et qui se lit avec délices.

    « Léonard et Machiavel n'étaient pas de ces éclaireurs à l'avant-garde, mais au coeur de la bataille, dans la mêlée confuse, où rien ne se discerne nettement sinon la vérité du combat. Ils n'ont pas fait leur temps; parce qu'ils furent si intensément du leur, ils sont toujours du nôtre. Il y eut entre eux un temps commun, qui les fit contemporains ».

    Patrick Boucheron depuis ce livre a fait son chemin et aujourd’hui vous pouvez le retrouver dans des cours au Collège de France

     

    Le livre : Léonard et Machiavel - Patrick Boucheron - Editions Verdier

     

  • Bribes de Proust avant Proust

    proust journée d'étude.jpg

    « L’université, à l’époque, n’était pas du tout persuadée de l’importance de Marcel Proust. Presque aucun travail ne lui avait été consacré, on ne disposait pratiquement d’aucune étude, les chercheurs ne s’étaient pas occupés de lui et, pour tenter de retracer la création de la Recherche du temps perdu, on en était réduit à quelques indications données par les amis de Proust, souvent erronées d’ailleurs, ou à quelques confidences que l’on trouvait dans sa correspondance »

    proust-avant-proust-blog.jpg

    « En fait l’intérêt des Plaisirs et les jours vient au contraire curieusement de ce que ce petit livre fini, soigné, parfait, ne peut plus être lu aujourd’hui que comme un brouillon, une ébauche. Le lecteur qui le découvre a d’abord le plus grand mal à admettre que le puissant romancier de la Recherche ait été l’auteur de ces pages délicates, brèves et précieuses. »

    la recherche.jpg

    La Recherche

    « Dès cette époque nous voyons se dérouler le phénomène de création, tel que Proust le répètera quinze à vingt ans plus tard. L’auteur ne tire pas son livre du néant. Le livre préexiste et l’auteur a alors pour tâche de le trouver, presque de le retrouver. Le livre surgit à l’occasion d’un prétexte, et dès lors il augmente à mesure, s’enrichit de tout le passé et s’élargit pour contenir tout l’avenir »

     

    Le livre : Proust avant Proust Essai sur Les plaisirs et les jours - Bernard de Fallois - Editions Les Belles Lettres

  • Un tableau un livre Canaletto

    canaletto-le-grand-canal-et-l-eglise-de-la-salute-1730.jpg

    « Les gondoliers rament debout en se penchant sur leur aviron. Il est étonnant qu’ils ne tombent pas à chaque instant dans l’eau, car tout le poids de leur corps porte en avant. Ce n’est que la grande habitude qui leur donne l’aplomb nécessaire pour se tenir ainsi toujours en suspens ; l’apprentissage doit coûter plus d’un plongeon. »

    Le livre

    Italia voyage en Italie - Théophile Gautier - Editions La Boîte à documents
    Le Tableau 

    L’Entrée du grand canal à Venise – Canaletto - Museum of Fine Arts, Houston.

  • Zao Wou ki et les poètes - Dominique de Villepin

    zao wou ki

    Zao Wou Ki. Water Music

    J’ai vécu quelques mois à Montpellier et j’ai eu la chance d’y voir une expo du peintre Zao Wou Ki.
    Lorsque j’ai vu ce livre cela a immédiatement fait tilt : un peintre et un amoureux de poésie c’était fait pour moi.

    Né en Chine en 1920, Zao Wou-Ki arriva à Paris en 1948.
    « Lorsque je suis arrivé en France, je ne voulais pas de l’étiquette peintre chinois. Cette tradition ne me permettait pas de m’exprimer. »
    Il s’est rapidement tourné vers l’abstraction.

    Son œuvre est importante, il s’est notamment tourné vers les estampes, les lithographies qu’il a mis au service de ses amis poètes.

    zao wou ki

    Pour Lecture III de Henri Michaux

    Zao Wou Ki a été l’ami de René Char, Henri Michaux, Roger Caillois, Philippe Jaccottet, François Cheng.
    Jouant avec le vide et le plein, ses estampes sont très colorées.
    C’est un travail important qu’il entreprend pour les poètes, pas moins de trente-sept livres illustrés furent exécutés.

    zao wou ki

    Pour Compagnon dans le jardin de René Char

    Il eût le bonheur et le privilège d’illustrer de nombreux poètes de son temps dans des livres devenus des raretés faisant le bonheur des bibliophiles.


    Livres qui sont des œuvres d’art à part entière.
    Les estampes subliment les poèmes, reflètent l’amitié et l’admiration du peintre au poèt

    Zao Wou-Ki avait comme le disait René Char, le don de « L’amitié admirative ».

    zao wou ki

     

    René Char illustration de Compagnons dans le jardin


    Philippe Jaccottet lui propose d’illustrer ses poèmes, René Char lui confie les illustrations du recueil « Compagnons dans le jardin » ce sera le début d’une amitié indéfectible.

    Il rencontre Henri Michaux dans un atelier le lithographie ainsi nait leur collaboration.
    À deux reprises également Zao WouKi illustra les Illuminations d’Arthur Rimbaud.

     

    zao wou ki
    Illustration des Illuminations d’Arthur Rimbaud

      « La poésie est comme la peinture il n’y a rien à comprendre mais tout à ressentir. »

    Sa rencontre avec André Malraux, alors ministre des Affaires Culturelles du Général de Gaulle, marqua la vie de Zao Wou-Ki, ceci lui permit d’obtenir la nationalité française alors que son dossier n’avançait pas depuis des année

    Jusqu’à sa mort, en 2013, ce rapport intime avec les poètes ne se démentira pas.

    Dominique de Villepin, est un fan de poésie et son intérêt le porte tout autant vers les poètes que vers le peintre.
    Grâce à lui ces recueils sont rassemblés dans un bel ouvrage qui reproduit sur double page, poèmes et estampes, couvertures, dédicaces.

    Ce sont des hymnes à la couleur, les reproductions sont très soignées et nous offrent une exposition à domicile sans être obligé d’arpenter les musées du monde entier.
    Ce livre est un « vestige d’un monde disparu » car aujourd’hui rares sont les éditeurs qui osent franchir le pas.

    La présentation de Dominique de Villepin, intitulée « Dans le labyrinthe des lumières » remplit bien sa mission et nous ouvre un monde magnifique.

    zao wou ki

    Le Livre : Zao Wou ki et les poétes – Présentation Dominique de Villepin –  Editions  Albin Michel