Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades

  • Pause estivale

    fin-des-classes-e1548796186193.png

    C’est fait les écoles sont fermées, les bouchons sont là, jusqu’à la chaleur qui est de la partie ( ne croyez pas les infos du genre la canicule est finie ….cette nuit il faisait encore 26 dans Lyon) 

    bouchons.jpg

    Alors je vais moi aussi passer en mode été et prendre le temps de lire encore plus que d’habitude, faire une cure de désintox d’internet. 

    desintox.jpg

    Je vous lirai sans doute de temps à autre mais de façon très très allégée et je vous donne rendez vous à la rentrée littéraire ou pas. 

    farniente.jpg

     

    Très bon été à tous et toutes 

  • Tour d'horizon - Kathleen Jamie

    Depuis la lecture de ses premiers écrits j'ai mis une veille sur l’auteur et toc voilà un recueil de textes brefs dans la même veine que son premier livre.

    Kathleen Jamie nous entraine à sa suite d’île en île, dans des lieux où je n’avais même jamais rêvé d’aller mais j’ai suivi cette écossaise bon teint, cette poétesse des choses de la nature avec un grand plaisir.

    Jumelles en main Kathleen tient là son rôle d’observatrice : depuis les aurores boréales, les ruines de villages à l’abandon, d’éclipse de lune jusqu’à une colonie de Fous de Bassan.

    jamie

    « D’un vert lumineux de la couleur du plumage d’une sarcelle, l’aurore boréale scintille presque immédiatement au dessus de nos têtes. Elle se développe dans la nuit étoilée comme l’haleine projetée contre un miroir (…)D’abord c’est un voile émeraude puis cela prend la forme d’un cocktail à la menthe. »

    Elle sait regarder y compris ce qui ne devrait pas être dans le paysage, comme cet aileron qu’elle ne cherchait pas mais qui est bien là.
    Sa pensée vagabonde au gré de la lumière du jour, de l’infiniment petit à l’infiniment dangereux.

    jamie

    Cette  auteure est une éveilleuse qui sait nous faire admirer le monde dans toute sa diversité, ses mystères. Elle sait le faire avec légèreté, allègrement, sans fioritures aucunes.
    « Continuez à regarder, même quand il n’y a pas grand-chose à voir. Ainsi votre œil apprend ce qui est normal, et quand quelque chose d’anormal apparaîtra, votre œil le repérera. » 

    J’aime les îles et en particulier celles du nord de l’Europe, alors là c’est un festival  Saint Kilda, Rona, North Mains, je vous laisse chercher où tout ça prend forme au milieu des eaux agitées de l’Atlantique ou dans les eaux fraîche de l’Arctique

    jamie

    « Les falaises biscornues de Saint Kilda sont à nouveau apparues à l’horizon »

    J’ai aimé ces textes simples, dépouillés même et à hauteur de …femme. Elle ne se paie pas de mots mais elle parvient à faire vibrer ses textes.

    jamie


    « Il se dégage des montagnes, de la glace et du ciel, un silence minéral qui exerce une puissante pression sur nos corps. C’est un silence ­venu de très loin, effrayant, qui fait ressembler le bruit sous mon crâne au cri d’une oie criarde. J’aimerais réduire mon esprit au silence, mais je pense que cela prendrait des années »

    jamie

    Musée de Bergen

    Il y a un rien de magie dans ses écrits, elle est habitée par les légendes celtiques, alors suivez là faites vous ornithologue, ou archéologue et parcourez avec elle le Groenland, les Féroé, les Hébrides ou un musée un rien poussiéreux, tout est bon pour célébrer la terre, le « paysage de mer grise et de ciel blanc rincé de pluie et hanté d’oiseaux » ou bien les pluviers, les fulmars et autres oiseaux des mers. 

    jamie

    Le livre : Tour d’horizon - Kathleen Jamie - Traduit par Ghislain Bareau - Editions La Baconnière

     

  • Canicule et compagnie

    Canicule oblige je suis un peu au ralenti 

    canicule.jpg

    Hier plus de 40° sur ma terrasse et nuit à 27  oufffffff

    Le programme en ce moment c’est plus boisson, douche fraiche, fermeture de volet et douce clim 

    chaleur.jpg

    A très bientôt 

  • Sept conférences sur Marcel Proust - Bernard de Fallois

    Bernard de Fallois était surnommé au dire de Pierre Assouline « le proustien capital ». C’est pour moi une quasi obligation de le lire. 

    marcel.jpg

    Le livre est composé des conférences thématiques et pas du tout chronologiques que l’auteur a tenu il y a …. 
    Vous allez me dire : mais alors pour s'y intéresser il faut avoir lu toute la Recherche ? Oui et non. 
    Si vous n’en avez lu qu’une partie cela éclairera votre lecture future, pour les autres c’est une façon aussi de découvrir des aspects que l’on a raté ou apprécier autrement certains passages, bien sûr pour s’interroger et ... ouvrir aussitôt la Recherche.

    Les thèmes du conférencier :  
    Quelle est la nature du comique dans la Recherche : chère Madame Verdurin !

    Proust pour ou contre l’amour ? Ou l’oeuvre d’art peut-elle vaincre la mort ? 
    Proust face à Balzac ou Chateaubriand (lectrice de Chateaubriand et de Balzac j’ai particulièrement aimé ce chapitre.) J’ai aimé les comparaisons de l’auteur avec La Comédie humaine et les personnages de Balzac.

    on revient de loin.jpg

    On revient de loin quand même !

    Mais aussi : La vie de Proust est-elle si intéressante que cela ?  Je dois dire que j’ai eu le sourire tout au long et que j’ai aperçu le clin d’oeil du conférencier.
    Comment Proust a-t-il composé son roman ? si vous êtes un écrivain en herbe n’espérez pas y trouver une recette
    Qu’est-ce qu’un personnage proustien ? ( Il y en a 800 quand même !) et les personnages de Proust ont-ils vieilli ?  Ça je vous laisse deviner

    tag.jpg

    B de Fallois nous invite à prendre du recul, à regarder cette fichue cathédrale (ça c’est Proust qui le dit) de plus loin pour mieux la voir, pour apercevoir certaines formes invisibles de près. Pour voir aussi comment tout ça tient ensemble.
    Ici pas de glose universitaire, pas d’analyse philosophico machin à la Enthoven, non simplement sept thèmes déclinés qui nous font découvrir l’extraordinaire originalité de l’oeuvre.
    J’ai eu plutôt l’impression d’entendre une causerie (suggestion : en faire un livre audio) avec l’envie de poser une question parfois. Le langage est à la portée de tous ce qui dénote le brio du conférencier et la maitrise totale de son sujet.

    jean-santeuil-9782070761852_0.jpg

    De Fallois est d’une ironie mordante envers ceux qui ont cru un jour « être débarrassé de Proust » ( voilà une raison de plus pour moi de ne pas aimer Sartre)
    Une étude rajoutée : Lecteurs de Proust étude qui fait le point sur l’accueil, le passage à vide et la redécouverte de l’oeuvre.
    Bernard de Fallois a été celui qui a édité Jean Santeuil et le Contre Sainte-Beuve, qui à l’époque   dormaient dans un garde-meubles, il est aussi celui qui a fait entrer la Recherche au Livre de Poche. Joli CV non ? 

    de fallois.jpg

    Une leçon de lecture faite par un passeur et un guide incomparable. Jamais le lecteur ne se sent exclu par un savant qui tente de vous en mettre plein la vue avec SON savoir sur Proust. Il a une forme d’humilité qui le rend fort sympathique et parfaitement lisible.
    Bernard de Fallois n’hésite pas à insérer beaucoup d’extraits de la Recherche à l’appui de ses arguments.
    Ce volume vient compléter L’Introduction à la Recherche qui a été publiée il y a quelques mois. Ce qui est certain c’est qu’après ces sept conférences je lirai cette Introduction. 

     

    En bonne admiratrice et lectrice de la Recherche j’ai déjà quelques livres dans ma bibliothèque, certains m’enchantent ( Citati et sa colombe ou la bio de Maurois )  d’autres m’ont déçu (le dico d’Enthoven par exemple) 

    Pour que j’ajoute ce livre là sur mes rayons il a fallu qu’il soit très très convainquant.

    proust

    Le livre : Sept conférences sur Marcel Proust - Bernard de Fallois - Editions de Fallois

  • Bribes de Venise

    « J’ai effectué toute la route d’Innsbruck à Venise par chemin de fer en m’arrêtant toutefois une journée à Trente et deux à Vérone. »

    Venise.jpg

    « Outre flâner dans ma gondole, j’ai passé beaucoup de temps à sonder les venelles qui servent de rues et à contempler les campos - les petites places crées autour de chaque église - certains très radieusement désolés, les petits reliquaires les plus herbus, les plus joyeusement tristes d’un superbe passé »

    venise-grand-canal.jpg

    « Chacun sait que le Grand Canal est une merveille ; mais pour vraiment sentir dans son coeur l’antique richesse de Venise, il faut avoir fréquenté ses canalettos et campos, vu le nombre et la splendeur des palais qui pourrissent et s’effritent » 

     

    aspern.jpg

    heures.jpg

    ailes.jpg

                                                            Venise source d'inspiration 

     

    Le Livre : Lettres du Palazzo Barbaro - Henry James - Traduit par Guillaume Villeneuve - Editions Bartillat

  • Factfulness - Hans Rösling

    Lors d’une conférence Hans Rosling médecin suédois spécialiste en santé publique, conseiller à l’OMS et à l’UNICEF, se rend compte que la grande majorité des gens ne connait pas le monde dans lequel nous vivons.

    800px-Hans_Rosling_2012_Shankbone.jpg

    Il va alors s’intéresser aux idées fausses et mettre au point un questionnaire. Au début de ses conférences il demande aux participants d’y répondre.
    Un questionnaire de 13 questions posées à 12 000 personnes de toutes conditions réparties dans 14 pays riches. 

    Le score moyen est de 3 bonnes réponses, 15 % des personnes ont eu un score nul, 1 seule a obtenu 12/13.
    Cette ignorance n’est pas liée à l’éducation des personnes, à leur niveau d’études, à leur formation professionnelle. 
    Elle touche tout le monde, tous les milieux professionnels, du mécanicien au Prix Nobel ! 

    On peut même dire que parfois les plus formés, les plus haut situés dans l’échelle sociale font un moins bon score que ..…des chimpanzés donnant les réponses au hasard.

    singeok.jpg

    Ce qui est marquant c’est que majoritairement les réponses sont fausses mais en plus elle sont très pessimistes.
    Vous allez dire tout ça c’est la faute des médias qui toujours mettent l’accent sur ce qui va mal 
    Mais alors pourquoi ceux qu’on juge manipulateurs : journalistes et hommes politiques en tête, donnent ils eux aussi des réponses pessimistes ?

    Pourquoi sommes nous pessimistes ? Cela tient aussi à nos gènes, de ceux qui nous faisaient nous cacher à l’approche d’un lion, être pessimiste peut permettre d’anticiper le danger et donc de se protéger.danger.jpg

    Vous allez me dire, on est pessimiste et alors ? 
    Danger nous dit Hans Rosling car si quand nous étions petit homme dans la savane avec une sagaie il était important de se méfier de tout, aujourd’hui augmenter les risques et dramatiser une situation peut conduire à des prises de décisions catastrophiques, demandez à Roselyne Bachelot son expérience sur les risques de la grippe H1N1 !!

    grippe.jpg

    Rosling pose ses questions sur une multitude de sujets concernant la démographie, l’évolution socio-économique du monde, la mortalité, la natalité, les niveaux de revenus. Mais aussi l’accès à l’électricité, à l’eau potable, la vaccination etc...
    Il pose ses questions, vous explique pourquoi vous choisissez une réponse fausse alors qu’à priori vous n’êtes pas idiot.

    pauvreté .jpg

    Mais vous avez suivi la tendance que l’on a tous à diviser le monde en deux pôles : il y a « eux » et il y a « nous » , n’avez vous jamais entendu ou pensé : les africains ne parviendront jamais à la démocratie…. L’Inde ne parviendra jamais à réguler sa natalité...

    A la fin de chaque chapitre un petit vade-mecum pour vous éviter de tomber dans le piège du catastrophisme mais aussi de faire un choix parmi les points que vous voudriez privilégier et peut être d’y réfléchir ….par exemple avant de voter ou de choisir une cause à défendre. 

    eau potable.jpg

    Hans Rosling décortique neuf de nos instincts qui noircissent systématiquement nos analyses 
    L’instinct du fossé, la propension à la généralisation, la volonté de blâmer et de trouver un responsable, l’instinct dramatique ou négatif, la peur bien sûr, l’instinct de l’urgence mais aussi la taille ou l’instinct de la destiné. Nous sommes mus par cela et c’est bon de le savoir.

    catastrophe naturelle.jpg

    Une fois la démystification réalisée on peut regarder le monde autrement qu’à travers le prisme des guerres, des catastrophes naturelles, de l’extinction des espèces, de la pauvreté. 
    Le monde a progressé et pour qu’il progresse encore il importe que les décisions reposent sur des faits avérés, des données fiables et non sur notre pessimisme habituel.

    électricité.jpg


    Les choses vont mieux que nous le pensons, quand on affirme ça il y a une petite voix qui dit : alors on ne fait plus rien ?Les réponses à certains problèmes doivent tenir compte de la situation réelle, des faits et pas de nos réflexes immédiats.

    école filles.jpg

    Je ne vous en dit pas plus parce que ce livre mérite vraiment d’être lu et j’ajoute qu’après votre lecture peut être comme moi désirerez vous le faire lire aux jeunes adultes autour de vous, aux étudiants que vous côtoyez.

    Ah dernière chose : au questionnaire j’ai obtenu 6 réponses justes sur 13 mais en réalité plutôt 5 car à une question j’ai répondu au hasard comme un chimpanzé en somme, c’est moins pire que certains mais c’est pas reluisant !!  J'ai donné des réponses fausses sur les sujets santé que je pensais maitriser par exemple.
    Ce qui me rassure c’est que certains prix Nobel ont fait pire.

    9782081427112-200x303-1.jpg

    Le livre :  Factfulness - Hans Rosling - traduit par Pierre Vesperini - Editions Flammarion