Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades

  • Bribe féministes

    690px-Adam_and_Eve_Lucas_Cranach_the_Elder.jpg

    Adam et Ève au Paradis de  Lucas Cranach

    Une approche toute en subtilité du thème du « fruit défendu ».
    Le titre de son œuvre signifie bien que nous avons sous les yeux une scène de félicité, un instantané de la vie au Paradis, où l'homme et la femme vivent dans l'harmonie d'une nature luxuriante. Les animaux de la Création sont à leurs pieds représentés par le cerf et le lion, ce dernier, protecteur, ne menaçant que ceux qui regardent. Les fruits de la nature poussent en abondance à portée de main, les branches de l'arbre de la connaissance sont lourdes de pommes mûres. Luxe, calme et volupté... avant la tempête. Tous les éléments du drame sont réunis : Ève, Adam, la pomme croquée et, enroulé autour d'une branche, le serpent.

     

    Nicolas_Poussin_073.jpg

    Dans le tableau de Poussin, Rebecca est entourée d'un aéropage de jeunes femmes, douze en tout. Le peintre, s'il prend soin de les laisser à l'arrière-plan, exerce néanmoins son art immense du détail : chacune d'elles par sa pose spécifique traduit un sentiment particulier, celles de gauche plutôt dans le registre de l'insouciance et/ou de l'indifférence, celles de droite étant plus attentives, concernées, voire dépitée pour celle qui est accoudée. Le grand maître, audacieux coloriste, travaille avec soin les postures, les costumes et les drapés. Il a d'ailleurs pour habitude de fabriquer des figurines qu'il habille et met en scène dans un décor.

    Georges_de_La_Tour_044.jpg

    La femme domine de toute la hauteur de sa robe à l'orangé lumineux protégée par un large tablier dont la blancheur est comme le reflet de la peau de l'homme malade. Elle paraît inébranlable dans son imposante verticalité, pourtant elle n'écrase pas son mari de son mépris, elle penche sa tête vers lui avec une douceur qui contredit ses propos. Le geste de sa main se lit presque comme une caresse tant cette main est proche du front de son époux.
    Les jeux d'ombres et de lumière chers à Georges de La Tour, provoqués par la flamme de la bougie, décuplent l'effet dramatique de la scène. C'est la femme qui tient la bougie

    2019-03-paix-femmes-dans-la-bible-6-5c77ea9802347.jpg

    Le livre : Les femmes de la Bible dans l’art - Chrisitane Lavaquerie-Klein et Laurence Paix-Rusterholtz  - Editions du Cerf

  • Shitao ou la saveur du monde - François Cheng

    Toujours en panne de lecture je me suis tournée vers mes amours de toujours.

    shitao.jpg

    François Cheng nous invite dans le monde de la peinture chinoise et de la poésie.

    C’est un bonheur total que ses livres, j’ai pris grand soin de mes exemplaires et bien m’en a pris car ils sont aujourd’hui vendus d’occasion à des prix prohibitifs et Phébus ne les a jamais réédités. 

    Le volume sur Shitao a ma préférence, une façon magnifique d’entrer dans le monde de la peinture de paysage ou comme les chinois aiment l’appeler Shanshui peinture de montagne et d'eau.

    Shitao-autoportrait.jpg

    Shitao Autoportrait

    Classiquement dans ce livre François Cheng tisse une petite biographie du peintre 

    De naissance royale 1642 il a une enfance difficile et il se réfugie dans un monastère bouddhique. Initié à l’art il va connaitre le succès qui lui tournera un peu la tête, il signe ses oeuvres de différents pseudonymes dont le plus célèbre est  « Citrouille-amère »

    61q-vodVrML.jpg

    Il est l’auteur d’un traité de la peinture que François Cheng considère comme un sommet de la pensée esthétique chinoise. Il finira sa vie d’artiste retiré dans un ermitage .

    5-Shitao-man-alone-1707-old-Chinese.jpg

    François Cheng nous introduit dans le monde de cette peinture toute en atmosphère.

    conversation.jpg

    Conversation au bord du vide 

    Shitao est un paysagistes qui va vous faire rêver. Vous irez d’un ermitage à l’autre parfois à pied, parfois en barque parmi un royaume de montagnes et de brumes de cette chine hors du temps. Un monde chanté par les poètes chinois depuis des siècles.

    ermitage.jpg

    Vous aurez du mal à quitter les lieux.

     « ses coups de pinceau sont célèbres par leur vivacité, leur audace, mais surtout leur stupéfiante variété. Son esprit d’invention, sa hardiesse toujours en alerte ont littéralement brisé le moule de la composition classique »

    François Cheng souligne l’importance du Vide dans la peinture de Shitao  le Vide assure la circulation des souffles vitaux.
    Il y a la volonté chez le peintre de solliciter tous nos sens et ainsi d’approcher le mystère des choses, de goûter « la saveur du monde »

    6-Shitao-last-hike-1707-old-Chinese.jpg

    Shitao Dernière randonnée

    Mélant commentaires, reproductions et poésie François Cheng comble le lecteur dont l’oeil va du rouleau chinois, à la plume de l’auteur à la poésie classique qui illustre si bien les paysages. 

    Ce sont plus que des beaux livres c’est un monde offert, allez y sautez dedans vous ne le regretterez pas.

    IMG-0067.jpg

    Le Livre : Shitao la saveur du monde - François Cheng - Editions Phébus 1998 

     

     

  • bribes de ciel

    finistère ciel d'orage.jpg

    «  Ô cette grâce inouïe que la terre possède de me donner le ciel ! Non pas seulement comme une récompense, mais comme un compagnon ; non pas comme un étranger, mais comme un autochtone. 

    finistère.jpg

    Car le ciel même, le grand ciel caravanier qui passe est natif de la terre, comme sa floraison, comme sa fenaison, comme sa frondaison.

    orage.jpg

    De même âge, de même lignage, de même humeur, de même allure que la terre qu’il foule, dans la poursuite assidue d’une même harmonie, dans la résolution d’un même accord, dans la composition d’un même nuancier. »

    Le livre : Cantique de l’Infinistère - François Cassingena-Trévedy - Editions Desclée de Brouwer

     

  • Bribes d'information

     

    eliot frederic william burton national g.jpg

    George Eliot par F W Burton  National Gallery 

    Vous savez quoi ? Parfois quand rien ne va il y a pourtant des petits moments jouissifs, tenez par exemple Gallimard vient de faire entrer George Eliot en pléiade.

    Alors si vous voulez faire plaisir à un amateur de littérature anglaise ou pourquoi pas VOUS faire plaisir c’est moment c’est l’instant 

    9782072789335-475x500-1.jpg

    Deux de ses plus grands romans Middlemarch et Le Moulin sur la Floss, avec en prime deux essais de Mona Ozouf pour votre plus grand plaisir je vous le certifie 

    IMG-0065.jpg

    Et puis il y a l’édition en livre audio des 2 tomes d’Autant en emporte le vent lu par Caroline Maillard dans la nouvelle traduction de Josette Chicheportiche 

    Elle est pas belle la vie ?

  • Blog en confinement

    file-20200406-96658-1uw7e80.jpg

    Je suis un peu en panne de lecture à partager avec vous en ce moment.Aussi je vais mettre le blog en confinement. 

    NOV NDM FACEBOOK SPOT FIXE TEXTE 1200x630.jpg

    Mais aujourd’hui avant de fermer mes écoutilles pour quelques jours je vous propose de participer avec moi à la nuit européenne des Musées 

    Vous avez pour cela un pass spécial qui va vous donner accès à des lieux très divers et vous pouvez trouver le programme ici 

    Le virtuel est aux commandes et votre choix est vaste, du Palais du facteur Cheval au musée Guimet, du musée Rodin à la maison de Balzac.  Attention il y a des horaires à respecter ! 

    Bonne visite  

  • Mémoires des terres de sang - Inara Verzemnieks

    La Lettonie en fait partie de ce que Timothy Snyder appelle les Terres de sang et l’histoire de la famille d’Inara Verzemnieks est tout à fait emblématique du destin de ces hommes et femmes.

    LETTONIE.jpg

    L’auteure vit aux USA, elle a grandit à Tacoma dans l’état de Washington. Elle a été élevée par ses grands-parents, entourée des fantômes du passé sans que rien ne lui soit jamais raconté.

    Toute son enfance est marquée par cette Lettonie perdue, le drapeau, les chants, des gestes qu’elle peine à comprendre comme ceux de disperser sur les cercueils du sable de Lettonie.

    folklore.jpg

    A la mort de sa grand-mère elle va tenter de refaire à l’envers le chemin de l’exil jusqu’à cette ferme familiale où durant la seconde guerre mondiale la famille s’est littéralement décomposée.

    Elle commence son travail de journaliste  en se rendant sur les lieux. Le lent travail de compréhension commence 
    « La porte de la petite maison s'ouvre et je vois ma grand-mère. Bien sûr, à ce moment-là, ma grand-mère, la femme qui m'a élevé, est morte depuis près de cinq ans. »

    C’est Ausma la soeur de sa grand-mère.

    ferme.jpg

    Et le fil de l’histoire familiale va se dévider. Livija et Ausma ont été séparées, Livija a fuit le conflit à l’entrée des troupes russes en Lettonie et est devenue une réfugiée tandis que son mari, le grand-père d’Inara a rejoint les rangs de la  Légion de Lettonie.
    Ainsi il a combattu pour l’Allemagne sur sa terre où presque tous les 70 000 Juifs de Lettonie ont été assassinés.

    Son grand-père a-t-il participé directement aux pogroms ?  Inara sait qu’il portait l’uniforme. Il a dû au minimum être témoin et voir ses voisins disparaître. 

    legion.jpg

    De l’autre côté de l’histoire familiale il y Ausma qui elle va suivre sa mère et son frère exilés en Sibérie par le régime stalinien.Les deux soeurs ne se sont pas revues durant plus de cinquante ans.

    enfants.jpg

    Enfants de déportés en Sibérie

    Aujourd’hui est-elle prête à raconter l’histoire du pays et de la famille, histoire marquée par le malheur, les migrations, les guerres, la culpabilité et la honte ? 

    C’est un beau témoignage de vies marquées par l’exil, le désir de survie et la résilience. 
    Un texte bouleversant, un pays où ces hommes et femmes étaient 
    « comme des poissons pris au piège sous la glace de la rivière en hiver » et tentent de tisser à nouveau des liens par delà les générations.

    Le livre va trouver place dans ma bibliothèque aux côtés de Purge, Ames Baltes de Jan Brokken et du livre de Sandra Kalniete.

    9782842307042-475x500-1.jpg

    Le livre : Mémoires des terres de sang - Inara Verzemnieks - Traduit par Alexandra Maillard - Editions Hoëbeke