Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades

  • Judas - Amos Oz

    israel.jpg

    Israël m’a toujours attiré, son histoire, ses romanciers, jusqu’à ses incohérences politiques. 

    Une de mes premières lectures remonte à mes très jeunes années avec Exodus, puis l’histoire de Jérusalem avec Lapierre et Collins. Récits qui ne brillent pas forcément par une objectivité sans faille mais qui ont eu le mérite de m’intéresser à cette partie du monde et à ses peuples. 

    Plus récemment deux récits superbes l’un d’un israélien l’autre d’un palestinien m’éclairaient à nouveau.

    IMG_0002.JPG

    Aujourd’hui c’est le livre d’un grand romancier israélien qui vient apporter une touche forte à ma vision de l’histoire de ce pays.

    1959 Shmuel est un étudiant un peu en perdition, sa thèse sur Jésus n’avance pas, il est largué par sa compagne, abandonné par sa famille en faillite. Il lui faut trouver vite un logement et il répond à une petite annonce promettant le gîte et le couvert contre quelques heures par jour auprès d’une personne invalide.

    C’est ainsi qu’il fait connaissance de Gershom Wald, 70 ans et de sa colocataire Atalia Abravanel une superbe femme dont Shmuel tombe immédiatement amoureux.

    ben-gourion-620_620x349.png

    Archives Ina 

    Les liens de cet étrange trio vont petit à petit se tisser. Une troisième personne va s’inviter dans leurs relations, un homme disparu : Shealtiel Abravanel, que David Ben Gourion surnommait le traitre, Abravanel ayant eu l’impudence et la folie de proposer la création d’une communauté judéo-arabe avec des droits identiques pour chaque communauté en lieu et place de l’état d’Israël en 1948 ! 

    Pour parfaire son propos, Amos Oz ajoute un parallèle biblique avec la figure honnie du monde chrétien : Judas Iscariote dont l’histoire a tant fait pour justifier l’antisémitisme.

    judas.jpg

    Le baiser de Judas - Cimabue 

    Fresques de l'église San Francisco Assise


    Roman d’une extraordinaire richesse qui nous renvoie à ce moment où l’état d’Israël vit le jour en opposition aux palestiniens qui par conviction ou par peur ou sous la contrainte quittèrent le pays en masse,
    fuite pour les Israéliens, Nakba ou catastrophe pour les Palestiniens qui en paient encore le prix aujourd’hui.

     

    nakba.jpg

    Nakba la catastrophe 

    A travers le roman bien sûr que l’on entend parfaitement le point de vue politique d’Amos Oz. On connait son engagement auprès des mouvements qui oeuvrent pour la paix et le dialogue entre les deux communautés ce qui lui a valu d’être appelé traitre lui aussi.

    J’ai beaucoup aimé la réflexion que mène Ghershom Wald sur Judas en qui il voit une figure assez différente de celle que propose traditionnellement  l’Eglise depuis des siècles. J’ai aimé passer de Flavius Joseph à Ben Gourion, d'un point de vue à un autre.

     

    flavius joseph.jpg

    Ce roman splendide réveille le débat entre pacifistes et fanatiques en Israël mais aussi en Palestine. Une région du monde où les notions de frontières et d’identité sont prégnantes et font s’entremêler passé et présent.

    Il serait bon que ces messieurs du Nobel se réveillent eux aussi et couronnent ce pacifiste de toujours.

    L'avis de Sylire sur ce roman et celui d'Eeguab

     

    9782070177769FS.gif

    Le livre : Judas - Amos Oz - Traduit par Nicolas Lange - Editions Gallimard

  • L'Archipel d'une autre vie - Andreï Makine

    Une traque

    armée.jpg

    En 1970 un jeune garçon effectue un stage et à cette occasion rencontre un homme étrange,  Pavel Gartzev, qui restera dans sa mémoire et je vous le prédis amis lecteurs, dans la notre aussi.

    Transportez vous sur ces terres oh combien inhospitalières, aux extrêmes confins du monde russe, la Sibérie, ce monde de splendeur et d’hostilité. Reculez un peu le calendrier, nous sommes maintenant dans les années 50 au plus fort du stalinisme et de la guerre froide. Pavel est réserviste est enrôler dans un bataillon spécial.

    mer.jpg

    le périple commence ici près de la mer d'Okhotsk © Samuel Blanc

    Les soldats doivent s’entrainer à résister à une guerre atomique, les exercices de survie sont poussés à l’extrême. Pavel est mal vu de ses chefs et donc désigné pour les pires corvées. Il est avec quatre autres soldats  envoyés à la poursuite d’un évadé du Goulag. Il y a Ratinsky le lèche bottes de service, Vassine, Louskass et Boutov et sans oublier un chien bien utile pour pister : Almaz.

    Très vite ils savent qu’ils ont affaire à forte partie. Le fugitif leur dame le pion en permanence ayant toujours un coup d’avance sur eux, il est capable de faire plusieurs feux pour les empêcher de lui mettre la main dessus, quand il arrive le fugitif est loin. Il leur vole même du matériel. Après trois semaines de traque les rangs se sont clairsemés, les chefs plus ou moins blessés ont abandonné la partie mais sont prêts à rendre responsables les malheureux soldats de l’échec de ce ratage.

    Tout y passe, la peur, les fanfaronnades, la bassesse, le mépris, tout se joue entre gradés et soldats, entre soldats. La survie de chacun est en jeu, la violence sourd par tous les pores. Et pourtant que la nature est belle, majestueuse, splendide, elle offre de quoi s’abriter, se nourrir, du moins quand on connait ses secrets et manifestement le fugitif est maitre dans cet art.

    chantar.jpg

    Et ce terminera ici aux îles Chantar

    J’ai aimé l’écriture d’Andreï Makine qui la met au service d’un beau conte philosophique animé d’un joli souffle romanesque. On suit avec passion cette chasse dans l’immense Taïga, on souhaite bien sûr la survie du fugitif, on compte sur l’épuisement de cette équipe de soldats qui s’effiloche aux fils des pièges tendus par le fugitif.
    Cette traque n’est pas sans rappeler les plus beaux textes sur le sujet comme « A marche forcée » de Slavomir Rawicz

    Andreï Makine nous dit qu’il y a peut être une possibilité de rédemption pour l’homme, un archipel où il ferait bon vivre autrement sans vainqueur ni vaincus.

    9782021329179FS.gif

    Le livre : L’archipel d’une autre vie - Andreï Makine - Editions du Seuil

  • Deux auteurs

     Toujours un peu sceptique devant l’avalanche de la rentrée littéraire j’ai opté pour deux auteurs bien éloignés par la langue ou l’histoire mais finalement proches par le besoin de faire entendre la voix de ceux que l’on oublie parfois.

    Je vous laisse deux indices géographiques et je vous retrouve ici dès demain

    Un écrivain du nord


    taiga.jpg

     

    et un du sud

    visuel-Vallee-du-Jourdain.jpg

     
  • Le curé de village - Honoré de Balzac

    C’est le second roman de Balzac que je lis sous influence. 

    Ma lecture d’Alain et de son Balzac m’a fait choisir pour démarrer deux romans peu connus. J’ai aimé le premier Le médecin de campagne et aimé encore plus celui là.

    L’ouverture du roman ne surprend pas, Balzac nous invite à Limoges et nous fait, comme à son habitude, visiter la ville. 

    balzac

    Limoges

    Dans cette ville vit « un nommé Sauviat, marchand forain »  il a construit sa fortune sur la récupération des métaux « Sauviat n’achetait aucun objet sans la certitude de pouvoir le revendre à cent pour cent de bénéfice ».

    Il eut une fille Véronique et pour elle « Cet homme de plomb, de fer et de cuivre redevint un homme de sang, d’os et de chair », elle est élevée très chrétiennement et devient une belle jeune fille à la beauté un peu flétrie par une petite vérole. Seule réelle émotion dans la vie de Véronique : la lecture de Paul et Virginie qui l’enflamma.

    balzac

    Paul et Virginie

     

    Son père s’est juré de bien la marier et il porte son choix sur le banquier Graslin que convoitent toutes les mères de la ville. 

    Tout est donc pour le mieux

    « Graslin meublera magnifiquement sa maison; il aura pour notre fille la plus belle voiture de Paris et les plus beaux chevaux du Limousin, il achètera une terre de cinq cent mille francs pour elle, et lui assurera son hôtel; enfin Véronique sera la première de Limoges »

    L’amour n’étant pas présent et l’enfant attendu ne venant pas Véronique Graslin cherche consolation dans les livres. 

    Elle fait la conquête de Limoges 

    « Quelques mois après son arrivée, le Substitut attiré par le charme croissant de la conversation et des manières de Véronique, proposa donc à l’abbé Dutheil, et quelques hommes remarquables de la ville, de jouer au whist chez madame Graslin. Véronique reçut alors cinq fois par semaine »

    Graslin est en paix il peut se consacré à sa fortune d’autant qu’après plusieurs années Véronique Graslin est enfin enceinte alors que la ville est secouée par un meurtre particulièrement sordide, un vieillard avare et riche fut  

    « assassiné, pendant une nuit noire, au milieu d’un carré de luzerne où il ajoutait sans doute quelques louis à un pot plein d’or. La servante, réveillée par la lutte, avait eu le courage de venir au secours du vieil avare, et le meurtrier s’était trouvé dans l’obligation de la tuer pour supprimer son témoignage »

    L’ouvrier porcelainier Tascheron est arrêté et condamné à la guillotine. Le produit du vol n’est pas retrouvé.

    balzac

    Le dernier jour d'un condamné

    Je m’arrête ici car en dire plus serait vraiment criminel

    Le roman de  Balzac qui illustre très bien la place de la religion et de l’Eglise est un chef-d’oeuvre de construction romanesque.
    On pourrait croire qu’on lit un roman à la gloire de l’autorité et l’on s’aperçoit en cours de route que l’on a été berné et manipulé.

    C’est un roman complexe que j’ai eu grand plaisir à lire même si je n’adhère pas à toutes les idées de l’auteur et si il y a comme dans bien des romans de Balzac quelques longueurs.

    Balzac reprend ici les idées de Victor Hugo et démontre l’inutilité de la peine de mort pour ce jeune homme de 23 ans.

    Un roman à découvrir

    balzac

    Le livre : Le curé de village - Honoré de Balzac - Edition numérique Arvensa ou gallimard Folio

  • En attendant

    librairie-passage-membre-chez-librairefr.jpg

    Librairie Passages rue de Brest Lyon

    Je suis en train de lire quelques romans de rentrée sans me presser mais je ne vous oublie pas.

    balzac.jpg

    Pourquoi ne pas retrouver un maître du roman en attendant ?

  • Thomas H Cook n'est pas un auteur de polars

    J’ai très peu lu de polars cet été exceptés ces deux romans qui ne sont pas pour moi à ranger dans cette catégorie malgré l’obstination de l’éditeur à les classer ainsi.

    Ma première découverte de Thomas H Cook remonte aux débuts de ce blog avec un roman qui se déroule au temps de la lutte pour les droits civils aux USA.Un excellent récit qui pointe bien le rôle très trouble que la police jouait alors.

    Depuis j’avais abandonné cet auteur mais grâce à Christian je m’y suis intéressée de nouveau.

    Attention un petit bémol, ne lisez pas ces deux romans à la suite car les modalités du récit qui font la particularité de l’auteur se retrouve d’un livre à l’autre, cela ne m’a pas gênée, j’ai même été heureuse de retrouver son style, sa manière de raconter mais mieux vaut étaler un peu la lecture.

    Gingerbread_House1.jpg

    La Nouvelle Angleterre telle que je l'imagine

     

    Pour les deux romans Thomas H Cook fait parler un protagoniste, on connait dès le début la victime et même peut être le coupable

    Alors me direz-vous comment l’auteur parvient-il à tenir son lecteur en haleine ? Par un art très subtil de la narration, ses retours en arrière ne sont pas de simples flash back mais s’inscrivent totalement dans le récit au point de nous faire oublier si nous sommes aujourd’hui ou hier.

    Il distille savament les informations sur les différents protagonistes, ceux qui touchent de près la victime ou le narrateur, ceux dont on a envie immédiatement de se méfier, ceux qui éveillent la sympathie ou la colère.

     

    alabama.jpg

    l'Alabama des années soixante

    Thomas H Cook sait aussi avec art faire le tableau d’une société, une petite ville d’Alabama ou de Nouvelle Angleterre.

    Tous les personnages sont passés au crible, les boutiques et les lieux chauds, le lycée qui est sur le devant de la scène dans les deux cas.

    Le lecteur se laisse prendre par la main pour creuser le secret qu’il devine, attendant à tout moment à voir s’écrouler ses certitudes. 

    Il est toujours question avec Thomas H Cook de personnages en marge, de ceux qui viennent rompre le prêt à penser que ce soit sur l’amour, sur les droits des noirs, sur les rapports parents enfants.

    Son habileté est époustouflante et une fois entamé il n’est pas question de poser le livre. 
    Je vous invite à découvrir la vie provinciale qui peut avoir des accents bien noirs.  

     

    Je vous sens frustrer alors j’ajoute quelques détails :

    Dans l’un l’arrivée d’un nouveau professeur Mrs Channing va faire basculer la communauté de la petite ville de Chatham en Nouvelle Angleterre, dans l’autre c’est Kelli jeune fille brillante et prometteuse qui va agiter la ville de Choctaw en Alabama, deux femmes qui se refusent à suivre les chemins tracés. Les deux romans se déroulent dans les années soixante.

    9782757820551FS.gif

    9782021176674FS.gif

     

    Les Livres : 

    Sur les hauteurs du mont Crève-coeur  Thomas H Cook - Traduit par P Loubat-Delranc - Editions du seuil

    Au lieu-dit Noir étang - Thomas H Cook - Editions Point seuil