Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades

  • Bribes de sieste

    zem058-m.jpg

     

    « Nous sommes tous, plus au moins, animés par la quête de l’absolu, de la vérité, de l’éveil, de l’illumination, de la compréhension ultime, etc.

    Pour s’apercevoir, au bout du compte (si l’on y arrive), qu’il n’y a rien. « Fondamentalement rien », comme disait le maître ch’an chinois Feng-kan (IXe s.) »

     

     

    Le livre : L’art de la sieste et de la quiétude - Hervé Collet - Editions Albin Michel

  • Pour vous tenir compagnie

    bribes et brindilles.jpg

     

    Comme l’été dernier je vous laisse en compagnie de Bribes et de Brindilles qui je l’espère vous plairont et vous inviteront à faire quelques belles découvertes

    J'ai pioché pour cela dans ma bibliothèque

    IMG_0366.JPG

     

     

  • pause estivale

     

    pause estivale.jpg

     

    Je vous laisse pour trouver un peu de fraîcheur loin des écrans mais toujours près des livres

    livre.jpg

    Je ne vous laisser pas totalement ......à suivre

  • L'Apocalypse selon Dürer - Alberto Manguel

    Mon souvenir le plus ancien de l’Apocalypse ce fut un film de Vincente Minelli  avec Glenn Ford, Charles Boyer, Ingrid Thulin et Lee J Cobb qui raconte la montée du nazisme et la lutte contre le mal qui prend le visage de Karl Boehm.

     

     

    Je n’ai jamais lu cette partie de la Bible sauf quelques extraits ici ou là mais par contre je me suis intéressée il y a longtemps aux seize gravures de l’Apocalypse réalisées par Albrecht Dürer. Ce sont des dessins qui impressionnent et qui furent son premier chef d’oeuvre qu’il n’était pas certain de vendre car il n’avait pas de commanditaire.

    Elles fourmillent tellement de détails que c’est mission impossible de les mémoriser.

    J’aime particulièrement Dürer  ses dessins, estampes, aquarelles mais l’Apocalypse si marquante ne faisait pas partie de mes préférés faute de comprendre bien le contenu et l’interprétation que l’on peut en faire.

     

    apokalypse.gif

    La plus célèbre (un clic pour la voir en grand) 

     

    Et c’est là qu’intervient le passeur idéal : Alberto Manguel.

     

    Chez un éditeur peu connu il publie un petit opuscule sur ces seize gravures. Comme à son habitude il le fait avec simplicité, les petits textes qui accompagnent chaque gravure sont courts, clairs et entraînent le lecteur à la fois en un voyage géographique mais surtout littéraire et philosophique. On plonge dans la Bible allègrement, on fait un pas chez les philosophes de l’antiquité, impossible pour Manguel de ne pas être par la même occasion passeur de livres.

     

    Manguel vient souffler le sens à l’oreille du lecteur qui fait retour à l’image et puis à nouveau au texte. Cette conversation est passionnante d’autant que les reproductions sont de bonne qualité et que l’on peut toujours les afficher sur le web pour grossir encore certains détails. On comprend mieux la composition des gravures et on parvient à les replacer dans une période historique. 

     

    Un livre très réussi et pour info chez le même éditeur on peut trouver un Jérôme Bosch et un Patinir présenté par Sylvie Germain 

     

    Agnes_Duerer_1521.jpg

    Agnès Dürer 

    Comme j’étais en voyage avec Dürer j’ai poursuivi avec son Journal de voyage qui est une réédition.

    Albrecht Dürer mène une vie relativement simple mais ses besoins d’argent sont constants, à l’époque il était parfois difficile aux artistes de se faire payer leur travail. Il entreprend donc un voyage pour tenter de faire renouveler une pension que l’empereur qui vient de mourir lui versait.

     

    A la suite de ce voyage il va faire un périple aux Pays-Bas. Si ce voyage est célèbre ce n’est pas par le contenu écrit du journal mais bien plutôt par les esquisses et dessins que l’artiste réalise à cette occasion.

    Il ne se souciait pas d’être lu.

    Il fait plusieurs portraits des peintres de l’époque dont Joachim Patinir, son intention est de se servir de ses dessins comme monnaie d’échange ou cadeaux.

    durer 2-2.jpg

    L’oeil de l’artiste est toujours en alerte et le voyage nous vaut des oeuvres très variées de personnages rencontrés et leurs costumes, des paysages et des villes traversées.

     

     

    Les seize estampes de Dürer sont visible sur le site de l’Université de Liège

     

    IMG_0358.JPG

     

    Les livres 

    L’Apocalypse selon Dürer - Alberto Manguel - Traduit par Christine Le Boeuf - Editions Invenit  2015

    Journal de voyage aux Pays-Bas - Albrecht Dürer - Traduit par Stan Hugue - Editions de l’Amateur 2015

  • Georges de La Tour - Jacques Thuillier et Pascal Quignard

     Il fit de la nuit son royaume 

     

    ME0000102981_3.jpg

     

    Que diriez-vous de passer par la Lorraine pour un voyage artistique ? 

    Jacques Callot est lorrain, Claude Gelée aussi d’où son nom mais surtout, surtout, Georges de La Tour est lorrain.

     

    le vielleur.jpg

    Le Vielleur - Musée des Beaux Arts de Belgique

     

    A l’origine ce tableau comprenait aussi un violoniste, La Tour a traité plusieurs fois ce thème et l’on retrouve un Vielleur au ruban au musée du Prado

     

    Question biographie c’est assez vite résumé, on ne sait pratiquement rien de lui. Enfin j’exagère un peu, on sait qu’il est né à Vic où il a passé pas mal d’années et Jacques Thuillier insiste « on ne dira jamais assez que La Tour n’est pas un artiste français » car à l’époque c’était un territoire appartenant aux Ducs de Lorraine et son destin s’en trouva marqué.

    Il fit un apprentissage dont on ne sait rien. On suppose qu’il fit le voyage à Rome un incontournable pour les peintres de cette époque mais rien ne le confirme sauf qu’à Rome vivait une société importante de lorrains.

    Retour en Lorraine et mariage avec Diane qui lui servira parfois de modèle.

    Jacques Callot illustrera la guerre et la peste qui chassent Georges de La Tour de Vic.

     

    callot misère de la guerre.jpg

    Jacques Callot Les Misères de la guerre

    Il s’établit à Lunéville sous la protection des Ducs de Lorraine, le duché est terre de la contre-réforme et les sujets religieux seront à l’honneur.

    Peintre très réaliste à ses débuts il n’est pas un peintre de la nature et celle-ci est absente de ses tableaux. 

    Puis son inspiration le portera vers le travail de la lumière et les toiles nocturnes dont on pouvait croire les flamands comme seuls maîtres. 

    Mais il peint aussi des tableaux diurnes comme La Nativité ou l’adoration des bergers.

     

    le-nouveau-né-george-de-la-tour.jpg

     

    « Les oranges et les rouges de La Tour brûlent par-delà le temps comme des braises.Pascal Quignard » 

     

    Il meurt à Lunéville et ....sombre dans l’oubli jusqu’en 1863 où on le « redécouvre ». C’est sans doute l’exposition de 1972 qui le fit connaitre mieux de grand public.

     

    Le livre de Jacques Thuillier est parfait pour connaitre un peu mieux le peintre et le situer dans son époque. On comprend bien son parcours et les reproductions sont de très bonne qualité. J’ai acheté ce livre d’occasion pour très peu cher et je ne regrette pas mon achat.

     

    saint jacques.jpg

    Saint Jacques

    Mais pour entrer dans le secret des tableaux de Georges de La Tour la compagnie de Pascal Quignard est parfaite. Il nous le montre obéissant aux leçons du Caravage.

    Il a une manière bien à lui de délivrer les secrets du peintre et d’interpréter ses tableaux. C’est lui qui dit « Il fit de la nuit son royaume » « Les oranges et les rouges de La Tour brûlent par-delà le temps comme des braises. » 

    Ou encore « Georges de La Tour élut la vie quotidienne la plus simple, la plongea et la simplifia encore dans la nuit, pour la revêtir du reflet de grandeur qu’est la luisance, la couche de lumière. »

     

    La_Tour.jpg

    « c’est le maître des nuits. C’est le maître des regards tournés en dedans. C’est le maître des paupières baissées. »

     

    Pour Pascal Quignard Georges de La Tour est LE baroque janséniste, ses personnages « sont immobiles, divisés entre la nuit où ils s'élèvent et la lueur qui les éclaire en partie. Surgissant dans l'ombre, touchés par un fragment de lueur, ils tiennent en suspens un geste incompréhensible »

     

    A vous de choisir : Jacques Thuillier pour la précision et l’étude complète, Quignard pour la beauté des mots alliée à la beauté des oeuvres.

     

    georges-de-la-tour.jpg

    flohic.jpg

     

    Les livres

    Georges de La Tour - Pascal Quignard - Editions Flohic 1991

     

    Georges de La Tour -  Jacques Thuillier - Editions Flammarion 2002 et 2013

  • D'art d'art

    J’emprunte mon titre à l’émission de France 2 mais l’occasion était trop tentante

     

    dartdart.jpg

    Je vous propose de faire un brin de voyage de la Lorraine aux Pays-bas en passant par l’Allemagne à la rencontre de peintres que j’aime et qui sont depuis longtemps dans ma bibliothèque mais mon rayon c’est enrichi récemment, c’était donc la bonne occasion.

    pinceau-et-palette-6906234.jpg

      

    A vos palettes et pinceaux ici dès demain