Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades - Page 5

  • Les Grands cerfs - Claudie Hunzinger

    J’ai une étagère de livres compagnons, je n’aime pas le terme de coup de coeur parce que pour moi c’est un phénomène éphémère, alors que compagnons c’est quelque chose qui s’inscrit dans la durée. 

    Ce ne sont pas tous des chefs d’oeuvre, non, mais des livres qui me procurent un plaisir de lecture, un apaisement, une joie renouvelée à chaque lecture.

    Le roman de Claudie Hunzinger  va aller rejoindre mon étagère de livres compagnons.

    vosges.jpg

    Pamina habite une ferme isolée, perdue dans les Vosges  avec son compagnon Nils.
    Depuis longtemps elle cherche à surprendre les cerfs dont elle repère régulièrement les traces alentour.
    Elle est fascinée par ces invisibles et cherche à les apercevoir. Elle veut écrire sur eux. 

    Cabane-du-Lac-1920.jpg

    Une cabane d'affût 

    Elle trouve de l’aide auprès de Léo, un fou de l’observation animale, un dingue de photographie. Il sait tout des cerfs, leurs habitudes, leurs cheminements, il sait où les guetter. 
    Elle va lui permettre d’installer une cabane d’affût sur son terrain des Hautes-Huttes.
    Léo lui fait partager son savoir mais sans jamais se livrer totalement, un écolo à qui Pamina donnerait le bon dieu sans confession. Confiance  trop aveugle ?

    J’ai aimé les apparitions nocturnes des cerfs « un tonnerre de beauté »  Le mélange nature et poésie, nature et littérature : 

    « Dans mon sac, il n'y avait pas seulement Lucrèce. Les albums du Père Castor aussi. Je les avais tous gardés et emportés là-haut. Froux, le Lièvre, Panache, L'Ecureuil. Et il y avait Francis Ponge. Et c'était comme si j'avais pris avec moi beaucoup mieux que des jumelles, dont d'ailleurs je me suis longtemps passée, comme si j'avais pris avec moi de quoi scruter La nature des choses et la fabrique du pré. Ils faisaient la paire, Lucrèce et Ponge pour illuminer l'intérieur de notre maison pourrie d'humidité, une vraie caverne »

    cerf-parc-naturel-des-vosges-du-nord-90ca5261-d98d-467c-b750-31640b0e5962.jpg

    J’ai aimé les pages sur cette quête un peu folle, un peu vaine aussi, j’ai aimé les saisons qui modifient la nature autant que la main de l’homme. 
    J’ai aimé que le roman ne soit pas manichéen, certes Pamina défend les cerfs et leur survie mais s’interroge aussi sur leurs méfaits, doit-on faire des compromis ?
    La nature oui mais jusqu’où ?
    Après la beauté et l’émerveillement vient le temps de l’effarement, des compromissions, de la destruction annoncée. 

    photo-animaliereperigord-01.jpg

    Nils son homme ne change pas de roman en roman, toujours aussi complice, toujours un rien anarchiste bienveillant.

    J’ai aimé que le lieu de vie de Claudie Hunzinger change de nom à chacun de ses livres, Bambois, la Survivance, les Hautes-huttes qui chaque fois invite à un bain de nature.

    9782246821373-475x500-1.jpg

    Le livre : Les grands cerfs - Claudie Hunzinger - Editions Grasset

  • bribes de forêt

    Où sont les animaux disparus ?

    30365532.jpg

    « Lors d’une randonnée moyenne de quinze kilomètres, on devrait donc en apercevoir plusieurs centaines. Naturellement, il n’en est rien. La seule raison à cela, c’est la chasse. Comme les chasseurs (seulement en Allemagne, on compte 350 000 licences) sont toujours aux aguets, nos animaux sauvages vivent constamment dans la terreur et adaptent à merveille leur comportement à l’homme. 

    cerfs.jpg

    Bien qu’ils doivent manger tout au long de la journée pour pouvoir digérer une quantité suffisante de végétaux, les chevreuils et les cerfs, par exemple, ne sortent des bois et des fourrés que de nuit, car ils ont fait l’expérience amère d’être pris pour cibles jusqu’au coucher du soleil. 

    chasseur.jpg

    Les tirs ne s’interrompant que quand il fait nuit noire, ce n’est qu’alors que les animaux peuvent aller paître tranquillement dans les prairies. Durant la journée, ils se réfugient dans les zones boisées où ils ne peuvent être repérés, et où les affres de la faim les poussent à se nourrir des bourgeons et des feuilles, et parfois même de l’ écorce des feuillus »

     

    Le livre : L’horloge de la nature - Peter Wohlleben - Editions Macro

  • Giono furioso - Emmanuelle Lambert

    « On dit Giono, sorcier de la langue, conteur, poète traversé de légende »

    giono

    J’aime les anniversaires qui remettent en lumière un écrivain ou une oeuvre.
    Le Mucem ouvre une rétrospective consacré à Jean Giono présentant ses manuscrits, les films adaptés de ses romans. Pas moins de 300 documents, archives familiales entretiens, carnets de travail, peintures, et une évocation poétique de la bibliothèque de l’auteur par l’écrivaine Clémentine Mélois.
    Emmanuelle Lambert commissaire de l’exposition publie un livre que ne peuvent pas rater les amoureux de l’écrivain. 

    giono

    L’auteure de ce Giono furioso vagabonde dans la vie de l’écrivain, dans ses oeuvres et dieu sait qu’il y a là de la matière car Giono « Il écrit tant qu’on le croirait fou, possédé »
    Depuis le jeune écrivain revenu des tranchées de la Première Guerre mondiale, au succès de sa trilogie de Pan. 
    De l’écrivain autodidacte au chantre du Contadour jusqu’à ses excès en matière de pacifisme. 

    giono

    Au Contadour

    Avant tout un homme qui a absorbé comme une éponge ses maitres en littérature « Homère, Melville, Virgile, Montluc, Machiavel, Dickens »
    Elle ne lui fait aucun cadeau « J’irai le chercher dans ses contradictions et ses délires »

    giono

    Bureau de Giono 

    Emmanuelle Lambert fait entendre sa passion pour un écrivain parfois porté à l’excès mais qui « avait la passion de l’invention, cette tendresse de l’esprit qui n’est pas exactement le mensonge ».

    giono

    Blanche Meyer le dernier amour de Giono

    Elle traque l’ « Amant fiévreux » s’interrogeant perpétuellement sur la profondeur du mal, trouvant, surtout à ses débuts, des réponses dans l’amour de la nature.et s’évadant dans l’imaginaire.
    Ce n’est pas l’homme parfait, mais il est toujours animé d’une fureur de vivre qui explique sans doute qu’aujourd’hui encore on lise Giono.

    giono

    Elle fait le portrait d’un grand écrivain, disciple de Stendhal « l’une de ses idoles littéraires, dont il avait un exemplaire de la Chartreuse de Parme dans sa poche, pendant la Grande guerre et qui lui fit découvrir l’arioste et son Roland furieux » 

    giono

    Maison de Giono

    Portrait à travers ses lectures, des témoignages et milles anecdotes, sans chronologie véritable mais toujours mettant l’accent sur les oeuvres moins connues.
    Une invite à la lecture et à la relecture car « Les grands livres ont ceci que nous ne lisons jamais la même chose lorsque nous les relisons. »

    giono

    Giono par Irving Penn

    Giono vous pouvez le retrouver sur ce blog car j’aime à peu près tout de lui  « Giono, c’est la beauté de la langue et du chant »

    Même si mon affection première s'est portée sur la trilogie de Pan comme Emmanuelle Lambert « je préfère aujourd’hui les Chroniques, de cette préférence naïve, un peu hagarde, qui fait qu’on se trouve malin à établir des hiérarchies entre les merveilles. » 

    giono

    Le livre : Giono furioso - Emmanuelle Lambert - Editions Stock

     

     

  • Bribes Gionesques

    Exercice d'admiration

    timbre.jpg

    « Giono a volé le feu sacré, affronté le monde et dénoncé ses crimes, porté en pleine gloire ses passions saintes ou funestes, sordides ou magnifiques, rappelé que rien n’est donné, que tout est à conquérir, et que sans caractère il n’est point de conquête. Seules les âmes fortes ont droit au respect et au pardon. Et, parfois, à notre compassion. » 

    La-bibliotheque-de-Jean-Giono-bientot-sauvee.jpg

    « Nous l’écoutons comme s’il était là, à notre côté, le soir au coin du feu, le jour en marchant dans la forêt, la nuit en rêvant. Sa voix monte du fond des âges, raconte l’histoire trouble et magnifique des hommes en lutte contre leurs vices et leur mortel destin. »

    Le Livre : Lettres de château - Michel Déon - Editions Gallimard

  • La maison allemande - Annette Hess

    1963 à Francfort.

    280px-Frankfurt_collage.jpg

    Eva Bruhns va présenter Jürgen schoormann, son futur mari, à ses parents. 
    Jürgen est l’héritier d’une riche société de vente par correspondance, ce qui est curieux car son père a été interné en camps de concentration pour son appartenance …au parti communiste aujourd’hui le père est doucement atteint de démence sénile.

    La famille Bruhns est une famille simple, aimante, les trois frères et soeurs se chamaillent mais s’adorent. Leur restaurant marche bien mais il est situé dans la partie la moins sélecte de la ville ce qui donne des complexes à Eva. La fille ainée Annegret est infirmière et travaille auprès des nourrissons à l’hôpital, Eva, elle, est interprète.

    procès de francfort.jpg

    Le Procès 1963

    Quelques jours avant noël Eva est convoquée pour traduire du polonais, il s’agit du témoignage d’un survivant du camp d’Auschwitz. En l’absence de tout autre interprète disponible on lui demande de participer au procès qui va se tenir à Francfort sous la responsabilité du procureur Fritz Bauer. 

    fritz Bauer.jpg

    Le Procureur Fritz Bauer

    Tout son entourage se ligue pour la pousser à refuser de participer à ce procès.
    Les arguments sont simples : il faut laisser le passé où il est, cela n’est pas convenable pour une jeune fille, Jürgen tente même de lui interdire de participer au procès en tant que futur époux. Vous avez dit droits de la femme ? Refus de se confronter au passé ?

    labyrinthe.jpg

    Un film qui raconte la préparation du procès

    Eva va, après quelques hésitations, suivre son instinct et défier famille et fiancé. 
    C’est un choc pour la jeune fille qui ignore tout des atrocités nazis, ce procès va changer sa vie et changer aussi irrévocablement le pays tout entier en particulier la génération née après la guerre.

    auschwitz.jpg

    Roman basée sur le procès réel qui fut le premier initié et mené par les allemands eux-mêmes.
    Le procureur général de Hesse, Fritz Bauer avait voulu confronter le public allemand avec son passé, dénoncer les crimes et permettre aux victimes de faire entendre leur voix.

    détente des officiers.jpg

    Moments de détente des officiers à Auschwitz 

    L’auteur propose des personnages qui personnifient parfaitement les réactions de la population lors de la tenue de ce procès. Colère, incompréhension, effarement et volonté farouche de laisser le passé loin derrière. 
    Une sensation d’oppression, d’étouffement poursuit le lecteur.
    Les personnages sont eux pleins de contradictions et d’impuissance.

    631191-people-lay-down-in-a-pedestrian-zone-as-part-of-an-art-project-in-remembrance-of-528-victims-of-the-.jpg

    A Francfort, en Allemagne, une performance artistique en hommage aux victimes du camp nazi de Katzbach,
    mortes lors d'une marche forcée vers les camps de Dachau et de Buchenwald.
    Photo Kai Pfaffenbach. Reuters
       

    C’est très réussi, Annette Hess est scénariste et ça se sent ( la série Berlin 56 par exemple) 
    L’alternance entre le déroulement du procès et la vie quotidienne est très bien rendue. 
    Eva stupéfaite par l’absence de remords et de honte des prévenus, par l’horreur des faits rapportés, va peu à peu s’émanciper, s’éloigner des opinions de son entourage et faire preuve d’indépendance. 

    Annette-Hess-Drehbuchautorin,1558386390953,image-swr-84236~_v-16x9@2dXL_-77ed5d09bafd4e3cf6a5a0264e5e16ea35f14925.jpg

    L'auteure et scénariste Annette Hess

    Un roman que j’ai beaucoup aimé où j’ai retrouvé l’émotion ressentie avec le film Le labyrinthe du silence, film que je vous recommande absolument et qui est centré sur la préparation de ce procès avec toutes les difficultés auxquelles le Procureur fut confronté.Un roman parfait pour que la jeune génération chez nous n’oublie pas le passé.

    9782330126957-475x500-1.jpg

    Le livre : La maison allemande  Annette Hess - Traduit par Stéphanie Lux - Editions Actes sud 

     

  • Une belle reconnaissance

    Avant de publier le billet prévu aujourd’hui je ne peux pas m’empêcher de dire c’est avec joie que j’ai appris que le Nobel d’économie était décerné à Esther Duflo et aux américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer 

    esther.jpg

    Son livre repenser la pauvreté  m’avait passionné en 2012 quand il avait été publié, tout était intéressant dans ce livre : les exemples donnés, les erreurs que commettent en général les pays riches ou les organismes qui tentent d’éradiquer la misère, les solutions possibles.

    prix nobel.jpg

    Pour une fois les jurés du Nobel ont fait un choix qui sort un peu de l’habituel débat économique en disant que les recherches des trois lauréats ont 

    « considérablement amélioré notre capacité à lutter contre la pauvreté globale. En deux décennies, leur approche basée sur les expérimentations a transformé l’économie du développement »

    Le livre est en poche aujourd'hui profitez-en et allez lire l'article d'Annie sur ce livre qu'elle a beaucoup aimé