Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voyager

  • Une bouffée de printemps

    campagne.jpg

    Habituez-vous à contempler l’azur chaque matin pendant un instant ; vous sentirez tout à coup l’air autour de vous, la fraîcheur légère dont la nature vous fait grâce entre le repos et le travail. Vous aurez alors l’impression que chaque journée possède une physionomie spécifique, un éclat particulier, à l’instar de chaque pignon de maison.
    Accordez-y un peu d’attention, et vous conserverez en vous jusqu’au soir les restes d’une sensation de plaisir, une petite part de complicité avec la nature. Progressivement, l’œil apprend à devenir l’intermédiaire qui nous révèle bien des détails charmants de notre environnement ; il s’habitue tout seul et sans difficulté à observer la nature et les rues, à saisir la drôlerie inépuisable des petites choses de la vie.

    noel14_22.jpg

    ©DDD

    Le livre : L’art de l’oisiveté - Hermann Hesse - Editions Calmann-Levy ou Livre de poche

  • la plume de Thomas Mann

     

    san michele francesco guardi.jpg

    San Michele  - Francisco Guardi

    C'était Venise, l'insinuante courtisane, la cité qui tient de la légende et du traquenard, dont l'atmosphère croupissante a vu jadis une luxuriante efflorescence des arts et qui inspira les accents berceurs d'une musique aux lascives incantations. Il semblait à l'aventureux promeneur que ses yeux buvaient à la source voluptueuse d'autrefois et que son oreille recevait la flatterie de ces anciennes mélodies.

    san michele.jpg



    Thomas Mann - Mort à Venise - La Bibliothèque des arts 

     

  • Rêves arctiques - Barry Lopez

    « Il est possible de vivre avec sagesse sur la terre, et d’y vivre bien »

    lopez

                                              © AFP Mario Hoppman 

    Il y a des livres dont jamais la lecture ou la relecture ne vous déçoit. J’ai puisé au fil des années dans les livres de nature writing avec plaisir mais parfois avec un enchantement total. 

    Rêves arctique est dans ma bibliothèque depuis 1987 et pour écrire cette chronique j’ai fait ma troisième lecture de ce livre magnifique.

    Barry Lopez est biologiste et entraine son lecteur de l’Alaska à la Sibérie, du Groenland au grand nord canadien. Il épouse ainsi les mers et les territoires du froid, les animaux qui peuplent ces mers prisent par les glaces ( moins aujourd’hui hélas), bref mon imaginaire depuis que je suis enfant. 

    lopez

    « Ce qui rend si stupéfiante l'aurore boréale, pâle rideau arachnéen de lumière qui semble onduler à travers le ciel, c'est en partie sa timidité »

    Des chapitres consacrés à la glace, à la neige, à la lumière de l'arctique, au boeuf musqué ou au narval. 

    La dent du Narval est fascinante, il faut dire qu’enfant j’ai fréquenté ce qu’on appelait alors l’Ecole dentaire histoire de redresser une mâchoire caractérielle, et dans la salle d’attente des vitrines exposaient des trophées peu sympathiques mais ....il y avait une dent de Narval qui resta pour toujours dans ma mémoire, mes antennes ont frétillé en lisant les pages que Barry Lopez lui consacre.

    lopez

    Les esquimaux qui sont partout présents, parfois victimes, souvent témoins indispensables de la connaissance de ces lieux où l’obscurité et la lumière si convoitées, se succèdent sans fin. C’est un livre tout à fait complémentaire de celui de Jean Malaurie : les Derniers rois de Thulé.

    Si vous ne connaissez rien ou presque à la conquête de l’Arctique, Barry Lopez y consacre un chapitre parfois très critique, lorsqu’exploration était surtout synonyme de commerce, mais aussi des pages emplies d’admiration pour des hommes que la curiosité et l’intérêt scientifique poussaient de plus en plus loin au péril de leur vie.

    lopez

    ça c'est aujourd'hui !

    Ce qui rend son livre si fort c’est l’alliage et l’alliance entre les données scientifiques, les fulgurances poétiques, les observations méticuleuses et les interrogations humanistes. Une quantité d’informations scientifiques sidérantes mais qui ne pèsent jamais, auxquelles vous reviendrez si vous le souhaitez mais qui à jamais laisseront une trace chez vous, pour que le mot Arctique résonne d’une façon différente

    lopez

    ce qui les attend

    Si vous êtes amoureux de l’hiver, de la neige, des paysages du Grand Nord...

    Si notre planète vous tient à coeur, si comme moi vous n’irez jamais aux confins de l’Arctique mais que son devenir vous importe...

    Alors ce livre doit figurer dans votre bibliothèque et peu importe son année de parution, non seulement il ne s’est pas démodé mais ses mises en garde, ses inquiétudes nous talonnent aujourd’hui.

    Un beau manifeste pour une planète préservée.

    Keisha l'a lu aussi 

    lopez

    lopez

    lopez

     

     

    Le livre : Rêves arctiques - Barry Lopez - traduit par Dominique Dill- Editions Albin Michel - Réédition Gallmeister 

     

  • L'Invention de la nature - Andrea Wulf


    humboldt.jpg

    Portrait par  FG Weitsch, 1806

    Cet homme a donné son nom à un courant marin, à des chaînes de montagnes, à un manchot, à une mer sur la lune, et même à un calmar géant. 

    Je vous livre en vrac quelques adjectifs et autres épithètes pour qualifier cet homme :

    Un visionnaire

    le grand scientifique des Lumières

    L'homme le plus célèbre de son temps

    Le plus grand homme depuis le déluge

    Et son influence fut telle que : 

    Ses livres sont dans la bibliothèque de Nemo sur le Nautilus

    Il inspira Walt Withman, Thoreau et John Muir 

    Darwin s'est embarqué sur le Beagle à cause de lui ……..

    timbre.jpg

    Si vous êtes tenté de faire connaissance avec Alexander von Humboldt, et je sens que vous l'êtes, en avant avec tous vos instruments de mesure, vos cartes, vos atlas numériques ou non et je vous promets un moment de lecture passionnant. 

    La biographie d'un tel homme c'est à la fois découvrir un naturaliste amoureux du monde vivant,  un explorateur intrépide,  un géographe arpenteur du monde, un touche à tout de génie.

    Il est l'inventeur de l'idée de nature telle qu'aujourd'hui nous la concevons.

    humboldtbonpland_orenoque_0.jpg

    Humboldt en Amazonie © Muséum d'Histoire Naturelle

    Il est né en Prusse en 1769, sa famille gravite autour de la famille royale et ses parents souhaitent pour lui un destin politique de grand commis de l'état. Mais Alexander a une passion : la science, tout en suivant une formation conforme au souhait de sa mère, il s'initie à la zoologie, la botanique, tout est bon à prendre. Il suit les cours à l'université de Göttingen, il fait des études de géologie et entreprend une carrière d'ingénieur des mines à laquelle il met fin à la mort de sa mère. 

    Libre de ses choix et en possession de son héritage il va se tourner vers sa passion.
    A partir de là sa vie donne le tournis. 

    bonpland.jpg

    Humboldt et le français Aimé Bonpland par Edouard Ender

    Impossible de tout raconter ici mais sachez que Humblodt va gravir les Andes avec l'équipement de l'époque ! explorer les volcans parmi les plus hauts de la planète, naviguer sur l'Amazone et l'Orénoque,  explorer le Mexique. Traverser la Russie de bout en bout alors qu'une épidémie sévit.

    Dans les Andes.jpg

    Il escalade le Chimborazo 

    C'est Tintin avant l'heure cet homme, rien ne lui fait peur, rien ne l'abat et il a une puissance de travail fabuleuse. Il engrange tous les relevés possibles, il cueille toutes les plantes, il s'intéresse à la faune, il invente des instruments quand ceux qu'il a ne lui conviennent pas, et il remplit des carnets et des carnets de notes. 

    C'est un européen avant l'heure, il envoie à ses collègues anglais, français des récits de ses trouvailles, il aime partager, la science pour lui n'a pas de frontières. Il envoya des plantes à : Chateaubriand pour son domaine de La vallée aux loups.

    Ses ambitions furent freinées par les guerres napoléoniennes qui l'empêchèrent de circuler comme bon lui semblait. 

     

    humboldt.jpeg

    Savez-vous que nous lui devons la notion de zone climatique qu'il fut le premier à analyser, il alerta au retour de ses voyages sur les changements climatiques induits par l'homme, sur les ravages de la déforestation.

    Il fut le premier à établir des liens entre la météorologie, la géologie, la zoologie, bref à voir notre planète comme un tout, c'est le père de la notion d'écosystème

    Il étudia les courants, découvrit l'équateur magnétique.

    Il fit les premiers relevés des isothermes, les lignes de températures qui traversent les cartes météorologiques et il a inauguré une chaîne de stations à travers le monde pour mesurer le géomagnétisme.

    Il fut l'ami d'Arago, de Gay-Lussac, il correspondit avec tous les savants européens sur tous les sujets.

    le voyage de humboldt.jpg

    On rêve à imaginer ce qu'il aurait pu découvrir si les anglais lui avait permis d'explorer l'Asie et l'Inde en particulier, possibilité qui lui a toujours été refusée. Pourquoi ?

    Alexander Humblodt est un scientifique doublé d'un humaniste, il est viscéralement dès le début de son voyage, anti-colonialiste et anti-esclavagiste. 
    Il est un des premier à considérer les ravages du colonialisme en Amérique du Sud alors sous domination espagnole, on comprend mieux la crainte des anglais que cet homme aille dénoncer certains de leurs abus.

    les étages dans les andes.jpg

    Doté d'un ambition énorme mais aussi d'une capacité à comprendre le monde qui l'entoure, Alexander Humboldt impressionna tous ceux qui croisèrent sa route.

    Il fut un ami de Goethe, l'hôte de Jefferson alors président avec lequel il ferrailla sur l'esclavage, il inspira Simon Bolivar dans sa conquête pour l'indépendance sans pour autant cautionner les excès de celui-ci. 

    humboldt partout.jpg

    Mondialement célèbre on le trouve partout

    Voyageur, humaniste ET écrivain.

    Le manque d'argent et les contraintes politiques l'empêchèrent de faire plus de voyages aussi se consacra-t-il à l'écriture.

    Ses livres eurent un succès fulgurant, le récit de son voyage dans les Andes fut édité en  …34 volumes !!

    « Cosmos: une esquisse de la description physique de l'univers » son livre le plus célèbre fut traduit en de multiples langues et connut des tirages jamais atteints jusque là.
    Le scientifique sait se faire écrivain, ses livres ne sont exempts ni de lyrisme ni de poésie.

    chez lui à Berlin.jpg

    Impossible de tout dire dans ce billet mais qu'importe l'essentiel et de vous donner envie de découvrir cet homme.

    Andrea Wulf a choisi d'intercaler des chapitres sur les scientifiques ou philosophes que Humboldt a influencé, ainsi on retrouve Thoreau, Darwin, et les écologistes : Marsh et Muir 

    J'ai été fasciné par cet homme que son entourage avait bien de la peine à suivre, toujours en avance d'une idée, qui parlait à une vitesse extraordinaire, un homme à l'intelligence étincelante

    Je crois que je vais élire cette biographie Livre de l'année 2017 

     

    9782882504777FS.gif

    Le livre : L'Invention de la nature - Andrea Wulf - Traduit par Florence Hertz - Editions Noir sur Blanc

     

  • Bribes de géographie


    la-terre-est-plate.jpg

    Si la terre était plate

    Cinq siècles après les navigateurs qui sillonnèrent deux océans, il fallut encore renoncer dans l’enfance à la représentation médiévale d’une terre posée à plat, comme sur ce tapis de salle à manger dont les motifs permettaient d’inventer des flores et des pays.

    Nous aussi nous avons imaginé des hommes la tête en bas quand nous avons appris que la terre était ronde ; et quand nous avons su qu’elle tournait sur elle-même nous avons été pris d’un léger vertige, à l’idée qu’il faudrait tenir debout sur cette toupie lancée à toute allure.

    toupie.jpg

     

    Le livre : L'autre hémisphère du temps - Gérard Macé - Editions Gallimard

  • La légende des montagnes qui naviguent - Paolo Rumiz

    Quand on est un peu accro à un auteur on saute sur tout ce qui parait, sans se poser trop de questions, par fidélité en somme.
    C'est ce qui m'a fait acheter ce livre et non seulement je n'ai aucun regret mais j'ai des petites étincelles dans les yeux.

    9652002._UY475_SS475_.jpg

    Attention c'est un livre qui date un peu, enfin tout est relatif, mais quand même, les articles ont été écrit par P Rumiz pour les journaux dans les années 2003 à 2006. Mais qu'importe car ils mettent déjà l'accent sur les changements que connaissent les territoires de montagne, en Italie, en Suisse, en Autriche et en France. Et aujourd'hui les choses n'ont fait qu'empirer.

    Paolo Rumiz a entrepris un voyage de 7000 Km le long des Alpes et des Apennins, son voyage l'emporte du golfe de Kvarner jusqu'au bout de la botte italienne.

    quatre-iles-de-reve-dans-le-golfe-du-kvarner-4_5897585.jpg

    Golf et îles de Croatie

    Les Alpes pas de problème, je voyais bien les paysages, les lieux, les vallées, les sommets. Par contre les Apennins c'était plus nébuleux pour moi malgré plusieurs séjours en Italie ça ne me parlait pas vraiment.

    Mon regret ? Ne plus avoir sous la main l'équivalent du fabuleux atlas que j'avais enfant, celui du Reader Digest qui à l'époque m'a fait voyager partout, l'Europe était mon terrain de jeux et j'ai passé bien des heures penchée sur les doubles pages à la taille démesurée ( il faut dire que j'étais petite et gringalette ) je me suis vengée sur ma tablette.

    242456062.jpg

    Vous êtes prêt pour le voyage ?

    Un mot d'abord des moyens de circulation, à pied évidement, en vélo, et plus insolite en Topolino de 1954  « Sur le marché, c'est celle qui se rapproche le plus de la mule. » dit Paolo Rumiz 

    Tout commence dans les Alpes en Slovénie, surprenant voyage dans un pays qui n'attire pas l'attention et que les pages de Rumiz m'ont donné envie de découvrir même si le penchant des slovènes va plus vers les ours que vers les étrangers. 

    ours.jpg

    On navigue, car c'est bien de navigation qu'il s'agit, entre le pays des loups, des ours et du miel, le Tessin italien, les sommets avec Walter Bonatti un guide idéal dans les Alpes ou Mario Rigoni Stern qui devait disparaitre peu après.

    bonatti.jpg

    Walter Bonatti 

    Ce début de voyage m'a enchanté et a ravivé des journées en montagne, des cueillettes de fleurs, des photos de sommets, des vallées presque inconnues, des glaciers et de somptueux coups de soleil.
    Une belle randonnée dans les Alpes que j'ai parcouru au fil des années et le récit de Rumiz a réveillé bien des souvenirs pour moi.

    On croise des musiciens, des experts, des gardiens d'auberges de montagne, il est à Chamonix juste avant que ne soit décidé la réouverture aux poids lourds après la catastrophe du tunnel du Mont Blanc, entrainant la catastrophe écologique qui sévit aujourd'hui si vous avez écouté les dernières constations sanitaires sur la vallée de l'Arve.

    arve.jpg

    Il évoque la catastrophe du Vajont en 1963 qui tua 2000 personnes et anéantit une partie de la Vénétie.
    Ces Alpes où la neige est de plus en plus rare, où les stations plongent dans un marasme économique et écologique.

    On croise Õtzi l'homme des glaciers découvert par Helmut Simon, avec autour de cette découverte un peu de ce qu'à connu chez nous la Grotte Chauvet et les enjeux médiatiques qui s'y rattachent.

     

     

    Les Apennins c'est différent, je ne me sentais pas en pays connu. Ces montagnes nécessitent la lenteur, la recherche d'une certaine harmonie. Les lieux ont été parfois saccagés, parfois épargnés, les témoignages sont là pour appuyer les propos. 
    Et puis les Apennins vivent encore dans l'ombre d'Hannibal.

    Traverser ces montagnes « sans croiser un gendarme ou une autoroute » cela tient d'une gageure. On peut lire les marques sur le paysage de la désertification, du manque d'eau, l'installation de la « grande peur climatique »

    Paolo Rumiz déniche une Topolino, datant de 1954. Un véhicule pour se faire instantanément des amis. La sienne prend l'eau, a des ratés mais avance vaille que vaille.

    topolino.jpg

    On s'enfonce dans « un labyrinthe aussi fascinant qu’infini » qui va des côtes ligures jusqu'au bout du bout de la Calabre.

    On navigue dans des villages déserts, uniquement habité de vieillards et de leurs auxiliaires de vie, Paolo Rumiz rivalise d'anecdotes pour faire oublier la tristesse des lieux.

    Vous pensez que cela va vous plomber le moral ? Et bien pas du tout, l'humour de l'auteur est là, et puis il y a ces personnages hors du temps qui enchantent le récit.
    Certains noms de lieu ne parlent pas à nos oreilles françaises et la magie d'internet est là pour combler le vide

     

    apennins.jpg

    « Vous verrez des merveilles. Des fleuves de lumière, des villages abandonnés, des maquis impénétrables, des cascades.»

    Un journal de voyage plein de surprises, sans GPS mais avec carte. Des sites hors des itinéraires touristiques, où la cuisine est savoureuse et les villages dépeuplés.

    Un livre par un écrivain de la lenteur, pour les fous de voyage, de montagne, de protection des territoires, d'écologie. 

    Pour clore ce billet je laisse la parole à Paolo Rumiz

    « Parti pour m'échapper du monde, j'ai fini, au contraire, par en trouver un autre : à ma grande surprise, mon voyage s'est transformé en révélation d'un univers vivant et secret. Je l'ai décrit avec rage et émerveillement. Émerveillé par la beauté fabuleuse du paysage humain et naturel, mis en rage par le pouvoir qui n'en tient aucun compte. »

     

    9782081408296FS.gif

    Le Livre : La légende des montagnes qui naviguent - Paolo Rumiz - Traduit par Béatrice Vierne  - Editions Arthaud