Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nature et bestioles

  • Bribes de notre planète

    baie des chaleurs.jpg

    Québec Baie des chaleurs 

    « À l’une des extrémités du lac où se situe notre chalet au Québec, il y a une petite anse marécageuse. C’est un coin sombre bordé de cèdres, où la profondeur de l’eau ne dépasse pas une trentaine de centimètres. Des plantes aquatiques font surface, cachant partiellement de vieux troncs d’arbres noyés depuis des décennies, voire des siècles. Nous avons surnommé cette anse « la baie du fond des temps ». »

    héron.jpg

    Le héron bleu

    « Tout à coup, il détend tout son corps et darde sa tête dans l’eau. Là! D’un coup de bec, il a capturé une grenouille, je vois des pattes vertes qui s’agitent. Puis il se redresse et, d’un mouvement fluide, il fait glisser la bestiole dans son gosier, elle est avalée en une seule bouchée. »

    sphynx colibri.jpg

    un sphinx colibri ou moro-sphinx prénommée Ernestine

    « Toujours est-il qu’ Ernestine butinait nos fleurs d’une manière assidue, sortant sa longue trompe (macroglossum en latin ou « grande langue ») au-dessus des fleurs et la descendant pour chercher le nectar. Nul doute qu’avec cette longue trompe elle pompe le nectar que d’autres insectes ne peuvent pas atteindre. Certains jours, je l’ai vue inspecter de manière rapide les fleurs en pot, toujours en vol stationnaire, sans jamais se poser, et repartir aussitôt. Apparemment, elle ne trouvait pas le butin qu’elle était venue chercher. Mais d’autres jours, elle s’attardait, aspirant la moindre goutte de nectar. Je me suis dit que, étant donné qu’elle ne plongeait pas son corps entier dans la fleur, seule sa trompe revenait avec un peu de pollen collé dessus et qu’elle participait donc peu à la fécondation des fleurs. »

    butine.jpg

    Le livre : La planète du héron bleu - Jean-Pierre Rogel - Editions La Presse/Fides 

  • Bribes d'un jardin

    Mount-Tabor-aerial-from-northwest-tbs121210011-biblelieux.jpg

    mont Thabor 

    « Au premier plan, deux champs bordés de cyprès à la silhouette élancée, que surplombaient deux rangées de collines boisées, émaillées de tout un camaïeu de vert. Une vraie palette impressionniste : le vert pâle du chêne du mont Thabor, le vert foncé du chêne palestinien, le vert éclatant du caroubier et du pistachier – la nuance légèrement fanée du térébinthe de Palestine et celle plus vibrante de l’arbre à mastic. Plus loin, noyés dans la brume estivale de la vallée, les contours familiers d’une chaîne bleutée barraient l’horizon de bout en bout : le Carmel. »

    Térébinthe arbre.jpg

    Térébinthe de Palestine 

    « J’ai planté quelques oliviers, grenadiers, figuiers et agrumes, et j’ai conservé un vieux poirier trouvé à mon arrivée. Il donne de petits fruits sans saveur, mais j’adore sa floraison printanière.
    Les premiers arbres fruitiers nommés furent l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance dans le jardin d’Éden. J’aimerais bien posséder ces deux essences dans mon jardin et déguster leurs fruits, si seulement je savais de quoi il s’agit et où me procurer de jeunes pieds »

    arbres.jpg

    Lucas Cranach

    « À la fin du mois de janvier, par une tiède journée ensoleillée, un bourdonnement sourd et profond, pareil à un duo de contrebasse et de violoncelle, s’élève de l’arbre et remplit l’air.
    La première fois que j’entendis cette sublime chorale, je ne compris pas de quoi il retournait. En approchant du chêne, je levai la tête et découvris que les sons provenaient des branches. Des myriades d’abeilles s’activaient sur les fleurs en vrombissant sans répit. Je m’avançai sous la frondaison, tout près du tronc, les yeux clos, pour m’immerger dans leur chant. »

     

    Le livre : Mon jardin sauvage - Meir Shalev - Traduit par Sylvie Cohen - Editions Gallimard 

  • L'oeil américain / Pierre Morency

    rive du saint laurent.jpg

    «  Tout cela a commencé, voici quinze ans déjà, par un pique nique à la pointe orientale de l`Ile d’Orléans, là où l’accès au fleuve est rendu hasardeux, en juillet, par une immense batture chargée de joncs, de foin de mer et de riz sauvage. »

    Pierre Morency est dans ma bibliothèque depuis 1990 c’est dire que j’ai eu le temps de le lire, le relire, fureter dans ses écrits et y revenir au gré d’autres lectures.

    Ses livres étaient devenus introuvables en France mais aujourd’hui un éditeur a pris le risque de rééditer son premier livre : L’oeil américain 

    mohicans.jpg

    Ils avaient "l'oeil américain"

    L’œil américain est une expression qui dit l’aptitude de voir, de percevoir, tout indiqué pour ce classique de la littérature québécoise Avoir l’œil américain, c’est « avoir des yeux et des oreilles tout le tour de la tête ! » 

    pierre.jpg

    L’auteur ornithologue et poète, convie le lecteur à une promenade guidée en immersion sur les bords du Saint-Laurent, au cœur des forêts d’épicéas, pour qu’avec lui nous arpentions la batture et sa maison du fleuve, que nous explorions les iles du fleuve, ses rivages.

    saint laurent.jpg

    « Tout a été découvert, sommes-nous portés à penser dans nos moments de lassitude. 
    Pendant ce temps-là, dehors, une exubérance à chaque seconde se renouvelle, les racines travaillent, les sources montent, les poissons fulgurent dans les torrents, les écorces crient, les feuillages se peuplent de nids, les nids répandent des chants, les gazouillis répondent à des feulements, des plaintes s’enroulent dans les creux du silence, les arbres inventent des musiques, les champs ondulent et crépitent à midi » 

    En partageant son éblouissement face au spectacle de la faune et la flore sauvages, il invite à prêter attention à la vie qui palpite autour de nous. 

    « Avoir l’œil américain, n’est-ce pas également se pourvoir de l’aptitude à entendre ce que nous écoutons, à voir ce qui est derrière quand on regarde devant ? » 

    oiseaux.jpg

    Les oiseaux du Saint Laurent © Photographie Martin Forget 

    Son observation devient une histoire, un chant poétique dans lequel on entend le chant des sources, des oiseaux, le bruissement des insectes.
    De chronique en chronique on se faufile dans les hautes herbes avec le coyote, on entend le grillon, on voit glisser le raton laveur, l’auteur nous invite à célébrer la nature dans toute sa splendeur.

    1200px-Battures_Kamouraska.jpg

    « La nature n’est nulle part plus admirable que dans ses œuvres infimes ». 

    Pierre Morency est un écrivain et poète québécois. Il a donné des chroniques naturalistes à la radio, chroniques  qui devinrent un livre puis plusieurs. 
    La trilogie est magnifique et était devenue introuvable en tout cas en France, cette nouvelle édition est vraiment la bienvenue

    IMG-0283.jpg

    Ce livre est dans ma bibliothèque tout proche de ceux de Thoreau, de John Muir, d’ Annie Dillard, de Barry Lopez ou Robert Lalonde, il fait ami ami avec Sue Hubbell et Nicole Lombard.

    Un genre littéraire qui m’enchante depuis de nombreuses années, qui réconcilie la nature et la culture, qui nous emporte loin de nos matériels soucis, qui fait voyager ceux qui ne pourraient le faire autrement, qui met du baume au coeur quand on en éprouve le besoin.

    9782361397647-475x500-1.jpg

    Les Livres 

    L’oeil américains - Pierre Morency - Editions Le Mot et le Reste 
    La vie entière - Pierre Morency - Editions Boréal
    Lumière des oiseaux - Pierre Morency - Editions Boréal 

     

  • Underland - Robert Macfarlane

    Pour poursuivre ma série des récits de voyage je vous propose de vous prendre pour Jules Verne et de faire un voyage au centre de la terre.

    jules verne.jpg

    Mais attention un voyage très actuel, vous pourrez y côtoyer des grottes, des puits de mine, des catacombes, des rivières souterraines, des moulins glaciaires, des dépôts de déchets nucléaires.

    IMG-0220.JPG

    Moulin glaciaire 

    Et pour tous ces voyages vous devrez parcourir des millles et des milles, vous balader des Lofoten au Carso près de Trieste, du Yorkshire à Paris, de la Finlande au Somerset. 

    lofoten.jpg

    Pendant presque une dizaine d’années, Robert Macfarlane a visité des sites souterrains : il nous propose de visiter à sa suite onze sites en Europe.

    Forêt d'Epping près de Londres.jpg

    Un site inattendu : la forêt d'Epping près  de Londres 

    Il nous entraine dans l’« Underland » c’est à dire le monde d’en bas, là où nous enfouissons nos secrets merveilleux, précieux ou …honteux. Découvrir « Des mondes qui s’étendent sous nos pieds, (dont) nous ne savons presque rien. »

    alta Norvège .jpg

    Peintures rupestres d'Alta en Norvège 

    Pour l’auteur l’Underland répond à plusieurs fonctions 

    « Ce sont toujours les mêmes trois tâches qu’accomplit l’homme avec le sous-sol : protéger ce qui est précieux, produire des choses de valeur, reléguer ce qui est nuisible… Depuis toujours, l’homme confine dans le sous-sol ce qu’il craint et souhaite écarter, mais aussi ce qu’il aime et souhaite sauver. »

    derinkuyu turquie 2.jpg

    Derinkuyu, est Turquie : mot qui signifie « puits profond »

    L’auteur va mêler des récits d’aventures parfois drôles, parfois plus que dangereux, toujours hors du commun. A cela il ajoute des touches de poésie, de littérature. C’est un mélange savant et particulièrement bien dosé de récit de voyages, de roman de science fiction.

     

    Parfois les récits sont carrément terrifiants, même si vous n’êtes pas claustrophobes je vous garantis quelques sueurs froides.

    C’est une odyssée sous-terraine extraordinaire dans « les entrailles de la planète » et je dois dire que j’ai plongé avec délectation, parfois avec quelques tremblements mais toujours avec une curiosité aiguisée.

    Russie Ninjni novgorod sinkhole.jpg

    Doline en Russie

     Le doline est un creux qui se forme à la suite d'une lente dissolution de la roche

    Savez-vous que le monde du sous-sol est menaçant, les virus exhumés lors de fouilles sont dangereux et parfois mortels, des produits toxiques dans les sous-sol du Groenland sont toujours virulents et remontent inexorablement par le jeu du réchauffement des sols.

    R Macfarlane est accompagné dans sa quête de microbiologistes, de géologues, de spéléologues, de forestiers, de chercheurs de tous poils.

    catacombes.jpg

    Les catacombes de Paris 

    L’archéologie, la mythologie, la glaciologie ou l’histoire de l’art enrichissent le récit.

    Le laboratoire souterrain où l’on étudie la matière noire si mystérieuse m’a beaucoup plu, j’ai vraiment tremblé dans le Carso, avec les récits des terribles meurtres de masse perpétrés pendant la Seconde Guerre mondiale, utilisant des puits naturels pour faire disparaitre résistants, juifs ou pro-nazis.

    grottes.jpg

    J’ai été fasciné par les questions que se posent les scientifiques en Finlande, qui s’inquiètent de la compréhension des prochaines générations sur la dangerosité des déchets nucléaires.

    Onkalo en Finlande.jpg

    Onkalo en Finlande site d'enfouissement © AFP

    Un livre tout à fait fascinant qui donne l’occasion de crapahuter de façon intensive, de ramper, d’escalader, de descendre en rappel, de souffrir de l’humidité et du froid et de « sentir peser au dessus de votre tête le poids de l’écorce terrestre. »

    génération-future.jpg

    L’auteur se pose une question qui nous hante tous un peu « Quel héritage allons-nous laisser non seulement aux générations qui nous succèdent, mais aussi aux ères et aux espèces qui nous succèderont ? »

    macfarlane.jpg

    Pour faire bonne mesure l’auteur écrit bien et mieux que ça encore, c’est un passionné de littérature, on croise Rilke, Orphée , H.G Wells ou Borges.

    Il faut remercier Patrick Hersant pour la qualité de la traduction qui sait rendre toute la magie de cette écriture et l’intérêt de ce récit.

    C’est un gros livre mais les vacances sont bientôt là profitez en pour tenter l’aventure.

    IMG-0224.jpg

    Le Livre : Underland Voyage au centre de la terre  - Robert Macfarlane - Traduit par Patrick Hersant - Editions les Arènes  2020

  • Voyage au pays du Silence - Neil Ansell

    En ce moment je suis avide de voyages, donc après le Japon et l'Alaska je vous embarque pour l'Ecosse.

    arisaig.jpg

    Arisaig dans les Highlands

    Neil Ansell est un grand voyageur  qui se tourne chaque année vers une destination plus proche, plus personnelle : son pays. 
    Après une vie passée dans la campagne galloise, il part sac à dos dans les Highlands écossais, le pays du silence.

    higlands.jpg

    Le coeur des Highlands

    Il marche un peu à l’aveugle, sans but précis autre que parcourir un secteur des Highlands, attentif aux chants des sources ou des oiseaux, aux plantes, aux embruns, au vent. 

    889556a57bdfb498b60c7cc29fb8390a.jpg

    Les randonnées ne sont pas toutes simples, parfois il fait demi-tour parfois il se perd un peu, pas de GPS ni même de boussole pour lui, c’est un cheminement vers l’incertain.
    Il est parfois en situation difficile, en quête d’abri ou tout simplement d’eau à boire.
    Il lui arrive de dévaler un peut trop vite une colline, de se couper sur des rochers ou d’avoir le coeur qui s’emballe un peu trop.

    Mais surtout il est en train de perdre l’ouïe ce qui lui fait dire que les quelques chants d’oiseaux qu’il perçoit encore seront les derniers. 

    courlis parc des Cairngorms.jpg

    Courlis Parc des Cairngorms

    C’est un passage du livre qui m’a profondément touché.
    Pourtant le périple est peuplé d’oiseaux : aigles, courlis, geais, corbeaux ou  éperviers. Mais aussi les loutres qu’il croise régulièrement.

    loutre de mer.jpg

    Loutre de mer 

    L’auteur nous lance une invitation à le suivre sur des sentiers improbables, les pieds dans la tourbe, dans un paysage de pierres, de rochers, d’arbustes rabougris. 

    landes écossaises.jpg

    Landes écossaises

    Il marche comme un vagabond solitaire, dans une des régions les plus silencieuses et désertes de l’Ecosse. Pour être précis ce sont les districts de Knoydart, Moidart, Arisaig, appelés aussi Rough Bounds.

    rough.jpg

    « J'ai tourné mon regard vers le ciel (…) c'était comme être vivant. »

    Récit plein de remarques naturalistes qui donnent envie de le suivre sur les chemins côtiers et par les landes de cette région magnifique.
    Récit de voyage, journal de route et surtout véritable chant d’amour pour une région d’un homme qui a arpenté toute la planète. 
    L’écriture est très agréable on y sent toute l’affinité que Neil Ansell a pour la nature.

    IMG-0185.jpg

    Le livre : Voyage au pays du silence - Neil Ansell - Traduit par Béatrice Vierne - Editions Hoëbeke

  • Bribes d'une île

    aran.jpg

    « Paradis bien rude, certes, et stérile d’apparence, mais paradis pour celui qui sait regarder, jardin d’Eden au printemps lorsque dans toutes les fissures de la roche tranchante le miracle de la vie fait pousser des fleurs délicates et étranges. »

    dun aengus.jpg

    Falaises d'Aran : Dun Aengus

    « Paradis des oiseaux qui nichent dans les falaises l’abri des prédateurs depuis que le dernier renard de l’île a disparu comme par magie. »

     

    « Paradis de silence où l’on n’entend que le vient, l’océan et les cris des oiseaux, où l’on s’écoute surpris du rythme apaisé du coeur et de l’esprit. »

    chevaux d'aran.jpg

    « Paradis de pierre, dur et si tendre à la fois qu’il tombe dans les plis des eaux »

    Le livre : Grain d’aran - Dominique Beugras - Editions La Bibliothèque