Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nature et bestioles - Page 5

  • Le bout du bout du monde - Luis Sepúlveda

     baleiniere-2-gd.jpg

     

    Pas question de m’arrêter en si bon chemin et me voilà loin de l’Amazonie mais toujours avec Luis Sepulveda

     

    Après plus de vingt ans d’exil loin du terrifiant Pinochet, Sepúlveda après la lecture de Bruce Chatwin a une forte envie de retrouver son bout du bout du monde.

    Le voyage qu’il entreprend c’est celui de la mémoire et du voyage qu’il fit adolescent sur un baleinier.

    Le rêve pour un jeune qui vient de lire avec passion Moby Dick grâce à son oncle Pepe

    « C’est de lui que j'ai reçu mes premiers livres, ceux qui m'ont fait connaître des écrivains que je n'oublierai jamais ; Jules Verne, Emilio Salgari, Jack London. C'est de lui que j'ai reçu une histoire qui a marqué ma vie : Moby Dick, d'Herman Melville »

    Il fait la connaissance du Basque, grand chasseur de baleine, et de  Pancho son harponneur et la pêche commence.

    Si les souvenirs sont magnifiés par le temps il lui reste très fort le conseil du capitaine lorsqu’ils se quittent et parlant des baleines : « l’heure est venue de les laisser en paix »

     

     

    whaling.jpg

     

     

    La seconde partie du livre est une enquête à coup de téléphone, d’agences de presse, d’amis d’amis pour comprendre ce qui se passe au large du Chili et de l’Argentine dans ces eaux mythique pour tout marin mais qui excitent la convoitise des usines à tuer les baleines. Tout est bon pour masquer ces pratiques. 

    Le narrateur est vite en lien avec un mystérieux Jorge Nielsen qui crie à l’aide et demande l’appui des associations écologistes. La tuerie des baleines se fait malgré tous les interdictions.

     

    Notre journaliste va mettre ses pas dans les pas de son adolescence et partir pour cette terre mythique et cette mer porteuse de tant de légendes.

    Il faut culot et habileté pour mêler les thèses écolo et la poésie des récits de mer mais Sepulveda y parvient parfaitement et j’ai dévoré ce petit livre.

    Comme souvent dans ce cas là, j’ai eu envie de rouvrir des livres plus anciens qui sont automatiquement remontés à ma mémoire.

     

    9782864248644FS.gif

     

    Le livre : Le Bout du bout du monde - Luis Sepúlveda - Traduit par François Maspero - Editions Métailié

     

  • Ecouter lire

    1311689708.jpg

    Il y a quelques mois j'ai lu et chroniqué ici le livre d'Alain Cugno, livre qui m'a donné beaucoup de plaisir et en novembre Frédéric Lenoir et Nelly Anvar l'ont invité aux Racines du ciel 

    Ecoutez Alain Cugno et je crois que vous aurez envie de lire le livre ou de l'offrir à votre oncle qui adore les bestioles

  • La Troisième île - Fredrik Sjöberg

    Les éditions José Corti recèlent des livres rares un peu confidentiels. Ce livre en fait partie.

    Fredrik Sjöberg est à la fois un scientifique et un écrivain, il choisit donc dans ce livre de nous tracer la biographie d’un naturaliste Gustav Eisen. 

     

    Eisen.jpg

     

    Pas question pour lui de faire une bio classique, il choisit donc de faire une sorte de voyage avec Eisen le spécialiste des vers de terre ! (et ce n’est pas un canular)

    Eisen fut un ami dévoué et le bienfaiteur de Strindberg qui comme chacun sait avait un caractère de cochon, cela démontre la mansuétude d’Eisen. Dans les années 1869 il écrit carrément une thèse sur un lieu défini et minuscule proche de chez lui, thèse qui fut en son temps admirée par Darwin

    Il travaille plusieurs années aux Etats Unis et en particulier à l'Académie des sciences de Californie.

     

    Academy-of-Sciences-rain-forest-canopy.jpg 

                            California Academy of Sciences

     

    Après l’incendie de San Francisco qui a ravagé toutes ses archives et recherches botaniques accumulées pendant des années, Eisen à court de subsides  va chercher par tous les moyens à gagner de l’argent et va se tourner vers ...la viticulture !

    Un précurseur et doublement parce que lors de ce séjour en Californie il défendit aussi avec beaucoup de talent et de force la création de « sanctuaire » de la nature à l’origine du parc national des séquoias. Un homme de la trempe d'un John Muir.

     

     

    Sequoia_Log.jpg

                         Sequoia National Park en 1890

     

    Passant à un moment par New York il se promène chaque matin à Central Park et finit par y faire connaissance avec une centaine d’écureuils. 

    Ajoutez à cela qu’il fut un peintre accompli. Bref un touche à tout de génie que Sjöberg nous rend très vivant.

    syrphes.jpg

    © Flickr Cesar Ojeda

    L’auteur, spécialiste pour sa part des syrphes,  nous distille cette bio à coup d’anecdotes très vivantes, parfois empreintes d’une douce folie. Il mêle à cela ses propres expériences de biologiste, les polémiques scientifiques qui font s’écharper les savants, bref par de courts chapitres il vous met en appétit et titille la curiosité du lecteur.

    Il faut dire que les souvenirs de l’auteur sont parfois excellents. Vou apprendre comment l’entomologie lui permettait de courir les filles ou de déclencher à l’aide d’une simple cellule photoélectrique l’hystérie collective des ampoules de l’éclairage d’une petite ville.

     

    Il a été très attiré par la personnalité de Eisen, sorte de dilettante  de génie, de professeur Tournesol qui à 90 ans apprenait l’écriture cunéiforme pour passer le temps.

     

    C’est un livre à offrir aux curieux, aux entomologistes amateurs, aux lecteurs de Jünger et des ses chasses subtiles ou aux passionnés de Fabre 

     

    9782714311276FS.gif

     

    Le livre : La Troisième île - Fredrik Sjöberg - traduit par Elena Balzamo - Editions José Corti

     

    L'auteur

     SJOBERG_FREDRIK.jpgNé en 1958, Fredrik Sjöberg - biologiste, écrivain et critique littéraire – vit à Runmarö dans l’archipel de Stockholm. Il a été nominé pour le prestigieux Augustpriset (le Goncourt suédois) et a obtenu le Vinterpris de Samfundet De Nio (l’Académie pour la littérature, à Stockholm). Ses livres ont été traduits en allemand, en russe, en norvégien, en anglais. (source l'éditeur)

  • L'âne et l'abeille - Gilles Lapouge

    anebis.jpg

    « Jésus décida de récompenser l'âne de Bethléem. il donna à tous les descendants de cet âne le pouvoir de rire.»

     

    Voilà un homme qui aime les chauve-souris et les colibris mais qui fait carrément une fixation sur les ânes et les abeilles. 

    Son choix est poétique, c’est la faute non pas à Voltaire mais à Francis Jammes et au divin Platon.

    Tombé dans le poème de Francis Jammes quand il était jeune, mais si vous savez...

     

    J’aime l’âne si doux
    marchant le long des houx.
     
    Il prend garde aux abeilles
    et bouge ses oreilles 

    seraphin_chemin.jpg

    Celui là se nomme Séraphin

    Voilà notre homme qui s’embarque dans un livre où il est question du mariage improbable de ces deux animaux.Gilles Lapouge est amoureux à la fois de l’âne « qui bouge ses oreilles » et de l’abeille industrieuse.

    L’âne têtu (et ce n’est pas un mythe) et humble comme celui de la crèche à qui il manque une vertèbre ce qui le rend corvéable à merci, ne dit-on pas âne bâté ?

    L’âne marche, musarde, flâne, « L’âne est tenté par l'anarchie. » alors que l’abeille chacun sait qu’elle est une travailleuse hors pair, acceptant de se dévouer corps et âme pour sa reine et qui nous donne son miel. Gilles Lapouge nous dit

    « Ses colonies et ses ruches préfigurent les sociétés glaciales, techniciennes, sans ferveur ni déchirements, barbares en somme, modernes en somme »

    L’abeille elle philosophiquement n’est pas pour l’anarchie  « L’abeille est utopiste, à la manière de Platon et de Thomas Moore. » et elles sont résolument pour une société loin de tout individualisme.

     

    ruche-en-couleurs-535x410.jpg

    « Les abeilles, en s'associant les unes avec les autres, sacrifient leur indépendance, leur insouciance, leur goût du plaisir et leur passion de l'inutile. »

     

    Ânes et abeilles, ils les passe tous en revue, de Modestine accompagnant Stevenson, aux pauvres ânes des tranchées de Verdun (ils y étaient !) en passant bien évidemment par La Fontaine incontournable quand il s’agit d’animaux. Mais il y a aussi : la Bible, la mythologie, Homère, Aristote ou l’inévitable Marcel P.

    Pour les abeilles c’est itou, des blasons à l’étude des ruches, aux savants qui se sont interroger sur la fabrication du miel et sur le sexe non pas des anges mais des bourdons, là Lapouge est ferme : l’abeille n’a pas de vie sexuelle qu’on se le dise ! si ce n’est avec des fleurs....alors que l’âne lui est un des seuls animaux à s’accoupler hors de son espèces ! oh voilà bien un « exhibitionniste » osé ! 

     

    C’est une lecture délicieuse, douce comme le miel mais qui requière la ténacité de l’âne car Gilles Lapouge n’est pas en reste d’érudition et remonte allègrement les siècles pour nous enchanter. Je vous avertis que quand Lapouge vous tient il ne vous lâche plus et que l’on file doux 

    Un livre qui en en même temps fable philosophique, essai scientifique mais surtout une fantasia poétique et amoureuse.

     

    Le livre : l’âne et l’abeille - Gilles Lapouge - Editions Albin Michel 

     

  • Les oies des neiges - William Fiennes

    Oie_neiges2.jpg

     « Notre instinct est de revenir au bercail. Les oiseaux migrateurs ne voyagent pas pour le plaisir. Ils se déplacent entre les lieux d’hivernage et d’estivage, parce que l’axe de notre planète n’est pas perpendiculaire au plan de son orbite autour du soleil. »

     

    Comment nait une passion chez un homme ? Parfois totalement accidentellement.

    William Fiennes (pour les curieux oui oui c’est le cousin des Fiennes acteurs) fait de nombreux séjours à l’hôpital il lit beaucoup. Il tombe sur un livre d’enfant, lu il y a bien des années : l’ Oie des neiges.

    Ce livre va activer en lui une envie forte, « J’ai imaginé une quête, un vol : un voyage avec les oies des neiges jusqu’à l’océan Arctique »

    Pour un convalescent voilà bien un programme un peu intrépide mais son envie est très forte.

    Au printemps et à l’automne des milliers d’oies entament leur long voyage entre Golf du Mexique et la Baie d’Hudson. Ce sera donc notre chemin.

     

    oies.jpg

     « J’ai vu apparaître les oies des neiges comme une promesse tenue »

     

     

    Nous allons tel Nils Holgerson suivre les oies des neiges et entrer dans un monde où les oiseaux sont les rois.

    William Fiennes va utiliser des moyens de transport variés du bus Greyhound en passant par le train et la voiture. Il tente de ne jamais lâcher les oies des yeux et pour cela passe parfois plusieurs jours en un lieu comme au bord du Sand Lake.

    Au fil des kilomètres il croise des passionnés d’ornithologie, des serveuses de bar, Eléonor et sa chambre d’hôte, Michael du Fish and Wildlife service qui « savait exactement dans quel ordre tout ce monde ailé reviendrait au printemps », et son carnet de voyage s’enrichit des ses rencontres, d’anecdotes, de réflexions, de données scientifiques.

     

    Quand le voyage s’étire un peu trop il est atteint de nostalgie et c’est l’occasion pour lui de faire des parallèles avec la migration des oiseaux et leur envie de voyage et de retour en alternance. Les migrations des oiseaux ont toujours fasciné les hommes. 

    Les paysages sont magnifiques, l’hiver s’efface petit à petit pour laisser place à un printemps tardif au fur et à mesure de la montée vers le nord.

     

    SnowGeese_FR-FR536547936.jpg

     « Des milliers d’oiseaux de phases bleue et blanche étaient massés sur la glace au milieu du lac, formant un gigantesque dessin en amande qui s’effilait à ses extrémités nord et sud. Leurs têtes étaient levées bien haut, leurs cous tendus, perpendiculaires à la glace. De près le bruit n’était plus qu’un vacarme sauvage et  universel, les appels se propageaient sur la glace comme des billes roulant sur une plaque métallique. »

     

    Livre de passion et de savoir. William Fiennes le solitaire nous restitue de façon vivante un monde magnifique et il nous fait participer à son errance, à celle de ces oiseaux majestueux qui sillonnent le ciel par milliers.

    Ce livre va aller rejoindre Rick Bass et Dan O’Brien dans ma bibliothèque

     

    Tous savoir ? c'est ici

     

    13915280175305d8f591da0.jpg

    Le livre : Les oies des neiges - William Fiennes - Editions Hoëbeke 2014

  • Les abeilles et la vie - D Van Cauwelaert et J C Tessier

     Ruchers-Luxembourg-Paris.jpg

    Le rucher du Luxembourg

    Il y a quelques temps j’ai eu l’occasion de rencontrer un couple qui faisait de l’apiculture à...Paris, propriétaire d’une ruche ils récoltaient leur miel.

    Cela m’avait amusé. Bien entendu comme vous j’ai suivi les péripéties de la lutte inégale entre apiculteurs et fabricant d’insecticides, vous savez ça commence par un M ...Ils ont obtenu gain de cause mais pour une période limitée.

    Grand-Palais-Ruches-8_432.jpg

    Sur le toit du Grand Palais

     

    Quand ce livre sur les abeilles est arrivé sur les tables de ma médiathèque j’ai foncé dessus. Il n’est pas récent mais cela n’enlève rien à son intérêt et en plus il est magnifique

     

    En premier les photos de Jean-Claude Tessier sont vraiment extraordinaires, je vous en mets deux seulement pour ne pas abuser. mais je vous mets un lien vers une vidéo qui vous mettra l’eau à la bouche.

    Didier Van Cauwelaert dit que c’est une rencontre avec Rémi Chauvin grand spécialiste des abeilles qui lui a donné envie de faire les textes de ce livre.

    On remonte avec lui le temps, des millénaires en arrière les hommes représentaient déjà la récolte du miel.

     

    photo 1-2.JPG

                                         © Jean-Claude Tessier 

     

    Savez-vous qu’elles sont apparues au Crétacé en même temps que les fleurs. Mais savez vous que plus de 80% des fruits et légumes disparaitraient si les abeilles disparaissaient ?

     

    Leur organisation est fascinante, on connait le rôle de la Reine mais j’ai appris dans ce livre qu’elle était capable par la production de phéromones de stériliser à distance les ouvrières pour qu’elles soient bien concentrées sur leur travail ! mais attention les abeilles de la ruche peuvent suite à une sorte de référendum obliger une vieille reine à partir, certaines ouvrières vont la suivre et d’autres restées avec la nouvelle candidate !! Hum ça vous rappelle peut être quelque chose ?

     

    photo 2-2.JPG

                                    © Jean-Claude Tessier 

     

    " On a dit, convaincu par toutes ces merveilles
    Qu'un peu d'âme divine habitait les abeilles"

    Virgile - Les Georgiques

     

    Les abeilles sont de vraies sentinelles de l’environnement nous dit Didier Van Cauwelaert.

    Une ouvrière occupe des emplois multiples : butineuse, mais aussi femme de ménage, garde du corps et nourrice. Elle est aussi architecte d’alvéole...Elles ont un grand rôle dans le maintien d’une température régulière dans la ruche, les ventileuses maintiennent à 37 degré les lieux été comme hiver, une clim réversible ET non polluante ! Pour tout cela les abeilles calculent en permanence, elles sont des GPS ultra sophistiqués, la puissance de calcul d’une ruche c’est 5 fois la capacité d’un cerveau humain.

     

    Si les abeilles vous sont sympathiques ou si vous voulez faire un cadeau à un amateur de « chasses subtiles » c’est un très bon livre.

     

    Mais vous pouvez aussi vous lancer dans l'apiculture ici

    La vidéo

    9782749920382FS.gif

     

    Le livre : Les abeilles et la vie - Didier Van Cauwelaert et Jean-Claude Tessier - Editions Michel Lafon