Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature australienne

  • Une Rançon - David Malouf

    les-dieux-grecs-476x430.jpg

                                     © « L’Iliade et l’Odyssée Editions Cocorico, 1957.

     

    Il faut un certain culot ET un talent certain pour réécrire la fin l’Iliade ! 

    L’Iliade c’est le mythe par excellence, l’épopée indépassable et pourtant David Malouf a décidé d’y apporter sa contribution.

     

    En 1943 son institutrice fait une lecture à voix haute de l’Iliade, pour David ce récit se télescope avec ce que les australiens alors vivent au quotidien c’est à dire la campagne du Pacifique où beaucoup des leurs périront. Pour l’enfant de huit ans cette lecture est un choc total. Les traces vont subsister et l’écrivain va un jour s'en emparer.

     

    achille-triomphant.jpg

    Achille a vengé Patrocle et vaincu Hector.

    Paradoxalement la violence d’Achille connait son paroxysme dans ce moment, il refuse de rendre le corps à Priam et Andromaque, il est encore envahi par une colère terrible, la mort d’Hector ne lui suffit pas il lui faut plus,

     il « chassa les gouttes de sueur brûlante de ses yeux, toucha légèrement les chevaux avec les guides et s’élança dans la plaine, se retournant de temps en temps à demi pour voir le corps , dont la tête et les épaules rebondissaient sur le sol aride et caillouteux ».

    11 jours durant la folie se poursuit mais les dieux veillent et le corps d’Hector chaque matin est comme au premier jour.

    Priam ne veut plus qu’une chose c’est procéder aux funérailles de son fils. Lui rendre les honneurs dues aux braves.

     

    Alors le vieux roi va faire quelque chose d’inédit, d’insensé, loin des manigances des dieux de l’Olympe.

    Il veux forcer le destin et avoir « La chance de pouvoir agir par nous-même. De tenter quelque chose qui pourrait forcer les événements à emprunter un cours différents. »

    Il va imaginer un échange, une rançon pour racheter le corps de son fils. S’il faut supplier il suppliera, s’il faut s’humilier il le fera.

     

    1280px-Alexandr_Ivanov_005.jpg

    Priam suppliant  Achille - Alexandre Ivanov

    Le voyage de Troie jusqu’au camp d’Achille va se faire sur une simple charrette avec un modeste serviteur comme guide. 

    C’est tout le talent de David Malouf de rendre ce voyage, si éprouvant pour le vieux roi, ce voyage est proche d’une renaissance.

    La nature, la simplicité, l’écoulement du temps, toutes choses qu’un roi a oublié et qui le ramènent à sa condition d’humain épris de liberté.

    Il y a dans ce récit la grandeur de l’épopée et la sobriété d’un récit à hauteur d’homme. Non seulement Homère n’est pas trahi mais le lecteur n’a qu’une envie c’est retrouver « l’aurore aux doigts de rose » et « Achille au pied léger » 

    Une sensation de tranquille sagesse irrigue tout le roman et l’on ressort envoûté et ébloui.

     

    Troy1.jpg

                            Les restes de Troie

     

    Il est des moments dans le face à face des hommes qui peuvent être des instants de paix, de grâce, d’empathie.

    En lisant la Rançon je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la rencontre entre Patrick Leigh Fermor et ce général allemand qui est son prisonnier et avec qui il partage un instant hors du temps de la guerre autour de la poésie récitant les vers d’une Ode d’Horace que l’allemand a commencée.

    Ou encore ces moments volés pendant la Première guerre où allemands et français entonnent un chant de noël. Des moments où la vie l’emporte sur la haine, sur la violence.  

     

     

    Lisez l’avis d’Anne qui a aimé aussi 

     

    9782226249814FS.gif

      

    Le livre : Une rançon - David Malouf - Traduit par Nadine Gassie - Editions Albin Michel 

  • Le livre rouge - Meaghan Delahunt

    Croyez-vous au destin ?

     

    9782864247265FS.gif

    Croyez vous au destin ? aux coïncidences ? croyez vous que les humains sont les maillons d’un chaîne et que chaque maillon est indispensable à la chaîne ?
    Ce sont les images qui me sont venues en lisant ce livre. Comme le disent les bouddhistes : tout est connecté, tout est lié.
    Parce qu’enfin qu’est-ce qui peut attacher une photographe australienne reconnue professionnellement à un enfant domestique dans une riche famille ou à un écossais hanté par la violence et poursuivi par le démon de l’alcool ?

    Le destin, le destin qui  prend la forme de la terrible catastrophe humaine et écologique, le nuage toxique de la sinistre usine d’Union Carbide qui détruisit Bhopal et fit des milliers de victimes en 1984.

    bhopal-1.jpg

    Bhopal et ses habitants qui attendent encore la justice

    Françoise la photographe vient à Bhopal pour participer avec d’autres artistes à la réalisation d’un monument à la mémoire des victimes, cette participation lui tient à coeur car c’est la photo terrible d’un enfant de Bhopal qui a décidé de sa vocation « parfois on voit une image qui vous montre votre avenir, qui vous met sur votre voie. »
    Arkay notre écossais fait des efforts « J’ai acheté deux livres du Dalaï Lama, je me suis assis sur le balcon dominant la vallée, un livre ouvert sur les genoux ; une douzaine de bouteilles sous ma chaise. » et espère trouver son salut dans le bouddhisme.

    dharamsala reunion.jpg
    Naga lui, soigne sa soeur « Depuis la nuit de la catastrophe, les sensations dans ses mains et ses pieds hésitent entre picotements et engourdissement total  » c’est une des victimes du gaz toxique qui « chaque fois que le vent soulève le rideau, revit cette nuit là »

    Il faut à Meaghan Delahunt bien du talent et une profonde chaleur humaine pour faire avancer ces personnages les uns vers les autres sans que cela n’apparaisse jamais comme artificiel. Elle nous fait voyager de Delhi au Rajasthan, d’ Ecosse jusqu’au Tibet.

    circuit-rajasthan-voyage-inde-du-nord-luxe-7.jpg

    Les couleurs du Rajasthan

    Les liens vont se tisser peu à peu, à travers une Inde particulièrement bien évoquée, riche d’images et de couleurs. Mais le voyage est aussi un voyage dans le temps, car les liens entre les personnages forment un réseau qui couvre plusieurs années.
    L’auteur parvient à retracer l’histoire de cette catastrophe sans jamais se livrer à un long plaidoyer, sans aucun voyeurisme, mais toujours en nous plaçant au centre de l’événement, là où se situe la responsabilité de tous. Elle trace avec une écriture ample et simple à la fois, le parcours d’une recherche spirituelle, la quête d’une sagesse.
    Un beau livre dont je ne livre pas plus car c’est au lecteur à tisser son réseau, à se sentir maillon de la chaîne.

    Vous pouvez lire l’avis dAifelle qui dit que « C'est le genre de lecture où l'on ralentit un peu vers la fin pour ne pas la quitter. » Keisha elle dit : Une écriture sobre et efficace. Des personnages profondément humains.

    Le livre : Le livre rouge - Meaghan Delahunt - Traduit par Céline Schwaller - Editions Metailié

    delahunt.jpg

      L'auteur : Meaghan DELAHUNT est née à Melbourne et vit actuellement à Edimbourg. Elle a été finaliste du Orange Prize, Le Livre rouge est son deuxième roman, et son premier publié en France. (source l'éditeur)


  • La vengeance du wombat - Kenneth Cook

    wombat.gifLa Vengeance du wombat - Kenneth Cook - Editions autrement
    J’ai du être danseuse dans une autre vie car j’adore les grands écarts, après la tombe de Proust me voici dans le bush Australien.
    C’est ma deuxième expédition avec Kenneth Cook, la première m’ayant fait pleurer de rire, je récidive.
    Quelques quatorze nouvelles dans ce recueil qui en plus de vous faire rire vous initient à la faune australienne et là, je dois dire, c’est tout à fait surprenant.
    En quelques 150 pages, Cook est toujours intrépide mais " légèrement en surpoids " ce qui gêne pour échapper à un kangourou très facétieux et fan de sauts en longueur, un requin bien décidé à faire le remake des dents de la mer et un charmant quokka tueur. Pour ceux qui confondrait ce quokka là avec une boisson bien connue, je précise que l’auteur écluse whisky et bière à une vitesse prodigieuse mais de Coka pas une goutte. Mais faire une descente en VTT tenant le guidon d’une seule main et de l’autre essayant de se débarrasser d’ un quokka joueur, là, c’est dans ses cordes.

     

    quokka.jpg

    Le Quokka tueur selon kenneth Cook photo  Simon Waterhouse

    Le reste est à l’avenant, serpents contrariés, cochon furibond, et wombat mignon en photo mais dangereux en réunion, les autochtones étant à peine moins dangereux que les bestioles.
    Si vous en redemandez après ça jetez vous sur le premier volume des aventures de Cook : Le Koala Tueur et prenez patience il y aura une troisième expédition d’organisée par l’éditeur.

    L'avis de Dasola ou Cathulu

  • Le koala tueur et autres maléfices - Kenneth Cook

    Le koala tueur et autes histoires du bush - Kenneth Cook - Traduit par Mireille Vignol - Editions Autrement

    le koala tueur.gifUn petit tour en Australie aujourd’hui, un pays pour lequel j’ai une attirance très forte depuis la lecture de Bill Bryson et de son récit de voyage chez « Nos voisins du dessous » plein d’humour et de bestioles peu recommandables.

    Le titre des nouvelles de Kenneth Cook du coup m’a immédiatement attiré, le bush, les grands espaces et ..les bestioles. Je ne suis pas une fan des nouvelles mais là vraiment je ne regrette pas mon achat.
    15 nouvelles tirées de faits réels, des faits tellement incongrus, incroyables, loufoques, horribles ou terrifiants, que vous aurez du mal à les croire.

    Au gré des nouvelles vous découvrirez la faune australienne, ses koalas plus dangereux que prévu, ses serpents tueurs, ses aventuriers buveurs de bière, et bien sûr le redoutable, l’énorme crocodile.
    Le narrateur a vraiment le chic pour se retrouver dans des situations improbables, pas sportif ni aventurier pour un sous mais ne sachant rien refusé à ses amis, le voilà guettant les amours tonitruantes des crocodiles, plongeant dans des fonds sous-marins coralliens, visitant un peu longuement à son gré un puits de mine, où transformé en vétérinaire administrant un lavement à une éléphante.......

    Vous l’aurez compris on ne s’ennuie pas une seconde j’ai retrouvé dans ces nouvelles la verve et l’humour de Gérald Durell et ses histoires familiales. Ce recueil a rencontré un énorme succès en Australie, Kenneth Cook sait se moquer gentiment des travers de ses amis et de lui-même.

    Rires et dépaysement garantis. Si vous voulez connaitre l'avis de Bernard Poirette sur RTL écoutez
    podcast

    ajout du 7/0409 : une très bonne critique dans le Matricule des Anges d'avril 2009

    Extrait


    croco.jpgNous avions traîné la barque à environ cinq mètres du rivage lorsque le crocodile chargea.
    C’était effectivement passionnant à observer. Il semble se propulser en l’air d’un bond sur ses pattes trapues et fila sur le sable comme un lézard.
    Je lâchai le bateau et saisis mon fusil.
    Roger lâcha le bateau et saisit son appareil photo.(....)
    J’imagine que l’assaut du reptile ne dura que quelques secondes, mais ce genre de secondes dure des heures, et j’étais conscient des clics de l’appareil photo de Roger et de l’empressement des griffes du crocodile sur le sable que même les tirs répétés du fusil n’arrivaient pas à couvrir. J’entendais la voix de Roger qui hurlait en boucle :
    - Stop ! Stop ! C’est une espèce protégée ! (...)

    J’avais trois choix. Je pouvais tirer sur Roger pour l’écarter et dégager ma cible (solution la plus attrayante). Je pouvais assommer Roger d’un coup de crosse pour dégager ma cible (solution trop timorée, dans les circonstances). Je pouvais jeter le fusil et m’enfuir en criant (solution la plus probable).
    J’hésitai......................

    Pour les amateurs retrouvez Gérald Durrell chez Cathulu et Bill Bryson chez  Chaplum

     

    L’auteur

    Kenneth Cook (1929-1987) est un important écrivain australien.
    Les éditons Autrement ont publié trois de ses romans.