Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le koala tueur et autres maléfices - Kenneth Cook

Le koala tueur et autes histoires du bush - Kenneth Cook - Traduit par Mireille Vignol - Editions Autrement

le koala tueur.gifUn petit tour en Australie aujourd’hui, un pays pour lequel j’ai une attirance très forte depuis la lecture de Bill Bryson et de son récit de voyage chez « Nos voisins du dessous » plein d’humour et de bestioles peu recommandables.

Le titre des nouvelles de Kenneth Cook du coup m’a immédiatement attiré, le bush, les grands espaces et ..les bestioles. Je ne suis pas une fan des nouvelles mais là vraiment je ne regrette pas mon achat.
15 nouvelles tirées de faits réels, des faits tellement incongrus, incroyables, loufoques, horribles ou terrifiants, que vous aurez du mal à les croire.

Au gré des nouvelles vous découvrirez la faune australienne, ses koalas plus dangereux que prévu, ses serpents tueurs, ses aventuriers buveurs de bière, et bien sûr le redoutable, l’énorme crocodile.
Le narrateur a vraiment le chic pour se retrouver dans des situations improbables, pas sportif ni aventurier pour un sous mais ne sachant rien refusé à ses amis, le voilà guettant les amours tonitruantes des crocodiles, plongeant dans des fonds sous-marins coralliens, visitant un peu longuement à son gré un puits de mine, où transformé en vétérinaire administrant un lavement à une éléphante.......

Vous l’aurez compris on ne s’ennuie pas une seconde j’ai retrouvé dans ces nouvelles la verve et l’humour de Gérald Durell et ses histoires familiales. Ce recueil a rencontré un énorme succès en Australie, Kenneth Cook sait se moquer gentiment des travers de ses amis et de lui-même.

Rires et dépaysement garantis. Si vous voulez connaitre l'avis de Bernard Poirette sur RTL écoutez
podcast

ajout du 7/0409 : une très bonne critique dans le Matricule des Anges d'avril 2009

Extrait


croco.jpgNous avions traîné la barque à environ cinq mètres du rivage lorsque le crocodile chargea.
C’était effectivement passionnant à observer. Il semble se propulser en l’air d’un bond sur ses pattes trapues et fila sur le sable comme un lézard.
Je lâchai le bateau et saisis mon fusil.
Roger lâcha le bateau et saisit son appareil photo.(....)
J’imagine que l’assaut du reptile ne dura que quelques secondes, mais ce genre de secondes dure des heures, et j’étais conscient des clics de l’appareil photo de Roger et de l’empressement des griffes du crocodile sur le sable que même les tirs répétés du fusil n’arrivaient pas à couvrir. J’entendais la voix de Roger qui hurlait en boucle :
- Stop ! Stop ! C’est une espèce protégée ! (...)

J’avais trois choix. Je pouvais tirer sur Roger pour l’écarter et dégager ma cible (solution la plus attrayante). Je pouvais assommer Roger d’un coup de crosse pour dégager ma cible (solution trop timorée, dans les circonstances). Je pouvais jeter le fusil et m’enfuir en criant (solution la plus probable).
J’hésitai......................

Pour les amateurs retrouvez Gérald Durrell chez Cathulu et Bill Bryson chez  Chaplum

 

L’auteur

Kenneth Cook (1929-1987) est un important écrivain australien.
Les éditons Autrement ont publié trois de ses romans.

Commentaires

  • J'ai dévoré ses trois romans précédents qui sont très très noirs. Je vais bien sûr me précipiter sur celui-ci qui a l'air beaucoup plus léger ! Et si en plus ça ressemble à Durrell :-)))

  • j'avais bien aimé ses A coups redoublés, un court roman doux-amer et très incisif. Je me pencherai sur ses nouvelles.

  • @ Cathe : Je n'ai rien lu d'autre de Cook, celui ci est léger et divertissant

    @ Jeanjean : attention aux croco

  • Je suis donc obligée de le lire!:) En plus, l'Australie est un pays qui m'a longtemps fascinée...

  • Grâce à ton commentaire chez moi je prends le temps de faire le tour de ton blog (déjà repéré mais pas encore exploré ...). J'aime les images de tableaux, de films ou de paysages que tu ajoutes à tes articles. J'aime moi aussi mettre en lien les livres avec les lieux, la peinture, le cinéma...

  • @ Sylde : j'ai pris plaisir à ma visite chez toi aussi, il est difficile de suivre tous les blogs, je me cantonne à ceux avec lesquels je me sens proche
    Ce koala était un grand rire de lecture et j'ai beaucoup aimé

Les commentaires sont fermés.