Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades - Page 2

  • Repartir pour dix ans ?

    Happy-birthday-flower-cupcake.jpg

    J’ai tapé mon premier billet de blog en novembre 2008 sans vraiment y croire.

    1731353421.gif

    Je profitais de quelques vacances inattendues et forcées pour transformer mon carnet de lecture en blog

    C’est une belle expérience et je n’aurais pas parier un kopeck sur la survie de ce blog pendant dix ans. 

    happy-birthday-10-year-greeting-card-poster-color-vector-7205520.jpg

    J'ai acquis un peu d’expérience, j’ai croisé le chemin de celles, les plus anciennes, qui aujourd’hui encore viennent ici alors que beaucoup de blogs de l’époque ont fermé.

    Un grand merci aux fidèles des fidèles, et bien sûr à tous ceux et celles qui sont venus rejoindre mon aventure, y apporter leur contribution et faire que, même si de loin en loin je me dis : allez j’arrête. 

    Quand je me suis retournée sur mes dix années de chroniques je n’étais pas mécontente, cela vaut pour beaucoup de blogs : si on fait le bilan ce n’est pas mal du tout, n’est ce pas : Aifelle, Keisha, Dasola …..et les autres

    Comme j’adore les carnets, les listes et les bilans je ne vais pas manquer de vous abreuver des 10 meilleurs ….quoi au fait ?

    top.jpg

    Et bien les 10 meilleurs livres dans les genres les moins courus sur la webplanète : art, poésie, histoire, biographie, nature

    Et puis bien sûr parce que j’adore ça, les dix meilleurs essais (ben oui le titre du blog est un indicateur) de ces dix dernières années …parmi mes lectures bien sûr.

    Enfin les 10 meilleurs romans, je vous le dis déjà il n’y a qu’un français parmi eux et encore il est mort !!  Bon mais la littérature étrangère a du bon croyez moi.

    Suis-je repartie pour dix ans ? A vous de me le dire !

  • Je reste ici - Marco Balzano

    C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le Haut-Adige et son histoire déjà rencontrée dans le roman de Francesca Mélandri.

    paysage du Haut Adige.jpg

    Trina est l’héroïne de ce roman, c’est elle qui parle et raconte les années noires de Curon, un village de montagne. Trina termine ses études mais ses rêves vont voler en éclats car en 1923 c’est l’annexion du territoire par Mussolini, la mise au ban des personnes de langue allemande.

    Le nouveau régime italianise les noms, interdit le costume traditionnel ou les chants folkloriques. 
    Trina épouse Erich et a deux enfants : Michael et Marica
    Ils sont tous les deux hostiles au régime fasciste italien, Trina enseigne l’allemand en cachette au risque d'être condamnée à l'exil. 

    Erich lui devient un opposant prêt à en découdre lorsqu’un projet de barrage qui noierait la vallée voit le jour.

    village englouti - Resia .jpg

    Le barrage de Resia et le clocher du village englouti 

    Le village s’appauvrit, il devient difficile de vivre dans la région, c’est le moment que choisit le régime nazi pour proposer aux habitants un avenir doré en Allemagne ! 
    Pour Erich et Trina c’est un peu choisir entre la peste et le choléra. Doivent-ils rester, doivent-ils partir ? C’est le moment que choisit Marica pour suivre une tante en Allemagne et couper les ponts avec sa famille.

     

    C’est un livre d’une grande dignité, le pathos est loin, le style est à l’image des personnages, simple et dépouillé.
    On retrouve aussi dans ce roman la fracture que représente l’arrivée du fascisme et la possible perte d’un village.
    La forme du récit qui ressemble à la lettre que Trina n’a jamais envoyé à sa fille, convient parfaitement à ce récit

    L’auteur traduit parfaitement la douleur de cette mère, la blessure qu’a représenté cette fuite de son enfant et cette longue absence.
    Même si ce roman n’a pas l’épaisseur de Eva dort, j’ai pris du plaisir à cette lecture.

    Marco-Balzano-a-Zelbiocult-2016-1.jpg

    L'auteur

    Marco Balzano a connu un joli succès en Italie avec ce livre dans lequel il s’est inspiré de faits  et d’événements historiques bien réels jusqu’à ce barrage dans lequel on peut reconnaitre sans doute celui de Resia

    9782848766843FS.gif

     

    Le livre : Je reste ici - Marco Balzano - Traduit par Nathalie Bauer - Editions Philippe Rey

  • Bribes d'Italie

    Le 11 décembre 1803 

    « J'ai jeté un dernier regard sur les montagnes du nord que les brouillards du soir couvraient d'un rideau blanc, sur la vallée du midi, sur l'ensemble du paysage, et je suis retourné à ma chambre solitaire.

    A une heure du matin, le vent soufflant avec violence, je me suis levé, et j'ai passé le reste de la nuit sur la terrasse. Le ciel était chargé de nuages, la tempête mêlait ses gémissements, dans les colonnes du temple, au bruit de la cascade : on eût cru entendre des voix tristes sortir des soupiraux de l'antre de la Sibylle.

    Canopus_richting_serapium.jpg

    Villa Adriana 

    La vapeur de la chute de l'eau remontait vers moi du fond du gouffre comme une ombre blanche : c'était une véritable apparition.

    Je me croyais transporté au bord des grèves ou dans les bruyères de mon Armorique, au milieu d'une nuit d'automne. »

    tivoli-villa-adriana-teatro-marittimo-6196-f-f-q.jpg

    « Dans quelques heures je vais aller visiter la Villa Adriana »

     

    Le livre : Voyage en Italie - François René de Chateaubriand - La bibliothèque des arts

  • 60 degrés nord - Malachy Tallack

    Autour de moi j’entends : trois mois sans rien faire, tu as du lire une masse de livres !
    Déception, j’ai lu bien sûr mais pas autant que l’on pourrait l’imaginer.
    Mais par exemple j’ai lu avec plaisir ce livre qui m’a fait voyager alors que j’en avais bien besoin.

    Latitudes_Europe-USA.jpg

    juste 10° de plus

    J’ai depuis longtemps une préférence pour le nord et le froid que pour le sud.
    Forcément je surveille ce qui parait sur le sujet et ma clochette d’alerte a retenti à la parution de 60 degré nord.

     

    Ce soixantième parallèle passe par des contrées qui me font rêver aussi ai-je mis mes pas dans les pas de Malachy Tallack.

    groenland.jpg

    un tour au Groenland

    Son périple passe par le Groenland, le Canada, l’Alaska, la Sibérie, mais commence par des îles dont le seul nom me porte au rêve : Les Shetlands, aussitôt surgissent des rochers balayés par le vent, des moutons à profusion …..et quand même 2700 km de côtes !!!

     

    moutons.jpg

    Parmi les pages et les lieux évoqués il y en a qui m’enchantent totalement. Un savant mélange entre le livre de voyage et le retour vers soi.
    « Depuis toujours les hommes se sont déplacés de lieu en lieu, guidés à la fois par leurs souvenirs, leurs connaissances et leur curiosité. Le plus souvent ils suivaient leurs cartes intérieures, ces itinéraires mémorisés menant à des endroits de plus grande importance - là où on trouve à manger, là où on peut se protéger, là où il y a du danger. »

     

    Toutes ces contrées ont en commun un climat un peu rude et parfois des lieux solitaires. Les personnes qui vivent là sont souvent des gens un rien improbables, de ceux dont la rencontre marque.

    Malachy Tallack mélange un peu la grande et la petit histoire, il enrichit son parcours par ses propres expériences et parfois il est un poil trop didactique mais qu’importe, savez-vous qui a découvert ou plutôt créer les parallèles ? C’est Hipparque au IIème siècle avant notre ère. Et saviez vous que 40% du territoire du Canada se situe au nord du 60ème parallèle ? 

     

    En suivant le fil rouge proposé par Malachy Tallack non seulement on traverse des espaces désolés, vides, mais aussi on va à la rencontre de personnages extraordinaires.
    Pour chaque étape l’auteur nous propose à travers ses rencontres un peu de l’histoire locale, un peu de son parcours personnel.

    aland.jpg

    L'archipel des Åland

    J'ai aimé les pages sur la Finlande et l’île de Åland dont j’ignorais tout, sur Saint Pétersbourg et la Perspective Nevski ou la pittoresque Bergen où je me suis embarquée un jour pour le Spitzberg.

    iles shetlands.jpg

    Les Shetlands

    Son retour vers son île c'est Ulysse rentrant à Ithaque. Car les Shetlands sont vraiment son pays, son chez soi 

    Les pages que j’ai préféré : de loin celles sur les Shetlands, Tallack les décrit magnifiquement bien 

     Ce n’est pas un très grand livre de voyage mais un bon et joli guide qui m’a permis avec bonheur de voyager cet été.

     

    9782842306113FS.gif

    Le livre : 60 degrés nord - Malachy Tallack - Traduit par Frédéric Le Verre - Editions Hoëbecke

  • Bribes du Dorset

    Balade au Blanc Nez un promontoire du Dorset

    Weymouth-Harbour.jpg

    « Cette pointe de terre que l’on voit fièrement s’avancée vers la mer depuis l’esplanade de Weymouth est un promontoire qui recèle de nombreux mystères. »

    coast dorset.jpg

    « Un garçon pourrait passer plus d’un été à explorer toutes les retraites secrètes dignes de Robin des Bois nichées dans les glissements de la falaise, les corniches vertigineuses et les châteaux de rocs que l’on découvre dans cette bande de terre accidentée qui s’étend jusqu’aux pentes de schistes bleu. »

    Le livre : Que les noix brunissent - Llewelyn Powys - Editions Klincksieck

  • Un court instant de grâce - André Bucher

    Restée seule à la mort de son mari Emilie aurait bien besoin pour survivre de la présence de son fils qui a quitté la ferme depuis plusieurs années. Il lui reste quelques vaches laitières, poules et lapins, pour les cultures elle va avoir besoin d’aide, peut-être Victor, bon il est pas tout jeune mais il travaille pour d’autres agriculteurs et puis elle le connait depuis la communale alors…

    centrale de biomasse.jpg

    une centrale du genre de celle là

    Un projet pharaonique de centrale à biomasse portant l’étiquette fallacieuse d’écologique, voilà ce que prévoient les élus de la vallée. 
    Si Emilie semblait baisser un peu les bras ce projet de centrale et surtout l’idée de voir disparaitre Sa forêt vont la faire sortir de sa léthargie. 

    « La montagne empiétait sur l’horizon, sa masse inerte accaparait le paysage. Une entité dure mais également fragile, avec la forêt pour territoire, que l’on ne saurait dompter et modeler à sa guise. »

    palle.jpg

    La montagne d'Emilie

    C’est bien là dessus que compte Emilie, une forêt que l’on ne peut dompter, parce que ce qui se profile pour Sa forêt c’est ni plus ni moins qu’une disparition programmée.
    Son quotidien change, il y a Victor qui s’est peu ou prou installé à la ferme pour aider.

    « Emilie coupait elle-même son bois, elle faisait son pain et, en fonction du calendrier , ramassait les simples, les champignons et des baies qu’elle transformait en confiture »

    simples.jpg

    Et puis il y a les pressions exercées pour la faire vendre ses parcelles de forêt, Rachel la chargée de mission de la centrale y va de son couplet, le maire bien sûr mais plus grave, son fils qui semble sensible aux sirènes financières.

    Un roman comme je les aime chez André Bucher, je suis certaine que vous allez aimer la montage de Palle, Victor, Emilie et sa forêt.

    Un joli portrait de femme.

     

    9782360548118FS.gif

    Le livre : Un court instant de grâce - André Bucher - Editions Le Mot et le Reste