Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades - Page 2

  • sale temps pour la planète

    Hello à tous et toutes 

    Tout d’abord un grand merci à ceux qui très gentiment m’ont adressé des petits messages chaleureux et sympathiques.

    Non je n’ai pas le corona machin truc, j’ai simplement eu un énorme coup de blues, parfois les événements s’empilent un peu dans l’existence comme les tours de cubes de notre enfance et parfois un cube de plus fait écrouler l’édifice. 

    tour.jpg

    Je n’ai toujours aucune envie ni de lire ni de me promener sur la toile, je suis au régime musique, livres audio et tricot. 

    faq-chaussettes.jpg

    Pourquoi pas des chaussettes ?

    Je vais m’accorder une longue pause en attendant un printemps plus joyeux. 

     

    Je vous souhaite plein de bonnes choses et à très bientôt j’espère.

  • Des femmes remarquables - Barbara Pym

    La vie d’une vieille fille des années 50.

    gym

    Mildred Lathbury, fille de pasteur, vit seule, travaille à mi-temps dans un centre d'aide aux femmes en difficultés, et oeuvre pour sa paroisse. Vous la voyez déjà vieille et aigrie ? Pas du tout elle n’a que trente an Mildred mais faute de mari c’est déjà aux yeux de tous une vieille fille. Elle visite les vieilles dames, elle s’occupe de fleurir l’église et organise thés et ventes de charité et s’intéresse de près au Révérend Julian Mallory.

    Ce qui va bousculer sa vie c’est l’arrivée de nouveaux voisins.
    Imaginez un peu, lui, Rockingham Napier est officier de marine et sa femme est une belle et élégante anthropologue, de quoi faire rêver Mildred. 

    A partir de là je dirais que tout dérape un peu, Mildred va être le témoin des joies et problèmes de la vie de couple. Or le quotidien des époux n’est pas vraiment réjouissant et fait douter Mildred, le célibat n’aurait-il pas du bon en fait ?

    gym

    L'auteur

    Comme toujours avec Barbara Pym, il y a dans ce roman à la fois un humour grinçant mais aussi beaucoup de tendresse pour les personnages et une belle dose de mélancolie.

    La lucidité l’emporte dans les portraits, la dérision et le burlesque ne sont jamais absents. Les analyses de situations sont sans concession et très méchamment ironiques.

    Un roman de Barbara Pym comme je les aime.

    L’avis de Keisha sur Lecture/Ecriture 

    gym

    Le livre : Des femmes remarquables - Barbara Pym - Traduit par Sabine Porte - Editions Belfond 

  • Bribes anglaises

    dickens-books-feat-v2.jpg

    « Dickens a sa place parmi les causes d’ordre moral qui ont épargné à l’Angleterre une révolution. »

    noel.jpg

    « Il y a une saveur Dickens. Il y a un parfum Dickens.
    Nous reconnaissons vingt lignes de Dickens au milieu de toute la littérature anglaise

    DSC_0090.JPG

    Illustration du livre Georges Tcherkessof 

    « Toutes les fois qu’en entrant dans un de ses livres nous trouvons certaines rues de Londres, certains brouillards à travers lesquels brillent les feux des voitures et ceux des boutiques, certaines maisons de campagne où l’on fait de bons repas coupés d’innocentes plaisanteries, certains quartiers sombres où l’on devine derrière les portes closes d’étranges repaires, nous éprouvons un sentiment mêlé de tendresse, de désir de confort et de crainte qui était celui du petit enfant Dickens au temps où il rentrait de la fabrique de cirage »

    DSC_0091.JPG

    David Copperfield à Plymouth

    « Il a su pénétrer une vision de son temps, il est le seul personnage qu’un romancier doive souhaiter devenir : le créateur d’un monde nouveau. »

    « Mais quand nous voudrons reprendre contact avec les grandes et simples émotions humaines, n’hésitons pas à rouvrir Dickens. »

    DSC_0087.JPG

    Illustration Georges Tcherkessof

    « Mr Pickwick, ses lunettes, son gilet blanc, ses culottes collantes, son petit ventre et les bras soulevant avec bonhomie les pans de sa jaquette »

    DSC_0092.JPG

    Le Livre : Dickens  André Maurois - 1935

  • Ecrits de nature tome 1 et 2 - Alexis Gloaguen

    Observateur de la nature et poète voilà un auteur fait pour moi. Son oeuvre sera rassemblée en trois tomes chez Maurice Nadeau, à ce jour seuls les deux premiers sont sortis. 

    audierne.jpg

    Baie d'Audierne

    Les deux livres sont constitués d’écrits invitant au voyage : Cornouailles, Ecosse ou Pays de Galles, Vannes ou la Baie d’Audierne. Le troisième tome qui devrait nous emporter à Saint Pierre et Miquelon.

    J’ai erré tout l’été en sa compagnie, ce sont des textes qui défient le temps, la géographie, la poésie car c’est un mélange des trois. 
    Alexis Gloaguen nous promène dans des friches, des mines abandonnées, des écluses ou estuaires, des marais, des sentiers cachés à l’oeil du passant ordinaire. 

    ecluse bretonne.jpg

    Ecluse bretonne

    Sa relation aux lieux, aux plantes, aux insectes est toute personnelle, elle est irriguée de poésie, on s’immerge dans des marais salants, on se fait pêcheur d’oiseaux, observateurs de libellules, la nature sauvage nous est donnée, offerte

    Un monde sauvage de vent et de pluie avec en arrière fond les connaissances de l’entomologiste :

    aeschne_bleue_jurgen_mangelsdorf_cc_by-nc-nd_2.0_nature_isere.jpg

    « Voir la danse de l’æschne bleue au-dessus d’un étang forestier peut donner l’approximation rapide de l’éternité. Oblique, elle gobe les moucherons et semble téter le ciel. Imprévisible, elle va du sommet des chênes au col des joncs en passant par les ramures basses des saules. Elle vire et roule en quête d’une image mentale sur laquelle soudain ressortent les proies. Sa rapidité presque sans limites n’autorise que les plus prompts des oiseaux, et les moins réticents aux pirouettes aériennes, à la capturer en vol. »

    grande-cigue.jpg

    Du botaniste :

    « À mes pieds vibre une hampe de ciguë de l’année passée. Elle est sèche, marquée par les trous que les insectes de l’hiver y ont faits pour s’abriter. De ce cylindre cloisonné, qu’ils ont bouché puis rouvert au printemps, il reste aujourd’hui la longue archéologie d’un train vertical. » 

    oies.jpg

    De l’ornithologue

    « Lors du vol migratoire, l’oie de tête, source d’ondes aériennes qui aident les suivantes et les orientent, est fréquemment relayée. Et lorsque la troupe s’alimente au bord des rives, chaque oiseau veille à son tour, laissant les autres tamiser la vase au filtre sensible de leurs becs, chicaner pour des raisons mystérieuses, émettre leurs cris tragi-comiques, se lisser les plumes, osciller sur le clapot. »

     

    J’ai aimé le côté contemplatif mais aussi crapahuteur de l’auteur. J’ai aimé le rythme de l’écriture, la passion du vent, des paysages, d’une nature en train hélas de disparaitre « C’est pour moi une source perpétuelle d’inspiration… C’est la montagne, l’estuaire, les oiseaux qui écrivent. »

    alexis-gloaguen-une-prose-proche-de-la-nature.jpg

    Si vous êtes lecteur des Souvenirs entomologiques ou de Walden vous êtes prêts pour explorer la nature d’Alexis Gloaguen 

    Les photos de Rémy Basque et les dessins de Jean-Pierre Delapré illustrent parfaitement les textes.

    DSC_0007.JPG

    Les Livres : Ecrits de Nature Tome 1 et 2 - Alexis Gloaguen - Editions Maurice Nadeau

     

  • bribes solitaires

    la-solitude.jpg

    « Fuir le monde : cette pensée, beaucoup l’ont eue, certains en ont fait des livres, mais rares sont ceux qui l’ont mise en pratique. 
    Le motif de la fuga mundi revient à toutes les époques. Qu’il touche une infime minorité d’individus dans les faits (les moines, les artistes, les ascètes, les philosophes), il exerce la même fascination, il engendre la même nostalgie; il suscite le même regret. »

    fuir.jpg

    « Quand on s’y penche et qu’on essaie de comprendre ce qui émerveille dans ce geste de rupture, on retrouve sous différentes formes le même secret étonnant et paradoxal : la fuite hors du monde n’est rien d’autre qu’une façon d’y entrer vraiment. »

    solitude-2.jpg

    Le livre : Petit éloge de la fuite hors du monde - Rémy Oudghiri - Editions Arléa

  • Le Guépard - Tomaso di Lampedusa

    lampedusa

    Classer, ranger, dépoussiérer sa bibliothèque c’est une tâche longue mais réjouissante car c’est l’occasion de faire réapparaitre des livres enfouis derrière d’autres livres, ceux qu’on a lu il y a longtemps et qui retrouvent à cette occasion une nouvelle jeunesse.

    Concours de circonstances une amie de blog m’a envoyé une photo de son voyage en Sicile, la coïncidence était trop forte me voilà replongée dans Le Guépard, à humer les citronniers, à m’abriter de la chaleur insupportable à faire froufrouter ma robe de bal.

    lampedusa

    Juste un brin d’histoire mais vite, comme en passant : Le roman se passe en 1860, Garibaldi débarque pour réaliser l’union de l’Italie et le rattachement de la Sicile à la couronne de Victor-Emmanuel de Savoie. Une révolution qui verra l’émergence d’une nouvelle classe sociale. 

     

    Le roman est une succession de tableaux, ceux d’une aristocratie fin de races avec des personnages inoubliables.

    Le Prince de Salina, Don Fabrizio, frivole, colérique, dernier représentant de cette aristocratie sicilienne sur le déclin. Si il aime le faste, il aime aussi vivre un rien en reclus entouré de ses livres, de ses télescopes, plus passionné par l’astronomie que par l’évolution orageuse de l’Italie et la victoire de Garibaldi 

    lampedusa

    « Inutile de se forcer à croire le contraire, le dernier Salina, c’était lui. Ce Garibaldi, ce Vulcain barbu avait gagné. »

    Ce sera la naissance d’un nouveau monde représenté par l’inénnarable maire de Donnafugata qui ne sait pas porter le frac, ni faire un noeud de cravate. Une nouvelle aristocratie dont Lampedusa illustre magnifiquement la naissance.

    lampedusa

    Donnafugata dans le roman  Palma di Montechiaro en réalité

    Tancrède Falconeri, le neveu, c’est la nouvelle génération, jeune insolent avide de plaisirs  dont l’héritage est parti en fumée mais qui va pouvoir prendre sa revanche. Le prince l’aime plus que ses propres fils. 

    Il accepte donc sans barguigner le mariage avec la belle Angelica, fille du maire local qui est en train de devenir le plus riche notable du pays. Il en tombe même éperdument amoureux.

    lampedusa

    Ah l’arrivée d’Angelica dans la famille est un morceau de bravoure que j’ai relu avec un plaisir absolu, Concetta la fille du prince amoureuse en secret de Tancrède est contrainte de faire bonne figure et c’est très douloureux.

    Le prince le met en garde envers cet amour tout neuf  « Feu et flammes pendant un an, cendres pendant trente.» Il parle d'expérience.
    Tancrède et Angelica Sedara marque le changement de la société mais le prince voit au-delà

    lampedusa

    « Ils offraient le plus pathétique des spectacles, celui de deux très jeunes amoureux qui dansent ensemble, aveugles à leurs défauts respectifs, sourds aux avertissements du destin, dans l’illusion que tout le chemin de la vie serait aussi lisse que les dalles du salon »

    Comme dans les adaptations marquantes d’une oeuvre littéraire, il est difficile aujourd’hui de penser aux héros du roman sans voir Claudia Cardinale danser au bras de Burt Lancaster. 
    Le fameux bal chez les Ponteleone, au cours de laquelle le Prince dansera avec Angelica qui a appris ce qu’est la bonne tenue en société

    lampedusa

    « Son maintien ne se démentit pas une seule minute : on ne la vit jamais errer seule la tête dans les nuages, jamais ses bras ne s’écartèrent de son buste ; jamais sa voix ne s’éleva au-dessus du diapason » 

    La danse, la musique, le cristal et l’argenterie, et les parfums de la nuit, le Prince se sent vieux et fatigué mais encore sensible à la beauté d’Angelica.

    Le bal est le point culminant du roman, il n’empêchera pas l’effondrement de cette aristocratie et de ses privilèges.
    De sa tour, derrière son télescope le Prince Salina regarde de loin son monde s’écrouler, le bal a été son adieu, son chant du cygne. Le thème du temps qui passe est très fort dans le roman un peu comme dans le dernier tome de La Recherche.
    C’est un roman splendide sur la mort et le vieillesse qui vient, sur la fin des illusions.

    C’est aussi un superbe tableau de la Sicile comme le dit Dominique Fernandez

    lampedusa

    « Les paysages brûlés de soleil, la canicule immuable, l’odeur de poussière et de fleur d’oranger, les vieilles demeures seigneuriales ceinturées d’eucalyptus, les intérieurs sombres et lugubres derrière une façade baroque, l’union fabuleuse du faste et de la misère »

    lampedusa

     Giuseppe Tomasi de Lampedusa l’aristocrate sicilien s’inspire largement de sa propre vie pour concevoir son héros, le prince Fabrice de Salina. A travers lui, l’auteur dépeint la fin d’un monde 
    En 1954, le prince sicilien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, duc de Palma essuie un double refus de deux importants éditeurs italiens et meurt avant de voir son roman publié

    lampedusa

    Le Livre : Le Guépard - Tomaso di Lampedusa - Traduit par Jean Paul Manganaro - Editions du Seuil