Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Luth d'ébène - Panagiotis Agapitos

Surprenant bouillon de culture byzantine

 

800px-John_the_Grammarian_as_ambassador_before_Theophilos_and_Mamun.jpg

 

Allez hop plongeons directement dans une culture oubliée, un petit effort de vocabulaire pour démarrer et nous voilà en pleine culture byzantine avec ses protospathaires et autres logothètes.

Suivons la caravane qui avance depuis des jours en Cappadoce, la chaleur est insupportable, Césarée est en vue au grand soulagement de l’ambassadeur de Constantinople et de l’empereur Théophile.

Léon vient pour négocier la paix avec le Calife de Bagdad, une mission périlleuse. 

Césarée est une belle ville fortifiée, l’ennemi musulman n’est pas loin.

L’ arrivée d’une personnalité dans cette ville corrompue jusqu’à l’os ne passe pas inaperçue. Il est reçu avec les honneurs. N’imaginez pas un vieillard chenu, Léon est jeune et plutôt beau.

Sitôt arrivé il se retrouve au beau milieu d’un imbroglio criminel. La fille d’un juge local vient d’être assassinée et horriblement mutilée. En grattant un peu Léon découvre que trois autres jeunes filles ont disparues depuis quelques semaines. Le Stratège la plus haute autorité de la ville, lui confie la mission de trouver le ou les criminels. 

Lui qui est épris de culture, de beauté, qui n’aime rien tant que jouer du luth, le voilà propulsé enquêteur au péril de sa vie. 

 

Emperor_Theophilos_Chronicle_of_John_Skylitzes.jpg

L'empereur Théophile 

 

Vous savez que j’aime restée discrète sur les intrigues de polar, je n’en dirai donc rien de plus mais je vous garantis qu’on ne s’ennuie pas une seconde. 

Représentez-vous bien l’époque : on fait très peu de cas de la vie humaine, le convoi a d’ailleurs pu admirer toute la mansuétude locale en trouvant à l’entrée de la ville plusieurs hommes empalés. 

Césarée est " un chaudron en ébullition" les casernes sont à deux pas des tavernes et des bordels. Les évêques fréquentent des prostituées aussi bien que les califes !!

Les moines fréquentent les lupanars quand ils n’ourdissent pas de sombres complots. 

Notre protospathaire va devoir la jouer très fine ......

 

ortahisar_from_kayseri.jpg

La région de Césarée( Kayseri )  aujourd'hui 

 

Panagiotis Agapitos nous ouvre les portes d’un univers inconnu, les titres nobiliaires, les habitudes de vie, les croyances, la nourriture, la violence, c’est un monde dont les traditions nous sont totalement étrangères. Universitaire érudit il a mis tout son savoir au service de ce polar. J’ai aimé ce voyage surprenant et très intelligemment mené. 

La traduction est impeccable. 

Cet habile polar devrait être suivi de deux autres, du moins si l’éditeur veut bien nous donner à lire : l’oeil de cuivre et la Méduse d’émail 

 

Avis aux amateurs de polars historiques.

 

 

9782914777902FS.gif

 

Le Livre : Le luth d'ébène - Panagiotis Agapitos - Traduit du grec par Constantin Kaïtéris - Editions Anacharsis

 

Commentaires

  • Oh, chouette! Une culture, des traditions dont j'ignore presque tout et qui éveillent ma curiosité. merci dame Dominique, bonne journée.

  • @ Colo : j'ai réparé les plaisanteries d'hautetfort en ce moment il est très susceptible
    Un bon polar sur une période quasi inconnue de tous

  • Je l'avais déjà noté, tu me donnes encore plus envie de le lire, dès que j'ai épuisé les lectures en cours je le commande!

  • @ miriam : un bon polar très dépaysant mais qui te rappellera sûrement un de tes voyages

  • Hautefort radote!

  • @ miriam : c''est l'âge, j'ai corrigé en enlevant le trop plein

  • Le contexte me passionne. En revanche, j'adhère rarement au côté polar historique...

  • @ In cold blog : moi j'apprécie car l'énigme permet un fil rouge et j'aime tous ces à côté qui nous en apprennent beaucoup sur une période peu connue

  • Le polar doit faire passer plus facilement le côté historique. A retenir ..

  • @ Aifelle : le polar lui même est bien mené et le contexte historique est en prime

  • Les protospathaires et les logothètes n'ayant pas de secret pour moi :) je me laisserais bien tenter par le polar stambouliote.

  • @ Eeguab : je n'en doute pas une seconde :-)

  • Là, tu me tentes beaucoup plus!!!! Foin des querelles byzantines...

  • @ Keisha : tu comprendras en lisant ce polar que l'expression n'était pas usurpée

  • Comment résister à une pareille présentation et à de pareils personnages. Le polar nous fera faire le tour du monde et des temps !

  • @ Annie : j'aime bien être emportée un peu loin dans l'espace et le temps

  • J'aime bien ces polars qui explorent les civilisations et remontent dans le temps! Un genre intéressant.

  • @ claudialucia : j'ai aimé Peter May et son Ecosse et là j'ai aimé cette époque un peu secrète

  • Pour moi cette culture n'est pas oubliée car peu connue !!!
    Je pense que ce que j'ai trouvé devrait te plaire
    Bonne soirée

    http://vimeo.com/79295284

  • @ Aloïs : merci merci je crois que je vais remonter cette vidéo dans le billet

  • J'avoue ne pas être très attirée par les polars... mais je vais de ce pas chercher le sens de ces mots "protospathaires" et "logothètes", ils sont extraordinaires, tout comme cette photo de ville de la région de Césarée. Bises et doux week end Dominique. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : un vocabulaire bizarre fait aussi partie du plaisir de lecture

  • J'ai été voir un peu l'histoire de la Cappadoce. Avec en plus les mots mystérieux et les intrigues byzantines cela m'attire. Je ne connais pas non plus les éditions Anacharsis. Tout cela pique ma curiosité

  • @ nadejda : pour accompagner cette lecture j'avais pris en bibliothèque un livre très simple sur l'histoire byzantine, cela m'a permis de comprendre certains mécanismes et certaines allusions faites par l'auteur

  • Merci Dominique, je note car j'aime les polars historiques.Je note aussi l'excellente traduction, sortant d'un polar sur la Rome antique où je me suis offusquée du nombre inhabituel de fautes d'accord!Pourtant j'avais déjà lu des livres sur le même thème qui étaient fort bien traduits!.

  • @ Maïté : je suis comme toi assez sensible à la langue même pour un polar où le style n'est peut être pas prioritaire mais le peu de cas que font parfois les éditeurs de la traduction est tout simplement indécent

  • Je confirme l'excellence de ce livre que j'avais découvert par hasard chez mon libraire : à la fois érudit, sur une période et un monde mal connus en France, et bien bâti au niveau littéraire : un équilibre rarement atteint. On ne s'ennuie pas et on apprend beaucoup.

  • Je confirme l'excellence de ce livre que j'avais découvert par hasard chez mon libraire : à la fois érudit, sur une période et un monde mal connus en France, et bien bâti au niveau littéraire : un équilibre rarement atteint. On ne s'ennuie pas et on apprend beaucoup.

  • @ Henri : merci d'apporter de l'eau à mon moulin, vrai que la période est très mal connue et comme vous le dites un livre dont l'auteur à du batailler pour trouver cet équilibre parfait
    j'attends avec impatience ses autres romans

Les commentaires sont fermés.