Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A sauts et à gambades - Page 3

  • La Grande Bretèche - Honoré de Balzac

    Voilà pourquoi j’aime la lecture, pour être emportée, médusée, choquée, ravie, stupéfaite, enthousiasmée par un roman comme celui-là

    Vous croyez que j’en fait trop ? non pas du tout, on est loin, très loin du Balzac qui prend son temps, qui fait des tours et des détours pour vous présenter une ville et des personnages.

    Ici tout va vite, très vite, c’est une grande nouvelle plutôt qu’un roman, on pourrait être chez Maupassant ou mieux chez Edgar Poe.

    bretèche.jpg

    La vraie Grande Bretèche

    Si vous êtes de Tours vous savez que la Grande Bretèche c’est le nom d’un couvent mais Balzac n’en a cure et à transformé le couvent en une maison abandonnée dans la bonne ville de Vendôme.

    Nous sommes dans un salon, chacun y est allé de son récit et maintenant c’est le docteur Bianchon qui prend la parole.

    Son histoire commence simplement par une promenade dans le jardin d’une maison abandonnée  mais très vite il y a une série d’emboitement, un récit dans le récit, des narrateurs multiples. 

     

    maison abandonnée.jpg

    « À une centaine de pas environ de Vendôme, sur les bords du Loir, dit-il, il se trouve une vieille maison brune, surmontée de toits très élevés »

    Le mystère de cette maison, dont le jardin est un petit paradou, tient le lecteur accroché.

    Bianchon donne la parole à un petit notaire de province qui faisant fi du secret professionnel nous informe des dispositions testamentaires de Mme de Merret, le jardin et la maison sont interdits à quiconque et ce pour les cinquante années à venir. Mme Merret est morte en léguant sa fortune à l’hôpital de la ville.

    Curieux leg et curieuses dispositions. 

    jardin abandonné.jpg

    « Devant ce logis est un jardin donnant sur la rivière, et où les buis, autrefois ras qui dessinaient les allées, croissent maintenant à leur fantaisie. Quelques saules, nés dans le Loir, ont rapidement poussé comme la haie de clôture, et cachent à demi la maison. Les plantes que nous appelons mauvaises décorent de leur belle végétation le talus de la rive. Les arbres fruitiers, négligés depuis dix ans, ne produisent plus de récolte, et leurs rejetons forment des taillis. Les espaliers ressemblent à des charmilles. Les sentiers, sablés jadis, sont remplis de pourpier ; mais, à vrai dire, il n’y a plus trace de sentier. (...) ce coin de terre fit les délices de quelque gentilhomme occupé de roses, de tulipiers, d’horticulture en un mot, mais surtout gourmand de bons fruits. On aperçoit une tonnelle, ou plutôt les débris d’une tonnelle sous laquelle est encore une table que le temps n’a pas entièrement dévorée »

    Bianchon qui s’est vu interdire le jardin va chercher à en savoir plus et pour cela il va faire parler Rosalie qui fut servante chez les Merret. 

    Voilà vous ne tirerez rien de plus de moi car je m’en voudrais de vous gâcher le plaisir de la lecture. Je dois dire que j’ai été à la fois stupéfaite, ignorant que Balzac avait écrit ce genre de récit, et enchantée car c’est un plaisir total que de découvrir cette histoire. 

    Surtout pour ceux qui ne l’ont jamais lu, ne cherchez pas à en savoir plus, laissez vous convaincre et plongez dans le récit. Vous ne le regretterez pas. 

     

    IMG_0023.JPG

    Le livre : La Grande Bretèche - Honoré de Balzac - Editions numérique Arvensa  ou Folio Classique 

     

  • Sur les terres de Balzac

    Décidément j’apprécie ma liseuse quand je pars en vacances, en voyage. 

    IMG_0023.JPG

    Je me suis lancée depuis quelques mois dans Balzac et je poursuis mon chemin doucement, je dois dire que mon envie de le lire augmente à chaque fois.

    saché.jpg

    Demain donc un petit tour sur ses terres.

  • pause hivernale

    liseuse.jpg

    Quelques jours loin des écrans et des claviers mais avec une petite réserve de livres 

    annecy.jpg

    Quelques jours au pays des lacs et de la neige

  • Howards End - E.M Forster

    Rares sont les livres dont l’adaptation au cinéma éclipse presque le roman. C’est le cas de ce livre, je suis certaine que vous êtes nombreux à avoir vu le film avec Emma Thompson, Helena Bonham Carter, Anthony Hopkins et Vanessa Redgrave.
    Et pourtant si vous n’avez pas lu le roman vous vous privez d’un grand plaisir.

     

    forster

    Le film de James Ivory

    Une famille d’origine allemande composée de deux soeur Helen et Margareth et d’un frère fantasque, s’est liée d’amitié avec la famille Wilcox lors d’un voyage.

    Helen invitée chez les Wilcox se croit amoureuse d’un des fils, Paul, l’idylle tourne court mais provoque un bel émoi dans les deux familles.

    Les soeurs Schlegel sont proches l’une de l’autre, disposant d’une fortune personnelle, elles sont intelligentes et sensibles, elles peuvent se consacrer à l’art, à la littérature, à la vie de la pensée.

    Helen est l’utopiste tandis que Margareth garde les pieds sur terre.

    Elles ont fait connaissance, à un concert, de Leonard Bast, jeune homme intelligent mais dont la situation sociale est bien éloignée de celle des Schlegel et dont la femme Jackie est de moeurs légères. Le destin de cet homme fait penser au personnage de Thomas Hardy Jude l’obscur.

     

    forster

    Leonard Bast au funeste destin

    Les Wilcox eux sont un peu l’opposé, ils représentent le monde de la finance, enrichi grâce au caoutchouc des colonies, ils sont avides de privilèges dus à leur rang, conformistes et étroits d’esprit.

    Le chef de famille est fier de sa lignée, peu enclin aux dépenses, rigoriste quant à la morale.

    Après l’idylle avortée c’est Margareth qui va nouer des liens avec Ruth Wilcox, elles partagent leurs emplettes de Noël, celle ci vante à Margareth la charmante demeure d’Howards End, une maison apportée en dote par Ruth Howard avant qu’elle soit devenue Wilcox, la maison de son enfance, où elle a grandi, et avec laquelle elle garde des liens très forts.

    forster

    Howards End 

    A la mort de Mme Wilcox peu de temps après, son mari découvre qu’elle a écrit un mot pour léguer la maison à ....Margareth Schlegel au grand dam de la famille. 

    Le testament est détruit sans coup férir. Mais le hasard veille et quelques mois plus tard Henry Wilcox tombe amoureux de Margareth Schlegel.
    Je m’arrête là, si vous n’avez pas vu le film inutile de vous priver des découvertes des péripéties qui suivent. 

    forster

    La Ferme des Forster qui a inspiré Howards End

    Il faut le talent de Forster pour nous transporter dans cette société étroite, hypocrite, à la limite de la caricature. Foin des préjugés on finit par s’attacher à ses personnages malgré tous leurs défauts.

    Forster frôle parfois le vaudeville mais bien vite sa patte critique et ironique revient. La façon dont la famille Wilcox se débarrasse du testament litigieux est très réjouissante.

    Il peut aussi parfois teinter son récit de poésie.

    9782358730860FS.gif

    Le livre :Howards End - E.M Forster - Traduit par Charles Mauron - Editions Le Bruit du temps

  • Au pays du Brexit

    london-163620_640-520x245.jpg

    Ah ces anglais qui ne font jamais rien comme les autres !

    Un petit tour au pays du brexit parce qu’on ne peut pas se passer de leur littérature

    brexit-3.jpg

  • Si je reste - Gayle Forman

    J’ai lu Si je reste de Gayle Forman 

    9782266198189FS.gif

     

     Voilà l’histoire :

    Mia est une jeune fille de 17 ans, elle joue du violoncelle, elle a un petit ami rock star, des parents excentriques et un  super petit frère. Elle à la vie devant elle. 

    Si-je-reste.jpg

    Quand tout s'arrête à cause d’un simple accident de voiture qui bouleverse sa vie. Après l’accident elle vit comme détachée d'elle même, elle flotte, elle contemple son corps, entend tout  ce qui se passe.

    Transportée à l'hôpital elle voit ses proches la supplier de rester, Adam va tout tenter pour qu’elle ne parte pas, elle revoit sa vie d'avant, elle imagine son avenir si elle sort du coma, si elle reste chez les vivants.

    si je reste .jpg

    L'actrice du film : Chloé Grace Moretz

    Mon avis : Un des rare livres qui m'a fait autant pleuré. Le choix que doit faire Mia rester ou partir pour toujours.

    Un livre magnifique très bien adapté au cinéma et je conseille fortement les 2, un livre selon moi à la portée des ados comme des adultes et en plus c’est en livre de poche !!