Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les grands classiques - Page 5

  • Le Palais de glace - Tarjei Vesaas

    Un livre de froid et de glace

    9782366241020FS.gif

    Le Palais de glace est le second roman de Tarjei Vesaas que je lis. Après les Oiseaux qui est mon préféré malgré tout. J’ai profité d’une nouvelle traduction chez Cambourakis.

    Deux petites filles d’une dizaine d’années deviennent amies. 

    Unn est nouvelle dans le village et à l’école, elle ne fait pas cause commune avec les autres enfants, mais Siss ne renonce pas à provoquer son amitié. Une rencontre change tout et fait naitre des sentiments très forts entre les fillettes.

    Unn décide de prendre un peu de distance après cette rencontre car elle est sous le coup de l’émotion et elle décide de faire l’école buissonnière et d’aller voir la rivière prise par le froid : le palais de glace.

    Le soir même Unn est introuvable. Siss est sollicitée comme la dernière à l’avoir vue.

     

    Un récit d’une grande force et en même temps d’une subtilité et d’une tendresse folles. La recherche d’Un, la souffrance de Siss, la force d’une promesse, l’impossibilité d’oublier, l’absence insupportable. C’est un récit magnifique qui livre ses secrets doucement au fil du récit.

    Un univers féérique et attachant.

     

    -hotte-pere-noel-tp_1030665101532567871f.jpg

     

    A mettre dans la hotte d’une passionnée de lecture nordique y compris une ado 

  • Les Âmes mortes - Nikolaï Gogol


    britschka.jpg

    En route en britchka

     

    Un grand classique de la littérature Russe que j’ai lu il y a très longtemps mais dont je gardais un souvenir mitigé. J’ai mis la main sur une édition de 2009 avec une traduction renouvelée et des illustrations de ...Marc Chagall, c’était l’occasion de repartir à la rencontre de Tchichikov le

    héros de Gogol. 

     

    9w_Chagall_fev106.jpg

    le héros vu par Chagall

    Dans tous les livres sur la littérature russe vous trouverez résumé et analyse de ce roman, les plus grands s’y sont collés et Nabokov en premier lieu grand admirateur de Gogol. Donc un résumé très succinct et quelques impressions pour vous donner envie de partir sur les traces de ces Âmes mortes.

     

    Pavel Ivanovitch Tchichikov écume la région dans sa britchka et se fait présenter à tous les notables du coin, du moins à tous ceux qui sont propriétaires d’âmes, le nom pudique donné aux moujiks que leur propriétaire peut à l’envi, vendre, louer, ou exploiter.

    Il veut racheter des âmes mortes, ces hommes et femmes qui sont morts dans le servage mais qui apparaissent encore dans les états du recensement ce qui obligent les propriétaires à payer des impôts dont ils se passeraient bien.

     

    chagallamepont.jpg

    un village de Gogol

     

    Le mécanisme par lequel Tchichikov pense s’enrichir avec ces achats est un peu mystérieux et il se heurte parfois au refus des propriétaires. Mais c’est un malin, c’est même pour le dire franchement Satan lui-même. C’est un maître de la flatterie, il connait les points faibles de tous ses interlocuteurs : l’argent, le jeu, le billard ou la boisson c’est au choix.

    C’est le diable certes mais un diable bien policé, bien masqué qui sait fort à propos perdre son interlocuteur dans un discours sur la loi, le devoir et l’intérêt.

     

    9w_Chagall_fev112.jpg

    les personnages loufoques

     

    On est loin ici du sérieux des romans de Tolstoï ou de l’écriture torturée de Dostoïevski. Les héros sont menteurs, voleurs, pratiquent l’arnaque à petite ou grande échelle.

    On nage dans le grotesque, au est au royaume de l’absurde; le comique est décapant, Gogol use à profusion de métaphores animalières, tous les types humains sont représentés, le couard, le colérique, l’envieux et leurs noms même en Russe provoquent l’hilarité ce que la traductrice à chercher à rendre avec une grande réussite. 

    Le tableau de la société provinciale russe est subversif et inoubliable. La satire est dure mais aussi loufoque ce qui adoucit un peu le trait.

     

     

    CRI_151189.jpg

                         Au dessus de Vitebsk - Marc Chagall

     

    Les illustrations de Marc Chagall sont parfaites et Anne Coldefy-Faucard nous dit que sans doute le peintre reconnu sous la ville de N...de Gogol le Vitebsk qu’il a connu.

     

     

    Voici la voix de Nabokov qui conteste le caractère russe du roman.

    « Il serait aussi vain de chercher dans les Âmes mortes un arrière plan russe authentique que d’essayer de se faire une idée du Danemark à partir de la mince affaire qui se déroula jadis dans les brumes d’Elseneur. »

     

    Mais s’incline devant la richesse du roman.

    « Les Âmes mortes offrent au lecteur attentif une collection d’âmes bouffies (..) décrites avec brio (..) et cette foison de détails singuliers qui élèvent l’oeuvre au niveau d’un fantastique poème épique » 

     

    9782749114637.jpg

     

    Les livres

    Les âmes mortes - Nicolaï Gogol - Illustré par Marc Chagall - Traduction de Anne Coldefy-Faucard -Editions du Cherche-midi 2009

    Littératures - Vladimir Nabokov - Editions Bouquins Robert Laffont

     

    L'auteur (source l'éditeur)

    220px-Портрет_Гоголя.jpgAprès des études médiocres, il s'établit à dix-neuf ans à Saint-Pétersbourg, où il trouve une place d'expéditionnaire dans un ministère. Instable, il abandonne bientôt son emploi et se met à écrire. Il se lie alors avec Pouchkine, qui sera pour lui un excellent conseiller. Un roman, Tarass Boulba, lui vaut une chaire d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg. 

    Gogol donne alors une série de nouvelles pétersbourgeoises qui mettent l'accent sur le divorce existant entre le rêve et la réalité. De 1841 date son chef-d'oeuvre, qui introduisit le thème de la pitié sociale dans la littérature russe, Le Manteau. En 1841, il rentre en Russie pour la publication de son roman Les âmes mortes dont la seconde partie ne fut pas publiée. 

    En 1848, il part pour Jérusalem afin de travailler, dit-il, à sa perfection spirituelle. Il en revient dans un état d'exaltation religieuse extraordinaire, et mène désormais une vie de prière et de jeûne. Épuisé, il meurt d'une fièvre typhoïde en 1852.

  • Les anciens une valeur sûre

    Les anciens une valeur sûre

     

    emilius.jpg

    Petit à petit j’essaie de remplacer mes vieux livres de poche par des livres brochés plus agréables à lire et plus durables.

    Donc je surveille les parutions et c’est comme ça que j’ai trouvé les oeuvres de Tacite dans la collection bouquin.

    Oui oui je sais que parmi vous certains et certaines se sont cassés les dents sur les versions de Tacite mais que voulez vous moi que n’ai jamais souffert sur les versions latines et  j’ai un faible pour ces textes !

    Il faut dire que sans être chauvine il est un peu de chez nous Tacite il est né en Gaule Narbonnaise et certainement à Vaison la Romaine

    C’est un historien sérieux, « Maître de la langue latine » rien à voir avec Suétone qui fait plutôt une histoire à la Closer si vous me passez l’expression. 

    Cette nouvelle parution regroupe les Histoires et les Annales plus quelques textes moins connus, une partie a été retraduit.

     

    9782221132999FS.gif

    Deuxième tentation à laquelle je n’ai pas su résister, depuis longtemps je voulais une version intégrale des Vies de hommes illustres de Plutarque, que voulez vous à force de lire Montaigne j’étais plus que tentée de m’y mettre.

    En faisant un tour sur les sites d’occasion je suis tombée sur une édition superbe, reliure cuir en coffret et une impression ancienne magnifique avec lettrines et gravures, le tout en excellent état et au même prix que la version Quarto tout molle.

    photo 2.JPG

    Et me voilà avec de la lecture pour longtemps

  • Que ma joie demeure - Jean Giono

    Enchanter le monde

    que ma joie demeure.jpg

                      Plateau du Contadour

     

    Après les épisodes biographiques il est temps de revenir à l’important.

    Revenir à un livre que l’on avait pas eu l'envie de lire jusqu'à aujourd'hui, mais là c'est le bon moment.

    Je me suis vraiment sentie en phase avec Bobi l’homme qui va tout changer sur le plateau de Grémone.

     

    Giono s’énervait énormément quand ses lecteurs bêtifiaient sur la Provence du soleil, lui voyait plutôt une terre dure, ingrate souvent où l’homme s’accroche désespérément dans une solitude parfois profonde. 

    Imaginez un plateau soumis aux éléments où Jourdan et Marthe s’échinent jour après jour sans espoir d’un avenir meilleur, ils s’usent dans une solitude totale, mais un jour Jourdan est pris d’une certitude : quelqu’un va venir.

     

    Vincent Van Gogh La nuit etoilee.jpg

                     Nuit étoilée  Vincent Van Gogh

     

    « C’était une nuit extraordinaire. Il y avait eu du vent, il avait cessé, et les étoiles avaient éclaté comme de l’herbe. Elles étaient en touffes avec des racines d’or, épanouies, enfoncées dans les ténèbres et qui soulevaient des mottes luisantes de nuit. »

     

    La nuit était trop belle « On y voyait comme en plein jour. Alors lui prit l'envie d'aller labourer une pièce de terre derrière la ferme, nullement de nécessité, d'envie seulement. » mais « il s'était dit que s'il doit venir ce sera par une nuit pareille. »

     

    Revest_du_Bion_002_modifi_1.jpg

     

    Et Bobi l’homme libre, le vagabond qui a soigné les lépreux arrive. 

    Il charme hommes et bêtes. Il vient pour apporter la joie, le partage, la solidarité. Un vent de folie se met à souffler sur le plateau. On peut repousser l’adversité, partager le bon et le moins bon, mettre en commun les ressources et les efforts.

    On peut même apporter un peu de beauté en semant des fleurs sur le plateau, en plantant des haies pour faire revenir les oiseaux et du coup on entendait « autour du plateau l’élargissement de la vie du monde »

    On pourrait même organiser un grand banquet pour fêter la nouvelle communion avec la nature.

     

     

    61082258.jpg

                           © edith Berger peintre du Trièves

     

    Et la vie change, se fait plus douce, plus joyeuse alors Jourdan dit à Bobi « Reste avec nous » et les femmes sensibles à ses paroles se font plus tendres, Zulma, Joséphine et Honorine, Hélène et Aurore et même Fabre celui qui lit des livres s’est laissé convaincre.

    Mais la joie n’est pas toujours paisible, elle peut aussi être « batailleuse et passionnée. »

     

    Je ne peux que vous invitez à lire ces pages superbes et à vous laissez prendre par la parole de Bobi jusqu’à ce que tout change quand « Le vent bleu monta de la mer. »

    Giono a des accents Virgiliens dans ce roman, Giono aimait l’oeuvre de Virgile et elle déteint sur ce roman.

    Il parvient à donner à son récit une belle ampleur, son conte prend des allures de tragédie antique. La dernière page du livre est tout à fait magique et l’on garde les mots en soi, sachant qu’on ne les oubliera pas.

     

    9782246123798FS.gif

     

    Le livre : Que ma joie demeure - Jean Giono - Editions Grasset Les cahiers rouges

  • Précoce Automne - Louis Bromfield

    Les Etats Unis d'autrefois 

     

    wharton.gif

     

    Bien entendu j’avais lu vers 14 ou 15 ans La Mousson dont je garde un souvenir très présent mais je n’avais rien lu d’autre de l’auteur alors j’ai profité des éditions Phébus qui ont réédité la plupart de ses romans et hop en avant pour la Nouvelle Angleterre

     

    Introduisons nous dans la bonne société de Durham, celle que vous avez déjà croisée chez Edith Wharton : Les mariage de convenance, les bonnes familles qui se retrouvent entre elles, on jase et on brode, on cache les membres encombrants des familles, on a du mal a accepter les nouveaux venus comme cet O’Hara un irlandais aux origines troubles et qui a osé s’emparer d’une propriété et troubler leur tranquillité.

    C’est sous le signe de l’hypocrisie, du puritanisme, de la respectabilité qu’Olivia a épousé Anson Pentland qu’elle n’aime pas et qui ne l’aime pas « C’était un homme qui manquait d’élan, de spontanéité, un être terne, veule et qui embrassait la cause de la morale parce que celle-ci faisait partie des traditions familiales et devait en conséquence être soutenue. »

    DSC02349.jpg

                   La propriété de l'auteur 

     

    Olivia donne une soirée pour fêter sa fille Sybil qui est de retour de pension, mais Sybil est un peu éclipsée par Sabine Callendar la cousine scandaleuse " qui semblait la reine du bal " qui était partie pour suivre l’homme qu’elle aimait. 

    John Pentland le vieux chef de famille est malade et compte sur Olivia pour tenir les rênes du domaine et de la famille bien conscient que son fils Anson n’est pas à la hauteur.

    Que serait une famille sans sa Tante Cassie ? La vieille fille dont on se demande si c’est la bêtise qui la rend méchante ou la méchanceté qui la rend bête. Pérorant, avec en permanence un conseil à la bouche jouant " le rôle de messager, allant de maison en maison, faisant halte dans toutes les vérandas pour recueillir ou colporter les dernières nouvelles."

     

    ateliers1900-2-e1373904581950.jpg

     

    Mais les voies du coeur sont impénétrables et tout va brusquement se mettre en mouvement quand Sybil va faire la connaissance d’un jeune homme et Olivia refuser d’être à jamais étouffée par la famille. Va t-elle parvenir à se révolter face au poids du devoir ? 

     

    Même si le résumé peut faire penser à une banale histoire romanesque, il n’en ait rien, aucun romantisme ici mais de la noirceur, du pessimisme, et des portraits sans aucune concession. Il ne suffit pas de vouloir faire sauter le carcan pour y parvenir. Aucune chance d’être heureuse pour une femme, le corset des traditions les enferme plus sûrement que les barreaux d’une prison. Et quand comme Sabine vous osez envoyer valser la morale, cela se termine par un divorce ! 

    Louis Bromfield est un observateur fin et incisif, c’est un observateur redoutable que j’ai pris vraiment grand plaisir à lire et je pense poursuivre ma lecture d’un ou deux autres de ses romans. 

     

    Un autre avis ? c’est chez Lilly 

     

     

    9782752906625FS.gif

     

    Le livre : Précoce automne - Louis Bromfield - Traduit par L Baillon de Wailly - Edition Phébus libretto

     

     

     

  • Ombres sur la prairie - Karen Blixen

     Retrouvailles avec Karen Blixen

    424093_zhiraf_slon_zakat_afrika_1680x1050_(www.GdeFon.ru).jpg

    Si vous n’avez pas lu La Ferme africaine vous avez certainement vu le film ! Rarement l’adaptation d’un livre fut aussi réussie au point de ne pouvoir à nouveau lire Karen Blixen sans avoir le visage de Meryl Streep en filigrane.

    Je vous parlerai un jour ou l’autre de sa correspondance mais aujourd’hui j’avais envie de retrouvailles avec un livre court moins connu que la Ferme Africaine. 

     

    Quatre petits récits placé dès les premières lignes sous la protection de Farah « le gardien de mon univers africain » dit Karen Blixen.

    Ces Ombres sur la prairie complètent très heureusement la magnifique Ferme Africaine et éclairent certains aspects de la vie de Karen Blixen qu’elle a passé sous silence dans son roman.

    Elles revient sur les tribus qui peuplaient alors le Kenya, leurs pratiques ancestrales, sur ses lectures pour comprendre la loi musulmane et la confiance que lui font les africains qui l’entourent.

    16-Out-of-Africa-b.jpg

    Elle revient longuement sur Farah à qui elle est attachée de façon très forte et dont elle dit qu’il est « Le plus authentique gentleman que j’aie connu. » qui dirigeait la maison et conduisait la vieille Ford « comme si elle eût été la Rolls Royce des Rothschild » elle donne des nouvelles de Juma ou de Kamante  « le grand solitaire » et sa fameuse « sauce Cumberland » et prouve ainsi que son attachement ne s’est pas interrompu avec son retour au Danemark.

    Elle revient sur certains épisodes évoqués dans la Ferme Africaine, chasse aux lions, chasse aux éléphants. Et vous verrez le rôle que peut jouer une « lettre du roi ».

    blixen.jpg

    Karen Blixen revient sur les soins qu’elle dispensât tout au long de son séjour « je finis par savoir réduire la fracture d’un bras ou d’une cheville » ou ses tentatives vaines pour soigner les morsures de serpent.

    Les récits ne sont pas exempts de parfum colonialiste mais rien qui n’entache la sincérité de Karen Blixen dans l’attachement qu’elle avait pour tous les africains qui ont gravité autour d’elle, qui ont travaillé sur la ferme et l’on sent un grand dévouement de part et d’autre.

    Elle revient sur les derniers temps passés en Afrique, le retour au Danemark, les lettres échangées pendant des années avec les uns et les autres mais inexorablement l’Afrique s’éloigne « La Croix du sud était restée suspendue au ciel pendant quelque temps, telle une trace lumineuse de ce monde englouti » et finit par disparaître.

     

    Un petit livre que j'ai eu beaucoup de plaisir à relire.

     

    photo.JPG

     

    Le livre : Ombres sur la praire - Karen Blixen - Editions Gallimard 1961 ou folio ou Quarto