Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bribes et brindilles - Page 2

  • Carnet de lecture


    gide.jpg

    « J’achève à l’instant Guerre et Paix. Commencé le premier jour de voyage ; terminé le dernier. Jamais je crois, je n’ai tant vécu dans le livre. »

     

    «  Les Mémoires de Retz. Voilà longtemps que je n’avais goûté pareille joie. Etrange style, qui semble tout en substantifs et en verbes, et qui marche sur les talons. »

     

    « Matinée au Louvre ; matinée délicieuse. J’avais un petit Montaigne avec moi, mais n’en lisais que par instants, en marchant et juste ce qu’il faut pour entretenir l’exaltation joyeuse de ma pensée. »

     

    «  Je retrouve chaque été les volumes de Jean Henri Fabre que je laisse à regret chaque automne. J’étais « naturaliste » avant d’être littérateur et les aventures naturelles m’ont toujours plus instruit que celles des romans » 

    carnet.jpg

     

    «  J’avance dans Robinson Crusoé, pas à pas, avec l’admiration la plus vive. »

     

    « Ce soir j’achève ma relecture des Possédés. Accablante admiration. »

     

    «  Le Rouge et le Noir m’a paru magistral. Chaque phrase est tendue comme une corde d’arc ; mais la flèche vole toujours dans le même sens, et vers un but toujours visible - ce qui permet d’autant mieux de voir qu’elle l’atteint. »

    cuverville1.jpg

    Maison de Gide à Cuverville

     

    Le livre : Journal une anthologie 1889-1949 - André Gide - Gallimard Folio

  • Vive le vélocipède

    Numériser.jpeg

    « Monte Oliveto, avec ses jardins, ses vergers et ses vignobles est comme une oasis au milieu de cette désolation. Sur les collines en terrasses, les oliviers et la vigne poussent jusqu'à l'extrême bord du ravin. »

     

    val-di-chiama-campagna.jpg

    « Notre itinéraire nous faisait traverser le splendide Val di Chiana qui n'était plus pestilentiel comme à l'époque de Dante, mais frais et ravissant, baignant par endroits dans le doux parfum des clématites. Il n'y avait ni barrières, ni haies, et le vallon s'étendait entre les montagnes, tel un seul parc, vaste et délicieux. »

     

    Le livre : L'Italie à Vélocipède - Joseph et Elizabeth Pennell - Traduit par Matthieu Mas - Editions La Fosse aux ours

  • Bribes homériques

    ulysse.jpg

    « Par un soir de janvier, il y a quelques années, juste avant le début du semestre de printemps au cours duquel je devais enseigner un séminaire de licence I sur l'Odyssée, mon père, chercheur scientifique à la retraite, alors âgé de quatre-vingt-un ans, m'a demandé, pour des raisons que je pensais comprendre à l'époque, s'il pourrait assister à mon cours, et j'ai dit oui »

     

    Le livre : Une Odyssée Un père un fils une épopée - Daniel Mendelsohn -traduit par Clotilde Meyer et Isabelle Taudière - Editions Flammarion

  • Ruralité

    fontaine.jpg

    Fontaine de Provence

    Quatre maisons fleuries d'orchis jusque sous les tuiles émergent de blés drus et hauts.
    C'est entre les collines, là où la chair de la terre se plie en bourrelets gras.
    Le sainfoin fleuri saigne dessous les oliviers. Les navettes dansent autour des bouleaux gluants de sève douce.
    Le surplus d'une fontaine chante en deux sources. Elles tombent du roc et le vent les éparpille. Elles pantèlent sous l'herbe, puis s'unissent et coulent ensemble sur un lit de jonc. Le vent bourdonne dans les platanes. 

    Ce sont les Bastides Blanches.

    corrèze.jpg

    Paysage de Haute-Corrèze

     

    Ici, c’est le pays des sources inatteignables, des ruisseaux et des rivières aux allures de mues sinuant entre le clair et l’obscur. Un pays d’argent à trois rochers de gueules, au chef d’azur à trois étoiles d’or.

    Ici, c’est le Plateau.

      

    Les livres

    Colline - Jean Giono - Editions Gallimard 1956
    Plateau - Franck Bouysse - Editions Manufacture de livre

  • Un coin isolé et sauvage

    milk river.jpg

    « Nous allions tous vers la réserve naturelle nationale Charles M. Russell. Cet endroit, ainsi que les terres qui s’étendent au nord jusqu’à la Milk River, tient une place particulière dans mon cœur. C’est un coin isolé et sauvage, typique des plaines d’Amérique du Nord, mais serti de montagnes dans toutes les directions. Ces contrées abondent de vie animale et les gens du cru semblent manifester plus de respect et d’attachement à leurs terres que les habitants des autres régions. Le climat froid s’installe plus tôt qu’ailleurs. En septembre, le gibier d’eau se masse sur les étangs, les passereaux se rassemblent par milliers dans les ravines boisées, et les faucons et les buses fondent depuis les versants des montagnes avoisinantes pour s’en nourrir. Aux côtés des oiseaux migrateurs évoluent les espèces endémiques : le tétras des armoises, le tétras à queue fine, la pie et la perdrix. Les journées sont chaudes et ventées, les nuits peuvent être parfois givrées, les cerisiers de Virginie se colorent d’un rouge sang. »

    réserve.jpg

    Le livre : Rites d’automne - Dan O’Brien - Editions Albin Michel

  • Un été pas comme les autres

     

    été.jpg

    « Sous un soleil blanc et fixe, les hommes, chemise ouverte et gouttes de sueur sur la peau, achèvent de creuser leurs tranchées. Par-dessus le grondement des batteries éloignées, nous distinguons, assourdies encore et ouatées, les détonations de batteries plus proches. Je perçois, en tendant l'oreille, des sifflements légers, qui se brisent en une explosion miaulante : ce sont des shrapnells qui éclatent, lentement dissipés dans l'air calme. »

    la troupe.jpg

    « Nous marchons, chassés en avant par une poussée inouïe dont j'éprouve seulement alors la sensation nette. Nous sommes courageux et nous voulons bien faire ; mais où sont nos canons qui feraient taire ceux-là ? Nous sommes bousculés, nous cédons. Et tout doucement une impression naît en moi, s'affirmant jusqu'à m'accabler : je nous sens petits en face de cette force. »

    poilus.jpg

    « Et la pluie tombe, lourde, serrée, plaquant les capotes sur les dos, ruisselant en fontaine au bord des visières des képis. Le vent a cessé de mugir. Il souffle plus lent, comme apaisé, mais glacé, traître. Je sens l'approche du jour. C'est en moi un appel ardent vers la lumière. Je revois le champ de bataille de Sommaisne, baigné de soleil, net de lignes et riche de couleurs. Cette nuit, on se tire dessus en aveugles, on s'égorge à tâtons. Je ne voudrais pas mourir dans cette boue glacée, dans ces flaques d'eau qu'on ne voit pas… »

     

    Le livre : Ceux de 14 - Maurice Genevoix - Editions Flammarion