Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pansement Schubert - Claire Oppert

soignants.jpg

J’ai longtemps exercé un métier de soignante, au fil des années je me suis forgée quelques certitudes : la douleur du corps peut et doit être prise en compte, nous revenons de loin sur ce point mais aujourd’hui enfin la douleur et l’aide que l’on peut apporter sont devenues des priorités. 
Le titre de ce livre et plus encore son contenu ont immédiatement trouvé un écho en moi. 

échelle.jpg

Claire Oppert est violoncelliste, comme tous les bons musiciens elle se produit en concert, elle enseigne son art, mais elle n’est pas une musicienne comme les autres. Elle joue pour des publics particuliers. 

autiste.jpg

Elle joue dans un centre qui reçoit de jeunes autistes, elle joue dans un cantou pour patients souffrant de maladie d’Alzheimer, enfin elle joue auprès de patients en fin de vie dans un service de soins palliatifs. 

cantou.jpg

Elle propose aux patients une sorte de stimulation sensorielle par la musique parce qu’un jour elle a pu avec une équipe de soignants, mesurer l’effet de la musique sur les personnes, sur leur douleur.

Ce furent des rencontres uniques, la voix du violoncelle apportant du réconfort, diminuant l’angoisse devant un soin ou une situation, apaisant même parfois la douleur.

violoncelle.jpg

Cette expérience est devenue une étude clinique médicale nommée « Pansement Schubert » à la suite d’une diminution radicale de la douleur chez une patiente démente lors d’un pansement difficile, à l’écoute du thème du mouvement lent du 2ème trio de Schubert, joué au violoncelle devant la patiente par Claire Oppert.

Une sorte de médicament musical. 

Cette expérience très limitée a été élargie : observer l’effet de la musique lors de soins tels que la toilette, les pansements d’escarres particulièrement pénibles, la pose de voie veineuse parfois transformée en parcours du combattant.

Grâce à des fiches d’observation mis à disposition des soignants les effets furent mesurés, collationnés, parfois de façon objective : rythme respiratoire, tension artérielle, pouls, mimiques. Parfois de façon plus subjective, de l’ordre du ressenti : anxiété, ressenti émotionnel du patient ou du soignant.

oppert.jpg

Lorsqu’elle écrit ce livre, Claire Oppert a participé à 106 « Pansements Schubert » et le bénéfice est là, manifeste, pour les patients, les soignants et même l’entourage.
L’effet est apaisant, stimulant parfois mais il y a toujours un impact qui augmente le bien être.

claire.jpg

Au fil du temps d’autres musiques ont été invitées : Bach, Mozart, Beethoven, Tchaïkovsky, Rachmaninov, des airs d’opéra, des chansons bretonnes et andalouses, de la musique juive, arabe, africaine, du jazz, ou du rap. 

palliatif.jpg

Je vous préviens les témoignages sont rudes, profonds, vrais.

Il y a pour certains patients une émergence des souvenirs d’enfance chez des personnes dont la mémoire est aux abonnés absents depuis des années. 

Je vous défie de ne pas être bouleversé par les histoires des personnes, par la plume de Claire Oppert qui mêle son expérience à ses souvenirs de musicienne.

A titre personnel j’aime énormément le violoncelle, on dit souvent que c’est l’instrument le plus proche de la voix humaine, un instrument au timbre chaud, déchirant parfois.

IMG-0153.jpg

Le livre : Le pansement Schubert - Claire Oppert - Editions Denoël 2020

Commentaires

  • Bien évidemment je dois le lire!!! Je ne suis absolument pas étonnée du pouvoir apaisant de la musique!!!

  • on le ressent pour soi ce bien être, si mon moral est bas un concerto de violon, du bach et l'on sen sent apaisé

  • J'ai lu un article sur elle et c'est une démarche qui me parle beaucoup évidemment. Quand à la prise en compte de la douleur, on revient de loin comme tu dis et si j'en crois mon expérience personnelle, un nombre non négligeable sont encore perdus en route ..

  • j'ai une longue carrière de soignante, il y a eu certes de gros progrès mais on est encore prisonnier du genre de réflexion : je ne vous donne pas plus de calmants car vous allez vous y habituer !!! tout le monde sait que ce n'est pas ça du tout, il faut du temps et pas mal de dose pour qu'il y ai vraiment accoutumance et en attendant le patient souffre
    j'ai eu la chance lors de trois grosses interventions d'être très bien prise en charge pour la douleur mais il reste du chemin à faire

  • C'est une très belle initiative, car c'est connue la musique adoucit tout, pendant qu'on l'écoute on oublie le reste désagréable...
    Bonne journée

  • oui et de plus c'est une thérapie renouvelable sans risque elle est même utile aussi aux soignants et à l'entourage

  • Pendant les 7 années où nous avons accompagné mon père
    atteint de sénescence, toute la famille s'est relayée pour
    chanter avec lui, puis ensuite devant lui, les refrains qui avaient bercé
    sa jeunesse...et la nôtre : de doux et presque joyeux souvenirs
    qui ont embelli ces moments de tristesse inexorable !

    La musique, éternelle amie des humains...
    et lorsqu'elle s'exprime à travers le violoncelle,
    j'imagine le réconfort apporté aux souffrants !

  • comme je te comprends, le chant doit être une belle façon d'aider car il a en plus une connotation très personnelle qui augmente sans doute encore le bien être

  • J'aime beaucoup la "voix" du violoncelle et je peux imaginer à quel point ces vibrations de cordes font du bien aux personnes en souffrance. J'ignorais cette pratique et que l'émouvant Schubert était aussi le nom d'un soignant !

  • Schubert ignorais qu'un jour on baptiserait ainsi la musique apportée au cours d'un soin, je trouve cette dénomination particulièrement bien choisie pour la première patiente à en bénéficier

  • J'ai vu l'auteure à la télévision, mais je ne suis pas sûre d'avoir envie de lire le livre, trop éprouvant pour moi

  • contrairement à ce que l'on peut penser on est ému certes mais pas du tout plombé moralement je crois qu'il y a même de quoi se réjouir
    j'ai longtemps par mon travail accompagné des personnes en fin de vie, tout le monde me plaignait de faire un tel travail ! en fait il y a une dose de satisfaction à apporter un réconfort, une diminution de la douleur et cela compense largement les difficultés rencontrées

  • Déjà les vidéos donnent une bonne idée de la profondeur que peut atteindre le violoncelle dans les êtres. Cet instrument nous atteint, me fait tellement vibrer.
    Alors les souffrants....oui. Merci!

  • il y a en effet une voix particulière avec le violoncelle qui touche au coeur directement

  • J'aime beaucoup le violoncelle aussi, il doit atteindre des profondeurs insoupçonnées chez celui ou celle qui en joue et celles et ceux qui l'écoutent...

  • ici il remplit un rôle bien particulier et je trouve ça particulièrement noble et réjouissant

  • J'ai entendu une émission où Claire Oppert présentait sa démarche. Cette porte ouverte sur l'apaisement de la douleur était passionnante. La voix presque humaine du violoncelle jouée par Claire Oppert, un cadeau. Merci Dominique,

  • un cadeau à faire aussi à ses proches quand ils vont mal, on peut leur offrir de la musique même sans une violoncelliste à disposition, ou comme le suggère Fiorenza en chantant pour eux

  • C'est certain que l'approche de la douleur a évolué, comme celle du patient qui n'est plus seulement un corps. Je ne connaissais pas cette violoncelliste, quelle expérience fabuleuse. Je ne suis pas étonnée des effets de la musique qui touche autant notre corps que notre esprit comme une mémoire sensorielle. Le violoncelle, c'est tellement beau.

  • Une très belle expérience qui vient s'ajouter à d'autres soins que l'on peut prodiguer et qui ne sont pas des traitements lourds mais une aide évidente

  • Vous me l'avez signalé et je l'ai demandé en suggestion d'achat à la médiathèque. J'attends impatiemment de le recevoir.

  • Par avance bonne lecture car je sais qu'il va vous plaire

  • C'est un billet très émouvant, je suis en larmessssssss.....
    Cette femme est une lumière, quelle profondeur dans sa vision, quelle limpidité dans son élocution, quelle générosité d'aller ainsi vers des êtres démunis et en souffrance. Merci infiniment Dominique, je sais à qui je vais offrir ce livre. Douce journée à toi. brigitte

  • un livre à offrir effectivement pour ceux qui sont des accompagnants et qui peuvent trouver ici un réconfort et une idée d'aide face à la douleur des leurs

  • j'adore ce billet et aussi tous les commentaires , bien sûr que la musique peut faire du bien, et cette famille qui a chanté les chansons au grand-père , je trouve cela superbe . J'ai encore une fois très envie de lire ce livre que tu me fais découvrir.

  • je te souhaite une bonne lecture, je pense que tu seras aussi enthousiaste que moi

  • J'ai eu l'occasion de voir (il y a un certain temps) un reportage qui lui était consacré, passionnant et très émouvant, d'autant plus que comme toi, j'aime beaucoup le violoncelle. Sur la même thématique, j'avais vu une émission sur une femme qui "masse" les prématurés, notamment dans l'eau (de mémoire cela remonte un peu...) et qui leur apporte du bien-être et du soulagement par le toucher. Ah mince, j'avais noté son nom quelque part, et je ne le retrouve pas...

  • des interventions "douces" pour la naissance sont aussi très intéressantes
    une musicienne d'exception en effet

Écrire un commentaire

Optionnel