Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Essai - Page 4

  • Zéro + Zéro =

    blog-teteàtoto.png

     

    Deux livres qui mettent le zéro en vedette c’est tout à fait d’actualité en cette rentrée scolaire où l’on parle de la suppression des notes 

     

    C’est la mode de vouloir nous convertir à des comportements meilleurs, plus écolos,  à petite dose je suis assez partante même si je me connais et que je sais bien que mes bonnes résolutions s’effritent vite mais bon il en reste tout de même quelque chose.

     

    gateaux-regime-sans-sucre-150x150.jpg

     

    Commençons par la bouffe et le zéro sucre, nous mangeons trop de sucre, les sucres des pâtisseries, des pâtes, du pain et ceux cachés dans les plats préparés. 

    Nous courrons à notre perte, diabète, maladies cardio-vasculaires et autres joyeusetés alors alors ...

     

    je vous avertis les préconisations sont dures dures, plus de sucre, pas même d’édulcorants, oubliez le croissant, la glace dans l’après-midi (que je savourais en lisant le livre histoire de ne pas me laisser manipuler) exit le ketchup, les sodas ça vous aviez compris ...Vous aurez droit aux fruits mais pas au jus de fruit par exemple.

    A ce prix là vous allez vous sentir mieux, les quinze premiers jours sont les plus durs après  il parait que l’on retrouve la forme, c’est l’auteur qui le dit !

    Le livre est agrémenté de recettes pour remplacer le sucre dans bien des cas et pour ne pas perdre tout à fait le moral. 

    Danièle Gerkens a tenu un an et elle nous raconte son expérience, les excès de ce régime et les moments où elle a craqué (et oui quand même..) rêvant de confiture de petites choses sucrées à grignoter. 

    Combien de temps tiendrai-je ? on verra même si mon passé professionnel me pousse à croire que l’auteur à raison.

     

    4421683_3_ff54_decharge-pres-de-san-francisco-le-taux-de_15cfd16b4114a958806c433737a4cbf4.jpg

     

    Voilà vous avez déjà allégé votre panier de courses alors je vous propose maintenant d’alléger vos poubelles.

    Je me sens nettement plus en phase avec ce livre là, d’abord pas de régime restrictif et puis je dois dire que je suis effarée par les déchets qui s’accumulent lorsque la voirie n’est pas au rendez-vous ! impressionnant ! 

     

    Bea Johnson l’auteur a décidé de respecter l’environnement et de suivre la devise « refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter »

    Ses préconisations sont rudes là aussi mais certaines sont faciles à suivre, exit les sacs en tous genres et vive les paniers pour le marché, ras le bol des pubs encombrant les boites aux lettres, marre des emballages pour tenir 4 yaourts ensemble. Vive les cosmétiques et produits d’entretien maison.

    Je ne suivrai sûrement pas toutes ses recommandations mais je vais commencer doucement en me commandant un composteur de petite taille.

    Je note qu’en France la vente au détail sans emballage n’est pas vraiment développée mais cela vient : Carrefour y vient c’est tout dire.

    Le livre est bourré d’astuces et certaines sont très facilement applicables.

     

    Bocaux-Béa-Johnson.jpg

    Bon il me reste à fabriquer un tas de sacs en tissu pour tout emballer, les bocaux en verre qu’elle préconise sont déjà en service chez moi et ma réserve de vinaigre blanc et de bicarbonate est faite.

     

    Deux résolutions de rentrée, qu’en dites-vous ?

     

     Les livres

    Zéro sucre - Danièle Gerkens - Editions Les Arènes

    Zéro déchet - Bea Johnson - Editions J’ai lu

  • Tolstoï ou Dostoïevski - George Steiner

    Entre les deux mon coeur balance

     

    « Demandez à un homme si il préfère Tolstoï ou Dostoievski et vous connaitrez le secret de son coeur »

     

    T ou D.jpg

    J’ai commencé très tôt (trop tôt ?) à lire les écrivains russes, vers douze ans j’ai mis la main sur Anna Karénine et mon coeur s’est arrêté de battre. 

    Et puis plus tard j’ai lu Dostoïevski et les livres se sont enchainés. 

    Aujourd’hui je suis totalement incapable de trancher entrer ces deux monstres de la littérature mondiale, je les aime, peut être pour de mauvaises raisons mais qu’importe je ne pourrais pas supprimer leurs livres de ma bibliothèque ni savoir que je ne les relirai jamais.

    Mais vrai bien sûr qu’ils sont aux antipodes l’un de l’autre ces deux géants.

    Dominique Fernandez a tranché, lui c’est Tolstoï, et bien que George Steiner affirme « Chaque lecteur choisi l’un plutôt que l’autre » je n’ai jamais vraiment tranché.

     

    t ou d.jpg

    Aussi tout naturellement ce livre m’a passionné car nous dit l’auteur il y a

     

    « Trois très grands moments dans la littérature : le moment grec avec Homère, le moment Shakespearien et le moment russe ».

     

    George Steiner fait donc ainsi l’analyse des romans des deux auteurs majeurs de la littérature russe. Il ne fait pas l’impasse sur les faiblesses de ces deux monstres de la littérature.

    Surtout il replace leurs oeuvres dans l’histoire du roman, ainsi il nous fait voyager de Mme de La Fayette à Balzac, de la critique autour de Madame Bovary ou des romans de Stendhal. Des correspondances entres les géants du roman. 

    Pour Steiner c’est certain les russes sont les meilleurs 

     

    « Qu’il me soit donc permis d’affirmer mon inébranlable conviction que Tolstoï et Dostoïevski sont les plus grands des romanciers. Ils excellent dans l’ampleur de la vision et dans la forme d’exécution » 

     

    C’est passionnant de bout en bout, les comparaisons avec les autres grands du roman au XIX ème siècle, les particularités de chacun des romanciers, une analyse longue et complète du début d’Anna Karénine et une belle étude de l’Idiot, de celles qui vous donne immédiatement l’envie de rouvrir ces livres là.

    Il les renvoie dos à dos : Tolstoï qu’il apparente à Homère et Dostoïevski qui trouve sa parenté chez les grands auteurs du théâtre tragique. Il voit en eux deux conceptions de la religion, l’un étant fasciné par le mal, l’autre persuadé que l’on peut réformer l’homme.

     

    Une façon passionnante de comprendre le roman russe et de s’y replonger avec délectation

     

    41HC4ES31SL._SL160_.jpg

     

    Le Livre : Tolstoï ou Dostoïevski - George Steiner - Editions 10/18

  • Trilogie à partir de Corpus Christi - Gérard Mordillat et Jérôme Prieur

     Christ, catacombes, Rome, 4e s..jpg

     

    Après la lecture du Royaume d’E Carrère j’ai visionné la série Corpus Christi, passionnante même si l’ensemble est un peu long et austère.

    Mais j’ai du mal à mémoriser un documentaire j’ai besoin d’un support écrit pour bien comprendre aussi je me suis lancée dans la lecture de la série papier des auteurs Jérôme Prieur et Gérard Mordillat.

     

    Les trois livres recoupent la série TV et balayent les premiers temps  du Christianisme, le moment où il se détache du Judaïsme puis le temps de sa propagation. Il décrit les principaux personnages de Jésus à Paul, les différentes recensions de la cruxifiction ou de la résurrection. Puis la christianisation de l’Empire Romain.

    empire-romain-1er-siecle.jpg

    Empire romain au Ier siècle

     

    Leurs écrits sont fondés sur les interviews qu’ils ont fait pour la série télé, la riche bibliographie de leurs interlocuteurs,  les recoupements, les analyses, les comparaisons entre les différents point de vue des ces érudits et aboutissent à ces trois livres.

    On n’entend pas la voix des historiens ou théologues dans les livres, les deux journaliste ont fait une compilation adroite, les nuances sont certainement moins bien rendues que dans les films mais la trame est beaucoup plus facile à suivre (du moins à mon goût), on finit ainsi par entrevoir un brin de vérité possible. Miette après miette le portrait des protagonistes se dessine, le tableau de la société du moment se fait jour. 

     

    st jérome.jpg

    Georges de la Tour Saint Jérôme lisant

    Les livres ont un défaut c’est que l’on n’y sent moins voire pas du tout par moment les différentes opinions, les tâtonnements qui conduisent à tel ou tel point de vue et il semble (je n’ai pas encore lu le dernier volume ) qu’ils transforment un peu la fin en un pamphlet, irrités qu’ils ont été par le décalage entre le message et la réalité de l’Eglise. 

    Les deux premiers volumes permettent déjà de dire que le travail est tout à fait intéressant et vient largement enrichir la lecture d’E Carrère qui manifestement s'en ait largement inspiré,  c’est ce que j’en attendais.

    Le reproche fait ici ou là sur le fait qu’ils ne sont pas spécialistes ne m’a pas paru pertinent car ils ne se drapent jamais dans la toge protectrice de l’érudit mais plutôt dans celle plus simple de l’honnête homme 

    Les deux journalistes sont semble t-il des incroyants et leur entreprise qu’elle soit littéraire ou documentaire fut assez audacieuse.

    J’ai lu sur internet des commentaires proches de l’insulte comme d’habitude dès que l’on parle de religion.

     

    Annex - Ustinov, Peter (Quo Vadis)_01.jpg

    Quo Vadis de Mervyn Leroy

     

     

    Je suis tout à fait heureuse d’avoir trouver ces trois livres d’occasion, ils vont aller rejoindre mon rayon biblique. 

     

    photo 1.JPG

     

    Les livres :  Jésus sans Jésus - Jésus après Jésus - Jésus contre Jésus - Jérôme Prieur et Gérard Mordillat - Editions Points Seuil

  • Poésie du gérondif - Jean-Pierre Minaudier


    grammaire.jpg

     

    Histoire de fêter un peu la rentrée scolaire, si on parlait un peu de grammaire

    Enfin pas de n’importe quelle grammaire, non plutôt des 1163 livres de grammaire que possède l’auteur !! Quand je pense que je n’ai même pas une grammaire française sur mes étagères ....

     

    Jean-Pierre Minaudier l’avoue il faut être un peu fou pour faire collection de livres de grammaire, mais que voulez-vous ça le tient depuis l’adolescence. Il est fasciné par les langues, toutes les langues ! même celles qui ne sont parlées que par quelques individus perdus au fin fond d’un désert Australien. Sa collection couvre 864 langues.

    D’ailleurs il affirme « La lecture d’une grammaire peut constituer un véritable roman policier » comme je suis amateur de polar j’ai décidé de le suivre.

     

    polar.jpg

    Un érudit cet homme bien sûr mais ne croyez pas qu’il parle 35 langues, non non il se contente (à part les langues usuelles anglais, espagnol) du basque et...de l’estonien. Un doux dingue je vous dis !

    Mais le lecteur se laisse totalement embarqué dans sa folie, son humour est ravageur, je vous déconseille de lire son livre dans le métro ou le train vous allez attirer sur vous des regards interrogatifs.

    Il y a son parcours du combattants pour acheter, parfois à prix d’or, LA grammaire qu’il guigne, il y a son affirmation « Une grammaire est une espèce de grand sudoku : par déductions successives, il faut rassembler les pièces d’un puzzle logique », il y a cette langue qui aligne pas moins de 117 consonnes, la prononciation je vous dis pas, on peut aller se rhabiller avec notre anticonstitutionnellement.

    Il y a cette langue sibérienne qui est différente selon qu’elle est parlée par un homme ou une femme, il y a le coréen qui n’a pas moins de six façons pour saluer une personne. 

    Il y a ces langues fabuleuses comme le japonais qui sont des langues détenant des mots impressifs, quésaco ? ce sont ces mots imagés un peu comme nos onomatopées, par exemple truytte en japonais évoque le bruit d'un baiser, ou le mot pika un éclair de lumière. 

    Quand vous pensez que les étrangers se plaignent que le genre en français est difficile à mémoriser alors que certaines langues africaines n’ont pas moins de 20 genres

    L’amusement de l’auteur est communicatif :

    chaussettes.jpg

    « Voici comment on dit “J’ai vu un animal de ce type”  en kalam, une langue papoue de Nouvelle-Guinée orientale : Knm nb nnnk. Toute personne capable de prononcer cette phrase gagnera une chaussette d’archiduchesse séchée sur une souche sèche. »

     

    Et l’on se prend à prévoir un détour par le rayon grammaire de la bibliothèque.

     

    Mais soyons un peu sérieux, Jean-Pierre Minaudier explique très bien en quoi les langues orientent notre vision du monde, reflètent un système de pensée, à la fois richesse extraordinaire mais parfois aussi carcan.

    L’auteur s’est amusé à nous offrir à chaque page une phrase dans une langue telle que le Dimal, le Harari, le Lakota ou le Pipil, et vous serez certainement content d’apprendre comment on dit « j’ai sorti les ordures de la maison » en Hoan ou « viens par ici » en nez-percé ou mieux Tuktusiuqatiqarumalauqpuq qui veut dire « Il désira avoir un compagnon de chasse au caribou » en inuktiktut comme vous l’avez sûrement deviné.

     

    Heureux propriétaire d’une bibliothèque hors normes, Jean-Pierre Minaudier m’a amusé, enchanté, intéressé. J’ai aimé cet ode à la diversité, cette confession loufoque qui fait éclater le carcan universitaire. Bref j’ai aimé cette invitation au voyage au pays de la grammaire.

     

     

    9782370550163FS.gif

     

     

    Le livre : Poésie du gérondif - Jean-Pierre Minaudier - Editions Le Tripode

     

  • Géographie de l'instant - Sylvain Tesson

     

    geographie.jpg

     

     

    Jusqu’ici mes lectures de Sylvain Tesson ne s’étaient pas révélées très convaincantes, agacée par le ton de son récit d’ermite russe, pourtant j’ai lu avec intérêt cette Géographie de l’instant.

    J’ai aimé car cette lecture correspondait à mon rythme de lecture un peu haché, ce recueil de chroniques se prêtait bien à une lecture en zigzag. 

    Comme souvent dans ce genre de livres tout n’est pas du même niveau, j’ai aimé les petits récits des antipodes, certains sont beaux, d’autres drôles ou désolants selon la destination ou la période. 

     

    J’ai picoré allègrement des titres de livres qui me font de l’oeil et question lecture Sylvain Tesson n’est pas en reste.

    Par contre j’ai nettement moins été subjuguée par ses jugements un peu à l’emporte pièce, je n’arrive pas à comprendre ce qui donne autant d’assurance à un auteur sur des sujets qui ne sont en rien de son ressort propre. Comprenez moi, tout le monde à droit à un avis mais le publier sous couvert de l’écrivain voyageur je trouve ça prétentieux et inutile. 

    Un petit livre plutôt sympathique donc truffé de citations,  ça j’aime  et de destinations qui font rêver.

     

    9782266241342FS.gif

      

    Le livre : Géographie de l’instant - Sylvain Tesson - Editions Pocket

  • L'âne et l'abeille - Gilles Lapouge

    anebis.jpg

    « Jésus décida de récompenser l'âne de Bethléem. il donna à tous les descendants de cet âne le pouvoir de rire.»

     

    Voilà un homme qui aime les chauve-souris et les colibris mais qui fait carrément une fixation sur les ânes et les abeilles. 

    Son choix est poétique, c’est la faute non pas à Voltaire mais à Francis Jammes et au divin Platon.

    Tombé dans le poème de Francis Jammes quand il était jeune, mais si vous savez...

     

    J’aime l’âne si doux
    marchant le long des houx.
     
    Il prend garde aux abeilles
    et bouge ses oreilles 

    seraphin_chemin.jpg

    Celui là se nomme Séraphin

    Voilà notre homme qui s’embarque dans un livre où il est question du mariage improbable de ces deux animaux.Gilles Lapouge est amoureux à la fois de l’âne « qui bouge ses oreilles » et de l’abeille industrieuse.

    L’âne têtu (et ce n’est pas un mythe) et humble comme celui de la crèche à qui il manque une vertèbre ce qui le rend corvéable à merci, ne dit-on pas âne bâté ?

    L’âne marche, musarde, flâne, « L’âne est tenté par l'anarchie. » alors que l’abeille chacun sait qu’elle est une travailleuse hors pair, acceptant de se dévouer corps et âme pour sa reine et qui nous donne son miel. Gilles Lapouge nous dit

    « Ses colonies et ses ruches préfigurent les sociétés glaciales, techniciennes, sans ferveur ni déchirements, barbares en somme, modernes en somme »

    L’abeille elle philosophiquement n’est pas pour l’anarchie  « L’abeille est utopiste, à la manière de Platon et de Thomas Moore. » et elles sont résolument pour une société loin de tout individualisme.

     

    ruche-en-couleurs-535x410.jpg

    « Les abeilles, en s'associant les unes avec les autres, sacrifient leur indépendance, leur insouciance, leur goût du plaisir et leur passion de l'inutile. »

     

    Ânes et abeilles, ils les passe tous en revue, de Modestine accompagnant Stevenson, aux pauvres ânes des tranchées de Verdun (ils y étaient !) en passant bien évidemment par La Fontaine incontournable quand il s’agit d’animaux. Mais il y a aussi : la Bible, la mythologie, Homère, Aristote ou l’inévitable Marcel P.

    Pour les abeilles c’est itou, des blasons à l’étude des ruches, aux savants qui se sont interroger sur la fabrication du miel et sur le sexe non pas des anges mais des bourdons, là Lapouge est ferme : l’abeille n’a pas de vie sexuelle qu’on se le dise ! si ce n’est avec des fleurs....alors que l’âne lui est un des seuls animaux à s’accoupler hors de son espèces ! oh voilà bien un « exhibitionniste » osé ! 

     

    C’est une lecture délicieuse, douce comme le miel mais qui requière la ténacité de l’âne car Gilles Lapouge n’est pas en reste d’érudition et remonte allègrement les siècles pour nous enchanter. Je vous avertis que quand Lapouge vous tient il ne vous lâche plus et que l’on file doux 

    Un livre qui en en même temps fable philosophique, essai scientifique mais surtout une fantasia poétique et amoureuse.

     

    Le livre : l’âne et l’abeille - Gilles Lapouge - Editions Albin Michel