Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chambre avec vue sur l'éternité - Claire Malroux

    La Dame blanche

    timbre.jpg

    Claire Malroux est pour moi avant tout LA traductrice d’Emily Dickinson chez José Corti.
    La publication il y a plus de dix ans de ce livre m’avait à la fois surpris et enchanté. C’est un livre que j’ouvre souvent, que j’ai lu et relu, il était temps de vous en parler et de vous faire partager mon plaisir.

    Ni livre de poésie, ni biographie, ce livre est une étrangeté mais de celle qui enchante.
    C’est un livre sur Emily Dickinson mais avant tout c’est la rencontre que Claire Malroux a fait avec cette femme singulière et talentueuse,

     

    chambre d'Emily.jpg


    Claire Malroux ne nous renseigne que très peu sur la vie d’Emily, ce qu’elle nous donne à voir c’est une vue décalée. J’en veux pour preuve que Claire Malroux renonce à visiter la chambre d’Emily Dickinson, haut lieu des amateurs de la poétesse, non elle préfère garder sa propre vision de la demeure d’Amherst, un lieu qu’il lui semble impossible de visiter brièvement.

    house of emily.jpg

    La maison aujourd'hui transformée en musée

    Claire Malroux ne fait pas non plus de portraits détaillés de l’entourage d’Emily, les personnages sont suggérés, dessinés par petites touches et elle nous les présente à travers des pages de journal, des lettres, ou bien entendu des poèmes.
    Il est bon que ce soit une femme qui se soit attaquée à ce récit, la condition féminine étant une pierre importante de l’édifice Dickinsonnien.

    entourage.jpg

    entourage imaginaire

    La connaissance intime de Claire Malroux pour l’oeuvre rend ce livre tout à fait magique et singulier. En lieu et place d’une analyse très didactique des poèmes, des thèmes récurrents, des périodes créatives dans la vie d’Emily, Claire Malroux dialogue avec elle et du coup avec le lecteur, entrant dans l’intimité d’Emily, donnant du sens à ce qui peut paraitre obscure dans son oeuvre.

    SpringAmherst.jpg


    On découvre Emily, ses craintes, ses désirs, ses doutes même si l’auteur parfois doit avouer l’impossibilité où nous sommes d’entrer plus avant dans l’âme et l’esprit de cette femme complexe, elle qui ne publia qu’une poignée de poèmes de son vivant mais qui nous en laissa plus de huit cent, aujourd’hui connus et traduits. Je ne vous promet pas que vous saurez tout sur cette femme qui ne vécut que pour l’écriture mais le mirage aura  pris un peu plus forme humaine.

    film.jpg


    Je n’oublie pas le livre de Christian Bobin sur la Dame blanche et plus récemment le film de Terence Davies que j’ai aimé

    C’est un livre que je vous recommande si vous êtes amateur de poésie, des poèmes de cette femme si audacieuse grande lectrice de la Bible, de Shakespeare, des soeurs Brontë et de George Eliot qu’elle admire.

    Le livre : Chambre avec vue sur l’éternité Emily Dickinson - Claire Malroux - Gallimard 2005

  • Portrait de femme - Henry James

    james

    Et le dixième est 

    «  L'histoire d'une innocente intrépide qui a tout pour elle » *

    james

                                                   Isabel Archer

    Le roman le plus connu d'Henry James et certainement l'un des meilleurs, et pour moi un pur chef-d'oeuvre de sensibilité, de construction, de style, de bonheur de lecture.

    « Je préférerais que vous attendiez quelques mois, jusqu’à ce que mon gros roman soit sorti. C’est à partir de lui que, pour ma part, je prétendrai faire date »

    Voilà ce que disait Henry James à son éditeur alors qu'il écrivait Portrait de femme.

    Quelques mots sur l'histoire elle-même :
    Isabel Archer, jeune orpheline américaine, se voit proposer par Mrs Touchett, sa tante, de partir pour l'Europe, d'y voyager avec elle et de séjourner à Florence ou Mrs Touchett a une villa.
    Les deux femmes font d'abord une pause en Angleterre à Gardencourt, auprès de Mr Touchett et de son fils Ralph qui tente de soigner sa tuberculose.

    james

    Tea in the garden  Walter Frederick Osborne


    Isabel rencontre immédiatement le succès auprès de l'entourage des Touchett, elle est jeune, vive, enjouée, intelligente et elle plait.
    Le séjour se prolonge, Isabelle aime beaucoup le vieux Mr Touchett et son cousin Ralph et passe de longues heures avec eux, elle retrouve Henrietta, une amie américaine venue en Europe pour être journaliste. Elle fait la connaissance de Mme Merle une amie de sa tante qui l'encourage à réaliser ses désirs et ses rêves.
    Isabel Archer se voit proposer le mariage à plusieurs reprises par un lord anglais et par un riche américain qui l'a suivi jusqu'en Europe. Lord Warburton et Caspar Goodwood se voient l'un comme l'autre opposer une fin de non recevoir.

    james

                                               Florence il y a longtemps

    Isabel a soif de liberté, elle tient à son indépendance et souhaite voir le monde, elle est, dit Henry James, « impatiente de vivre »
    Leon Edel le biographe de James dit qu'il met sa propre enfance et son propre désir de liberté dans le personnage d'Isabel.
    La mort de Mr Touchett va tout changer. Elle hérite d'une petite fortune, il est temps pour elle de voler de ses propres ailes.

    Ce ne serait pas du Henry James si il n'y avait,  après ce moment un rien idyllique qui a tout d'une comédie romantique et légère, désillusion, désenchantement, trahison et souffrance ….
    Mona Ozouf dit «  Tous les romans de James sont des allégories de la déception » voilà vous êtes avertis.

    james

                                                 Gilbert Osmond le collectionneur

    Je vous laisse faire connaissance avec Gilbert Osmond le collectionneur et sa fille Pansy tout juste sortie du couvent.
    Je vous laisse flâner dans les ruines romaines, dans les musées et les églises de Florence à l'époque du Grand Tour que James restitue parfaitement.
    Les dialogues sont subtils, profonds et sont superbement mis au service de l'errance psychologique des personnages. Les liens qui s'instaurent entre les différents personnages évoluent beaucoup au fil du récit et Henry James ne dévoile jamais tous les ressorts d'une histoire, il laisse le lecteur suivre son propre cheminement.

    Un reproche souvent lu : l'intrigue est longue à se mettre en place, peut être, mais James aime faire le tour de toutes les implications d'une situation, il l'examine, la pèse, l'étudie sous toutes les coutures. Ils sondent âmes et caractères , il examine la morale et les répercussions des choix de ses personnages.
    Chaque nouvelle situation donne lieu à un nouvel examen attentif digne d'un entomologiste.
    Les ruptures de temps du récit, les non-dits, ajoutent à l'oppression ressentie par le lecteur qui passe de la douceur du thé sur les pelouses de Gardencourt à l'ombre menaçante des ruelles de Rome.
    Le lecteur est victime de «  la curiosité presque douloureuse » * que lui communique l'auteur.

    james

    Un mot du film de Jane Campion, les adaptations de romans sont parfois très réussies, c'est le cas ici. Nicole Kidman est parfaite d'allant juvénile, puis de douleur muette, elle EST Isabel Archer.

    Si vous n'avez jamais lu Henry James gardez ce roman pour plus tard, commencez par Les Papiers d'Aspern ou Washington Square et ensuite délectez vous de ce Portrait de femme et peut-être comme moi le lirez-vous et le relirez-vous.

    james

    Les livres :
    Un Portrait de Femme dans Un portrait de femme et autres romans - Henry James - Traduction de Evelyne Labbé - Gallimard Pléiade
    * La Cause des livres - Mona Ozouf- Gallimard

  • Dix ans et dix romans

     

    top.jpg

    Et voici la liste 

    La Bascule du souffle  Herta Müller
    La Leçon d’allemand Siegfried Lenz
    Cette vie  Karel Schoeman
    Les Ambassadeurs Henry James
    Wilderness  Lance Weller
    Une rançon Davis Malouf
    La Marche de Radetzki  Joseph Roth 
    Au Phare  Virginia Woolf 
    Les Nouvelles de Balzac 

     

    Si je reprends mes devinettes

    Herta Müller est Prix Nobel et son roman est fort, dérangeant, magnifique. Je n’aime pas tout de cette auteure mais ce roman là reste pour moi une réussite totale.

    muller.jpg

    La Leçon d’allemand est un roman que je n’ai pas cessé de vanter depuis sa lecture, il m’a enchanté, un roman devenu classique en Allemagne et pas vraiment connu chez nous, la guerre en arrière fond, le nazisme et les compromissions.
    Un auteur dont j’ai aimé aussi un roman d’initiation : le dernier bateau

     

    lenz.jpg

    Karel Schoeman est très présent sur mon blog, pour moi c’est un grand grand auteur et les éditions Phébus poursuivent la traduction de ses livres avec un traducteur parfait Pierre Marie Finkelstein qu’il faut citer ici pour son travail d'une grande qualité.

    schoeman.jpg

    Avec Nelson Mandela

    Cette vie est à ce jour le meilleur roman de lui, mais attention ce n’est que mon goût car tous ses romans sont intéressants et ce qui marque un lecteur n’est pas toujours ce que l’autre retient.  La langue Afrikaans fut longue à percer, les anglais veillant au grain. 

     

    les-ambassadeurs-1098881.jpg

    Henry James, l’écrivain à la double nationalité, on ne sait jamais bien s’il est anglais ou américain,  américain de naissance, anglais de coeur
    Et amoureux de la France, son roman Les Ambassadeurs est là pour le rappeler

    wilderness.jpg 

    Wilderness de Lance Weller l’américain et une Rançon de David Malouf l’australien (notre voisin du dessous comme dirait Bill Bryson) sont deux auteurs et deux romans qui m’ont énormément plu et qui me viennent automatiquement à l’esprit quand je pense aux très bons romans que j’ai pu lire, deux romans où l’on trouve la même humanité, le même regard sur l’homme et son destin. Des auteurs peu médiatisés en France et c'est bien dommage.

    malouf.jpg

    David Malouf 

     

    Mon deuxième auteur allemand : Joseph Roth et sa superbe Marche de Radetzky 
    Un classique pour beaucoup mais pour moi longtemps resté comme un projet de lecture, je ne regrette pas d’avoir attendu un livre parfaitement traduit, imprimé, présenté. Ce fut un plaisir total et reste comme un de mes meilleurs moments de lecture de ces dernières années. 

     

    la-marche-de-radetzky-dvd.jpg

    J’ai gardé pour la fin deux incontournables pour moi 

    claude-monet-promenade-falaises-pourville.jpg

    Monet traduit bien l'ambiance du roman

     

    Virginia Woolf et La Promenade au phare ou Au Phare, deux titres pour un seul roman, celui que je préfère d’elle, loin devant Mrs Dalloway. 
    Mais j’aurais pu aussi choisir la Chambre de Jacob que j’ai lu et relu sans jamais être déçue 

     

    Et voilà mon français mort : Monsieur Honoré de Balzac

     

    ChambreBalzac-Christophe-Raimbault.jpg

    Chez Monsieur de Balzac © Photo Christophe Raimbault

    J’ai un peu triché je l’avoue puisque ce sont ses Nouvelles qui ont été ma découverte de cette décennie. J’en ai lu une puis deux puis bien entendu j’ai acheté la totalité des nouvelles dans l’éditions Quarto (je vous la recommande) chaque nouvelle fait l’objet d’une introduction et l’on peut piocher au hasard. Toutes ne sont pas des chefs d’oeuvre évidement mais il y en a tellement qui marquent à jamais que la place dans ce top ten n’est pas usurpée.

    inconnu.jpg

    Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu  a dit Victor Hugo

    Alors le dixième je vous le réserve pour mon prochain billet afin d’ouvrir mes dix prochaines années de blogueuse par un grand roman

  • Neuf étrangers et un français mort

    anniversaire

    Un titre de billet un rien provocateur mais qui reflète assez bien mes lectures.

    Je lis peu, très peu, trop peu diront certains, la littérature française d’aujourd’hui et mes goûts et mes coups de coeur vont plutôt vers la littérature étrangère. 

    En sélectionner dix m’a pris un certain temps vous l’imaginez bien et je dévoilerai la liste demain  histoire de vous donner envie de vous reporter au billet complet, de découvrir un auteur non pas inconnu (ce sont tous des auteurs très très connus ) mais jamais lu. 

    anniversaire

    Si vous voulez jouer aux devinettes je dirais qu’il y a trois allemands, un français mort, une anglaise, un auteur à la nationalité double, un prix Nobel féminin (facile y en a pas tant que ça) un écrivain du bout du monde genre notre voisin du dessous, un américain, un auteur qui écrit dans une langue qui a eu du mal à s’imposer.

    anniversaire

    Vous allez me dire ça ne fait pas le compte : si parce qu'il y a des pièges 

    O
    n peut être deux choses à la fois, 
    un des livres n’est pas à proprement parlé un roman, et le dixième vous ne pouvez pas le trouver il ne paraitra que dans quelques jours sur le blog mais le livre est bien dans mon top ten.

    anniversaire

  • Dix essais

    top.jpg


    En route pour dix essais marquants de ces dix dernières années. Je vois d’ici la moue de certains qui n’aiment pas les essais. 
    Moi j’aime, normal vous me direz pour une blogueuse placée sous la houlette du créateur du genre.

    astérix.jpg

    Ce fut carrément la foire d’empoigne pour décider
    J’ai fait des listes, barré, ajouté, barré à nouveau, rajouté encore 
    J’ai même triché un rien en ajoutant ici des livres que je n’avais pas mis dans la case histoire (ben oui) 

    Attention cette liste n’est pas un classement, ça je suis incapable de le faire, ce sont simplement mes dix lectures les plus fortes de ces dix dernières années.

    Trois livres tournent autour d’un même sujet. Normal, depuis plusieurs mois maintenant j’ai entrepris l’étude de l’ hébreu biblique car je suis depuis toujours fascinée par la Bible, du coup j’ai beaucoup lu autour de ce thème évidement 

    genese-hebreu-90793_2.jpg

    ça calme tout de suite n'est ce pas ?

     

    J’ai été passionnée par le livre de Pierre Assouline Vies de Job, et depuis même si je n’ai pas fait de billets là dessus j’ai lu plusieurs livres sur le sujet, mais le sien reste vraiment celui qui m’a le plus enthousiasmé 

    J’ai élu aussi au titre des meilleurs essais la somme que représente La Bible dans les littératures du monde mon intérêt pour la Bible étant largement plus littéraire que religieux, cette somme m’a vraiment laissé stupéfaite, j’ai retrouvé là des écrivains que j’aime : Faulkner, Giono, Proust bien sûr qui tous peu ou prou ont été imprégnés, inspirés, marqués par la Bible 
    Et puis pour ne pas en rester à l’Ancien Testament, il y a bien sûr Le Royaume que j’ai lu et écouté (lu par l’auteur, Emmanuel Carrère est parfait dans le rôle ) à plusieurs reprises malgré tout ses petits défauts

    200px-Erasme_par_Holbein.jpg

    Pour moi qui ai besoin de sagesse

    Autre compilation mais celle là d’un autre siècle, Erasme et ses adages, oui je sais c’est pas vraiment glamour mais c’est un peu comme un dico ou une encyclopédie si vous avez le malheur de l’ouvrir vous êtes ameçonné et vous passez un temps fou à rebondir d’un adage à l’autre Là aussi je suis admirative du travail de traduction de toute une équipe.

    goulag.jpg

    J’ai dit que j’ai flirté avec l’histoire, deux essais m’ont passionné dans des genres bien différents 
    L’un centré sur un pays, l’autre carrément sur le monde

    Goulag d’ Anne Appelbaum fut  un choc malgré des lectures déjà faites sur le sujet, un livre à lire pour tout amateur d’histoire de la Russie
    Dans un genre nettement plus ludique mais pour autant excellent c’est Sapiens, le livre de Yuval Noah Harari dont le succès fut immense et que je mets sans hésitation sur ma liste.

    homme11.jpg

    Que serait cette liste sans l’auteur dont je mets sans hésitations deux des livres dans ce choix de la décennie passée : Monsieur Mendelsohn, là aussi je triche un rien car Les Disparus apparait dans ma liste de livres lus avant l’ouverture du blog mais dans un billet sur mes lectures les plus importantes il apparaissait déjà : Pour la quête du passé qui dévide l’écheveau de l’histoire, pour la restitution par l’auteur à travers les personnages de sa famille de la mémoire de personnes empêchées de témoigner, parce qu’il fouille les souvenirs des témoins avec compassion et dignité...Un très très grand livre
    Par contre son dernier essai un rien homérique, lui est bien sur ce blog et fut certainement une des meilleures lectures des mois écoulés. 

    odyssee-pere-fils-epopee-daniel-mendelsohn-L-HqjA2o.jpg

     

    Vous êtes au bout ......... 

    Deux chouchous indétrônables  Proust et Montaigne.

    Proust_and_Montaigne_bold.jpg

                                             Mon marque page préféré 

    Impossible de ne pas donner une place à Pietro Citati et à sa Colombe poignardée pour moi un des meilleurs essais sur Proust et le joyeux Comment vivre de Sarah Bakewell qui permet à Montaigne d’être présent sur cette liste de bienheureuse façon

  • De tout un peu : art, poésie, biographie, histoire et nature

    top.jpg

    J’ai ramé comme une perdue pour extraire de plusieurs centaines de billets les 10 qui aujourd’hui encore m’enchantent, me passionnent, m’attirent, me font rêver ….
    Voilà les 10 qui sont sortis de l’épreuve tête haute dans des catégories qui apparaissent peu sur les blogs : l'art, la poésie, l'histoire, la biographie et la nature.

    Je ne réécris pas les billets je suis bien trop paresseuse pour ça donc juste un mot pour vous convaincre d’aller les lire ou relire si le coeur vous en dit. 

    angelico.jpg

    Si vous avez la fibre artistique je vous invite à vous plonger dans l’oeuvre de Fra Angelico, un livre magnifique qui me fut offert à noël et qui reste parmi mes préférés, mais comme j’aime aussi l’art quand un auteur me prend par la main, je suis toujours aussi subjuguée par le magnifique Moulin et la Croix qui oblige l’oeil à se porter sur les détails 

     

    terres.jpg

    Vous préférez l’histoire avec un grand H ?  Sans conteste les deux livres qui m’ont secoué, marqué, stupéfié parfois, passionné toujours, ce sont les Terres de sang de Timothy Snyder et La fin de l’homme rouge du prix Nobel Svetlana Alexievitch.
    Des regards neufs sur des pans de notre histoire qui peuvent éclairer aussi notre monde actuel.

     winston.jpg

    Etes vous des lecteurs et lectrices de biographies ? j’avoue je lis surtout des bio d’écrivains mais….parfois femme varie et après bilan les deux biographies qui me restent en tête après dix ans, désolée pour les féministes, ce sont celles de deux messieurs qui chacun à leur façon ont marqué leur siècle 

    Monsieur Humboldt et Sir Winston Churchill 

     

    hskell.jpg

    Un petit clin d’oeil à Luocine qui lit gentiment mes billets sur la nature mais surtout pour se dire : ciel j’échappe à celui là !
    Fan de nature je suis, fan je reste et après d’âpres délibérations voici les vainqueurs :  David Haskell pour  Un an dans la vie d’une forêt et Le Journal des cinq saisons de Rick Bass
    Deux auteurs qui chacun à sa façon est capable de vous enchanter avec un coin de forêt ou un petit territoire du Montana.

     

    timbre.jpg

    Je sens que vous comptez : oui je suis déjà à 8, pour clore en beauté cette série je vais vous insuffler un brin de poésie.

    Difficile de parler de poésie dans un billet mais celle d’ Ossip Mandelstam et d’Emily Dickinson sont parmi mes préférées
    Je vous vois d’ici en train de chercher le billet sur Emily, ne cherchez pas, il est à paraitre en novembre histoire d’être dans les clous malgré tout et d'entamer déjà les dix ans à venir.