Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petits noirs - Page 9

  • La tristesse du Samouraï - Víctor del Árbol

    Nord et Sud 

    Après le froid du Danemark cap au sud direction l'Espagne

    9782330002251FS.gif

     

    Si vous pensez que ce roman se passe au Japon, oubliez tout de suite ! 

    Nous sommes à Barcelone en Mai 1981, la tentative de coup d’état contre la démocratie date de quelques mois. 

    coup d'état.jpg

             Antonio Tejero le 23 février 1981

    à la tribune du parlement espagnol © AFP
     

    Une femme, qui sait que sa mort est proche, livre les détails de sa vie. C’est une brillante avocate qui a envoyé sous les verrous un inspecteur jugé coupable d'une grosse bavure policière. Ce qu’elle ignorait alors c’est que quelqu’un tirait des ficelles dans l’ombre et que, comme une marionnette, elle avait fait ce qu’on attendait d’elle et comme Pandore elle avait lâché la folie et le vice dans les rues.

    Pour comprendre comment tout cela a commencé il faut faire un saut dans le temps et l’espace.

     

    estremadure.jpg

     

    Mérida en Estrémadure 1941

    Une ville qui bruit encore de la lutte entre républicains et phalangistes. Une femme attend sur un quai de gare,  elle est belle, elle est la femme d’un dignitaire franquiste et donc du côté des vainqueurs. Un enfant l’accompagne, c’est son fils, le plus jeune, car l’aîné elle l’a tout bonnement abandonné.  

    Isabel, c’est son nom, n’atteindra jamais sa destination, l’enfant sera confié à son père, son père qui le hait. Un instituteur de village s'est épris de cette femme qu’il n’aurait jamais du regarder , tel le « ver de terre amoureux d’une étoile » et ce pêché il va le payer au prix fort. 

     

    Entre ces deux dates l’auteur nous plonge dans la période sombre de l’Espagne, la terrible guerre civile, le franquisme, les débuts de la démocratie à deux doigts d’être confisquée. 

    Quarante années pendant lesquelles d’aucuns ont laissé libre cours à l’ambition, à la haine, d’autres ont paufiné leur vengeance, certains enfin sont assaillis par la culpabilité.

    Vous allez écouter la voix de María qui va revenir sur ces temps où les assassinats sont la façon simple d’éliminer un gêneur, où la torture se pratique en toute impunité.

    De quel côté se situent les descendants, les héritiers ?  y a t-il un rachat possible ?

     

    azul.jpg

    Tombes des soldats de la Division Azul

    Ce livre est un polar oui mais il est beaucoup plus : une histoire rouge sang où victimes et bourreaux se croisent, se reconnaissent.

    Pour filer la métaphore japonaise je dirais que l’intrigue se déplie comme les origami, chaque pliure dévoile un peu de l’intrigue, les liens entres les personnes apparaissent. 

    Ce qui est certain c’est que, composé comme une tragédie antique, ce livre est fait pour être dévorer, des geôles franquistes à la Division Azul, des amours impossibles à la vengeance inéluctable, on est totalement pris par le récit. Une vraie réussite 

     

    Le livre : La Tristesse du Samouraï - Víctor del Árbol - Traduit de l’espagnol par Claude Bleton - Editions Actes Sud

     

    12477.jpgL’auteur : Victor del Árbol est né à Barcelone en 1968. Après avoir étudié l'Histoire, il travaille dans les services de police de la communauté autonome de Catalogne. Il est l'auteur de deux romans  (source l’éditeur)

  • Organes vitaux - Elsebeth Egholm

    Nord et Sud 

    Des meurtres sous la neige ou sous le soleil

    Direction le Danemark

    9782749120102FS.gif

     

    Depuis quelques temps les polars viennent du nord, celui là ne déroge pas à la règle et comme j’ai passé un bon moment je vous livre quelques bribes mais rien de trop pour ne rien gâcher de votre plaisir.

     

    Direction le Danemark où un tueur semble attiré par les femmes, les terrains de foot, les yeux de ses victimes et les tuyaux de PVC. 

    Dans la ville d’Aarhus au cours d'un match de football une jeune femme est retrouvée morte, elle a été sauvagement battue.

    L’affaire est confiée à l'inspecteur John Wagner et cela démarre très fort pour la police qui passe à côté d'une info capitale, l’enfant qui a trouvé le corps a filmé la scène avec son téléphone portable !!

     

    aarhus_04.jpg

                                                             Pour vous mettre dans l'ambiance 

     

    Dicte Svendsen qui vient d’être nommée rédactrice en chef de son journal est prévenue du meurtre par son compagnon Bo,photographe de presse, elle est immédiatement en délicatesse avec la police ayant réussi à mettre la main sur le film en question.

    Très utile ce compagnon, qui soit dit en passant a dix ans de moins que notre brillante journaliste, il parvient à dénicher deux autres affaires très ressemblantes et du coup l’enquête s’élargit vers la Pologne et le Kosovo.

    Elle cache bien des choses cette journaliste, allez vous étonner après ça qu’on tente de faire pression sur elle, un détenu prétend détenir des informations et va exercer un subtil chantage sur Dicte Svendsen.

    elsebeth.jpg

                                                                        l'auteur  © Ole Lind
     

    Bon je vous explique pas tout mais vous connaissez : flics et journalistes vont chercher les points communs, les similitudes, les recoupements possibles. Un récit assez classique mais bien ficelé et correctement écrit.

    Si vous cherchez une lecture légère passez votre chemin, ici on baigne dans le sang et le macabre du début à la fin. 

    Elsebeth Egholm est très populaire au Danemark, cela ne m’étonne pas  et je vais remonter le temps et lire le premier polar de cette dame prometteuse.

     

    Le livre : Organes vitaux - Elsebeth Egholm - Traduit du danois par Didier Halpern - Editions Le Cherche Midi 

  • Meurtre chez Tante Léonie - Estelle Montbrun

    A la recherche de Proust  Episode 3

    léonie.jpg

    La maison de Tante Léonie

    Proust adorait la parodie, le pastiche, les imitations de Céleste, bref se moquer, s’amuser, il ne dédaignerait certes pas ce roman là.

    La maison de Tante Léonie, où le petit Marcel passait ses vacances, est devenue pélérinage et centre d’études, à la veille d’un colloque très littéraire, la présidente de très docte Proust Association est retrouvée assassinée par Emilienne la femme de ménage, (tiens donc elle ne s’appelle pas Françoise !)
    Mais qui a tué Adeline Bertrand-Verdon femme « qui se croyait sortie de la cuisse de Jupiter » à la fois adulée et détestée ?

    maison_de_tante_leonie_et_musee_marcel_proust_illiers_combray_imagelarge.jpg

    Enquête dans la maison

    Avouez que ça la fiche mal à la veille d’une journée qui réunit tout ce que le gratin littéraire international compte d’hommes importants, universitaires, critiques, le Professeur Verdaillan, son homogue américain le Professeur Rainsford.
    Le commissaire Foucheroux et son adjointe Leila Djemani se retrouvent avec une affaire sensible sur les bras à résoudre avant qu’affluent les amateurs de Vivonne, de madeleines et d’aubépines.

    Un roman habile où il est question de manuscrits cachés, d’édition des oeuvres pouvant semer la confusion dans le petit monde de l’édition, ciel des textes inconnus !!!  Gisèle Lambert la secrétaire de l’association, naïve et ayant gardé une âme d’enfant est  « au bord de l’effondrement ». Elle est immédiatement sur la liste des suspects mais bien entendu cela serait trop simple et le commissaire va devoir s’immerger dans les souvenirs d’un écrivain qui n’est ni né, ni mort ici, et redonner à cette maison « le calme, la dignité et le sacré dont elle n’aurait jamais dû avoir à se départir »

    La Vivonne du roman .jpg

    Enquête au bord de la Vivonne

    Estelle Montbrun s’amuse beaucoup et nous aussi, elle joue la connivence avec les lecteurs de Proust, sème les indices, fait des portraits des protagonistes dans le veine de ceux de Marcel, nous gave de citations. Tout est prétexte à entrer dans l’univers proustien, à goûter à la fameuse madeleine, ce n’est pas sérieux mais terriblement réjouissant et c’est à regret que l’on quitte Illiers-Combray.

    Le livre : Meurtre chez tante Léonie - Estelle Monbrun - Editions Viviane Hamy

  • Le Concile des maudits - Peter Tremayne

    En remontant les siècles  an 670, an 741, an 1394...............

     

    220px-Abelard_and_Heloise.jpeg

    Dans la série des bons polars historiques cela vaut la peine de faire connaissance avec soeur Fidelma et frère Eadulf.
    Un couple marié au temps où l’Eglise n’avait pas encore imposé le célibat ! Ces deux là s’aiment, sont complices, et appliquent la loi de l’égalité des sexes, avouez qu’ils ont tout pour être sympathiques !
    Un polar qui se situe avant que le Vatican soit le Vatican , à l’époque où les différentes Eglises tentaient de garder une indépendance vis à vis de Rome.

    cashel2.jpg

    En 670 un concile se prépare à Autun, tous les chefs des Eglises européennes et particulièrement les représentants des Eglises Celtiques (déjà l’Europe) doivent se réunir et débattre de grands problèmes théologiques.

    Nos deux héros sont invités en Bourgogne comme conseillers juridiques.
    Les chefs des délégations n’en sont pas moins des hommes aussi la première journée est-elle  marquée par des conflits, jeux d’influence, inimitié, deux représentants en viennent aux mains. Sacrés moines !
    Le lendemain c’est un meurtre qui est commis, doublé de la disparition curieuse d’une femme de la congrégation.

    Soeur Fidelma a déjà joué le rôle d’enquêtrice auprès d’un évêque présent à Autun, aussi le couple se voit-il confier la mission de trouver le meurtrier. Pour se faire on leur attribue un statut particulier car dans ce monastère hommes et femmes sont séparés selon les nouvelles règles imposées par Rome.

    concile.jpg

    Quand l'Eglise se rassemble

    L’intrigue va de rebondissement en rebondissement, disparitions mystérieuses, poison, portes déroblées, souterrains, tout y est pour rester accrocher à la robe de bure de Fidelma qui est pleine d’audace et sait faire entendre sa voix dans un monde d’hommes.
    Le récit est fidèle à une certaine réalité historique et vous découvrirez comment le célibat des religieux devint à la mode.
    Je n’avais jamais lu Peter Tremayne et je me suis bien amusée.

    Tout savoir sur Fidelma (site en VO)

    Le livre : Le concile des maudits - Peter Tremayne - Traduit par Hélène Prouteau -  Editions 10 /18

  • Le pays des cendres - Pierre Marchant

    Manipulation, ruse et machiavélisme épisode 2

    Manipulation.jpg

    J’ai acheté ce livre sans trop y croire un jour où j'étais en mal de lecture lors d’un déplacement.
    Et bien j’ai eu la main heureuse, très heureuse même.

    Cap sur l’Alsace au XVII ème siècle, à l’heure où Louis XIV vient de s’approprier Strasbourg « la dernière des villes libres ».

    Strasbourg.jpg

    Les troupes françaises investissent Strasbourg
    (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France)

    La guerre a été effroyable, villages mis à sac, incendies, pillages, viols. Le pays est « un pays de cendres » totalement dévasté.
    Le narrateur est un militaire, à Rocroi il a participé à sa première grande bataille, il fait une pose loin de l’Alsace qu’il aime et qu’il a connu au temps des armées de Turenne.
    Il prend l’habitude de tenir un journal et il raconte.

    Il s’est trouvé à Barr lorsque l’on y découvrit le corps de Johann un forestier, écrasé par sa schlitte, la belle Margarete Wagner pour qui Johann travaillait est anéantie « dans tout son corps on devinait le cheminement de l’immense douleur. »

    schlitteur.jpg

    " Une schlitte, grand traîneau de bois chargé de plusieurs stères, gisait, fracassée, en travers du chemin"

    Le narrateur s’installe à l’auberge du brochet et va participer à l’enquête menée par le prévôt.
    Il va se heurter à l’homme qui se tient en permanence auprès de Margarete, Franz Müller un riche commerçant et il va faire connaissance avec Tristan Küffer le frère de la victime, pasteur de son état.
    Bientôt celui ci fait figure d'accusé.

    eguisheim-508538.jpg

                      "On apercevait des collines boisées plantées de quelques vignes baignées de soleil "

    Je ne vous en dit pas plus car sous des dehors simples ce roman est plus qu’habile, il est tout à fait retors. La haine, l’appartenance religieuse, la vengeance, quel est le véritable moteur du crime ?
    Laissez vous manipuler par Pierre Marchant il est expert.

    Depuis quelques mois j’ai lu quelques romans policiers historiques avec grand plaisir, ainsi j’ai voyagé vers Byzance et la Nouvelle Guinée des années 30. Celui-ci est très réussi et je lirai sans aucun doute à nouveau Pierre Marchant.
    Ce livre a obtenu le Prix de littérature du salon du livre régional de Marlenheim 2008.

    9782845741058FS.gif

    Le livre : Le pays de cendres - Pierre Marchant - Le verger éditeur 2011

    marchant.jpgL’auteur : Pierre Marchant vit en Alsace depuis 25 ans. Passionné d’histoire, éditeur et publicitaire, il a publié des recueils de poèmes, des nouvelles et des pièces de théâtre qui ont été primés à plusieurs reprises. Le Pays des Cendres est son premier roman. (source l’éditeur)


  • Un crime - Georges Bernanos

    Bernanos écrivain de polar ! Non ! ?  Si .........

    9782752905437FS.gif

    Lire la suite