Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petits noirs - Page 7

  • Liquidation à la Grecque - Petros Markaris

    Le sang des Atrides

     

    n1794_ixene_dette_grece_ue_fmi_eurobonds_133880526197969800.jpg

                                           © Ixène

      

    Premièrement Michèle (qui se reconnaitra) me l’a vendu comme un bon polar, deuxièmement la Grèce d’aujourd’hui est tellement l’archétype du pays dans la tourmente que j’avais vraiment envie de voir ça de plus près, troisièmement je n’ai jamais lu cet auteur alors 1+1+1 = un voyage au pays des Atrides 

     

    450px-Acropolis_view_from_Plaka.jpg

                               Quand vivre ici devient galère

     

    Morts aux banquiers ! Voilà un polar qui commence bien et qui épouse parfaitement l’air du temps. Et il paraît que c’est le premier d’une trilogie 

    Athènes, l’Acropole, les ruelles de Plaka où Petros Markaris aime à se balader. Sauf que….sauf que quatre requins de la finance sont retrouvés décapités. Bon, on a beau ne pas les porter dans son coeur, avouez que ça fait tâche surtout quand dans le même temps une flopée de tracts incite la population à stopper tous ses remboursements de crédits !! 

    Le commissaire Charitos est obligé de se démener pour trouver les coupables, et c’est plutôt galère je vous l’assure car évoluer dans le marigot des politiques, des hommes d’affaires et de la finance internationale ce n’est pas de tout repos.

     

    banque_grecque.jpg

     

    C’est la première fois que je rencontre Charitos et je l’ai bien aimé, d’abord il est sympa avec ses démêlés familiaux et son amour inconditionnel pour la Grèce. Il va lui falloir faire fi des ses amitiés, faire fi de la corruption, des pressions de ses supérieurs et de son éternelle empathie, si vous ajoutez à ça que sa fille bien aimée se marie ….Mama mia !!!

     

    markaris1.jpg

                      Petros Markaris

     

    Il paraît que c’est le premier d’une trilogie, ce qui est certain c’est que je vais surveiller la parution du tome 2 car je suis tombée sous le charme de Charitos malgré son foutu caractère.

     

    9782021053517FS.gif

     

    Le livre : Liquidation à la Grecque - Petros Markaris - Traduction de Michel Volkovitch - Editions du Seuil

  • Empereurs des ténèbres - Ignacio del Valle

    Noir comme un hiver Russe

    hiver-russe.jpg

     

    1943  L’armée allemande affronte l’hiver russe, à ses côtés la Division Azul et ses volontaires franquistes qui croyaient ainsi lutter contre le communisme.  

    Hommes et bêtes meurent de froid parfois même de faim.

    On découvre le cadavre d’un homme égorgé dans la rivière prise par les glaces et l’homme porte gravé dans sa chair « prends garde Dieu te regarde »

    Pour le moral des hommes et la discipline il faut trouver l’auteur de ce meurtre, le lieutenant Arturo Andrade est chargé de l’enquête. 

    Ce n’est pas un enfant de choeur, il a perdu ses galons et même s’il ne partage pas le fanatisme des hommes de la division il a derrière lui un passé très trouble.

    barbarossa.jpg

     Il va se faire aider du sergent Espinosa, n’accorder sa confiance à personne et tenter de comprendre où se trouve l’ennemi : côté russe ? parmi les SS qui assassinent Juifs et Tziganes ? ou dans la division même ?

    Son enquête va se révéler longue, difficile.

    Des scènes hallucinantes de folies et de cruauté, le froid, la neige, la nuit pendant laquelle les partisans de l’Armée Rouge attaquent sans relâche, la folie ambiante, la débâcle de l’armée allemande, tout est rendu avec un réalisme impressionnant.

     

    Un polar qui choisit une période sinistre de l’histoire et qui parvient à nous intéresser au sort de ses hommes qui sont en proie à la haine, à la violence, à leurs démons intérieurs, où le mot civilisation est balayé pour le chaos de l’Histoire.

    Un polar que je trouve réussi même si l’intrigue est un peu trop tortueuse,  je le rapprocherais de  La tristesse du samouraï, des romans qui mêlent réalité et fiction avec beaucoup d’efficacité.

     

    9782752906519FS.gif

     

    Le livre : Empereurs des ténèbres - Ignacio del Valle - Traduit par Elena Zayas - Editions Phébus libretto

  • Triplé perdant

     Broyer du noir  

    plume.jpg

    Ben oui je n’ai pas résisté et je me suis laissée embarquer dans une nouvelle trilogie. 

    J’ai expérimenté pour ces trois romans, trois façons actuelles de « lire » 

    Pour le premier j’ai eu recours au livre audio, le second le livre numérique et le papier pour le troisième.

     

    9782356415141FS.gifMiséricorde :  un polar efficace et drôle car le personnage principale est un e….deur de première, un ronchon, un contestataire. 

    Carl Morck a échappé de justesse à la mort et personne n’a l’intention de faire de nouveau appel à lui, on le met au placard, direction de sous-sol de la PJ, pas de moyens, pas de bureau mais une pile de dossiers en souffrance qui n’ont jamais connus leur épilogue.

    Ce premier voler est efficace, après un début un peu lent on fonce avec plaisir, l’assistant particulier de Morck n’y est pas pour rien, un assistante très terrorisant dont le nom est Hafez el Assad !! 

    Quand ces deux acolytes se mettent au travail ça déménage et compter sur eux pour résoudre le pourquoi et le comment de la disparition d’une jeune député danoise Merete Lyyngaard, disparition jamais élucidée.

    J’ai marché et même un peu couru, j'ai écouté ce livre avec plaisir.

     

    9782226272485FS.gifProfanation : J’ai donc décidé de lire le second volet : une nouvelle enquête et un second assistant pour morck, une assistante devrais-je dire : Rose, et je vous assure qu’elle n’est pas plus normale que le dénommé Assad !!

    C’est partit pour une nouvelle enquête irrésolue, un frère et une soeur assassinés de façon effroyable quelques 10 ans plus tôt, des pensionnaires d’un collège huppé ont bien été mis en cause mais l’argent aidant ils ont été disculpés.

    Morck et son équipe vont devoir évoluer dans le monde pourri de l’argent, du pouvoir, du sadisme, de la cruauté … 

    Que dire de ce deuxième épisode ? moins convainquant, moins intelligent, plus téléphoné et plus convenu, quelques scènes hot ne suffisent pas à emporter l’adhésion du lecteur. 

    je suis allée au bout mais avec réserve.

     

    9782226245137FS.gifDélivrance :Comme je suis têtue j’ai voulu vérifier si le niveau s’abaissait totalement ou si l’auteur dans un sursaut salutaire allait rectifier le tir.

    Et bien pas du tout, il ose nous faire le coup du message en forme de SOS dans une bouteille, l’équipe de Morck travaille dans des conditions désastreuses car de l’amiante a été découverte dans les sous-sol de la PJ

    Hélas trois fois hélas là j’ai vraiment calé et ne suis pas allée au bout du bout.  Crédibilité zéro, écriture plus que relâchée, Dominique avait atteint un point de non retour. 

    Ce polar a obtenu un prix, à croire que les jurés étaient en manque de lecture !!

     

    La lecture en bibliothèque a du bon, on se sent moins bête quand on rend un livre décevant.

    Pour résumer : le premier est efficace, le second lisible, le troisième est la preuve qu’à vouloir trop en faire ……………

     

    Les livres : Miséricorde - Profanation - Délivrance - Jussi Adler-Olsen - Editions 

  • Etranges rivages - Arnaldur Indridason

    On a retrouvé Erlendur.

    islande 2.jpg

    Ah alors là oui j’ai eu du plaisir, d’abord parce qu’une balade en Islande c’est toujours bon à prendre, mais surtout parce que j’ai retrouvé Erlendur

    l’Erlendur des débuts, celui des premiers polars d’Indridasson qui avait un peu disparu depuis quelques temps au point que j’avais abandonné les rivages islandais. 

     

    Erlendur à franchi le pas, il a rejoint la cohorte des policiers inoubliables, à l’égal de Wallender ou d’Harry Bosch, il s’est retourné sur son passé.

     

    Un épisode de son enfance dont il ne fait pas vraiment mystère le hante depuis toujours. Enfant il est pris dans une tempête en compagnie de son père et de son petit frère. Son père et lui furent sauvés mais son frère Bergur à qui il a lâché la main au plus fort de la tempête, Bergur est resté introuvable. 

     

    islande.jpg

    C’est cette région sauvage qu’il choisit pour passer ses vacances et comme pour mieux réveiller les fantômes, il loge dans leur ancienne ferme, celle que ses parents abandonnèrent après le drame.

     La ferme est à l’abandon, le toit à moitié écroulé, la météo est à l’avenant, il y a des façons plus sympas de passer des vacances non ? 

     

    Il croise des témoins de son enfance et Boas le chasseur lui apprend que plusieurs années avant son histoire personnelle, des soldats anglais se perdirent eux aussi dans ce fjord, et que le même jour une femme partie rendre visite à des parents disparue corps et bien.

    Un peu trop de coïncidences pour Erlendur, ses petites antennes s’agitent, ses fantômes se réveillent et le voilà en train d’enquêter sur un fait divers que tout le monde semble avoir oublié.

    Il va interroger, gratter, fouiller ces étranges rivages pour élucider la disparition de Matthildur. Aucune enquête officielle n’est ouverte mais qui l'empêche de rencontrer Hrund la soeur de Matthildur, ou Jakob son mari, ou Ezra son voisin et autrefois associé à Jakob.

     

    ZZ080_islande_xavier_jamonet_ecrins_de_lumiere.jpg

     

    Tout l’art d’Indridason est là, Erlendur dénoue patiemment l’écheveau des faits. Les portraits psychologiques sont fouillés, le flic traque les petits mensonges, les faits oubliés, les amitiés rompues, les non dits. 

     

    Un dixième roman traduit en français qui est une réussite. J’ai passé un très bon moment sur ce rivage sauvage et j’ai tenu la main d’ Erlendur le taciturne qui passe ses soirées dans sa ferme abandonnée à boire du café brûlant pour se réchauffer et qui se nourrit de sandwichs de moutons fumé !! 

     

    L’avis de Jostein 

     

    9782864249016FS.gif

     

    Le livre : Etranges rivages - Arnaldur Indridason - Traduction Eric Boury - Editions Métailié 

  • En mémoire de la forêt - Charles T Powers

    Chers Voisins : le retour du passé

     

    9782355840692FS.gif

     

    « Il sera question d’un village polonais, de péripéties locales, de corruptions mineurs en vue de profits douteux, de châtiment et de pardon, d’un passé que l’on respecte ou que l’on redoute »

    Attention on est chez Sonatine donc tout commence par un meurtre, celui de Tomek Powierza, eh oui autant vous habituer tout de suite aux noms car nous sommes en Pologne « vieux pays de la vieille Europe »

    Leszek est son ami, ils habitent un village, un gros bourg du nom de Jadowia, le corps de Tomek est retrouvé dans la forêt, le crâne enfoncé. Il n’était pas clair Tomek mais de là à le tuer ! Leszek veut en avoir le coeur net et va mener sa petite enquête.

    foret.jpg

                              Dans la forêt profond

     

    Nous sommes quelques années après la chute du communisme, plus personne n’a peur de rien et  les magouilles vont bon train. 

    Mais il est toujours difficile de faire table rase du passé, et à l’occasion de ce meurtre et de l’enquête qui va suivre, les secrets enfouis vont ressortir au grand jour. Vous savez il y a toujours un voisin qui s’en ait mis plein les poches grâce au Parti, l’autre s’est enrichi avec des marchés publics truqués.....Vous avez l’impression d’être en pays de connaissance ? on se demande pourquoi !

     

    charme.jpg

                       attention au charme trompeur

     

    Charles T Powers prend son temps pour installer son intrigue, pas question de nous livrer un polar clé en main, il y va à l’économie. Cette lenteur fait monter doucement la tension, les personnages se dessinent peu à peu : petits truands, paysans matois, élus prévaricateurs, bref une commune comme les autres, sauf que.....nous sommes en Pologne et pendant la dernière guerre des événements ont eu lieu ici dont personne n’a très envie de souvenir. 

    Leszek est obstiné et va gratter là où ça fait mal et il va aller de surprise en surprise. 

     

    paysans d'avant la guerre.jpg

                      Que sont ces voisin devenus ?

     

    Rien de tel qu’un village pour garder un secret, on dénoncerait bien le voisin mais ce serait se dénoncer soi-même alors ...

    C’est un polar qui n’entre pas dans la catégorie des romans haletants, le récit est sombre, c’est la mémoire qui domine, la mémoire d’un pays où il ne fut pas toujours facile d’être un bon voisin !!!

     

    L'avis d'Aifelle : Un excellent roman, à la fois distrayant, instructif et très bien écrit.

     

    Le Livre : En mémoire de la forêt - Charles T Powers - Traduit par Clément Baude - Editions Sonatine

     

  • Le Dernier lapon - Olivier Truc

    Adversité du peuple sam 

     

    laponie.jpg

                Laponie qui chevauche les frontières © Pascal Belion

     

    Certains l’ont appelé le pays du Père Noël, quelle ironie pour parler d’un pays où le noir dure plusieurs mois, où un partie de la population est encore aujourd’hui à part

    Quel plaisir que l’auteur de ce polar ait réussi à montrer cet aspect de la Laponie tout en nous réjouissant avec un roman extra.

     

    Pfft sautez directement l’automne et vous voilà en plein hiver à Kautokeino dans la toundra, le jour où le soleil va réapparaître et les hommes récupérer leur ombre.

     

    Klemet Nango et sa coéquipière Nina Nansen n’ont pas vraiment le temps d’admirer ce retour du soleil car ils ont à gérer à la fois le vol au centre culturel de la ville d’un tambour de chaman, un objet de valeur mais plus que cela, un symbole de la civilisation sami, et le meurtre d’un vieux lapon éleveur de rennes.

     

    tambour.jpg

     

    Klemet et Nina appartiennent à la police des rennes, l’un est expérimenté et d’origine lapone, l’autre une jeune femme tout juste sortie de l’école de police, ils vont devoir faire preuve d’obstination, de doigté, d’autorité pour résoudre ces deux affaires qui se révèlent liées entre elles.

    L’enquête s’oriente vers les éleveurs dont les querelles autour de la propriété des troupeaux sont permanentes. Berit une femme malmenée par le sort et qui est la seule témoin du vol, en sait-elle plus qu’elle ne veut bien le dire ? 

     

    jr1-8123_gallery_large.jpg

    Sami : le peuple éleveur de rennes 

    Vous voilà plongé en pleine nuit polaire et je vous assure que vous ne lâcherez pas ce polar !

    Tout y est : des héros superbes comme Aslak le lapon qui refuse la modernité, qui vit comme ses ancêtres et protège sa femme atteinte de folie, un chanteur de Joïks, chants traditionnels qui disent la joie ou le malheur du peuple sam et un vieux savant français 

    compagnon de Paul-Emile Victor pas moins !!!

     

    IMGP8729.jpg

                La transhumance encadrée par ...des motoneiges

     

    Tout est excellent dans ce polar, l’atmosphère, les personnages, les paysages. 

    C’est écrit de façon très efficace, d’une plume bien vigoureuse, il faut ça pour se réchauffer ! On apprend des tas de choses sur la culture sami et les enjeux économiques de cette région qui chevauche les frontières. On est loin du piège à touristes et des rennes du Père Noël. Une réussite.

     

    L'avis sur le blog Le sang noir est tout aussi positif

     

    Le livre : Le dernier lapon - Olivier Truc - Editions Métaillié 

     

     

    9782864248378FS.gif

     

    L’auteur :

    Olivier Truc est journaliste depuis 1986, il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays baltes, il est aussi documentariste pour la radio et la télévision. (l’éditeur)