Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liquidation à la Grecque - Petros Markaris

Le sang des Atrides

 

n1794_ixene_dette_grece_ue_fmi_eurobonds_133880526197969800.jpg

                                       © Ixène

  

Premièrement Michèle (qui se reconnaitra) me l’a vendu comme un bon polar, deuxièmement la Grèce d’aujourd’hui est tellement l’archétype du pays dans la tourmente que j’avais vraiment envie de voir ça de plus près, troisièmement je n’ai jamais lu cet auteur alors 1+1+1 = un voyage au pays des Atrides 

 

450px-Acropolis_view_from_Plaka.jpg

                           Quand vivre ici devient galère

 

Morts aux banquiers ! Voilà un polar qui commence bien et qui épouse parfaitement l’air du temps. Et il paraît que c’est le premier d’une trilogie 

Athènes, l’Acropole, les ruelles de Plaka où Petros Markaris aime à se balader. Sauf que….sauf que quatre requins de la finance sont retrouvés décapités. Bon, on a beau ne pas les porter dans son coeur, avouez que ça fait tâche surtout quand dans le même temps une flopée de tracts incite la population à stopper tous ses remboursements de crédits !! 

Le commissaire Charitos est obligé de se démener pour trouver les coupables, et c’est plutôt galère je vous l’assure car évoluer dans le marigot des politiques, des hommes d’affaires et de la finance internationale ce n’est pas de tout repos.

 

banque_grecque.jpg

 

C’est la première fois que je rencontre Charitos et je l’ai bien aimé, d’abord il est sympa avec ses démêlés familiaux et son amour inconditionnel pour la Grèce. Il va lui falloir faire fi des ses amitiés, faire fi de la corruption, des pressions de ses supérieurs et de son éternelle empathie, si vous ajoutez à ça que sa fille bien aimée se marie ….Mama mia !!!

 

markaris1.jpg

                  Petros Markaris

 

Il paraît que c’est le premier d’une trilogie, ce qui est certain c’est que je vais surveiller la parution du tome 2 car je suis tombée sous le charme de Charitos malgré son foutu caractère.

 

9782021053517FS.gif

 

Le livre : Liquidation à la Grecque - Petros Markaris - Traduction de Michel Volkovitch - Editions du Seuil

Commentaires

  • Ben voilà une bonne référence pour une période qui s'annonce avec polars ;-)

  • @ Margotte : un bon polar, par exceptionnel mais surtout intéressant pour la période en question

  • Oh, rien de plus tentant que quelques "décapitations"!!! (j’adore tes illustrations ;-))
    Je note, belle journée Dominique.

  • @ colo : j'avais annoncé du sang et là il y en a à profusion :-)

  • Ma bibli va le posséder (quand on annonce pas d'exemplaire du document, c'est qu'il va arriver) et elle en a un autre, L'empoisonneuse d'Istambul ,qui n'a pas l'air de faire partie de la trilogie. Bon, ça peut changer des polars nordiques, et puis coller (hélas) à l'actualité.

  • @ Keisha : c'est le premier que je lis de cet auteur, aussi je reste tout à fait positive mais pour cet opus seulement !!

  • Voilà un livre qui me rappellera certainement avec émotion un séjour à Athènes, la Plaka surtout: je me demande comment cela vit aujourd'hui.

    (Durs avec la Vénus les "autorités" monétaires...)

  • @ Christw : c'est ce que j'ai préféré dans ce polar, non pas la trame ou l'enquête mais l'atmosphère d'une ville grecque en proie à la crise

  • Oui, ton article est très intéressant car on n'en a pas fini avec le réalisme en littérature et il y a une part sur l'air du temps qui moi me plaît bien, cela sert aussi parfois de témoignage et c'est un aspect qui me plaît bien en littérature.

  • @ Anis : comme toi c'est le réalisme que je préfère et le ton de ce polar m'a paru tout à fait judicieux

  • S'appeler Charitos quand on enquête sur la mort de banquiers est déjà tout un programme ! On sent tout ton plaisir à lire ce polar, tu le fais bien partager ! Bon premier mai Dominique, bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : c'est le premier que je lis donc je veux rester un peu positive mais pas trop, la période vaut la peine que l'on écrive non ?

  • Tu me donnes bien envie de faire connaissance avec Charitos surtout quand le traducteur de ce livre est Michel Volkovitch qui a un blog passionnant. A visiter pour ceux qui aime la Grèce, un site d'information indépendant qu'il conseille okeanews.fr

  • @ nadejda : tu es sensible au traducteur et là je te rejoins tout à fait
    je vais aller voir le site dont tu parles

  • Tiens, c'est amusant je suis allée voir un film hier soir : La Poussière du temps,. de Theo Angelopoulos. Quelle galère aussi dans les années 50, après guerre...
    Bonne journée !

  • @ Enitram : j'ai l'impression que la Grèce n'en a jamais fini avec la galère, les années 50 puis les colonels et maintenant la crise ........

  • Je continuerai avec cet auteur, après Le Che s'est suicidé, même si j'ai déjà été plus enthousiaste pour des polars !

  • @ Kathel : je ne peux pas comparer c'est ma première lecture, la trame policière n'est pas exceptionnelle mais la peinture de cette société en souffrance est tout à fait juste

  • Moi qui suis toujours à la recherche d'un thème pour un prochain polar (j'en ai toujours un sur le feu), voilà un thème que j'aurais aimé avoir. Le polar même s'il semble un genre mineur, est l'occasion de faire passer des messages sociétaux...

  • @ jeanmi : c'est vraiment l'intérêt de celui là effectivement, j'aime bien quand les polars entrainent un peu hors de la stricte trame policière

  • bon , ok, il y a du soleil alors pourquoi pas!
    mais bon moi et les polars ... c'est pas toujours gagné

  • @ luocine : je me répète mais il vaut pour ce tableau sombre malgré le soleil de cette société qui souffre de la crise au maximum

  • Que peut un commissaire contre cette espèce de requins ? Je lis peu de polars mais si Charitos a du charme...

  • @ Tania : quand j'entends l'actualité en France je me dis que nous ne sommes pas si loin de la Grèce

  • Je le connais et je l'aime bien ce Charitos. Cette trilogie risque donc bien de faire partie de mes lectures ! Foutu caractère en effet, sans parler de celui de sa femme ! Si je me souviens bien son futur gendre est d'un grand réconfort. Rien de perdu, donc !

  • @ Annie: tu peux lire celui là sans restriction aucune

  • Des requins décapités? Mort aux banquiers! j'approuve et j'adore l'humour de cet auteur! décidément les romans policiers sont (presque) les seuls à nous montrer la société actuelle et à la dénoncer!

  • @ claudialucia : une bonne façon de prendre conscience de ce qiui se passe hor de nos frontières

  • J'en ai lu beaucoup de bien, tu confirmes. A surveiller de près quand il arrivera à la médiathèque.

  • @ @ jérome : je confirme un bon polar

  • Encore un foutu mauvais caractère, chouette, c'est comme ça que je les aime ! En plus, si on dézingue les banquiers, hop, c'est vendu -:))

  • @ Aifelle : teigneux mais sympa

Les commentaires sont fermés.