Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Empereurs des ténèbres - Ignacio del Valle

Noir comme un hiver Russe

hiver-russe.jpg

 

1943  L’armée allemande affronte l’hiver russe, à ses côtés la Division Azul et ses volontaires franquistes qui croyaient ainsi lutter contre le communisme.  

Hommes et bêtes meurent de froid parfois même de faim.

On découvre le cadavre d’un homme égorgé dans la rivière prise par les glaces et l’homme porte gravé dans sa chair « prends garde Dieu te regarde »

Pour le moral des hommes et la discipline il faut trouver l’auteur de ce meurtre, le lieutenant Arturo Andrade est chargé de l’enquête. 

Ce n’est pas un enfant de choeur, il a perdu ses galons et même s’il ne partage pas le fanatisme des hommes de la division il a derrière lui un passé très trouble.

barbarossa.jpg

 Il va se faire aider du sergent Espinosa, n’accorder sa confiance à personne et tenter de comprendre où se trouve l’ennemi : côté russe ? parmi les SS qui assassinent Juifs et Tziganes ? ou dans la division même ?

Son enquête va se révéler longue, difficile.

Des scènes hallucinantes de folies et de cruauté, le froid, la neige, la nuit pendant laquelle les partisans de l’Armée Rouge attaquent sans relâche, la folie ambiante, la débâcle de l’armée allemande, tout est rendu avec un réalisme impressionnant.

 

Un polar qui choisit une période sinistre de l’histoire et qui parvient à nous intéresser au sort de ses hommes qui sont en proie à la haine, à la violence, à leurs démons intérieurs, où le mot civilisation est balayé pour le chaos de l’Histoire.

Un polar que je trouve réussi même si l’intrigue est un peu trop tortueuse,  je le rapprocherais de  La tristesse du samouraï, des romans qui mêlent réalité et fiction avec beaucoup d’efficacité.

 

9782752906519FS.gif

 

Le livre : Empereurs des ténèbres - Ignacio del Valle - Traduit par Elena Zayas - Editions Phébus libretto

Commentaires

  • Bonjour Dominique, je n'ai pas encore lu Les Démons de Berlin (qui est dans ma PAL) du même écrivain mais je recommande cet Empereur des ténèbres rien que pour la toile de fond et le personnage d'Andrade. Lire mon billet http://dasola.canalblog.com/archives/2012/07/07/24640843.html Bon dimanche.

  • @ dasola : je viens d'aller relire ton billet en effet, comme toi je trouve Andrade un personnage assez intéressant coincé entre culpabilité et action

  • Il me tente moyennement celui-là!

  • @ sous les galets : c'est le type de roman où l'intrigue a moins d'importance que le contexte, cette guerre d'usure, les exactions, ces phalanges étrangères

  • Planter un thriller très réaliste dans une telle période est un atout suffisant pour que je le glisse dans ma PAL. Je vois que vous n'êtes pas seule à l'avoir apprécié.

    Bon dimanche !

  • @ christw : j'ai aimé ce récit très dur sur fond de guerre et d'hommes qui ont choisi un destin très sombre

  • Je l'ai trouvé trop long celui-là, et beaucoup moins bien que "La tristesse du samouraï".

  • @ Yspaddaden : j'ai lu ta critique peu enthousiaste mais je n'ai pas du tout eu la même impression, peut être parce que cette époque de l'histoire m'intéresse beaucoup, je vais essayé son autre roman qui vient de paraitre

  • Un cadre tout à fait intrigant pour un polar ! Noir sur noir en quelque sorte !

  • @ Annie : j'aurais pu intituler le billet "du noir sur la neige " :-)

  • Là je crois que ça ne va pas m'attirer. Guerre plus crime, ça fait beaucoup (et en plus c'est l'hiver, là ça m'abat ^_^)

  • @ Keisha : il en faut pour tous les goûts, ceux qui aiment l'hiver et ceux qui aime l'été :-) aussi tu verras j'ai pensé à eux aussi

  • En effet cette partie de l'histoire contemporaine, vue du côté de l'Allemagne fait peu l'objet de fictions. Je savais qu'il y avait des soldats scandinaves, français et italiens sur le front de l'Est mais j'ignorais qu'il y avait aussi des Espagnols. Je crois que je vais faire un tour chez mon libraire...

  • @ Jeanmi : la division Azul de sinistre réputation !

  • Je me suis laissée prendre par ce livre qui aborde des aspects de la tragédie des soldats étrangers sur le front de l'Est que l'on connait bien mal. La complexité du personnage du lieutenant Andrade, ses fêlures donne un peu d'humanité à ce livre qui se déroule dans un cadre et une ambiance très dure. J'admire la grande puissance d'évocation de toute cette période par un auteur né en 1971.

  • @ nadejda : je te rejoins totalement, mélange de dureté et d'humanité malgré tout
    L'auteur est bluffant c'est certain, je vais lire son autre roman qui pour lui a été je crois le premier paru, juste pour voir si on devra compter sur lui à l'avenir

  • " Du noir sur la neige ", autant te dire que je découvre et que je note !!

  • @ Marilyne : une atmosphère très particulière mélange de violence et de psychologie, très prenant à mon goût mais va lire le bémol d'Ys pour avoir une idée plus complète

  • Broyer du noir
    Non non
    Pas en ce moment!!

  • @ Aloïs : tu es pardonnée :-)))

  • Pas trop envie de me plonger dans cette ambiance pour l'instant, mais l'Histoire mêlée à l'intrigue vaut sûrement la lecture (ou l'inverse).

  • @ Tania : je lis un peu par à coups certains types de livres, puis je sature et je passe à autre chose

  • Je viens de terminer Les démons de Berlin, dans lequel on retrouve Arturo Andrade en plein coeur de l'apocalypse berlinoise...
    Là encore, le contexte supplante l'intrigue, et ce contexte est passionnant.

  • @ Inganmic : j'irai lire ton billet avec plaisir, je laisse passer un peu de temps entre deux lectures d'un même auteur en général

  • Un roman policier dans le décor et l'action de Les Bienveillantes! Ce doit être dur mais passionnant!

  • @ Claudialucia : dur c'est certain mais vraiment intéressant à mon avis

  • J'ai déjà eu du mal avec La tristesse du samouraï, qui en "faisait trop" à mon goût... je ne note pas s'il t'y fait penser.

  • @ Kathel : si le tristesse du samouraï ne t'a pas plus celui là n'est pas fait pour toi

  • En tout cas un thème de polar très original. C'est un genre qui fait preuve de beaucoup d'inventivité.

  • @ Anis : j'ai aimé le côté décalé, un bon polar très dur et très froid

  • ah non alors, l'hiver a été trop long et trop dur ..... mais je pense qu'il y a sûrement de l'intérêt à ce polar!
    Luocine

Les commentaires sont fermés.