Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Européens - Henry James

    Quatre mariages et un enterrement

    james

    Plus encore que Roderick Hudson voilà une façon simple et légère d’entrer dans le monde de Henry James..
    James a trente-cinq ans lorsqu’il écrit Les Européens. De ce roman va naitre sa renommée, même si la réception fut plus positive en Angleterre qu’aux Etats-Unis.

    james

    Une atmosphère bucolique

    Félix et Eugenia viennent d’arriver à Boston. Ils sont frère et soeur, américains mais ont toujours vécu en Europe. 

    On pressent que la visite qu’ils font à leurs cousins d’Amérique est un rien entachée d’intentions intéressées dues à une situation très précaire.

    Félix est un beau jeune homme à l’heureux caractère et sans occupation aucune, Eugénia quant à elle a contracté un mariage avec un prince allemand, mariage proche de sa dissolution. 

    Leurs cousins américains les Wentworth sont une famille austère mais pleine de générosité qui les accueille avec quelques réserves surtout Mr Wenworth, homme froid avec une maison à son image

    «  pas de splendeurs, pas de dorures, pas de régiment de domestiques. »

    Ses deux filles elles sont un peu éblouies par ces cousins si exotiques, Gertrude, sur laquelle Félix jette très vite son dévolu, est promise au pasteur Brand. Elle est celle qui est le plus attirée par ces nouveaux venus

    « Elle n’avait rien connu d’aussi délicieux depuis la lecture de Nicholas Nickleby »

    james

    L'archétype de la jeune américaine

    Robert Acton cousin et ami de la famille se laisse lui aussi prendre dans les filets de ces européens, seule résiste sa soeur Lizzie archétype de la jeune fille américaine, hardie et innocente à la fois, si on veut lui trouver une parenté il faut la chercher chez Edith Wharton et le personnage de May Welland dans le Temps de l’innocence.

    Mona Ozouf dit que ce roman est une « palette de couleurs tendres » c’est vrai mais le ton est constamment ironique. Satire légère et pleine d’humour qui entérine l’opposition entre Nouveau et Ancien monde, entre un monde puritain et bien pensant et celui du plaisir des sens et de l’esprit.

    L’ atmosphère du roman est crée par petites touches « le décor bucolique, la campagne environnante » les sentences religieuses accrochées ici et là, les fiacres collectifs qui surprennent nos européens.
    Les Wentworth représentent une société prude et moralisatrice, chez eux

    « pas de splendeurs, pas de dorures, pas de régiment de domestiques »

    james

    L'adaptation de James Ivory

    Le décor d’une maison, les parures féminines relèvent pour eux du mensonge, des apparences et donc du péché. 
    Plusieurs scènes mettent en opposition la froideur et la rigueur morale à l’insouciance et la frivolité européennes, le roman est une passerelle jetée entre ces deux mondes que tout oppose.
    Félix est jovial, léger, un rien inconséquent
         « Je n’ai jamais étudié; je n’ai pas de formation. Je fais un peu de   tout, mais rien de bien . je ne suis qu’un amateur » 

    Les scènes sont parfois cocasses, les comparaisons très ironiques, Eugenia a une conversation que le pasteur n’hésite pas à rapprocher de Mme de Staël et de Mme de Récamier et dans sa bouche c’est loin d'être d’un compliment. 

    james

    Lee Remick en Eugenia


    C’est un roman délicieux mais ne nous y trompons pas le James plus noir, plus caustique n’est jamais loin. Ne dit-il pas d’Eugenia. 
          « Rien de ce que disait la baronne n’était tout à fait faux. Mais peut-   être convient-il d’ajouter en toute justice que rien de ce qu’elle disait n’était tout à fait vrai »
    Quant à Gertrude voilà comment elle voit sa famille et son entourage.

    «  Il doit y avoir mille façons d’être lugubre et parfois je me dis que nous les utilisons toutes »

    Donc palette tendre mais ce sera la dernière fois dans l'oeuvre de James qu'un roman se termine par des mariages.

     

    james

    Le livre : Les Européens dans Portrait de femme et autres récits - Henry James - Traduit par - Gallimard Pléiade

  • climat anglais

    Deux romans, deux auteurs auprès de qui j’ai repris goût à la lecture

    météo.jpg

    Il faut croire que le climat anglais est bon pour les écrivains

    Mme météo sera ici dès demain

  • Silence - Shûsaku Endô

    La sortie du film de Martin Scorsese était l'occasion de vous parler de ce roman.

    J'ai trouvé l'adaptation très bonne. Elle est fidèle au roman.

    MV5BMjY3OTk0NjA2NV5BMl5BanBnXkFtZTgwNTg3Mjc2MDI@._V1_SY1000_CR0,0,640,1000_AL_.jpg

    1614 au Japon, le Shogun Tokugawa décide d’expulser tous les missionnaires catholiques, les catholiques japonais sont chassés et torturés, contraints à renier leur foi. 
    Les prêtres se cachent et tentent d’informer leurs congrégations. Certains sont emprisonnés, torturés. On perd leurs traces.
    Quelques années plus tard quatre prêtres font le projet de se rendre au Japon pour poursuivre l’évangélisation mais surtout retrouver les prêtres disparus dont on dit que certains seraient apostats ayant renoncé publiquement à leur religion.

    silence 2.jpg

    Photos du film

    1637 Sébastien Rodrigues s’embarque pour le Japon avec deux compagnons, son principal objectif est de retrouver Christophe Ferreira dont il fut l’élève appliqué à Lisbonne et qui a cessé de donner de ses nouvelles, la rumeur fait de lui un apostat, Rodrigues refuse de croire cela de son maître en théologie.
    Le voyage est périlleux et une fois au Japon Rodrigues va envoyer fidèlement des rapports à sa congrégation. Des convertis les accueillent, les cachent, ils dispensent des sacrements ici ou là toujours en cachette. Mais l’aventure tourne court, arrêtés ils doivent être témoins des supplices infligés aux japonais convertis. Tous les paysans qui les ont aidés sont torturés savamment, ils meurent en martyrs, un martyr « misérable et douloureux ».

    Japon-022.jpg

    Rodrigues prend la fuite pour ne plus mettre en danger la population, mais dénoncé il se retrouve face au commissaire Inoue qui refuse le christianisme non parce que c’est une mauvaise religion mais parce qu’il n’est pas fait pour le Japon.
    Alors s’engage une bataille d’idées, de conviction «  un procès en persuasion » !


    Lorsqu’enfin il retrouve Ferreira un autre combat commencera pour lui, sa foi vacille car Dieu reste obstinément silencieux devant les persécutions des chrétiens «  Il était venu dans ce pays afin de donner sa vie pour les autres et c’étaient ces Japonais qui, un à un, donnaient la leur pour lui » 

    Peut-il encore croire « Dieu existait-il vraiment ? S’il n’existait pas, quelle dérision que les années de sa vie passées sur des mers sans limites à seule fin de venir semer sur cette île aride une graine menue »

    silence 3.jpg

    photos du film

    Un bon roman sur une période historique particulière de l’histoire du Japon. Sébastien Rodrigues livre un vrai combat avec sa foi et n’est pas sans rappeler Blanche de la Force l’héroïne du Dialogue des carmélites de Bernanos.


    J’ai aimé découvrir les relations complexes qui ont existé entre Orient et Occident à cette époque, relations qui se sont terminées par une fermeture totale du pays aux étrangers pendant deux siècles.

     

    9782070414512FS.gif

    Le livre : Silence - Shûsaku Endô - Traduit de l’anglais par Henriette Guex-Rolle - Editions Gallimard Folio

  • La Bible dans les littératures du monde - Sous la direction de Sylvie Parizet

    « La Bible coule dans mes veines » ∗

     

    noé.jpg

    Si vous suivez ce blog régulièrement vous savez que je m’intéresse à la Bible depuis déjà pas mal de temps. Des livres résolument sceptiques jusqu’aux livres de Thomas Römer professeur au Collège de France à la chaire des Milieux bibliques. 

    booz.jpg

    Ruth et Booz - Frédéric Bazille

    La Bible a inspiré musiciens et peintre de tous les temps et de tous les pays. Mais surtout elle est à la source de la littérature mondiale. Bien entendu si l’on pense littérature et monde, des noms arrivent aussitôt : William Blake, Dante, Milton, Victor Hugo pour n’en nommer que quelques uns.

    Sylvie Parizet vient de diriger l’édition d’un dictionnaire regroupant les écrivains, les littératures, qui ont trouvé leur inspiration dans la Bible.

    C’est une oeuvre colossale et magistrale, elle a fait travailler ensemble 400 spécialistes de 40 pays ! 

    babel.jpg

    Babel est là bien entendu

    Dit comme ça c’est déjà beaucoup mais si on rentre dans le détails c’est encore plus extraordinaire, les deux tomes de cette Bible dans les littératures du monde rassemble 450 écrivains qui ont droit à un article spécifique : au hasard cela va de Truman Capote à Stefan Zweig en passant par Rimbaud ou Flaubert, Borges ou Shakespeare, Joseph Roth ou Paul Celan, Faulkner ou Garcia Marquez .......

     

    blake.jpg

    William Blake - Dieu créant Adam

    Mais il y a plus dans cet ouvrage, les grands thèmes de la Bible sont présent, le Déluge ou Babel, les grands personnages : Job ou le roi David. Chacun donnant lieu à une entrée. Des synthèses par pays viennent encore enrichir cet outil de référence, ainsi se côtoient Saint Augustin et l’Autriche, Bossuet et la Bosnie, Pierre Michon et le Mexique. 

    job.jpg

    Job de Jean Fouquet

    Je ne vais pas vous faire croire que j’ai lu cet ouvrage en totalité avant de faire ce billet, non mais j’ai déjà pas mal grapillé.

    J’ai cherché au fur et à mesure que je pensais à un écrivain, à un livre, à un poème, j’ai vérifié : est-il là dedans ? et bien oui jusqu’à maintenant j’ai trouvé à leur place Robinson Crusoé ou plutôt Daniel Defoe, le Booz de la légende des siècles, Zola et le jardin paradisiaque de l’abbé Mouret ou à l'Est d’Eden de Steinbeck.

    J’ai aimé aussi la tonalité très oecuménique de cet ouvrage, s’y mélangent des auteurs de toutes les religions et même certains qui n’en ont aucune.  

    Il n’y a qu’un bémol, c’est le coût de cet ouvrage mais il est appelé à être je pense l’ouvrage de référence sur le sujet et ceci vaut bien cela.

     

    Jorge Luis Borges

    La notice de présentation complète 

    IMG_0027.JPG

    Le livre : La Bible dans les littératures du monde - Sous la direction de Sylvie Parizet - Editions du Cerf

  • L'histoire mondiale de la France - sous la direction de Patrick Boucheron - Editions du Seuil

    Quand l’Histoire fait le buzz

    buzz.jpg

    Avant de vous décider à acheter ou emprunter ce livre vous avez le choix entre deux types de critiques : soit l’on estime que cet ouvrage est « le fossoyeur du grand héritage français » dixit Alain Finkielkraut notre homme en vert, soit qu’il soit là pour « déplacer, dépayser, et élargir notre histoire » dixit Patrick Boucheron.

    Je dois avoir un côté centriste (c’est à la mode n’est-ce pas ?) car si j’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai trouvé ici ou là quelques discours un peu trop négatifs qui tendent à culpabiliser le lecteur d’aujourd’hui, mais cela ne concerne que quelques chapitres d’un très gros livre qui reste un travail passionnant pour nous aider à regarder la France les yeux bien ouverts sur le monde et où le positif l’emporte largement.

     

    Patrick Boucheron et l’équipe d’historiens qui l’entoure ont décidé de choisir 146 dates dans l’histoire de la France, des faits et des personnages, pour illustrer l’évolution de la nation France.On va des dessins de la grotte Chauvet aux attentats de 2015.

    C’est donc une histoire que vous pouvez lire comme je l’ai fait en suivant la chronologie ou vous pouvez piocher au hasard de vos envies et de votre curiosité, chaque chapitre étant une unité indépendante avec sa propre bibliographie et un nombre limité de pages ce qui permet de rapidement se faire une idée du sujet traité. 

    Pour aller dans le sens de Finkielkraut il y a en effet des choses passées sous silence, la littérature est très peu présente ainsi que l’art. Mais l’ensemble est éclairant, loin des discours simplistes de certains pseudo historiens style Lorant Deutsch

     

    Une date : 34000 ans avant JC et ces hommes « les premiers à avoir fréquenté cette grotte, les auteurs de ses principales fresques » quelque part dans le sud de la France.  Ils illustrent ce « grand art des cavernes » , inventent un langage qui aujourd’hui nous émerveille.

    chauvet.jpg

    La grotte Chauvet

    « brillants artistes, dont cette grotte reste le chef-d’oeuvre : avec près de cinq cents figures animales »

     

    Des personnages : Des gaulois au Sénat de Rome en 48
    On a longtemps appris que nos ancêtres et les romains n’étaient pas dans les meilleurs termes mais savez vous qu’un jour une délégation de notables venus « d’Aquitaine, de Lyonnaise, de Belgique »est allée réclamer le droit d’accéder et de siéger au Sénat ? C’est bien fait pour flanquer un coup à nos irréductibles gaulois ça ! 

    astérix.jpg

     

    Un homme et une ville : Troyes en 1105
    La Champagne a abrité un homme d’exception qui commenta la totalité de la Bible et du Talmud. Il s’appelait Rachi et peut être « considéré comme l’un des premiers grands auteurs français »
    Il passa sa vie en Champagne mais son savoir plane encore aujourd’hui dans « les synagogues du monde entier, des grandes villes américaines aux hameaux du Yemen, du Birobijian à Canberra »
    La ville lui a consacré un musée.

    rachi.jpg

    Rachi né et mort à Troyes

    Un fléau : La peste noire 1347 et des foyers aux quatre coins du monde, en Ukraine, en Chine, véhiculée par les marchands persans, arabes, grecs, vénitiens, génois. Elle interrompt même la Guerre de cent ans mais atteint les villes de France plutôt que les campagnes. Elle fit aussi d’autres sortes de morts comme les 2000 juifs victimes d’un pogrom à Strasbourg, il fallait bien trouver un bouc émissaire.

    peste.jpg

    Une ville : Dunkerque 1662
    Une ville sur laquelle Louis XIV met la main alors qu’elle était jusque là un repaire de corsaires, un nid d’espions hollandais et anglais, bref un port très cosmopolite.

    jean bart.jpg

    Vous le croyez français Jean Bart ? non corsaire flamand 

     

    1825 et la première intervention humanitaire de la France et la première réflexion sur le droit d’ingérence. Vous avez devinez ? oui rappelez vous 

    Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ? 
    Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus, 
    Je veux de la poudre et des balles. 

     

    Missolonghi.jpg

    Theodoros P. Vryzakis, Missolonghi 

    1917 : pendant que la Première Guerre fait rage, en Nouvelle Calédonie la révolte des Kanaks vient rappeler que ces français malgré eux refusent d’aller se battre pour la France en Europe. Colère que les Kanaks mettront en mots grâce à des « poésies-récits ».

    abbé.jpg

    1954 et l’appel de l’abbé Pierre « le pays se mobilise pour venir en aide aux mal-logés. Le retentissement est international »

     

    Il y a encore cette histoire d’un tailleur de pierre qui s’en va en Suède en 1287 pour construire la cathédrale d’Uppsala ou Dominique Vivant Denon cherchant à soustraire aux armées et pays d’occupation les oeuvres dont Napoléon avait enrichi le Louvre. Le Nobel de Marie Curie ou la loi de 1927 facilitant l’accession à la nationalité française et qui me fait me souvenir de la lecture d’Adieu Volodia de Simone Signoret. 

     

    Ce ne sont que quelques exemples par forcément les plus importants mais parmi ceux qui m’ont plu ou qui ont attiré mon attention ou des sujets que je ne connaissais pas du tout.

    Certains chapitres m’ont moins plus, par exemple celui sur Jean Calvin non que l’homme n’est pas important, mais l’affublé du terme d'« humaniste » me semble bien erroné quand on pense à Michel Servet qu’il envoya au bûcher ou à Sébastien Castellion qu’il accula à la misère.
    J’ai eu quelques tiraillements aussi en lisant le chapitre sur la Terreur dont l’auteur semble dédouaner un peu vites les révolutionnaires de l’époque.

     

    Pourtant dans leur grande majorité les articles sont intéressants, riches. Ils offrent une excellente synthèse en peu de pages, libre ensuite au lecteur d’aller parfaire son information. 

    Le portrait de la France qui ressort est plus bigarré, plus métissé que celui qui prévaut dans beaucoup de livres.

    C’est une Histoire qui interroge, qui relance la réflexion, qui agace parfois mais qui toujours nous met en demeure d’élargir notre point de vue et rien que pour cela j’ai fait une place à ce livre dans ma bibliothèque, il va aller rejoindre le Petit Mourre qui lui répond à de toutes autres questions, ils se complètent bien.

    9782021336290FS.gif

    Le livre : L’histoire mondiale de la France - Sous la direction de Patrick Boucheron - Editions du Seuil

  • frénésie de lecture

    Ma frénésie de lecture est revenue, du coup je n’ai pas hésité et je me suis plongée dans des pavés ENORMES  je vous laisse des indices.

    Un livre d’histoire bien gros et bien lourd

    france dans le monde.jpg

    et une histoire littéraire genre tour du monde.

    bible.jpg