Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : zola

  • Tourgueniev - André Maurois

    tourgueniev.gifTourgueniev - André Maurois - Editions Grasset Les Cahiers Rouges
    Depuis quelques mois j’ai lu plusieurs romans de Tourgueniev et j’avais envie d’en savoir un peu plus sur sa vie, avant de me lancer dans une vraie et complète bio j’ai choisi ce petit livre d’André Maurois.
    Il a un double avantage, d’abord il est fort bien écrit et cela déjà le rend très agréable et il est court car c’est une suite de petits textes qui n’étaient pas fait à l’origine pour être rassemblés puisqu’il s’agit de 4 conférences données par Maurois.
    En quelques lignes Maurois situe la Russie et son régime autocratique au moment de la naissance de Tourgueniev
    « La Russie de 1820 n’est pas en équilibre. Ce’est un état politique dangereux pour une nation, mais c’est un état favorable à la formation des grands romanciers, parce que les passions y sont fortes, les changements soudains et frappants »
    Il nous présente la famille de Tourgueniev, son père qui servira de modèle à « Premier amour », l’autoritarisme de sa mère qui engendra sans doute un comportement avec les femmes très difficile dont sa liaison singulière avec Pauline Viardot, que l’on trouve évoquée dans « Journal d'un homme de trop », est le reflet
    André Maurois s’attache à faire comprendre les liens entre l’oeuvre et la vie. Il revient en détail sur certaines périodes  et l’on voit Tourgueniev arrêté et emprisonné pour avoir écrit un article sur Gogol et ensuite condamné à l’exil sur ses terres. C’est l’occasion pour André Maurois d’évoquer l’amour inconditionnel de Tourgueniev pour la Russie, amour qui perdurera même lorsque ses convictions le porteront à critiquer le système politique et à s’opposer au servage.
    « Il semble y avoir, dans les paysages russes, une mystérieuse beauté dont ceux qui les ont connus gardent jusqu’à la mort l’amour et le regret »
    J’ai découvert aussi un auteur satirique de la noblesse terrienne que j’avais déjà entreaperçu dans « Fumée » et mieux compris l’impression de Tourgueniev de n’être nul part à sa place, trop européen pour les russes et trop russe pour les européens. On retrouve son amitié avec Flaubert, Maupassant, Zola, Daudet, Mérimée qui le situe dans le monde culturel de l'époque.

    daudetflaubertzolatourgueniev.jpg

    De gauche à droite : Daudet, Flaubert, Zola et Tourgueniev

    En deux courts chapitres Maurois analyse l’art de Tourgueniev, il veut tirer un trait sur les querelles littéraires qui opposent Dostoïevski ou Tolstoï à Tourgueniev en quelques phrases d’une grande justesse
    « Ce que nous défendons avec tant de force chez un écrivain, ce n’est pas son oeuvre, ce sont nos goûts profonds. Nos choix littéraires, nos préférences sont déterminés par nos besoins sentimentaux et spirituels. Ayant retrouvé dans un roman l’image exacte de notre inquiétude ou de notre sérénité, nous considérons le critique hostile comme un adversaire personnel »

    Maurois sait à merveille nous présenter le génie descriptif de Tourgueniev, son art pour retenir le détail essentiel qui sait suggérer, il dit « Jamais romancier n'a fait preuve d'une économie de moyens aussi complète. Quand on a un peu l'habitude de la technique d'un roman, on se demande d'abord avec surprise comment Tourguéniev put, par des livres si courts donner une telle impression de durée et de plénitude  »

    Ce livre loin d'avoir épuisé son sujet m'a donné envie de lire une biographie plus importante et surtout de continuer ma lecture de Tourgueniev que je n'ai fait qu'effleurer

     

  • Le chant des cigales

    La Provence des cigales

     

    Je vous invite à écouter la Provence à travers les comédiens qui ont donnés leur voix, leur souffle aux récits de Giono et de Zola.

     

    livre-audio-colline-de-jean-giono-lu-par-jacques-bonaffe.jpg"Quatre maisons fleuries d'orchis jusque sous les tuiles émergent de blés drus et hauts. C'est entre les collines, là où la chair de la terre se plie en bourrelets gras. Le sainfoin fleuri saigne dessous les oliviers. Les avettes dansent autour des bouleaux gluants de sève douce. Le surplus d'une fontaine chante en deux sources. Elles tombent du roc et le vent les éparpille. Elles pantèlent sous l'herbe, puis s'unissent et coulent sur un lit de jonc. Le vent bourdonne dans les platanes. Ce sont les Bastides Blanches. Un débris de hameau, à mi-chemin entre la plaine où ronfle la vie tumultueuse des batteuses à vapeur et le grand désert lavandier, le pays du vent, à l'ombre froide des monts de Lure. La terre du vent."

     

     

    livre-audio-mp3-un-des-baumugnes-de-jean-giono-lu-par-jacques-bonaffe.jpg

     

    Tandis que je lisais au jardin, ce que ma grand'tante n'aurait pas compris que je fisse en dehors du dimanche, jour où il est défendu de s'occuper à rien de sérieux et où elle ne cousait pas. Un jour de semaine, elle m'aurait dit : « Comment tu t'amuses encore à lire, ce n'est pourtant pas dimanche. »

     

     

     

     

     

    DO935.jpg

     

    "Il s'arrêta net d'étonnement. Il ne reconnaissait pas la longue fille mince et déhanchée qu'il avait vue, l'autre saison, à la Blancarde. Naïs était superbe, avec sa tête brune, sous le casque sombre de ses épais cheveux noirs; et elle avait les épaules fortes, une taille ronde, des bras magnifiques dont elle montrait les poignets nus. En une année, elle venait de pousser comme un jeune arbre." 

     

     

     

     Je ne pouvais pas faire un thème sur la Provence sans vous  proposer ces textes même si j'en ai déjà parlé ici. 

     

    Je télécharge ces livres audio, le plus souvent sur  Le livre qui parle  mais aussi chez  Thélème  et autre  audiolib 

     

    Trois textes pleins de soleil, de chaleur, d’odeur de thym et de romarin.  A lire sans aucune modération

     
  • Vous reprendrez bien un peu de latin ?

    jacta.jpg

    dictionnaire.jpgDictionnaire des sentences latines et grecques - Renzo Tosi - Editions Jérôme Millon
    A l’heure de la fronde des professeurs de lettres classiques cette parution fait un joli pied de nez à ceux qui pensent que le latin/Grec c’est dépassé ! Rogné, malmené, moqué, l’enseignement du latin et du grec est réduit à la portion congrue mais vous pouvez  retrouver le plaisir du voyage dans le passé dans ce dictionnaire qui n’est pas du tout destiné aux spécialistes ou enseignants, non il est fait pour vous et moi si l’on est curieux de nature.
    Plus de 2000 sentences, maximes, expressions, locutions, celles qui font les beaux jours des pages roses du Larousse mais pas seulement. Ajoutez y des proverbes, des dictions, des aphorismes et enfin pour faire savant : des apophtegme (ça c'est grec !)

    Classez tout cela par thème par nom d’auteur pour donner un semblant d’ordre et vous voilà avec de quoi butiner, pilloter, picorer, et lire à sauts et à gambades pour plusieurs semaines voire plusieurs mois.
    Ce que j’aime le plus ce sont les croisements avec les auteurs qui ont utilisé telle ou telle expression, question record La Fontaine est très bien placé suivi de près par Racine et Corneille mais on trouve ici toute l’Europe et au delà : Dante, Cervantès, Shakespeare, Tolstoï.
    Vous retrouverez vos auteurs antiques favoris :  Horace a beaucoup fait pour ce dictionnaire mais aussi Pétrone, Juvénal, sans oublier Cicéron et Sénèque.
    CerclePoetesr-300x253.jpgRenzo Tosi va plus loin en liant chaque sentence avec des oeuvres, des films, ah le Cercle des Poètes disparus Monsieur Keating et son Carpe Diem,  des chansons récentes. Ces mariages sont toujours passionnants à découvrir.
    Réalisé par un italien, il est traduit en français pour la première fois alors qu’en Italie il en est à sa 16 ème édition et à 100 000 exemplaires vendus ! Je vous laisse découvrir la préface sous forme de conte humoristique, elle est signée Umberto Eco
    L’éditeur vous invite à le suivre en quelques exemples.
    je lui donne la parole : 
    "Nos mentalités se sont forgées depuis des millénaires, sur un même patrimoine d'images, qui trouvent leurs origines dans les civilisations grecques et latines. Elles continuent à les faire vivre, à les remodeler et prouvent l'enracinement des images du passé et leur obstination à perdurer
    « Les murs ont des oreilles », « Tel père tel fils », « Les rats quittent le navire », « La nuit porte conseil », « Tous les animaux sont tristes après l'amour », « La peur donne des ailes » 


    Quelques exemples

    Consummatum est - Tout est accompli : tiré des évangiles l'expression a été utilisé par Puccini le jour de la première de Madame Butterfly qui fut un désastre........Pauvre Puccini

    Omnia vincit amor - l'amour vainc tout : un des articles les plus longs et on retrouve ici l'Ecclésiaste, Pétrarque, Emily Dickinson en passant par Carmina Burana

    Unus pro multis - Un seul pour un grand nombre : tiré de l'Enéide on ne peut s'empêcher de penser que Churchill s'en soit inspiré dans son célèbre discours " Jamais dans l’histoire des conflits humains une dette aussi grande n’a été contractée par tant d’hommes envers si peu "

    Nulla dies sine linea - Pas un jour sans une ligne : Sans doute utiliser par Pline l'ancien mais reprise par Erasme, Giordano Bruno, Kierkegaard, et bien sûr Emile Zola

    Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque et passez de longues heures à butiner

     

  • Du livre au CD il n'y a qu'un pas

    calendrier14.jpg

    Pour ceux qui aiment les histoires mais pas la lecture, pour ceux qui sont sensibles à la voix, pour ceux qui aiment retrouver leurs héros favoris.......

    Ecouter un texte c’est un plaisir particulier, vous ne vous confrontez plus à un texte, il vient à vous.
    Votre esprit peut vagabonder pendant l’écoute, c’est un moment privilégié. L’auteur d’un seul coup se fait entendre, son rythme, sa mélodie, ses mots résonnent ...
    La voix donne une vie nouvelle au texte, le comédien qui lit apporte un souffle aux mots, les fait grandir, vibrer.
    J’ai découvert en « écoutant » Dostoievski, Zola, Proust, la musique de leurs textes qui apporte un sens nouveau et a augmenter mon plaisir de lectrice.

    Trois propositions de trois textes connus à découvrir ou redécouvrir



    amiretrouvé.jpgL’ami retrouvé - Fred Uhlman - Ecoutez lire Gallimard
    Un classique que vous pouvez offrir à un ado qui lirait bien mais ....
    Lui faire découvrir l’amitié qui lie Hans et Conrad, le fossé qui sépare l’enfant juif et le fils d’une grande famille aristocratique en ces temps de montée du nazisme. Forcé à l’exil Hans un jour sera remis en présence de son passé.
    Robin Renucci donne vie à Hans et à Conrad, il fait vivre l’amitié naissante, les joies partagées et la douleur de la séparation, une interprétation très chaleureuse qui ajoute encore de la force au texte.

    jeune fille.jpgLa jeune fille à la perle - Tracy Chevalier - Ecoutez lire Gallimard
    Inutile de présenter l’histoire et vous avez sans doute également aimé le film
    A l’écoute de ce CD vous replongez dans les rues de Delf et vous entrez dans l’atelier de Vermeer accompagné par la voix d’Isabelle Carré qui vous fait vivre l’éblouissement de Griet devant un univers inconnu, elle sait à merveille vous communiquer le trouble qui s’empare de la jeune fille devant le maître et la douleur qui s’ensuit.



    bertin.jpgLa petite dame en son jardin de Bruges - Charles Bertin - Editions Autrement dit
    Un magnifique récit consacré à sa grand-mère où il rend un hommage émouvant à cette femme qui a illuminé son enfance.
    Ce petit bout de femme qui lui fait arpenter Bruges, faire des concours de châteaux de sable, filer à bicyclette pour découvrir la mer du Nord. Cette Thérèse Augustine qui savait si bien souffler dans son bugle pour annoncer son anniversaire.
    La voix d’Alain Carré fait vibrer le texte et toute la magie de l’enfance vous assaille.
     

    Pour vos achats des Sites spécialisés il vous reste juste le temps


    Livraphone      le livre qui parle     la librairie sonore

     

    boule .jpg






     
     

     

  • Fumée - Ivan Tourgueniev

    Fumée - Ivan Tourgueniev - Editions Sillage
    fumée.gifAujourd’hui un peu de chemin avec le plus occidental des auteurs russes, le plus francophile, ami de Daudet, de Zola et de Flaubert, amant de Pauline Viardot musicienne et soeur de la célèbre Malibran, grand voyageur, vivant en France mais n’écrivait que sur la Russie son unique et inépuisable sujet.
    Après  Premier amour où se mêlaient le tragique et la volupté que je vous ai proposé en livre audio, voici un roman plus ambitieux.
    Tourguéniev a suivi sa maîtresse à Baden-Baden et c’est là qu’il situe son roman. C’est une ville où se retrouvent français, russes, anglais, une ville cosmopolite et gaie, légère comme une bulle de Champagne.
    Le héros est un jeune homme : Litvinov, sa fiancée Tatiana et la tante de celle-ci vont le rejoindre à Baden, il est heureux     "  Sa vie lui apparaissait désormais sans obstacle, sa destinée était tracée " Il y a une ombre dans le passé de Litvinov, jeune étudiant il est tombé amoureux fou d’Irène, une beauté au caractère " inconstant, autoritaire et fantasque " Elle  lui a préféré un riche parti, il a tenté de l’oublier mais aujourd’hui elle est à Baden-Baden avec son mari " Elle est toujours aussi ravissante malgré ses trente ans " et Litvinov va retomber sous son charme et tenter d’enfouir l’image de la douce Tatiana sous les ors et le clinquant. Mais peut-on aimer follement deux fois ?

    Baden-Baden.jpg

    Baden Baden au temps de Tourguéniev


    En parallèle de cette intrigue romanesque, Tourgueniev nous invite dans la société du temps et là il s’en donne à coeur joie dans la satire. La société où évolue Irène, celle là même où évolue Ivan Tourguéniev, est l’objet d’une critique acerbe. Il moque les bavardages autour d’une Russie magnifiée et idéalisée.
    A travers une galerie de portraits très sévères il dépeint l’écart entre une Russie attardée et l’Europe civilisée. Il affirme " j’ai foi en l’Europe ou pour parler plus exactement, j’ai foi en la civilisation " La misère des paysans, un système politique tyrannique sont l’objet de ses critiques et de ses craintes "Il viendra un temps où tous auront à rendre compte " Tourguéniev fait preuve de lucidité et les lecteurs russes recevront très mal ce roman.

     

    isaac-levitan-village-in-winter-1877-78.jpg

    La Russie qu'aime Tourguéniev (Isaac Levitan- village en hiver)


    J’ai beaucoup aimé ce roman, son pessimisme, son romanesque un peu désespéré et l’amour inconditionnel de Tourgueniev pour sa patrie malgré ses critiques  " Moi, pour travailler, il me faut l’hiver, une gelée comme nous en avons en Russie, un froid astringent, avec des arbres chargés de cristaux.. " * confie-t-il aux frères Goncourt.

    Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque


    * Tourgueniev - André Maurois

  • La Bible dans les littératures du monde - Sous la direction de Sylvie Parizet

    « La Bible coule dans mes veines » ∗

     

    noé.jpg

    Si vous suivez ce blog régulièrement vous savez que je m’intéresse à la Bible depuis déjà pas mal de temps. Des livres résolument sceptiques jusqu’aux livres de Thomas Römer professeur au Collège de France à la chaire des Milieux bibliques. 

    booz.jpg

    Ruth et Booz - Frédéric Bazille

    La Bible a inspiré musiciens et peintre de tous les temps et de tous les pays. Mais surtout elle est à la source de la littérature mondiale. Bien entendu si l’on pense littérature et monde, des noms arrivent aussitôt : William Blake, Dante, Milton, Victor Hugo pour n’en nommer que quelques uns.

    Sylvie Parizet vient de diriger l’édition d’un dictionnaire regroupant les écrivains, les littératures, qui ont trouvé leur inspiration dans la Bible.

    C’est une oeuvre colossale et magistrale, elle a fait travailler ensemble 400 spécialistes de 40 pays ! 

    babel.jpg

    Babel est là bien entendu

    Dit comme ça c’est déjà beaucoup mais si on rentre dans le détails c’est encore plus extraordinaire, les deux tomes de cette Bible dans les littératures du monde rassemble 450 écrivains qui ont droit à un article spécifique : au hasard cela va de Truman Capote à Stefan Zweig en passant par Rimbaud ou Flaubert, Borges ou Shakespeare, Joseph Roth ou Paul Celan, Faulkner ou Garcia Marquez .......

     

    blake.jpg

    William Blake - Dieu créant Adam

    Mais il y a plus dans cet ouvrage, les grands thèmes de la Bible sont présent, le Déluge ou Babel, les grands personnages : Job ou le roi David. Chacun donnant lieu à une entrée. Des synthèses par pays viennent encore enrichir cet outil de référence, ainsi se côtoient Saint Augustin et l’Autriche, Bossuet et la Bosnie, Pierre Michon et le Mexique. 

    job.jpg

    Job de Jean Fouquet

    Je ne vais pas vous faire croire que j’ai lu cet ouvrage en totalité avant de faire ce billet, non mais j’ai déjà pas mal grapillé.

    J’ai cherché au fur et à mesure que je pensais à un écrivain, à un livre, à un poème, j’ai vérifié : est-il là dedans ? et bien oui jusqu’à maintenant j’ai trouvé à leur place Robinson Crusoé ou plutôt Daniel Defoe, le Booz de la légende des siècles, Zola et le jardin paradisiaque de l’abbé Mouret ou à l'Est d’Eden de Steinbeck.

    J’ai aimé aussi la tonalité très oecuménique de cet ouvrage, s’y mélangent des auteurs de toutes les religions et même certains qui n’en ont aucune.  

    Il n’y a qu’un bémol, c’est le coût de cet ouvrage mais il est appelé à être je pense l’ouvrage de référence sur le sujet et ceci vaut bien cela.

     

    Jorge Luis Borges

    La notice de présentation complète 

    IMG_0027.JPG

    Le livre : La Bible dans les littératures du monde - Sous la direction de Sylvie Parizet - Editions du Cerf