Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'automne d'un poète : Jean Mambrino

    L’automne du poète 

     

    normal_automne_joliecarte5.jpg

    Jean Mambrino vient de mourir et cette nouvelle m’a touché. J'ai appris en lisant les articles qui lui sont consacrés sur internet, que cet homme était jésuite, j’ai cru tombé de ma chaise, un poète membre de la Compagnie de Jésus ! surprenant.

    Sa poésie est sans doute empreinte des signes de sa foi mais je ne connais mal sa poésie, je connais mieux le passeur, le chroniqueur littéraire, le guide indispensable pour vous faire faire un voyage parmi les écrivains, les poètes qui parlent à son âme et qui je vous l’assure parleront aussi à la vôtre.

     

             Le-poete-jesuite-Jean-Mambrino-est-mort_article_popin.jpg

                                      ©(CIRIC / Stéphane Ouzounoff)

     

     

    J’ai deux livres de Jean Mambrino dans ma bibliothèques et ce sont deux parcours superbes.

     

    Lire comme on se souvient est le plus ancien. Il date de 2000 est un recueil d’articles courts sur des écrivains de tous les pays, certains très célèbres comme Karen Blixen, Ray Bradbury ou Jean Giono, d’autres plus confidentiels qui furent de réelles découvertes pour moi comme Gustav Janouch ou Walter Pater.

    Dans la préface Jean-Pierre Sicre dit joliment qu’« il n’est pas beaucoup de livres dont on ait, dès la première approche, le sentiment qu’ils sont là pour rendre les gens heureux » . Je souscris totalement à ce sentiment à la lecture de Jean Mambrino, il n’est pas besoin d’être un grand connaisseur de la littérature, les textes sur chaque auteur sont courts mais pleins de sucs, ils les a lus, relus, il en a fait son miel et à son tour il nous transmet son savoir, son plaisir.

    A son propos Claude Roy disait qu’il réconciliait réflexion et émotion. 

    Avec lui vous aurez rendez vous avec Kawabata, Jünger, Pa Kin ou Jorge Amado. 

     

    Le second volume La Patrie de l'âme est du même ordre mais là les parcours proposés sont moins nombreux et plus denses. Il rend visite à une vingtaine d’écrivains et poètes du XXème siècle, on y trouve Proust bien entendu, Canetti et Nikos kazantzakis, Simone Weil ou Joseph Brodsky

    Je ne choisirai pas entre ces deux livres, je les ai lus tous les deux avec bonheur, relus et feuilletés très souvent 

    Il me reste à découvrir le poète, en attendant voici quelques extraits pour vous mettre en appétit.

     

    photo.JPG

         

    A propos de Rilke 

    « Valéry disait de Rilke après sa mort : « Ses yeux très beaux voyaient ce que je ne voyais pas ». Lui qui fut le poète même de la solitude, il est devenu l’ami innombrable de tous ceux qui ne succombent pas au tintamarre du siècle, unissant l’amour du monde et l’intériorité du coeur. »

     

    A propos de Le Clézio

    « Lire ces histoires qui ne racontent rien d’autre que les merveilles de l’Univers, c’est comme respirer dans le droit fil du vent, au coeur d’une large colonne de brise se déplaçant avec la pensée. C’est comme boire une eau si glacée et si pure qu’on ne sait plus entre les paumes et dans la gorge, si elle est lourde ou légère. »

     

    A propos d’Adalbert Stifter 

    « Un beau vieux livre, d’une lenteur profonde où remuent les songes. Un livre musical et tragique dont la douleur ultime laisse poindre une incompréhensible et tremblante lumière, à l’instant même où elle décline et disparaît. »

     

    A propos de Jules Supervielle

    « Il a fait un pacte avec le silence. Il est de connivence avec lui. Il pourrait faire sien le mot magnifique de Léon Bloy  « Le silence est ma patrie » .

     

    A propos de la poésie de Joseph Brodsky

    « Toutes les réalités du monde et de la vie, les minuscules, les grandioses, les mesquines, les sordides comme les plus sacrées, et les pays de la planète, les terres du soleil ou du froid, et les vieux âges au fond des brumes dorées de la mémoire, sont ainsi par bribes rassemblées. »

     

    Les deux livres sont édités chez Phébus 

  • Neige - Maxence Fermine

    Soleil levant : paysages de neige 

     

    neige.jpg

     

    J’ai annoncé trois livres et hop je vous en offre un de plus, pour le plaisir, pour peupler vos voyages ou vos nuits de personnages superbes.

    Je sais, je sais, vous êtes nombreux à avoir lu Neige, vous l’avez aimé ça j’en suis certaine, et peut être comme moi l’avez vous offert autour de vous.

     

    Alors pourquoi ne pas l’écouter ? 

    Vous retrouverez Yuko et l’île d’Hokkaido, les haïkus, la poésie et la neige qui inspire les peintres japonais

     

     

    hiroshige-payasge-maison-et-homme-sous-la-neige.jpg

     

    Un conte magnifique tout en finesse, épuré comme un Haïku, éblouissant comme la neige et tout en équilibre sur un fil mince qui menace de se rompre à chaque instant.

    Roman d’initiation plein d’élégance qui trace des portraits délicats, raffinés mais où la violence n’est jamais absente.

    Une vision du monde pleine d’harmonie et de beauté mais aussi de douleur, la voix du lecteur est parfaite et vous emporte au pays de Neige et de Flocon, auprès des poètes et des peintres.

     

    Utagawa-HiroshigeProvince-de-Bizan1858.jpg

     

    « Ecrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une œuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. »

     

    Et si la Blancheur immaculée vous tente allez la découvrir chez Plume d'Anges 

     

    Le livre audio : Neige - Maxence Fermine - Lu par Marc Hamon - Editions Le livre qui parle

  • Les Chemins de Sata - Alan Booth

    Soleil levant du Cap Soya au Cap Sata


    Il y a plusieurs Japon, celui de Fukushima, celui de Hokusaï, celui de Shei Shonagon, celui des usines Sony, celui des geishas….

    Hiroshige-un-pont-dans-un-paysage-enneigé.jpg

                                                   ou celui d'Hiroshige

     

    Partir cinq mois à la découverte de ce pays c’est ce qu’a fait Alan Booth dans les années 80. Marié à une japonaise il veut en savoir plus sur ce pays, et maîtrisant bien la langue le voilà sac au dos, étirant un voyage du nord au sud du Cap Soya au Cap Sata

    carte japon.jpg

    Accompagnons le sur les chemins d’un Japon méconnu et insolite d dans son parcours à travers les paysages, la littérature, les villes et les villages. 

    Voyageant du Nord au sud il part en juin 

     

    cap soya.jpg

                                     Le point de départ


    « quand a saison des pluies battait son plein. Mais Hokkaido, la plus septentrionale des quatre grandes îles japonaises, étouffait sous une vague de chaleur... C'est sans le moindre enthousiasme que les habitants du cap Soya s'aventuraient sous le soleil brûlant...  »


    Mais très vite la pluie va lui tenir compagnie, pluie chaude de l’été, pluie d’automne parfois glaciale lui faisant bénir les abris bus qu’il rencontre. 

    En bon anglais Alan Booth ajoute des notes humoristiques aux incidents et rencontres quotidiennes ainsi les réveils tonitruants offerts dans les villages 

     

     japon5.jpg                              

    « les communautés rurales japonaises ont des moyens efficaces pour vous signaler que vous avez suffisamment dormi. Ce sont des sirènes dont le vacarme vous tire de votre fut on dès la pointe du jour »

     

    La mise en jambe est difficile et  les haltes de midi au noodle shop sont bienvenues et l’occasion de siroter une bière, boisson magique qui incite aux échanges avec les voisins de table.

     

    55547135_e9b5dab37c.jpg

                                  La halte de midi 


    Comme dans toutes les randonnées l’itinéraire est le souci de chaque minute, l’auteur nous apporte quelques éclairages sur les contrées traversées

    « l’île d’Hokkaido n’a été rattachée au continent japonais que relativement récemment.(…) Encore aujourd’hui elle est considérée comme atypique, de par son climat, ses bancs de glace, la rareté de ses cerisiers »  mais aussi sur les inévitables détours et contours 

    japan-hokkaido-tourist-92-2.jpg

    « Le sentier le long du lac que je m’apprêtais à suivre devait être une invention des cartographes. Au moins deux personnes que j’interrogeai jurèrent qu’il n’avait jamais existé. »

     

    Là ou Booth se révèle excellent c’est sur l’oeil mi-sérieux mi-amusé qu’il porte sur les japonais rencontrés. Les rencontres donnent lieu à des échanges ahurissants entre un anglais qui maîtrise le japonais et un japonais qui s’acharne à lui répondre en anglais car il est impossible qu’un gaijin  parle sa langue ! 

    Des écolières au paysan, du pêcheur aux vieillards, du lutteur de Sumo au calligraphe lettré, c’est un monde qui se dévoile au long des 3000 km parcourus d’île en île : Hokkaïdo, Honshu, Shikoku, Kyushu.


    Etrange pays où les séismes donnent lieu à des proverbes

    Niigata_rotation-et-enfoncement-batiments_liquefaction-du-sol_Winterkorn-et-Fang-1995_PM200510.png

    «  Selon un vieux proverbes japonais il y a quatre chose vraiment terrifiantes au monde : les tremblements de terre, le tonnerre, les incendies et les papas  »


    mais aussi aux sources thermales bienfaisantes

    bain.jpg

     « Un jour j’écrirai un ouvrage sur les sources thermales. Avec la bière et les têtes dans l’océan, elles me procurèrent les seules grands plaisirs corporels de cette folle équipée »

    La nourriture et les haltes du soir rythment les journées, la recherche d’un ryokan (auberge) ou d’un minshuku (chambre d’hôte) réserve bien des surprises, ryokan fermés, hôteliers bougons

     

    charming-ryokan-japan-asebino-river.jpg

                          un ryokan au bout de la journée


    mais aussi accueil sans pareil avec le bain du soir

     

    onsen_2.jpg

    « Un bain japonais n’est pas fait pour se laver. On se lave avant d’entrer dans le bain, de manière à être dégagé de toute obligation autre que le plaisir de s’immerger, se sentir revivre, bavarder avec les voisins, somnoler, fredonner, ou écouter tomber la pluie du soir »


    Le bain rituel est l’occasion d’entrevoir un Japon surprenant « c'était un vrai plaisir d'observer ces vieilles dames dont la poitrine tombait jusqu'à la ceinture frotter le dos de leurs maris en gloussant comme des écolières »

    Ajoutez une bière, un saké et c’est le repos du guerrier chaussé de geta et enroulé dans un yukata le kimono que l’on vous offre au sortir du bain. Adieu fatigue, froid, découragement !

    Mais le matin venu retour aux choses plus difficiles « tofu, riz gluant et prune séchée  » en guise de petit déjeuner.

     

    Ces cinq mois de voyage passent en un clin d’oeil. Le récit est très vivant, souvent drôle, parfois surprenant et d’une grande émotion lorsque à Hiroshima il est pris à parti par un homme le prenant pour un américain.

     

    hiroshima.jpg

     « J’ai observé le soleil automnal embraser les feuilles des arbres d’Hiroshima. C’est dans ce même ciel sans nuage que la bombe a été larguée - plus aveuglante encore que mille soleils, disent les gens qui l’ont vue.(…) L’humanité n’avait jamais connu au cours de son histoire pareille pluie ni pareils soleils. »

     

    Voici le bout du voyage et la pointe du Cap Sata


    pointecapsata.jpg

     

    Je ne peux m’empêcher de vous livrer une des dernières anecdotes du livre car elle résume la sensation éprouvé par notre marcheur tout au long du périple.


    «  Je m'étais mis à discuter avec un vieil homme. Lorsqu'il me demanda où je vivais, je lui répondis que j'habitais Tokyo.

    - Tokyo, ce n'est pas le Japon, me dit-il. On ne peut pas comprendre le Japon lorsqu'on habite Tokyo.

    - Non, acquiesçai-je, c'est pourquoi je désire voir comment on vit ailleurs.

    - On ne peut pas comprendre le Japon d'un simple coup d'oeil.

    - Non, il ne s'agit pas seulement d'observer, comme un touriste pourrait le faire depuis la vitre d'un bus, mais de traverser le Japon à pied.

    - On ne peut pas comprendre le Japon en le traversant à pied.

    - Pas seulement ça, mais aussi parler à tous les gens que je rencontrerai.

    - On ne peut pas comprendre le Japon en parlant aux gens.

    - Alors comment voulez-vous que je comprenne le japon ?

    - On ne peut pas comprendre le Japon. »

     

    Un livre que j’avais aimé à sa première lecture et que j’ai relu avec plaisir pour vous en parler. Epuisé on le trouve malgré tout en bibliothèque bien sûr mais aussi d’occasion.  N’hésitez pas à parcourir le Japon à pieds avec Alan Booth c’est revigorant en diable.


     

    1503752_4623788.jpg

    Le livre : Les Chemins de Sata - Alan Booth - Editions Actes Sud 1992


    L'auteur : Alan Booth était poète et écrivain voyageur, il est décédé très jeune à 46 ans, marié à une japonaise il a travaillé au Japon.

     
  • Certaines n'avaient jamais vu la mer - Julie Otsuka

    Soleil levant : En route vers l'exil

     

     

    9782752906700FS.gif

     

    Un roman magnifique beau comme un choeur antique, un roman pluriel où s’entend la voix de centaines de femmes oubliées.

     

    japonaises 1930.jpg

    « Certaines venaient de la ville et portaient d'élégants vêtements,mais la plupart d'entre nous venaient de la campagne » 

     

    Début du siècle, sur un bateau des femmes quittent tout, leur pays le Japon, leur famille pour rejoindre San Francisco et épouser un mari japonais dont elles ignorent tout sauf le visage sur une photo qu’elles ne peuvent s’empêcher de regarder encore et encore « C'étaient de beaux jeunes gens aux yeux sombres, à la chevelure touffue, à la peau lisse et sans défaut. »

     

    Toutes espèrent, toutes rêvent et l’arrivée qui devrait être le début d’une aventure, est avant tout une cruelle désillusion. Les maris ne sont ni de riches hommes d’affaires, ni des commerçants prospères mais des paysans pauvres, des journaliers employés sur les plantations de Californie.

     

    C’est une lente descente aux enfers : la violence de l’homme, la rupture avec une culture  « Nous savions coudre et cuisiner. Servir le thé, disposer des fleurs et rester assises sans bouger »

    La langue inconnue, le rejet de la population locale, les humiliations des maîtres,  tout est souffrance.

    Elles sont les invisibles et anonymes « Nous portions toutes une étiquette blanche avec un numéro d’identification attachée à notre col ou  au revers de notre veste »

    Broyées, utilisées, maltraitées, chaque chapitre du livre nous rend un peu de la vie de ces femmes : nuit de noce, accouchement, éducation des enfants…

    b1f27_femmes_japonaises_en_2502983931_5631c6aece.jpg

    « Nous repliions nos kimonos pour les ranger dans nos malles, et ne plus les ressortir pendant de longues années» 

     

    Récit déroutant dans ses premières lignes, puis envoûtant. Le ton utilisé et surtout l’utilisation rare en littérature du nous transforme ce récit en une sombre incantation. C’est la cohorte de ces femmes qui parle, qui crie, les voix portent toute la douleur de ces destins massacrés en toute légitimité, en toute impunité.

    C’est déchirant et tendre, brutal et révoltant. Il y a de l’admiration pour ces femmes de la part de l’auteur, de la révolte aussi bien entendu. 

    Il n’y a aucun personnage dans ce roman, des prénoms simplement, car chaque femme les représente toutes.

    Le début de la guerre avec le Japon va à jamais briser la vie de ces femmes envoyant les familles dans des camps d'internement.

     

    364575-449167.jpg

    « Les japonais nous ont quitté et nous ignorons où ils sont  » 

    Le plus saisissant des romans de cette rentrée. Il est court et d’une densité qui donne envie de le lire à voix haute pour s’en imprégner mieux.

    Magnifique roman, meilleur encore que le premier texte de l'auteur qui m'avait beaucoup plu  Quand l’empereur était un dieu qui montre l’enferment des familles d’origine japonaise aux Etats-Unis lors de la seconde guerre mondiale il est aujourd’hui en poche chez 10/18 

     

    L'avis de Kathel qui a aussi beaucoup aimé 

     

    Le Livre : Certaines n’avaient jamais vu la mer - Julie Otsuka - Traduit par Carine Chichereau - Editions Phébus 2012

     

    otsuka ULF Andersen :epicureans.jpgL’auteur : Julie Otsuka est née en 1962 en Californie. Diplômée en art, elle abandonne une carrière de peintre pour l'écriture. Elle publie son premier roman en 2002, Quand l'empereur était un dieu (Phébus, 2004 ; 10/18, 2008) largement inspiré de la vie de ses grands-parents. Son deuxième roman, Certaines n'avaient jamais vu la mer (Phébus, 2012) a été considéré aux États-Unis, dès sa sortie, comme un chef-d'oeuvre.  (source l’éditeur)

     
  • Sarinagara - Philippe Forest

    Soleil levant : le sens des mots 

     

    rosée.jpg

     

    Je savais ce monde

    Ephémère comme rosée

    Et pourtant pourtant

     

    Un livre superbe que Philippe Forest baptise roman mais qui apparaît comme un objet littéraire qui tient tout autant de l’essai, de la biographie ou du journal.

    Dans un roman précédent L’enfant éternel l’auteur a raconté comment Pauline leur fut enlevée à l’âge de 4 ans après des mois de souffrance.

    Après ce deuil « Le Japon nous est apparu naturellement comme le lieu vers où aller au lendemain de la mort de notre fille  ».

    Ce voyage et ce séjour au Japon va servir de fil rouge à ce livre, fil rouge qui va réunir un poète, un romancier et un photographe japonais.

     

    Trois hommes, trois vies qui sont elles aussi ébranlées par la perte de proches, d’enfant, ou par la position de témoin

    Le premier le poète Kobayashi Issa le maître du haïku qui vit dans un Japon « qui a fermé ses frontières » dont la « vie est une longue errance, les voyages à travers le pays, la poésie, des poèmes par centaines et à côté d’eux, tout juste le labeur banal du malheur, de la misère. »

    Philippe Forest nous présente le poète qui fait face au malheur, à l’écoulement du temps car « la poésie est le sentiment du temps » et qui cependant va être « le poète de la vie, des enchantements d’enfants et des éveils émerveillés dans la nature » 

     

    issasumi.jpg

     

    Nous sommes au monde

    Et nous marchons sur l’enfer

    Les fleurs le répètent

     

    Toute sa vie de vagabond, de père attendri et meurtri, entre dans ses poèmes car dit Issa «  si la poésie ne parle pas de ce monde alors elle n’est rien. »

     

    Venons maintenant au romancier, Natsume Sôseki le père du roman japonais jamais remis de la mort de son premier enfant, évènement qui va inspirer son travail.

    Cet écrivain, contemporain de Proust et de Kafka, écrit des livres étranges en particulier pour nous européens, romans qui témoignent d’ « une sorte d’effarement devant le mouvement s’accélérant du temps » . 

    Sôseki qui connaît l’exil en Europe, se marie de retour au Japon et « comme le malheur est patient  » il voit disparaitre la plus  jeune de ses filles, mort qu’il raconte dans un roman dont le sens du titre est « à l’équinoxe et au-delà (…) car il n’y a pas de raison pour un romancier que tout s’achève avec la vie. »

     

    03.jpg

    Le site exposition des photos de Y Yosuke

     

    Le troisième homme est photographe, Yamahata Yosuke  fut envoyé à Nagasaki immédiatement après l’explosion atomique et il rapporta des photos des ruines et des victimes.

    Le 6 août est son anniversaire, il a vingt huit ans, il est affecté à une base comme photographe, parviennent des rumeurs de choses terribles qui se seraient produites, il n’est qu’à 160 km de Nagasaki et ses supérieurs l’y expédient pour faire des photos qui témoignent de l’explosion.

    Il atteint « l’extrême limite au delà de laquelle plus rien n’existe » 

    Yamata «  dut éprouver à quel point paraissent irréelles les choses les plus vraies » 

    Il fait des clichés des vivants et des morts, il dit n’avoir éprouvé aucune émotion, aucune pitié « c’est seulement plus tard que sont venus la souffrance et la honte ».

    Ces photos furent longtemps tenues cachées, mais Yamata décida de les conserver, de les sauver.

    A travers ses trois vies bouleversées par la perte, l’écriture ou les photos servirent de planche de salut comme l’écriture servit de tuteur à Philippe Forest.

     

    Le titre de ce livre grave sarinagara signifie : pourtant, cependant, chute d’un des haïkus les plus célèbres d’Issa Kobayashi.

    Ce livre exigera de vous un effort de lecture, il délivre un message non d’oubli mais d’apaisement. Une écriture portée à la fois par une douleur indicible et par la volonté de choisir le chemin de la sérénité.

     

    Chez Tania un billet sur Natsume Sôseki

     

    Le livre : Sarinagara - Philippe Forest - Editions Gallimard ou Folio 2004

  • Birdy - William Wharton

    Adversité : la nuit de l'esprit 

     

    9782351780541FS.gif

     

     

    Dernier de ma série c’est aussi le plus fort et le plus dérangeant. 

    Le temps d’un roman, passer de l’autre côté du miroir, s’affronter à la folie, être déranger par celui qui est différent, mais avant tout éprouver une terrible empathie pour lui au point de ne plus pouvoir l’effacer de sa mémoire une fois le livre refermé.

     

    La Pennsylvanie dans les années 30.

    Al et Birdy sont amis, des amis un peu improbables car tout les sépare, la taille, la famille, mais les tours pendables qu’ils jouent à tous, les inventions qu’ils testent, les idées les plus dangereuses qui leur viennent, tout cela ils le doivent à une amitié indéfectible. 

    Ils partagent leurs jeux, leur solitude, les paires de claques, et les poursuites de la maréchaussée.

    Les petits boulots , le foutu vélo de Birdy et les balles de baseball que sa mère collectionne et planque tellement bien qu’elles sont introuvables, Al lorgne vers les filles « Lucy. Une pom pom grirl complétement cruche. » mais Birdy lui va employer son argent pour assouvir sa passion des oiseaux.

     

     

     stam_jaunes_schimmel.jpg                                          

    Et quand je dis passion le mot est faible, il les observe, les nourris, les croise, les protège, leur construit une volière d’abord dans sa chambre puis sur un terrain.

    Il pense oiseau, il rêve oiseau, il apprend leur langage « Après ce long roulement qu’il maintient une trentaine de secondes, il termine sur trois notes étirées, douces, mélodieuses, presque des sanglots. Trois notes à vous briser le coeur. »  il « apprend pas mal de mots canari  »
    Et la suite est naturelle, Birdy veut voler comme un oiseau, d’ailleurs il s’est fabriqué un costume d’oiseaux ! 

     

     

    icare.jpg

                             Carlo Scareni - La Chute d'Icare

     

    Al ne participe pas vraiment à la passion de Birdy mais la respecte. 

    Les enfants deviennent des adultes et la passion devient maladie. La guerre passant par là, un beau jour Al qui a été blessé gravement au combat se retrouve derrière les barreaux d’un hôpital psychiatrique. On a fait appel à lui pour tenter de renouer le contact avec Birdy qui est enfermé « accroupi par terre, toujours au même endroit, comme les pigeons après le passage du métro aérien. »

    Il refuse de manger seul et « bat des ailes comme un oisillon quand on le nourrit »

    Il gît là omme un oiseau blessé en cage. Seul Al peut trouver les mots pour que Birdy retrouve la sortie du tunnel dans lequel il est enfermé. Il va passer en revue leur enfance, leur amitié, tous les petits souvenirs qui pourraient être une lueur dans la nuit de Birdy.

     

    birdy1-300x231.jpg

                                 Birdy et Al dans le film d'Alan Parker 

     

    Le livre est une tentative extraordinaire pour redonner vie à un ami. C’est l’espoir, l’amour, la patience, la compassion d’un homme qui ne démissionne pas devant l’adversité.

    C’est un livre singulier et magnifique, le récit est puissant et éprouvant par moment.

    La passion destructrice de Birdy et la lente remontée vers le jour sont magistralement racontées. On est par moment submergé d’émotion, fasciné par la fidélité qui unit ces deux êtres.

    Il y des pages très singulières sur les oiseaux, on apprend énormément de choses et par instant on se sent un peu comme eux, prisonnier de cette histoire.

     

    AVT_William-Wharton_326.jpgInspiré par une histoire d’amitié bien réelle, ce livre de William Wharton est vraiment unique en son genre.
    Un film en a été tiré, réalisé par Alan Parker, depuis ma lecture j’ai acheté le DVD mais je n’ose pas le regarder par crainte d’être déçue !