Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Certaines n'avaient jamais vu la mer - Julie Otsuka

Soleil levant : En route vers l'exil

 

 

9782752906700FS.gif

 

Un roman magnifique beau comme un choeur antique, un roman pluriel où s’entend la voix de centaines de femmes oubliées.

 

japonaises 1930.jpg

« Certaines venaient de la ville et portaient d'élégants vêtements,mais la plupart d'entre nous venaient de la campagne » 

 

Début du siècle, sur un bateau des femmes quittent tout, leur pays le Japon, leur famille pour rejoindre San Francisco et épouser un mari japonais dont elles ignorent tout sauf le visage sur une photo qu’elles ne peuvent s’empêcher de regarder encore et encore « C'étaient de beaux jeunes gens aux yeux sombres, à la chevelure touffue, à la peau lisse et sans défaut. »

 

Toutes espèrent, toutes rêvent et l’arrivée qui devrait être le début d’une aventure, est avant tout une cruelle désillusion. Les maris ne sont ni de riches hommes d’affaires, ni des commerçants prospères mais des paysans pauvres, des journaliers employés sur les plantations de Californie.

 

C’est une lente descente aux enfers : la violence de l’homme, la rupture avec une culture  « Nous savions coudre et cuisiner. Servir le thé, disposer des fleurs et rester assises sans bouger »

La langue inconnue, le rejet de la population locale, les humiliations des maîtres,  tout est souffrance.

Elles sont les invisibles et anonymes « Nous portions toutes une étiquette blanche avec un numéro d’identification attachée à notre col ou  au revers de notre veste »

Broyées, utilisées, maltraitées, chaque chapitre du livre nous rend un peu de la vie de ces femmes : nuit de noce, accouchement, éducation des enfants…

b1f27_femmes_japonaises_en_2502983931_5631c6aece.jpg

« Nous repliions nos kimonos pour les ranger dans nos malles, et ne plus les ressortir pendant de longues années» 

 

Récit déroutant dans ses premières lignes, puis envoûtant. Le ton utilisé et surtout l’utilisation rare en littérature du nous transforme ce récit en une sombre incantation. C’est la cohorte de ces femmes qui parle, qui crie, les voix portent toute la douleur de ces destins massacrés en toute légitimité, en toute impunité.

C’est déchirant et tendre, brutal et révoltant. Il y a de l’admiration pour ces femmes de la part de l’auteur, de la révolte aussi bien entendu. 

Il n’y a aucun personnage dans ce roman, des prénoms simplement, car chaque femme les représente toutes.

Le début de la guerre avec le Japon va à jamais briser la vie de ces femmes envoyant les familles dans des camps d'internement.

 

364575-449167.jpg

« Les japonais nous ont quitté et nous ignorons où ils sont  » 

Le plus saisissant des romans de cette rentrée. Il est court et d’une densité qui donne envie de le lire à voix haute pour s’en imprégner mieux.

Magnifique roman, meilleur encore que le premier texte de l'auteur qui m'avait beaucoup plu  Quand l’empereur était un dieu qui montre l’enferment des familles d’origine japonaise aux Etats-Unis lors de la seconde guerre mondiale il est aujourd’hui en poche chez 10/18 

 

L'avis de Kathel qui a aussi beaucoup aimé 

 

Le Livre : Certaines n’avaient jamais vu la mer - Julie Otsuka - Traduit par Carine Chichereau - Editions Phébus 2012

 

otsuka ULF Andersen :epicureans.jpgL’auteur : Julie Otsuka est née en 1962 en Californie. Diplômée en art, elle abandonne une carrière de peintre pour l'écriture. Elle publie son premier roman en 2002, Quand l'empereur était un dieu (Phébus, 2004 ; 10/18, 2008) largement inspiré de la vie de ses grands-parents. Son deuxième roman, Certaines n'avaient jamais vu la mer (Phébus, 2012) a été considéré aux États-Unis, dès sa sortie, comme un chef-d'oeuvre.  (source l’éditeur)

 

Commentaires

  • @ Aifelle : j'ai vraiment aimé les deux, on peut les lire dans n'importe quel ordre, ils ont la même force distillent la même émotion

  • Un sujet qui m'intéresse, tu le sais. Ces femmes des campagnes japonaises. J'espère le trouver ici.
    Merci, beau weekend Dominique.

  • @ colo : si celui ci n'est pas encore traduit le précédent doit l'être car il date de pas mal d'années

  • Un sujet qui m'intéresse, tu le sais. Ces femmes des campagnes japonaises. J'espère le trouver ici.
    Merci, beau weekend Dominique.

  • Merci pour le lien. Ce livre a vraiment été une très belle surprise (pour un achat un peu impulsif !) Quel sujet et quelle belle manière de le traiter !

  • @ kathel : j'avais tellement aimé le premier roman que pour celui ci je n'ai pas hésité du tout

  • @ keisha : je pense qu'il va faire un tabac dans les bibli

  • Un très beau texte en effet, porté par une écriture magnifiquement pensée et maîtrisée. De la belle ouvrage!

  • @ Sibylline : pour son premier roman elle était déjà parvenu à une belle écriture mais ici c'est vraiment magnifique

  • @ La Pyrénéenne : je crois que les avis sont unanimes pour parler de la qualité de ce livre

  • Je songe à l'émigration sicilienne vers le nouveau monde et à ce film formidable Golden Door
    http://www.imdb.fr/title/tt0465188/combined

    Rien à voir avec le destin de ces femmes japonaises mais elles partageaient les mêmes rêves.

  • @ christw : un sujet proche car l'exil est une douleur quelque soit les conditions, j'ai vu et aimé ce film qui est dans ma vidéothèque
    les chapitres du voyage sont pleins des rêves et espoirs de ce femmes

  • C'est la première fois que je le vois dans les livres de la rentrée. Un beau sujet, intéressant. C'est fou comme les peuples exilés souffrent quand leur nouvelle patrie est en guerre contre leur pays d'origine. Les allemands aussi, qui avaient pourtant fui le nazisme en s'exilant , ont bien connu ce genre d'ostracisme et d'humiliation voire d'internement.

  • @ Claudialucia : c'est surtout dans son premier livre qu'elle développe le sort réservé aux japonais pendant la guerre, ici elle y revient d'une autre façon tout aussi forte

  • dans les premiers livres traduits de l'Américain et lus à partir de 1945, proliférait cette expression : "faces de citrons" pour évoquer le visage de Japonais...

  • @ JEA : quel plaisir de pouvoir trouver un bouc émissaire et se moquer !!! c'est vrai partout et à toutes les époques hélas

  • Encore un livre que j'inscris dans mon carnet ! Merci de partager ton enthousiasme !
    Bon dimanche

  • @ Enitram : un des romans parmi mes préférés de ces dernières années !!! carrément !!!

  • La couverture est magnifique mais le roman a l'air très dur et très sombre. Je le note et j'espère que j'aurai l'occasion de le le lire comme tous les romans sur le japon que j'ai chez moi

  • @ maggie : dure oui mais sombre pas vraiment car au fond ces femmes dans l'adversité conservent envers et contre tout de l'espoir, sont soutenues par l'amour qu'elles portent à leurs enfants

  • Je l'ai noté car ce sujet m'intéresse. Je n'ai vu que des avis élogieux sur ce livre que ce soit dans la presse ou chez les lecteurs.

  • @ nadejda : les avis sont unanimes et surtout ne pas oublier son premier roman qui est magnifique aussi

  • J'ai lu une critique élogieuse de ce roman, que ton billet confirme. J'ignorais cet épisode historique, qui sort ainsi de l'ombre ou de l'oubli. Bon week-end, Dominique.

  • @ Tania : il vaut vraiment la peine, hier encore j'ai écouté une émission de radio sur la Suisse: avis plus que positif

  • Un superbe roman !
    http://lesangnoir.wordpress.com/2012/09/16/certaines-navaient-jamais-vu-la-mer-de-julie-otsuka/

  • @ Thierry : j'ai lu ton billet qui va dans le même sens que celui de Kathel ou le mien

  • Bonjour Dominique, à force de lire de bonnes critiques comme la tienne, il faudrait que je me le procure. Je l'achèterai pour la biblio loisirs dont je m'occupe. Merci et bonne soirée.

  • @ dasola : tes lecteurs apprécieront je crois et ...toi aussi

  • @ miriam : une belle série et le prochain devrait te parler aussi !!

  • Alors là heureusement que je suis assise
    Je ne m'attendais absolument pas à ce que tu lises ce livre puisque de la rentrée littéraire et que généralement tu la boudes.
    Oui un beau livre à la plume et au rythme particuliers
    J'ai du coup eu envie de lire son roman précédent
    Une belle émission à écouter mais peut-être l'as-tu déjà fait

    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?pause=461977

    Bon dimanche

  • @ autour du puits : je n'aime pas le buzz que l'on fait autour de la rentrée littéraire et je n'aime pas me jeter le plus vite possible sur toutes les nouveautés "parce que " ce sont des nouveauté mais j'aime lire de nouveaux romans
    Ici rien à voir avec la rentrée c'est une auteure que j'avais aimé et là je me laisse aller :-)
    Merci pour le lien et oui je l'ai écouté, le livre d'ailleurs a fait l'objet aussi d'émission sur la radio Suisse romande
    lis son premier roman, il est excellent

  • @ Mango : tu ne le regretteras pas je crois

  • Même commentaire qu'Aifelle ! Je trouve le prix un peu élevé pour aussi peu de pages.

  • @ Manu : le livre est devenu un luxe effectivement, alors vive les bibliothèques de prêts , je dois dire que celle de ma ville est vraiment parfaite !

  • Un roman sublime, rentrée littéraire ou pas ! Je viens de le terminer et après quelques ( mais peu) d'hésitations sur l'emploi du "nous" collectif, je partage totalement ton avis, cette voix atteint une force qui monte en puissance. Si je n'avais pas peur de paraître lyrique, j'irais jusque la voix symphonique ... (je pense surtout au chapitre "Dernier jour"). Un sacré choeur, en tout cas !

  • @ Athalie : les lecteurs de ce livres sont unanimes, comme toi j'ai été déroutée pendan quelques pages par l'emploi du "nous" mais très vite la force du procédé s'impose tant il est au service des voix multiples de toutes ces femmes

  • je vais le mettre tout de suite sur cette fameuse liste si longue si longue....
    Luocine

  • @ luocine : oui mais celui là est un livre court court ....

  • @ alba : j'espère que tu en seras heureuse

  • @ cathe : nous avons souvent les mêmes lectures !

  • Et vas-y que tu en rajoutes une couche d'amour sur ce roman qui me fait déjà diablement envie après tout ce que j'ai pu lire d'enthousiasmant à son sujet.
    De toute évidence, ce roman ne restera pas longtemps qu'un titre noté sur ma longue liste de LAL :)

  • J'avais découvert l'histoire de ces femmes au travers d'un reportage télé, c'était sidérant !
    J'aime les incantations, d'autant plus qu'en te lisant, j'écoute Phil Glass... Tout n'est, par instants, qu'harmonie dans notre joli monde. Bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : Philpp Gall c'est envoûtant cela accompagnerais très bien ce livre

  • Il est très apprécié ce roman, je lis en ce moment de nombreux billets à son propos...

  • @ Margotte : il fait l'unanimité

  • @ Lilly : je te vois plongée dans un classique, Wharton j'adore, mais effectivement ce roman est à découvrir

  • @ Noukette : un très beau livre

  • @ Luocine : ah ben tu vois que le japon peut te réussir :-)
    je suis ravie qu'il t'ai plu

  • @ Lou : centré sur la vie des familles qui ont été durant la guerre emprisonnées comme ennemies des états unis, les douleurs de ces familles qui vivent comme des parias

Écrire un commentaire

Optionnel