Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour à Lemberg - Philippe Sands

Ceci n'est pas un roman pas plus qu'un livre facile à lire. Si comme moi vous n'avez qu'un vernis de connaissances juridiques vous aurez un petit effort à faire mais vous en serez récompensé.

Voilà un récit fascinant et surprenant. 

Philippe Sands est juriste international spécialiste des Droits de l'homme et c'est dans le cadre de son travail qu'il assiste à une conférence à Lviv en Ukraine.

lviv aujourd'hui.jpg

Lviv aujourd'hui

Lviv ou Lwów  ou Lemberg, selon les différentes dénominations, dans la province de Galicie. Une de ces villes qui ont été successivement polonaises, russes, allemandes et retour dans l'autre sens. Une de ces Terres de sang dont parle Timothy Snyder. Dans cette ville une seule chose sera intangible : la ségrégation, la spoliation et le massacre des juifs.

  "un lieu de mythologies, un endroit aux racines intellectuelles profondes où les communautés de culture, de langue et de religion s'entrechoquaient au sein de la grande maison que fut l'Empire austro-hongrois.

Lwow.jpg

Lwow d'avant guerre

Il découvre surtout que dans cette ville sont nés ou ont vécu, dans les années 1920/1930 son grand-père Leon Buchholz seul survivant de sa famille, Hersh Lauterpacht et Raphael Lemkin deux brillants penseurs du droit international

Hersch-Lauterpacht-001.jpg

Raphael-Lemkin-300x200.jpg

Hersh Lauterpacht et Raphael Lemkin

Trois hommes, trois juifs qui ont été mêlé chacun à leur manière à la réflexion, la rédaction et l'application de deux concepts de droit en vigueur aujourd'hui et que tout le monde connait : le Crime contre l'humanité et le Génocide. 

 

Le livre se centre sur trois pôles : 

le premier c'est une enquête familiale autour de Leon Buchholz et son épouse Rita, qui connurent les déplacements entre la pologne, l'Empire Austro-hongrois, la France, au gré des guerres et conflits, en fonction des menaces qui pesèrent sur eux et qui terminèrent leur vie à Londres.

Plusieurs mystères intriguent Philippe Sand, sa mère Ruth fut effectivement confiée à quelqu'un qui la rapatria en Angleterre alors que Rita sa mère restait à Vienne ! Son grand-père avait seul quitté Vienne y laissant femme et enfant ce qui parait pour le moins curieux.
Sa quête est parfois aidée par le hasard, mais le plus souvent c'est l'acharnement pour donner du sens à des indices minuscules qui finit par payer et lui donner quelques clés de son histoire familiale

lemberg 1915.jpg

Lemberg en 1915

 Une photo, une adresse, un nom de rue, un bulletin scolaire, les horaires des chemins de fer : tout est bon pour creuser le passé mais en bon avocat P Sands cherche des preuves.
On retrouve ici l'émotion ressentie à la lecture des Disparus de Daniel Mendelhson. 

Le second pôle est une enquête sur les deux juristes juifs d'origine qui vécurent à Lemberg et chacun de leur côté tentèrent de développer le droit international en matière de droits de l'homme : l'un milita pour la reconnaissance du concept de Crime contre l'humanité, l'autre pour la notion de Génocide
Nous voyons poindre leur vocation, leur parcours intellectuel et personnel. Raphael Lemkin et Hersch Lauterpacht, ont vécu et étudié dans la ville de Lviv et assisté à des conférences du même professeur de droit, Juliusz Makarewicz

Deux hommes très différents, dont l'apport fut déterminant.

Philippe Sands clarifie les deux concepts du droit qui s'appuient l'un sur les droits individuels des personnes et l'autre sur le droit des communautés et des groupes. Ces notions dont aujourd'hui on admet qu'elles dépassent celle de souveraineté d'un état mais qui mirent du temps à s'imposer et qui aujourd'hui encore donnent lieu à bien des débats.

nuremberg.jpg

Au procès de Nuremberg américains et anglais étaient opposés à introduire la notion de génocide, peut-être en partie par crainte de se voir mis en cause dans sa politique coloniale pour la Grande Bretagne et pour son aptitude à fermer les yeux sur les pratiques du Klu Klux Klan pour l'autre.

 Enfin Philippe Sands oriente son travail vers Hans Frank, le Gouverneur général de la Pologne occupée.

Hans Frank, l'amateur d'art, l'homme qui adorait la musique mais qui dit à Curzio Malaparte avec qui il s'apprête à boire un verre de vin de Bohème 

« Tu peux boire sans crainte, mon cher Malaparte; Ce n'est pas du sang juif. »

Les pages sur Hans Frank sont difficiles, son fils Niklas est devenu un ami de l'auteur et est d'une sévérité absolue envers son père et sa mère qui elle aussi joua un rôle fort dans la dérive nazie de son mari.

hans Frank .jpg

Hans Frank le bourreau de la Pologne

Juriste de formation il fut à l'origine des lois  qui ont institutionnalisé l'antisémitisme en Allemagne et il fut un des premiers à subir la justice pénale internationale en matière de Crime contre l'humanité.
Son procès est le point culminant du livre puisqu'il rassemble tous les protagonistes du livre. 

 

Un livre qui m'a passionné même si il est parfois exigeant. 

Sands est un important avocat des droits de l'homme, il a été impliqué dans le procès de l'extradition du dictateur chilien Augusto Pinochet par exemple. Il parvient à rendre sa recherche et son enquête très vivantes, sa verve narratrice tient le lecteur en attente d'une façon qui s'apparente à une quête policière.

A travers sa famille, Sands fait un tableau des familles juives qui à l'époque vécurent dans des pays où le danger les guettait, qui vécurent la fuite et l'expatriation forcée, les recommencements dans un nouveau pays.
Il met aussi l'accent sur ces héros anonymes, modestes, oubliés, comme Mrs Tilney qui permit à la mère de l'auteur de faire le voyage entre Vienne et Paris.

J'ai aimé le portrait de ces trois hommes (excluons Franck évidement) par forcément très sympathiques mais qui furent portés par une foi inébranlable en une certaine idée de la justice alors même qu'ils étaient  dans l'ignorance de ce qui était advenu à leur famille. 

Ils ont marqué de leur empreinte la législation et surtout éveillé la conscience des peuples et des dirigeants.

Un livre qui demande un peu de temps que vous ne regretterez pas. 

9782226395160FS.gif

Le livre : Retour à Lemberg - Philippe Sands - Traduit par Astrid von Busekist - Editions Albin Michel 2017

Commentaires

  • Tu préviens le lecteur, mais tu donnes envie tout de même! (j'ai aussi pensé aux Disparus en démarrant ton billet, bonne référence)

  • oui je crois qu'il faut clairement dire quand un livre demande un effort particulier, les pages consacrées aux concepts du droit ne se lisent pas comme un roman par contre c'est très bien écrit et la partie d'enquête familiale se dévore comme on a pu dévorer les disparus

  • Je viens justement de noter ce livre après un article dans Télérama cette semaine. Je me doute qu'il n'est pas simple à lire, mais il vaut bien un petit effort.

  • le livre demande en effet un effort mais le mérite amplement, si comme tout le monde je connaissais les mots crime contre l'humanité ou génocide il est passionnant de voir comment ils se sont imposer, comment encore aujourd'hui ils entrainent des questionnement

  • Mon grand-père , Lorrain-Alsacien , enrôlé de force dans l'armée allemande ,
    est tombé près de LWOW , en 1915.. Il est enterré là-bas , dans une fosse commune , avec toute sa compagnie ...
    Béatrice

  • Ce moment de la première guerre est largement évoqué, on voit les souffrances à la fois des armées mais aussi des habitants ballotés d'un côté à l'autre au gré des batailles

  • Vu le sujet et son importance, sa force et sa nécessite, un peu d'exigence et de temps ne semble pas faire obstacle à cette lecture que je note et surligne. En plus, il y a bien longtemps que Les disparus me tente aussi. On m'en avait parlé comme d'une lecture très laborieuse, visiblement, ce n'est pas le cas.

  • Les disparus ne sont pas du tout laborieux à lire, l'enquête est longue certes et parfois difficile émotionnellement mais pas de difficultés
    celui là est plus "technique" en matière de droit par contre la vie de ces deux juristes, la quête de l'auteur autour de sa famille se lisent facilement et avec une certaine envie d'en savoir toujours plus

  • Merci, Dominique, pour cette chronique. Quelle bonne idée de faire partager l'histoire du droit à travers un roman (Je suis juriste) !

  • ce n'est pas un roman, tout ce qui concerne le droit est bien évidement parfaitement documenté vu le parcours de P Sands et la partie recherches familiales est elle aussi construite comme une enquête
    rien n'est inventé, on pourrait dire ..;hélas

  • Ton article m'a beaucoup parlé Dominique et je t'en remercie. Il m'a en effet renvoyée à deux livres qui m'ont passionnée et beaucoup appris : "Terres de sang" et "Les disparus". Je note donc celui-ci. Amitiés.

  • C'est bien pour cela que j'ai mis un lien vers ces livres et les chroniques je j'en ai fait car il y a beaucoup de similitudes même si évidement le propos n'est pas le même

  • Merci, Dominique, tu me donnes très envie de lire ce livre pour l'histoire et l'histoire personnelle et ces notions fondamentales que nous ne connaissons souvent que trop vaguement. C'est noté, et aussi les autres titres auxquels tu l'associes.

  • j'ai vraiment été intéressée par ce cheminement des concepts juridiques qui aujourd'hui ont trouvé leur aboutissement avec le TPI

  • Quand je dis difficile c'est que ce n'est pas un roman qu'on lit rapidement mais c'est très lisible avec un rien d'effort

  • Je croyais avoir déjà posté un commentaire. Je me souviens que j'avais fait un parallèle avec les tortionnaires des Yazidis et des chrétiens de Mossoul. J'aimerais que les les responsables soient jugés.

  • on peut espéré que dans l'avenir les bourreaux d'aujourd'hui soient jugés

  • Je ne sais pas si c'est pour moi... mais je note ce titre pour madame ma maman !!! Bises Dominique merci pour tout ce temps passé à lire, à prendre du recul et à illustrer tes billets. À bientôt. brigitte

  • un livre qui demande de l'attention mais du tout une lecture insurmontable

  • L'avertissement que vous faites (effort connaissances juridiques) ne m'empêche pas de prendre bonne note de ce bon livre. Les bourreaux m'intéressent autant que les résistants.

  • Je ne voudrais pas avoir l'air condescendant en précisant cela mais en cette période de rentrée littéraire tout le monde est centré sur des romans et là on en est assez loin mais un livre qui ne vous posera aucun problème

  • Intéressant. Seul bémol, la disponibilité nécessaire pour aborder ce genre d'ouvrage que je n'ai pas en ce moment.... mais cela reviendra !

  • Oui il est certain que cela exige un peu d'attention, on ne peut pas le lire comme un roman

  • En réponse à votre avis sur la rentrée littéraire, cette année, plus encore que l'an passé, je la regarde d'assez loin. En tout cas, je ne vais pas dans les romans du moment..

  • j'essaie de voir dans les livres de rentrée ceux qui me parlent manifestement et je laisse tomber tout le reste

  • pour voyager intérieurement https://blog.singulart.com/fr/2017/08/22/un-voyage-a-travers-la-peinture-de-paysage/

  • merci pour ce lien

  • Je n'avais pas vu que tu en parlais, je suis plongée dedans, scotchée !

Écrire un commentaire

Optionnel