Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Will le Magnifique - Stephen Greenblatt


shakespeare.png

Bon vous allez dire, ça y est, elle recommence ! Ben oui j’ai déjà fait ici un billet sur une biographie de Shakespeare mais que voulez-vous quand on aime ...

Ce qui m’a convaincu c’est l’auteur, j’ai tellement aimé son Quattrocento que j’ai acheté ce livre presque les yeux fermés.

 

shakespeare.gif

 à l'écran 

On le sait les traces de Shakespeare sont peu nombreuses, pas de lettres, pas de journaux intimes, des années sans signe aucun.

Ce que l’on sait de lui, en dehors de ses pièces, on le doit aux registres de naissances, de mariage, aux registres des propriétés, des impôts.

Mais heureusement on a l’auteur qui est comme le dit Henry James

« le caractère humain le plus magnifiquement doué de tous les temps. »

 

sonnets-1.jpg

Sur les blogs  Allez voir un peu ici 

C’est ce que nous révèle cette biographie. L’auteur ne promet pas de révélations extraordinaires car dit-il

« il y a d'énormes lacunes dans les connaissances qui font de toute étude biographique de Shakespeare un exercice de spéculation

Il a étudié bien des sources pour tenter de comprendre les influences, les événements, qui nous disent aujourd’hui «  Comment Shakespeare est devenu Shakespeare »

Il nous fait entendre la voix de Shakespeare au travers d’anecdotes multiples et sait rendre parfaitement cette « soif des mots » qui tenaille le fils d’un gantier.

 

59f91b5dfb14fb5d7ca6171d981ddd2f.jpg

 

Ainsi le penchant supposé pour la bouteille de son père qui rend Falstaff si vivant, le procès fait au médecin juif de la reine qui inspire sans doute en partie Le Marchand de Venise. Les tourments engendrés  par les dettes contractées par ses personnages comme ils le furent chez son père.

A chaque période de la vie de Will le magnifique, Greenblatt juxtapose les événements historiques du moment, la littérature de l’époque et les passages de ses pièces et nous montre ainsi où et comment Shakespeare a puisé son inspiration.

On y voit un Shakespeare effrayé devant le mariage et certain que l’amour ne dure pas toujours. 

On y voit un Londres bouillonnant, une époque où les individus sont hantés par la peur d’être considérés comme papistes, la peur de la peste le fléau récurent. 

On trépigne un peu devant l’aventure fabuleuse que fut celle du Globe avec ses amitiés et ses rivalités. On croise bien sûr Marlowe l'ami et rival.

 

3620747hrxmw.jpg

L’art de Shakespeare pour utiliser le monologue qui permet d’entrer dans l’intime d’un personnage. La création des Sonnets, les querelles qui parfois font naître des personnages de théâtre, la période dernière où vont éclosent  Othello, Le Roi Lear, La Tempête....en un temps très court. Génie créateur que l’on retrouve par exemple chez Dostoïevski et les années miraculeuses de ses grands romans.

 

BEAUCOUP-DE-BRUIT-POUR-RIEN-MUCH-ADO-ABOUT-NOTHING-1993_portrait_w858.jpg

Ce que j’ai le plus apprécié c’est le travail littéraire sur les oeuvres. Comme je ne les connais qu’assez mal j’ai emprunté une série de DVD, Greenblatt se révèle là un passeur formidable, ses analyses sont fouillées sans jamais ennuyer, on lit des tirades que l’on replace dans un ensemble, on s’amuse de voir comment Shakespeare parodiait parfois d’autres pièces, bref une fois lancé on ne s’arrête pas, après les DVD j’ai emprunté les volumes de la collection Bouquins pour combler mes manques et j’ai ainsi vécu au temps de shakespeare pendant deux semaines. 

 

img-5.jpg

La prose de Stephen Greenblatt est d’un belle clarté, élégante, précise. L’ouvrage est riche, c’est en même temps une belle ouverture sur l’époque élisabéthaine ce qui en fait bien plus qu’une biographie.

 

Si vous êtes tenté allez lire les billets chez Claudialucia sur les pièces qu’elle a vu ou lu, c’est une adepte de Will.

 

9782081329881FS.gif

Le Livre : Will le magnifique - Stephen Greenblatt - Traduit par Marie-Anne de Béru -  Editions Flammarion

Commentaires

  • Merci Dominique, il y a des années que je me dis que j'aimerais lire Shakespeare...et puis je n'ai pas l'habitude de lire du théâtre donc je le lis mal, comme un roman...il est partout, surtout ses pièces!, Freud le considérait comme l'un des 2 ou 3 plus grands....il a écrit un texte sur la marchand de Venise "le thème des trois coffrets", accessible en ligne, comme beaucoup de textes de Freud et d'autres sur le site de l'universite québecoise de Rimousky,
    http://classiques.uqac.ca/classiques/freud_sigmund/essais_psychanalyse_appliquee/06_theme_trois_coffrets/theme_trois_coffrets.html; il, Freux toujours, reconnait ouvertement sa dette envers lui dans la construction du complexe d'Oedipe.
    J'ai plusieurs tomes à la maison....début décembre je vais voir La Tempête...peut-être finirai par lire les piéces
    France-Culture a consacré une de ses grandes traversées de l'été à Shakespeare, 5 fois 2 h d'émission, passionnant. à réécouter!!
    http://www.franceculture.fr/emission-grande-traversee-looking-for-william-shakespeare

    excellent dimanche ensoleillé

  • @ Martine : merci pour ce commentaire bien documenté :-)
    j'ai écouté cette série en effet et je l'ai gardé sur mon ipod

  • Je ne suis pas sûre du tout qu'il soit pour moi celui-là ..

  • @ Aifelle : quoi quoi quoi Shakespeare ne t'inspire pas ?

  • Repéré déjà, surtout que j'avais aimé Quattrocento!

  • @ keisha : une vraie bonne biographie riche et ample

  • Je suis bien contente de lire ton billet car j'hésitais à acheter ce livre... me voilà déjà nettement moins hésitante ;-)

  • @ Margotte : une très belle bio mais relativement exigeante car j'ai buté sur mon manque de connaissance de certaines pièces

  • Tu vas rire je viens de "l'acquérir " il y a cinq minutes
    J'ouvre ta page et .....
    Allez je vais de ce pas m'y plonger
    Bonne fin de dimanche

  • @ Aloïs : un livre qui ne peut se lire au débotté mais exige soit d'être déjà férue de théâtre, soit de faire comme moi de recourir à un support supplémentaire

  • j'ai lu avec passion ton billet , et je le mets à mon programme mais j'aimerais bien faire comme toi regarder en même temps les pièces dont parle ce livre. Programme pour un temps de vacances.

  • @ Luocine : une lecture exigeante en effet en tous cas pour moi qui n'ai pas la culture théâtrale de Claudialucia par exemple

  • Celui-là encore est pour moi! Donne nous plus de détails sur les DVD, quelles interprétations privilégier? Le théâtre c'est toujours mieux joué que lu

  • @ miriam : honnêtement je n'ai pas choisi les DVD pour la qualité de l'interprétation mais plutôt pour leur disponibilité ! je ne sais donc pas du tout si c'étaient les meilleurs
    En fait je me suis beaucoup plus servie des textes dans la collection Bouquins que ma médiathèque avait en réserve

  • Je projette de lire une œuvre de Shakespeare prochainement, j'aime bien les Petits Classiques Larousse qui font de bonnes approches. Mis à part ce que j'ai vu aux études en humanités, que j'ai oublié, je ne sais vers quoi me tourner. Une idée ?

    Je prends note des liens de Martine ci-dessus.

  • @ Christw : j'ai du mal à être de bons conseils car j'ai beaucoup de difficultés pour lire le théâtre, là parfois je n'ai pas lu la pièce entière mais seulement un acte pour comprendre les allusions de Greenblatt
    J'ai regardé en DVD : Comme il vous plaire, Hamlett, beaucoup de bruit pour rien et Macbeth
    je crois quand même que la meilleurs collection en DVD est celle de la BBC que l'on trouve facilement
    en Classiques Larousse je préfère que ce soit Claudialucia qui vous informe elle a pratiquement tout lu et tout vu

  • Je me demande parfois si tu dors un peu la nuit, que de lectures, que de lectures, c'est formidable !!! Je connais peu Shakespeare mais je suis en amour avec ses Sonnets,je sors régulièrement ce livre de la bibliothèque, pour le plaisir... Bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : vrai que mes nuits sont très courtes et que la lecture est d'une aide magique, je te rejoins sur les sonnets que je préfère peut être que certaines pièces qui me touchent moins

  • Un grand sujet inépuisable que cette vie si mal connue ! Quand on aime, on ne compte pas, dit-on, et lire plusieurs biographies de nos écrivains préférés s'impose, ce sont de belles retrouvailles, on y trouve chaque fois quelque chose à quoi on n'avait pas assez prêté d'attention.
    Pas encore lu "Quattrocento" que j'avais noté, mais les "Essais" de Montaigne sont sur ma table de lecture, dans cette édition Quarto que tu as recommandée à juste titre.

  • @ Tania : j'aime les biographies et entrer ainsi dans l'intimité d'un écrivain, ici pas question d'intimité vu le peu que l'on sait mais par contre une analyse très pertinente de la vie de l'époque, des événements qui ont durablement influencé l'auteur

  • Tu sais convaincre en parlant avec passion de ce que tu aimes et tu me donnes envie de relire et écouter les pièces de Shakespeare que j'avais découvertes et aimées alors que j'avais une vingtaine d'années. Ariane Mouchkine et son théâtre du soleil où j'ai passé des soirées de rêve me les avait fait redécouvrir. J'ai bien envie de te suivre avec cette bio et une nouvelle relecture des textes pour voir si l'enchantement persiste

  • @ Nadejda : je n'ai rencontré Shakespeare qu'assez tard par le théâtre car les lecture des pièces me pèse un peu, ce fut une belle découverte et avec deux biographies je me fais je crois une idée nettement plus juste du personnage et c'est vrai que les oeuvres résonnent différemment

  • @ Claudialucia : parmi les auteurs vers qui on revient toujours

  • Bonsoir Dominique, justement, moi, je n'ai pas été totalement convaincue par Quattrocento, je passe pour l'instant. Bonne soirée.

  • @ dasola : à bientôt alors

  • Bonjour Dominique, je connais peu, très mal l’œuvre de Shakespeare. Par contre j'ai lu quelques articles qui se posaient la question de savoir si lui et Énervantes avaient pu avoir connaissance d l’œuvre d'un de l'autre...
    Tu donnes bien envie de creuser la piste Shakespearienne...il n'est jamais trop tard dit-on!

  • @ colo : je ne suis pas une grande connaisseuse mais le peu que je connais j'aime énormément et donc je cherche toujours à en savoir un peu plus à comprendre un peu mieux

Les commentaires sont fermés.