Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le dit du vivant - Dennis Drummond

Il y a parfois des hasards heureux. Les problèmes de climat m’avaient rappelé un roman lu en 1982 et qui prédisait ….le retour de la terre à l’âge de glace ! 

age.jpg

C’était un bon roman, qui montrait parfaitement les disputes scientifiques, l'incrédulité des politiques, les conflits entre états chacun tirant la couverture à soi et des aventures individuelles mâtinées de romance.

hiver.jpg

Ce n’est pas un grand roman mais on passe à sa lecture un bon moment depuis les US jusqu’à l’Alaska et aux confins de la Sibérie.
On est loin du réchauffement climatique mais qu’importe parce que quelque part la problématique reste un peu la même : Que fait-on ?

 

Quand je suis tombé sur le livre de Dennis Drummond forte de mon expérience glaciaire j’ai immédiatement deviné qu’il était pour moi.
Un saut dans le temps et rendez-vous au Japon. Un séisme  est suivi d’une coulée de boue qui détruit un village en son entier. 

seisme-tokyo.jpg

Séisme au Japon

Mais les mouvements de terrain ont aussi mis au jour une sorte de sépulture très ancienne. 

Les scientifiques sont alertés et Sandra Blake, paléogénéticienne australienne se rend au Japon accompagnée par son petit garçon Tom, enfant autiste qui vient de faire une série de crises difficiles dans le centre où il était soigné.

sepulture.jpg

Premier travail pour l’équipe scientifique : dater le site. Et là c’est un second séisme qui secoue le monde scientifique car la datation fait apparaitre des hominidés vieux de 13 millions d’années dont le savoir est un peu trop en avance par rapport à l’arbre de l’évolution.

ed8ebc0f025682db2a66db2f7f6353d2.jpg

Stupeur totale car cette datation remet en cause tout le connu jusqu’au théories darwiniennesLes certitudes volent en éclat.

 

La presse, les scientifiques s’en emparent et donnent naissance à l’Homme d’Atsuna, nom du village où la découverte a été faite. Bientôt Sandra est sous les feux des projecteurs sans l’avoir demandé. Les critiques pleuvent, les religieux vitupèrent et annoncent l’Apocalypse.
Les chercheurs sont très vite rattrapés par les enjeux politiques, culturels, religieux. 

Heureusement la vie sur place est faite de rencontres, en particulier celle d’un maître de l’estampe japonaise qui va lui apporter chaleur et sérénité et d’une actrice du théâtre nô

estampe.jpg

Les personnages sont crédibles et possèdent de l’épaisseur, on est immédiatement en sympathie avec le maître de l’ estampe japonaise, Tom l’enfant autiste est attachant et son parcours intéressant même si son évolution peut avoir un peu trop une allure de miracle.

Denis Drummond a choisi une construction singulière qui s’inspire du séquençage du génome et il nous embarque dans une belle Odyssée, un histoire des origines.

Le livre est décomposé en 6 parties qui suivent un ordre chronologique mais s’appuient sur des genres différents : journaux intimes, articles de journaux, correspondances, articles scientifiques. 

Chaque chapitre donne un point de vue différent. Un petit effort est nécessaire pour assembler une à une les pièces du puzzle mais cela vaut la peine

drummond.jpg

L'auteur

L'écriture est souvent prenante et poétique, parfois même assez lyrique. 
Ce n’est pas un roman de science-fiction, c’est un genre inclassable ce qui en fait l’originalité et l’intérêt.

Un roman sur le monde d’aujourd’hui avec ses faiblesses, celui d’hier avec ses erreurs, mais peut être plus encore sur le monde que nous construisons pour demain.

Au delà du récit, le roman pose de véritables questions : la place de la recherche aujourd’hui, le regard que l’on pose sur l’autre, que voulons-nous privilégier dans l’avenir ?

IMG-0137.jpg

Les Livres : 

Le dit du vivant - Denis Drummond - Editions Le Cherche Midi
Le Sixième hiver - Douglas Orgille et John Gribbin - Point seuil à chercher d’occasion

Commentaires

  • Encore bien tentée par tes conseils. Cela me fait penser à un livre que je n'avais de cesse d'offrir : "Le Convoi de l'eau" de Akira Yoshimura. La construction d'un barrage va ensevelir un vieux village et surtout son cimetière où les âmes des ancêtres risquent d'être abandonnées. Bouleversant.

  • Rien à la bibli! Dommage...
    Mais je retiens que j'avais le convo i de l'eau dans ma LAL

  • Je suis freinée par l'aspect "mélange des genres", dommage parce que le sujet semble intéressant.

  • Tour à fait étonnant! Je le note. Cela me changera de mes sujets de prédilections en ce moment

  • Je ne me souviens pas du tout avoir entendu parler de ce livre, mais ce n'est pas trop mon genre de prédilection non plus. Je vais voir si jamais la bibliothèque l'a.

  • Voilà qui m'intrigue beaucoup, et j'aime bien prendre le risque du mélange des genres (et d'après ce que tu en dis, ce n'est pas un grand risque ... ) il est sûrement en poche, en plus, vu la date..

  • Je pense que ce livre va beaucoup me plaire, je note. La première de couverture est de plus superbe.
    Merci pour le partage de tes trouvailles Dominique. Bon dimanche !

  • Une occasion à découvrir, tu fais encore œuvre de tentation Dominique, le Japon, la vague d’Hokusai si attirante ainsi que l'originalité de cette construction littéraire, je note aussi au passage le livre d'Akira Yoshimura. Quelle récolte en passant chez toi, merci et belle après midi de lecture peut être. brigitte

Écrire un commentaire

Optionnel