Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Huit montagnes - Paolo Cognetti - Editions Stock

En plein été caniculaire qu'il est bon de se rafraichir l'âme avec une lecture envoûtante et splendide.

J'aime la montagne, les 25 ans passés à Annecy m'ont comblé, j'aime la couleur du ciel le matin très tôt, la rude montée vers un alpage, la descente en fin d'après-midi dure pour les genoux, les petits lacs glaciaires. L'alpinisme n'a jamais été fait pour moi mais la randonnée oui et ce sont de très très bons souvenirs.

cognetti p.jpg

L'auteur sur sa montagne

Evidement que, dès l'annonce de sa parution, j'ai coché le livre de Paolo Cognetti. J'avais un brin d'appréhension ayant beaucoup aimé Le Garçon sauvage son livre précédent. Je ressors comblée par ma lecture.

 

L'histoire est simple. Pietro, un enfant de la ville, va faire connaissance avec la montagne. Ses parents, son père surtout, sont des montagnards fervents et Pietro va migrer toutes les années vers Grana, un village de montagne au pied du Mont Rose.

mont rose mueller.jpg

Le Mont Rose

Ses premiers pas en montagne sont un peu difficiles, il faut dire que le père est exigeant, solitaire et à bien l'intention de transformer le petit en un montagnard zélé malgré le mal des montagnes qui le terrasse.

" Avec lui, il était interdit de s'arrêter, interdit de se plaindre de la faim, de la fatigue ou du froid, mais on pouvait chanter une belle chanson surtout sous l'orage ou en plein brouillard. Et dévaler les névés en lançant des cris d'indiens."  

Mais la découverte, la vraie, c'est celle de l'amitié. Bruno est un rien plus âgé que Pietro, fils d'un homme souvent absent et d'une mère quasi muette, il sait tout des torrents, des pierres, des souches, cette montagne, c'est la sienne, formidable terrain d'aventures. La première rencontre est un brin houleuse mais très vite la complicité l'emporte. L'amitié s'installe. 

Pour Bruno ce ne sont pas des vacances car il travaille dur sur l'alpage mais les minutes volées sont précieuses.

Chaque été Bruno l'attend : 

" Il faut croire qu'il guettait les virages du haut d'un de ses postes d'observation parce qu'il venait me chercher dans l'heure qui suivait notre arrivée"

Et c'était le bonheur, parce que : 

"Aller en montagne avec Bruno n'avait rien à voir avec la conquête des sommets."

Non ils furètent dans les baites abandonnées, se transforment en chercheurs d'or
Le temps de l'amitié idyllique prendra fin brusquement (non vous ne saurez pas pourquoi !) mais Pietro et Bruno se retrouveront. 

chalets.jpg

Baite ou chalet d'alpage 

Un livre que j'ai énormément aimé, la montagne est le protagoniste principal mais les personnages sont magnifiques jusque dans leur imperfection.
Un roman de formation, d'éducation, à l'atmosphère parfois empreinte de mélancolie. Les pères n'y sont pas parfaits, les mères y sont parfois trop silencieuses. 

cognetti.jpg

L'écriture est rigoureuse, classique, forte et acérée parfois, lyrique à d'autres moments. Paolo Cognetti sait nous laisser entrevoir les fils qui se tissent malgré la distance et les différences, les noeuds qui se dénouent usés par l'érosion du temps qui passe.  Le rythme est celui, lent et régulier, d'une course en montagne.

Si vous aimez les rapprochements je dirais qu'il y a un peu de Frison-Roche, un zeste de Giono, un parfum de l'île de Giani Stuparich

L'auteur nous fait mettre sac au dos, il nous a balisé les chemins de sa montagne et c'est avec un plaisir total que je l'ai suivi, j'ai mis mes pas dans les siens, je l'ai écouté égrener ses souvenirs et je n'avais aucune envie de descendre le soir venu.

 

9782234083196FS.gif

 

Le livre : Les Huit montagnes - Paolo Cognetti - Traduit par Anita Rochedy - Editions Stock

 

Commentaires

  • Je l'ai repéré celui-là évidemment. J'avais tellement aimé "le garçon sauvage". Je me lancerai sans hésiter.

  • le garçon sauvage a fait pas mal d'adeptes ! Tu vas aimer ce lui ci, plus élaboré, plus riche et plus abouti

  • Repéré aussi, j'espère qu'il me plaira autant que le précédent.

  • comme toi j'ai aimé le premier et beaucoup plus celui là donc ...

  • sers toi :-)

  • fonce !!!

  • Après de merveilleuses vacances à la montagne, voilà qui pourrait me permettre de me croire encore sur les hauteurs ;-)

  • un livre qui te permettra de prolonger les vacances

  • Tout cela est très très tentant. Je crois aussi que Le garçon sauvage sort en poche, je pense donc découvrir l'auteur avec l'un ou l'autre...

  • Si tu as le choix commence par le garçon sauvage pour te mettre en jambe et celui là ensuite te combleras

  • Merci pour ce billet, je vais noteer ce titre et cet auteur et sûrement le lire bientôt!

  • je ne sais pas s'il est paru en numérique

  • J'ai terminé hier "le garçon sauvage" qui est paru en poche 10/18 et qui ´a beaucoup plu. A la suite de cette lecture, je me suis empressée de commander "les huit montagnes" Ton billet me rend impatiente de le recevoir.

  • Tu vas certainement te faire plaisir

  • Jamais lu, les histoires de montagne ne m'attirent pas a priori. Mais bon, vu ton avis, je peux m'y lancer...

  • A toi de voir, certes la montagne est bien là mais il y a bien d'autres choses et les rapports père fils sont magnifiquement traités

  • Il est dans la sélection de la rentrée littéraire du "Un", j'ai coché plein de titres, mais pas celui-ci, à cause du rapprochement fait avec De Luca (et De Luca, je n'y arrive pas !), tu donnes d'autres références, mais je pense que je vais plutôt lire "Le garçon sauvage", paru en poche, donc, je prends moins de risques !

  • Je ne suis pas fan de Erri de Luca, sauf son dernier roman que j'ai beaucoup aimé, là je ne trouve pas de proximité, certes il y a le côté montagne mais de Luca est plutôt un alpiniste; ici c'est plutôt le monde des bergers, des éleveurs, qui est montré plus que l'alpinisme

  • J'adore randonner, il me semble que je bascule dans un autre monde intérieur ! Alors évidemment je note le titre de ce livre avec joie et ferveur, je t'en remercie sincèrement. Bises. brigitte

  • le livre est riche de bien d'autres choses que la randonnée et ces choses là devraient te plaire aussi

  • C'est vraiment bien les blogs de livre, les renvois aux billets plus anciens , je me souviens avoir pensé qu'il faudrait que je le lise mais je me méfie des retours à la nature. Depuis 2016, j'ai appris à te faire confiance en la matière tu es vraiment douée pour me faire aimer des livres que je n'aurais pas lues sans toi.

  • Franchement ce roman là n'exige pas d'être fan de nature, il y a des thèmes très riches : relation père fils, le devenir des amitiés d'enfance, les difficultés rencontrées par ceux qui vivent de la montagne
    Je crois qu'il pourrait te plaire

  • ça m'arrive aussi et là je suis heureuse d'avoir les blogs pour me faire rattraper le coup

  • Très tentant. J'ai découvert le plaisir de la marche en montagne au Val d'Aoste et ton billet a fait remonter bien des souvenirs des Alpes valdotaines et des Alpes suisses en particulier.

  • Tu seras en pays connu alors

  • c'est un roman que je relirai d'une façon certaine

  • Et bien figurez-vous qu'hier, en passant devant la librairie, j'ai vu ce livre et je me suis vraiment posée la question de savoir si j'allais ou non le lire, ayant aussi beaucoup aimé Le garçon sauvage que vous m'aviez fait lire. Je note donc celui-ci pour de prochaines lectures. Merci, chère habituellement tentatrice.

  • j'ai hésité car après un succès on a peur de la déception et bien là non pas du tout et ce roman là est nettement plus étoffé, plus dense que le premier texte mais garde un ton fort ressemblant

  • Je l'ai repéré pour sa thématique qui me parle. J'espère que ma médiathèque va le recevoir.

  • je pense que les médiathèques vont l'acheter
    je profite de ma réponse pour te dire qu'il m'est impossible de mettre un commentaire sur ton blog j'ai fait trois tentatives qui se soldent par un messages d'interdiction de canalblog !

  • Un zeste de Giono; voilà qui emporterait mon adhésion. Et puis la beauté de la montagne, la découverte de la nature sans idée de compétitivité ou d'exploit... Il faut dire que je suis une piètre randonneuse ! Je n'ai jamais été très Frison-Roche, non plus !

  • aucun besoin d'être randonneur pour apprécier ce livre, les rapprochements que je fais avec Giono ou Frison Roche ne sont pas parfaits mais ce sont ceux auxquels j'ai pensé en lisant

  • tentant, très tentant, l'amitié et les découverte.
    Pour la montagne, tu verras où j'ai été il y a quelques jours...héhé-
    besos

  • j'attends les photos

  • Ces marches en altitude m'attirent toujours, mais je ne me sens plus trop capable d'aller si haut....
    J'irai plus volontiers avec les "Huit montagnes" de Cognetti !

  • ah si vous saviez ! je suis moi aussi bien incapable d'aller en montagne hélas mais c'est un bonheur pour moi de randonner par les mots

  • Très attiré par ce livre. En attendant je viens de lire Le garcon sauvage où il célèbre entre autres le cher Mario Rigoni Stern... et d'autres. 138 pages d'une bienfaisante fraîcheur.

  • si tu as aimé tu vas vraiment apprécié ce roman, en le lisant j'ai pensé même si la trame est assez différente, à un roman que nous aimons tous les deux : le dernier bateau de S Lenz

  • Je partage ton avis, j'ai beaucoup aimé ce livre, bien plus que le précédent.

Écrire un commentaire

Optionnel