Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un médecin de campagne - Honoré de Balzac

L’acquisition pour quelques euros des oeuvres complètes de Balzac en numérique et la lecture d'Alain (je vous en parle dans mon prochain billet) m’ont donné envie de fouiller parmi les oeuvres multiples jamais lues, peu connues ou oubliées.

Tous les romans de Balzac ne sont pas des grands romans mais tous sont intéressants, Balzac écrit un Médecin de campagne alors qu’il a 33 ans et qu’il n’a pas encore vraiment connu le succès.

L’action se situe dans une vallée reculée des Alpes, ces pays perdus où l’on rencontrait encore des êtres frustres que l’on qualifiait alors de crétins des Alpes. Paysans pauvres atteint par le manque d’iode qui provoquait chez eux une atteinte caractérisée par une apathie, une somnolence et un retard intellectuel et un énorme goître.

balzac

C’est là un choix curieux de Balzac pour situer son récit. 

Le commandant Génestas qui fut de toutes les campagnes napoléoniennes recherche le docteur Benassis, il veut le consulter pour une vieille blessure et finit par le trouver dans un village pour le moins atypique.

C’est un sacré personnage que ce docteur Benassis, véritable saint laïque il a totalement transformé un village en terrain d’expérience économique. Là où régnait la misère il a apporté la prospérité, il a incité les paysans à moderniser leurs techniques agricoles, il a financé des créations d’activité, aujourd’hui on parlerait de micro entreprises et de micro crédit ! Petit à petit la prospérité s’est installée, des écoles, des routes furent construites, les marais furent asséchés chassant loin du village les fièvres si redoutables. Le crétinisme fut éradiqué. Terminé l’autarcie délétère, vive les échanges commerciaux avec les vallées voisines et même avec Grenoble la grande ville la plus proche. Pour un peu on croirait lire le panégyrique de la mondialisation.

balzac

Balzac en quelques pages nous fait un véritable cours d’économie libérale, apporte sa vision du développement social et c’est totalement surprenant.

Même si le prétexte du roman est mince il y a là en germe tous les points forts de Balzac, l’art de la description d’un lieu, des portraits savoureux comme celui de Jacquotte la servante du docteur devenue la maîtresse des lieux et à qui tout le monde obéit y compris le bon docteur.

balzac

L'épopée Napoléonienne vue par Balzac - Edouard Detaille au Musée d'Orsay

C’est aussi pour Balzac l’occasion de revenir sur l’épopée napoléonienne, il a eu un moment l’idée de faire un livre sur Napoléon, idée qu’il a finalement abandonné mais il utilise ici ses réflexions à travers le personnage de Génestas et le récit transpire la nostalgie.

Ce n’est pas encore le Balzac du Père Goriot mais c’est un récit à découvrir.

balzac

Le livre : Le médecin de campagne - Honoré de Balzac - Editions Arvensa numérique

Commentaires

  • Quand j'étais en poste à Abidjan, il y a bien longtemps, j'avais entrepris de lire Blazac dans la Pléiade.....me suis arrêtée en route bien sur....mais j'y reviendrais volontiers....Pour l'instant je suis dans Claude Louis-Combet, un vieux monsieur, catholique croyant semble-t-il je le dis car ça peut surprendre quand on lit ses écrits débordants de vie, de sensualité, de lumière, de folie....j'adore lire un livre de lui tous les...."Bethsabée au clair comme à l'obscur" nous fait partager la vie de Rembrandt avec sa servante Hendrickje, simple paysanne, qui lui inspira des personnages de femme parmi les plus beaux de ses tableaux...un régal, une langue qui se déploie comme un tissu de soie, un monde s'ouvre...
    "Dans ce livre, le narrateur qui est tout sauf un historien, s'applique à composer l'image mythique du couple d'amants impliqués ensemble dans la création de l'oeuvre comme dans celle de leur vie...." 4° de couv....
    Avait écrit sur le poéte autrichien Trakl et sa soeur, relation morbide..;avec la même faconde.
    Lectures réjouissantes....Non sans lien avec Balzac car il faut accepter de franchir un seuil....

  • Ce livre est présent dans ma médiathèque donc toc il vient de tomber dans mon panier virtuel de lectures prochaines

  • Je l'ai lu il n'y a pas longtemps celui-ci. Les passages théoriques sur la famille et la société m'avait lassée, mais en revanche j'ai découvert ce Balzac utopiste-"soigneur de société" qui apparaît dans quelques romans et qui est moins connu que celui qui critique la haute société parisienne.

  • C'est une lecture sans rebondissement, sans action réelle mais j'ai trouvé passionnant cette étude d'une société qui change sous l'impulsion de quelqu'uns
    par ailleurs il y a déjà de beaux portraits

  • J'ai bien mis sur ma tablette la totalité de la comédie humaine mais je n'ai pas encore eu le déclic pour m'y plonger
    Je te suivrais pour tes commentaires mais je ne sais pas si je m'y mettrais tout de suite....

  • pour moi le déclic ce fut un livre d'Alain sur Balzac, ce sera mon prochain billet
    A partir de là j'ai fait le choix de lire les romans que l'on connait moins car bien sûr j'en avais déjà lu un certain nombre
    je ne suis pas déçue

  • J'ai lu pas mal de Balzac, mais pas celui ci (je m'en souviendrais!),

  • Sans doute parce que ce n'est pas du tout parmi les titres les plus connus mais j'ai fait la démarche inverse, lire ce qu'on connait moins, j'ai toujours eu l'esprit de contradiction :-)

  • Voilà qui donne envie de lire ce roman - pas pour les crétins des Alpes mais pour l'expérience de développement et les qualités littéraires. As-tu décidé d'un ordre de lecture ?

  • Un ordre non pas vraiment, comme je l'ai dit à nadejda je me suis inspirée des commentaires d'Alain sur Balzac, sans suivre totalement son avis j'étais curieuse de lire des romans dont on parle peu

  • Un bel été que celui avec Balzac dont j'ai toujours aimé les récits et l'écriture. les détails.
    Après ton billet je m'en vais sans doute le relire, j'avais 20 ans et je m'en souviens si peu!

  • je garde un souvenir vif du Lys dans la vallée, du Père Goriot mais aussi de la Vieille fille ou du Curé de Tours mais c'est bon de lire des textes moins connus mais qui pour certains m'ont vraiment enthousiasmé
    il y a pas mal de billets à venir

  • Je n'ai pas lu ce Balzac et ce que tu en dis me tente bien...

  • A lire pour cette drôle d'expérience et pour le début du Balzac portraitiste

  • J'ai bien aimé les Balzac lus dans ma jeunesse, mais je n'ai pas du tout envie de m'y remettre aujourd'hui. Je devrais essayer, ça me ferait peut-être changer d'avis.

  • Moi à l'inverse je n'arrive plus à lire la prose d'aujourd'hui et je retourne vers des auteurs que je connais et que j'aime mais dont j'ai encore énormément à découvrir, c'est ce qu'il y a de bien avec les auteurs prolixes

  • J'ai beaucoup de mal à lire Balzac, je ne sais pas pourquoi ! Voila donc un moyen de faire une nouvelle tentative... D'autant plus que j'habite justement dans l'une de ces vallées... Le personnage que tu décris me rappelle celui du pasteur Neff, venu de Genève jusque dans les vallées vaudoises des Hautes-Alpes, pour y conseiller les habitants et créer à Dormillouse la (ou l'une des?) première Ecole Normale.

  • je viens de lire la bio de ce pasteur sur wikipédia et en effet Balzac a du s'inspirer d'un personnage similaire si ce n'est pas éventuellement de lui
    j'ai chercher sur le net la source d'inspiration de la création du docteur Benassis mais je n'ai rien trouvé

  • Celui-là je ne l'ai pas lu mais je suis en train de lire Le docteur Pascal de Zola : je ne peux pas terminer ces deux cycles en même temps !

Les commentaires sont fermés.