Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde de Balzac

Lorsque l’on veut connaitre mieux un romancier, la voie naturelle après la lecture des romans, c’est la biographie.

comédie.jpg

Balzac et les personnages de la Comédie humaine

J’ai deux biographies de Balzac dans ma bibliothèque, en fait même trois. La plus ancienne est celle d’André Maurois, sincèrement elle m’ennuie, pas de rythme, pas vraiment d’analyse des oeuvres, bien entendu c’est bien écrit mais vraiment très daté hélas.

Le seconde de François Taillandier est un peu courte à vrai dire car si le chapitre d’ouverture est très séduisant ainsi que l’épilogue, la bio elle même est un peu fade et surtout ne procure aucune envie forte de lire Balzac c’est mon principal reproche.
 

Et puis il y a Stefan Zweig avec Trois maîtres, comme d’habitude c’est du bonheur de lecture, et surtout, il est celui qui donne envie de se précipiter sur les romans. 

Enfin il y a les essais d’Alain sur Balzac et ce fut une jolie découverte, à la fois passeur et analyste de l’oeuvre, avec eux je me suis régalée.

balzac.jpg

 

Voilà ce que j’ai retenu et qui m’a donné envie de plonger tête première dans la Comédie humaine

Tout d'abord suivons Zweig.

« Balzac fut le premier romancier professionnel; Zweig dit qu’il trouve là son plein équilibre, il devient « l’historien de son temps »

Après plus de dix ans d’insuccès il publie le Colonel Chabert et Eugénie Grandet.  Il a découvert la loi qui dorénavant dominera son œuvre 

« représenter la réalité, mais en y introduisant un dynamisme plus vigoureux, parce qu’il est limité à un petit nombre d’individus. »

En ces années-là Balzac a découvert son grand secret :
tout est sujet ; la réalité est une mine inépuisable quand on s’entend à la fouiller. Il n’est besoin que d’observer comme il faut et chaque homme devient un acteur de La Comédie humaine.

On ne peut imaginer ce que cet homme qui, en dix semaines, fut capable de faire sortir pour ainsi dire du néant La Cousine Bette et Le Cousin Pons aurait pu créer encore.

A propos de celui qui introduisit l’argent dans le roman Zweig nous dit

« Il est à côté des prodigues, pour compter leurs dépenses ; à côté des usuriers, pour compter le taux de leurs intérêts ; à côté des marchands, pour calculer leurs bénéfices ; à côté des dandys, pour compter leurs dettes et à côté des politiciens, pour compter leurs pots-de-vin. »

Balzac ne doit pas être jugé d’après un de ses livres pris en particulier, mais d’après l’ensemble

« il doit être considéré comme un paysage avec sa montagne et sa vallée, son horizon illimité, ses crevasses traîtresses et ses torrents rapides. »

L’œuvre de Balzac est immense. Dans ses quatre-vingts volumes vit toute une époque, tout un univers, toute une génération. Jamais avant lui n’avait été méthodiquement tentée une entreprise aussi grandiose ; jamais l’audace d’une volonté surhumaine ne fut mieux récompensée.

A sa mort Victor Hugo prononça l’éloge funèbre

« Messieurs, le nom de Balzac se mêlera à la trace lumineuse que notre époque laissera dans l’avenir… »

Chateau-Sache.jpg

Château de Saché

 

Passons aux essais maintenant que je n'avais jamais lu et qui m'ont énormément plu.

Alain démarre son livre par un brin d’histoire personnelle pour saluer son père qui l’a mené vers la lecture

« Mon père avait des dettes et des soucis : il ne voulait pas y penser ; c’est la raison peut-être pour laquelle il fut un enragé liseur. »

Mais attention pour se lancer dans la Comédie humaine il faut être lecteur

« Connaissez-vous le bruit d’une feuille que l’on tourne ? Si vous n’y entendez pas le destin et l’irrévocable, c’est que vous n’êtes pas lecteur ou disons liseur. »

Comme son père avec lui il partage avec nous ses lectures des romans de Balzac, les uns après les autres

« me voilà jeté dans un de mes livres préférés »

Il nous fait part de ses choix, de ses préférences  : le Curé de Tours, un médecin de campagne des romans fort mal accueillis par la critique 

film_cravenne.jpg

Le Lys dans la vallée dont Balzac dit

« Je prépare une grande et belle œuvre, intitulée Le Lys dans la vallée, une figure de femme charmante, pleine de cœur, ayant un mari maussade, et vertueuse »

« Les illusions perdues  cette somme balzacienne rassemble les thématiques essentielles et met exemplairement en place le mythe d’une jeunesse et d’une époque symbolisées par les tribulations, espérances et désillusions du héros, Lucien de Rubempré. »

L'on passe d’un récit assez sobre à une énorme fresque aux 273 personnages 

C'est le moment où Balzac songe à rassembler et relier tous ses personnages pour en former une société complète.

Il y a de la part d'Alain des mises en garde, des éclaircissements, des coups de colère pour des romans trop peu lus, ses personnages préférés comme Beatrix. ou le roman qu'il préfère peut-être : un Curé de village.
Alain lit et relit avidement la Comédie humaine.

C’est un livre que je vous recommande, il vous donnera envie d’élargir vos lectures aux titres moins connus ou de relire ceux qui vous importent mais dont vous avez oublié les détails.

 

9782253175254FS.gif

9782070755523FS.gif

 

Les livres 

Trois maîtres - Stefan Zweig - Traduit par - Editions Belfond ou Le livre de poche
Balzac - Alain - Editions Gallimard Tel 1999

Commentaires

  • Je ne connais pas l'essai d'Alain sur Balzac, mais je le lirai un jour - peut-être un prochain été. Quand j'ai lu Balzac, toute la Comédie humaine, j'étais jeune. Je m'installais en début d'après-midi et je lisais jusqu'à la nuit tombée. Alors, la citation sur le bruit des pages qu'on tourne m'emplit de nostalgie.

  • moi je lis souvent deux fois dans la journée, tôt, vraiment très tôt le matin et puis soit l'après midi surtout quand il fait trop chaud pour s'activer dehors et le soir bien sûr mais j'ai des souvenirs de journées entières non pas dans les arbres mais avec un livre, un must

  • Mais attends, là, tu as aussi sa grosse biographie par Zweig!
    https://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/search/label/Balzac
    J'ai pas mal lu Balzac, y compris des pas trop connus, mais il en reste (et sur mes propres étagères!)

  • je pense que sa bio dans Trois maîtres, reprend la biographie que tu as lu en version peut être un peu allégée mais l'essentiel y est et surtout cette folle envie qu'il donne d'aller lire les romans
    j'ai fait une petite liste de romans jamais lus, j'en suis au 4ème, les billets viendront petit à petit, et pour le moment je suis enchantée par tout ce que j'ai lu et j'ai découvert un Balzac que j'ignorais totalement

  • Je viens d'entendre sur France culture qu'actuellement La maison de Balzac à Paris présente une expo sur ses rapports avec les artistes...comme je vais à Paris bientôt, je pense que j'irai
    en attendant et pour celles qui ne la verront pas
    http://maisondebalzac.paris.fr/fr/ecouter-voir-visiter/expositions/expositions-venir/entre-artistes

  • oups j'ai l'impression que ma réponse s'est perdue
    je te remercie car cet été je vais à Paris et j'essaierai d'aller voir cette expo

  • Deux excellents guides, assurément ! Tu as raison : pour bien connaître Balzac, il nous reste beaucoup à lire. (Je t'ai répondu à propos des photos devenues peintures ;-)

  • j'aime bien avoir quelques livres d'accompagnement pour mettre mes impressions en perspective
    merci à toi

  • J'avais lu trois maîtres mais je ne m'en souviens plus, il faudrait que je le relise. En revanche, je ne connaissais pas celle d'Alain, donc je note.

  • cet essai est ancien mais n'a rien perdu de son autorité

  • Le livre d'Alain me tente beaucoup... La "comédie humaine" a des milliers de facettes, Balzac était un magnifique observateur et un talentueux narrateur. Bises, belle lecture du jour Dominique. brigitte

  • j'avais lu les romans principaux mais l'oeuvre m'effrayait un peu par sa taille, le livre d'Alain est une bonne façon d'y entrer

  • Voilà peut-être des ouvrages qui me donneront envie de plonger dans Balzac, je pense surtout à l'essai d'Alain.

  • Tu dois pouvoir le trouver en bibliothèque

  • Je note l'analyse de La comédie humaine par Alain qui me semble bien intéressante.
    J'ai acheté d'occasion "Balzac et son monde" de Félicien Marceau dont les extraits que j'ai lu me font penser que je vais l'apprécier. Mais je le garde en réserve pour le moment. J'attends de sentir que le moment est venu de me replonger dans Balzac...

  • C'est un livre que je viens d'acheter d'occasion moi aussi :-) je le trouve parfait pour s'y retrouver dans les romans, les personnages, les thèmes
    par contre je trouve qu'il y a moins d'impressions personnelles que chez Alain

  • Bonsoir Dominique, je note le livre de Stefan Zweig. Je garde un beau souvenir du château de Saché. Bonne soirée.

  • Avec Zweig on n'est jamais déçu
    Tu as vu qu'un film sort en septembre ou octobre sur les derniers mois de sa vie ?

  • Une vie à écrire pour Balzac, une vie à le lire pour nous! Bon, j'exagère un tout petit peu...
    Cet essai d'Alain est très tentant, je n'en avais jamais entendu parler.
    Dans quel ordre lis-tu les romans de Balzac et, question subsidiaire pour toi (hihi) l'ordre est-il important? J'ai entendu le bruit des feuilles de plusieurs livres de sa fresque mais j'ignore dans quel ordre...
    Bon week-end Dominique.

  • je ne suis pas certaine que l'ordre soit important, ce que j'ai fait c'est que j'ai mis de côté les romans dont je ne savais rien du tout, parfois roman ou parfois nouvelle un peu longue, je suis à ma 5ème lecture et pour le moment je n'ai fait que me régaler

  • "Bassac, le roman de sa vie" par Zweig est la plus belle biographie lue de lui. Dans "Trois maitres", c'est un résumé allégé.

  • Résumé allégé c'est un rien restrictif mais effectivement la bio complète est certainement plus importante

  • J'ai fait en avril 2013 un billet sur une biographie de Zweig, non pas "Trois maîtres" mais "Balzac, le roman de sa vie", un pavé (495 pages d'une livre de poche imprimé serré).
    Je me souviens qu'à l'époque j'ai foncé sur quelques récits courts de Bernard François Balsaa (ses vrais noms et pas de petit "de"): un plaisir évidemment..

  • je vais aller relire votre billet, et sans doute que je vais me procurer cette bio manifestement plus complète
    Ceci dit Zweig remplit son office parfaitement car même dans la version courte on sort de la lecture avec l'envie de lire ses romans de toute urgence

  • Tout a fait, Dominique, en court ou en long Zweig est passionnant. Mais lis cette biographie qui se lit comme'un roman et on en reparle ;-)

  • ma commande est partie .....

  • Je crois que je choisirais Zweig, je choisis toujours Zweig!

  • on peut se serrer la main

  • Les citations de Zweig sont très jolies et ta chronique donne envie de se replonger dans l'oeuvre de Balzac.

  • Pour Zweig, évidemment, en plus de son intelligence de l'oeuvre, il y a le style! Alain me rappelle que je suis loin de connaître tout Balzac; Encore beaucoup de lectures à faire, de livres à découvrir!

  • Tout à fait d'accord avec votre phrase introductive. Très belle analyse des œuvres lues. Je crois bien avoir lu une de ces biographies ; sans doute celle d'Alain. Après avoir découvert votre article, j'ai couru dans ma bibliothèque à sa recherche. Mais je crois que mon fils - littéraire lui aussi - a dû l'emporter quand il était étudiant.
    A vrai dire, ce que j'avais lu ne m'avait guère éclairé sur les productions romanesques mais sur la vie de l'homme. Et c'est déjà beaucoup ! Dans mes souvenirs, devenus vagues, je retiens encore sa relation avec une princesse ou une comtesse d'un pays de l'Est. Serait-ce bien de lui qu'il s'agit ?

Les commentaires sont fermés.