Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Secret de l'Empereur - Amélie de Bourbon Parme

ah le bon livre, l’excellent roman ! Je suis tombée sous le charme dès le premier chapitre.

Je sais que certains sont un peu réfractaires au roman historique mais je vous assure celui-là est tout à fait réussi.

 

belgique_charles_quint.jpg

D’abord le héros de l’histoire : Charles Quint, l’empereur de la moitié de l’Europe, un homme qui a vu très tôt les couronnes s’amonceler sur sa tête, c’est rare un homme qui n’a rien demandé et qui se retrouve: 

Roi de toutes les Espagnes 

Empereur du Saint Empire romain germanique, en gros l’Empire Austro-Hongrois

Roi d’Aragon, de Naples et de Sicile 

Roi des Pays bas : hollande Flandre et Luxembourg 

Duc de Bourgogne donc de la Savoie, de la Franche Comté et du nord de la France : si vous savez « Besançon vieille ville espagnole » nous disait le grand Victor

ouf je crois que je n’ai rien oublié...

 

Habsburg_Map_1547.jpg

« Neuf fois je suis allé en Haute Allemagne, six fois je suis passé en Espagne, sept en Italie, dix fois je suis venu au Pays-Bas. (...) Quatre fois en temps de paix ou de guerre je suis entré en France, deux en Angleterre, deux autres fois, je suis descendu en Afrique, ce qui fait au total quarante voyages... »

 

1555 Après quarante ans de règne et avoir voyagé partout dans ses possessions, alors qu’il est le souverain le plus puissant il renonce à ses titres, à ses prérogatives, il dépose son sceptre et ses couronnes et « les oripeaux de la gloire ». 

Lui qui a combattu Soliman le Magnifique, François Ier et surtout Luther, il veut abdiquer.

Son fils n’est pas du tout réjouit, son frère envoie une fin de non recevoir quant au Pape il est furieux.

Mais Charles Quint est têtu, la goutte l’a rendu quasi infirme et il veut se retirer en Espagne dans un monastère auprès des moines hiéronymites (de l’ordre de Saint Jérôme) 

 

r2_monasterio_yuste_1000133.jpg_369272544.jpg

« Les abords du monastère étaient calmes, plus tranquilles que tous les territoires traversés durant ce périple : le silence des moines était contagieux, il irradiait des alentours de l’enceinte comme une onde bienveillante. »

 

Mais rien n’est simple et le voyage de Bruxelles vers l’Espagne prendra beaucoup plus de temps que prévu. 

Dans ses bagages l’Empereur emporte outre un portrait de son épouse, sa collection d’horloges. Leurs mécanismes le fascinent en un temps où la science horlogère a encore une petit parfum d’hérésie. Il ajoute à ses bagages une curieuse horloge portant une mystérieuse inscription en latin, cette horloge le fascine. 

 

horloge Nef de charles quint.jpg

Une des horloges de Charles Quint

 

J’arrête là mon récit et je vous laisse découvrir plus avant ce monarque hors normes, c’était la première fois qu’un souverain abdiquait depuis ....Dioclétien en ..305 

J’ai tout aimé dans ce roman, la façon habile et talentueuse d’Amélie de Bourbon Parme de nous dresser le portrait de son arrière arrière arrière arrière ....grand-père.(j’ai peut-être oublié un arrière) 

La passion, voire l’obsession de cet homme pour ses horloges aux mécanismes précis qui résistent au temps comme lui résiste à la maladie avec ses articulations pesantes et douloureuses. La vie dans un monastère perdu en Estrémadure est qui n’est pas à proprement parlé une vie de moine.

C’est traité avec sensibilité, érudition et un joli brin de plume, un rien de suspens en sus.

 

9782070767847FS.gif

Le livre : Le secret de l'empereur - Amélie de Bourbon Parme - Editions Gallimard 2015

Commentaires

  • Moi qui aime les romans historiques, j'ai aimé celui-là, bien sûr. Le personnage, pas forcément sympathique à la base, s'humanise peu à peu, avant de mourir. Et quelle envie j'ai maintenant de découvrir ces paysages d'Estremadure !

  • J'ai vu que tu avais bien aimé aussi, j'ai trouvé ce roman élégant et tout à fait intéressant autour d'un personnage qui a rarement été le héros de romans

  • Sandrine m'avait déjà convaincue, voilà un livre qui ne va pas m'attendre très longtemps .... Rien que le titre associé au nom de l'auteure, ça me fait rêver .... (Stéphane Bern, sors de mon corps ! ^-^

  • J'avoue n'avoir découvert qu'après coup que l'auteur était liée à la famille des Habsbourg
    Un roman très sympa à lire

  • Je fais partie de celles qui n'aiment pas trop les romans historiques. Mais, de plus en plus souvent la lecture des blogs, parvient à me convaincre. Et j'ai déjà noté ce roman. Tu en parles bien, juste assez pour me tenter.

  • Tu ne devrais pas le regretter car l'histoire ici est en filigrane c'est le destin d'un homme qui est intéressant et sa passion qui met en avant les particularités d'une époque

  • Les romans historiques ne m'attirent pas non plus énormément, mais après tout pourquoi pas, s'il est aussi bon que tu le dis.

  • Je crois que c'est un très bon roman

  • Je le note car la complexité de Charles Quint éveille ma curiosité et me donne envie de lire ce livre écrit par sa descendante

  • Un personnage tout à fait complexe, récoltant les couronnes sans avoir rien demandé, tentant de maintenir son empire en plein révolte religieuse, ennemi et admirateur de François 1er, l'ennemi des Ottomans bref un roi à facettes multiples

  • En voilà un qui ne sera pas pour moi, je fais malheureusement partie des réfractaires au roman historique ;0) Bon dimanche Dominique

  • Tu ne sais pas ce que tu perds :-)

  • J'aime bien l'idée d'un homme qui renonce ainsi à tout, ces dorures sur la tête pesaient vraiment trop lourd ! Partir avec une photo de sa femme et une collection d'horloges est pour le moins insolite, il avait de l'humour cet homme ! Je note ce titre pour ma maman, cette grande lectrice de l'Histoire. Bises. brigitte

  • souhaites lui une bonne lecture

  • J'espère que je vous suivrai un de ces jours dans un roman historique, malgré un a priori tenace. Je me demande si ce dernier n'est pas plutôt lié aux personnages historiques envisagés qu'à l'idée même d'histoire romancée. Ainsi les romans historiques de la guerre 40-45 m'attirent plus, pour citer cet exemple.
    Je crois aussi que nous évoluons et changeons tous et peut-être viendra-t-il un jour où je ferai le compte-rendu enthousiaste d'un tel roman...
    Bonne semaine.

  • je vous le souhaite car certains romans historiques ont été pour moi la porte vers un personnage, une période qui ensuite m'a entrainé vers biographie et livre d'histoire plus conventionnel

  • Ce n'est pas du tout ainsi que j'imaginais ce livre (déjà Sandrine m'avait tentée) sinon j'aurais peut-être été voir de plus près l'auteur lors de la Forêt des livres

  • va le voir de vraiment près tu seras peut être séduite

  • D'abord te dire que les illustrations m'enchantent!
    Puis que ce personnage m'a toujours intéressée, il est (entre autres) comme un lien entre toute mes vies ;-)
    Ici il s'appelle Carlos I de España et V du Saint Empire Germanique....Bon, cent raisons pour le lire, merci!

  • je me doutais que l'appellation en Espagne n'était pas la même que chez nous
    un personnage qui m'intriguait depuis longtemps c'était l'occasion

  • Bonjour Dominique, il paraît que sa goutte le faisait hurler tellement il souffrait. Un monarque fascinant et hors norme. Bonne après-midi.

  • oui la goutte non traitée est une maladie terriblement douloureuse et invalidante à l'époque sans traitement c'était terrible

  • Moi j'adore les romans historiques. Ce que tu en dis me tente énormément !

  • alors vas y fonce

  • J'ignorais sa passion des horloges (entre autres choses que j'ignore). Le bel objet pour dire le temps qui passe ! Encore un titre à noter.

  • la métaphore est belle effectivement et réserve quelques surprises

  • après les 10 000 Guitares ce livre s'inscrit logiquement dans mes lectures, et hop dans le pense-bête de Babelio en attendant la Médiathèque ou le téléchargement

  • il doit être dispo en livre numérique

Les commentaires sont fermés.