Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Outre-terre - Jean-Paul Kauffmann

J’avais déjà activement participé à la retraite de Russie avec Sylvain Tesson aussi ai-je décidé de prolonger l’expérience et me voilà partie sur le champ de bataille d’Eylau avec Jean-Paul Kauffmann pour guide.

Il a une famille qui l’aime cet homme, jusqu’à accepter de partir en plein hiver à Eylau, enfin pardon plutôt à Kaliningrad, enfin ce qui autrefois s’appelait Königsberg, faut dire que sur ces terres là rien n’est simple.

 

Kgl._Bibliothek_Königsberg.jpg

Königsberg au temps de Napoléon

Notre auteur qui a beaucoup lu sur la bataille d’Eylau, une bataille un peu inverse à la Bérézina, nous en avons fait une victoire alors que ce qui fut la plus grande charge de cavalerie de l’histoire derrière le plumet de Murat, elle fut tellement terrible que pour la première fois on utilisa le mot de boucherie.

JP Kauffmann est un rien obsédé par les lieux, il s’y est déjà rendu, il faut dire que ce territoire est bizarrement coincé entre Pologne et Lituanie mais qu’il est Russe ! 

En 2007 les russes ont décidé de fêter leur victoire avec reconstitution et tout le tralala, comme c’est aussi la nôtre de victoire la famille Kauffmann au grand complet fait le voyage.

kaliningrad.jpg

Kaliningrad aujourd'hui 

C’est l’hiver, le confort des hôtels ...c’est pas tout à fait ça, mais la guide est sympa et c’est l’occasion de croiser des personnages que l’on croirait sortis d’un roman.

L’auteur fait vite notre éducation historique avec moults rappels : les poèmes de Victor Hugo, oui oui il n’a pas écrit que Waterloo, les mémoires du Capitaine Coignet et celles de Bagration le général russe, puis bien sûr une grosse touche de Balzac. 

800px-Bagration_P_I.jpg

Le général russe : Piotr Ivanovitch Bagration

La famille râle un peu mais finit par se prendre au jeu, et JP Kauffmann lui jubile, cherche, veut tout voir, veut entrer partout, se faire un point de vue, comprendre ce qui se passa ce jour du 8 février 1807 où Napoléon faillit perdre la bataille qu’il fit ensuite immortalisée par le peintre de l’empire : Antoine-Jean Gros.

 

eylau.png

La bataille d'Eylau - Musée du Louvre 

Pas facile car comme le dit l’auteur « Malgré toutes les phosphorescences du souvenir et les ensorcellements de la littérature, l'articulation entre le passé et le présent restera toujours une illusion » mais il s’acharne jusqu’à tenter de monter dans le clocher de l’église que l’on voit sur le tableau de la bataille.

bataille-eylau1.jpg

et l'église au fond vous la voyez ?

 

Cette balade hivernale m’a plu mais disons le mieux vaut ne pas être rebuté par le brouillard, le givre, la neige. Je ne suis pas fan des batailles mais ici JP Kauffmann fait entendre sa petite musique et elle je l’aime bien, j’aime son côté rêveur perdu dans l’immensité de la plaine, amateur de reconstitutions avec les bonnets à poils et tenues de l’époque.

 

9782849904350FS.gif

Le livre : Outre-terre - Jean-Paul Kauffmann - Editions des Equateurs

Commentaires

  • Ah c'est chez Equateurs, je pourrai donc voir ça.
    Ceci étant, oui, tu as lu Tesson, alors Kaufmann, oui, pour qui j'ai aussi de la sympathie. Allez, vendu, je prends ma doudoune et mes bottes fourrées!

  • Son écriture est la même que dans ses romans précédents, on est loin du cours d'histoire sans âme

  • Cette quête me rappelle "Courlande" où j'avais bien aimé suivre Kauffmann dans ses obsessions. Je le lirai sans doute, pas pour la bataille d'Eylau mais pour les paysages et "sa petite musique" comme tu dis.

  • Je ne suis pas fan de batailles ce que j'ai aimé c'est cette quête d'un lieu, d'un moment qui hante Kauffmann et qui fait de son récit une approche de l'histoire tout à fait passionnante

  • Je l'avais noté suite au passage de Jean-Paul Kaufmann à la Grande Librairie et ton billet me donne encore plus envie de le lire

  • Un livre dans la veine des précédents si tu les as lus tu ne seras pas déçue

  • J'aime bien les gens qui ont la passion des lieux , mais je suis sûre que je préfère les lire que les accompagner dans des visites, j'ai un souvenir cuisant d'avoir suivi un passionné de la cathédrale de Dol au bout de deux heures nous étions toujours sur le parvis de l'église ... à la nuit tombée , cet homme un véritable puits de science qui peut parler sur la moindre pierre de cet imposant édifice, s'est enfin tourné vers nous et nous a dit "vous avez peut-être faim? je continuerai demain" je ne sais pas si les autres l'ont retrouvé le lendemain, moi j'ai envoyé un mot d'excuse!

  • oui mais là tu n'as pas froid aux pieds et tu peux même manger pendant ta lecture !

  • J'aime beaucoup ce titre "Outre terre", c'est tout un programme dans l'imaginaire, en plus publié par les éditions Équateurs, et peut-être parce que je viens de commencer Cosmos de M.Onfray... journée de vastitude ! J'ai quand même un peu peur du froid dans cette lecture, non ? Bises. brigitte

  • oui mais tu as vu j'assure la boisson !

  • J'ai lu Courlande (mais aussi En remontant la Marne) du même auteur, et beaucoup apprécié l'épopée de Sylvain Tesson et des acolytes dans Bérézina. Cette chronique me donne envie de repartir en voyage dans ces contrées. Le titre est en effet magnifique et c'est toujours un plaisir de lire Kauffmann, qui écrivait dans Courlande : « ... mon point faible : la trace, l’empreinte que laissent les évènements »

  • on retrouve ici le style de Courlande si il vous a plu vous serez ici en territoire ami
    Son titre est superbe

  • Pas passionné par Napoléon , ni par ses victoires, ni par ses défaites! j'aime l'histoire racontée par Luocine!

  • passe ton chemin amie

  • J'ai du mal à comprendre cette fascination pour les grandes batailles. J'ai écouté l'auteur quand il est passé à la Grande Librairie, il était intéressant, mais je n'ai pas l'impression que je prendrais un grand plaisir à le lire.

  • je ne suis pas plus que toi fascinée par les batailles mais elles furent des moments clé de l'histoire et c'est à ce titre que cela m'intéresse, c'est un peu comme dans Guerre et Paix, les récits de bataille sont longuets mais disent beaucoup du contexte du roman

  • Mon mari est en train de le lire et est ravi. Moi je verrai... ;-)

  • Cela ne m'étonne pas, classiquement ce type de livre est plus prisé par les hommes, je dois être un vilain petit canard

  • Ca m'intéresse. J'aime beaucoup la relation de Jean-Paul Kauffmann à l'histoire et à la géographie. J'ai lu et aimé La chambre noire de Longwood (Sainte Hélène et déjà l'Empereur), L'arche des Kerguelen, Remonter la Marne). Bonne journée.

  • Comme toi j'ai aimé ses livres précédents, la chambre noire de Longwood est un très très bon souvenir de lecture, tu vas retrouver ici le plaisir de le lire

  • C'est vrai que les batailles quand on y réfléchit c'est glaçant d'inhumanité...l'humain est un éternel et dérangeant recommencement.

  • Certaines batailles sont ahurissantes vu de maintenant, ici c'est un exemple tout à fait édifiant

  • J'en ai entendu parler sur France culture et je meurs d'envie de le lire ! Celui de Tesson aussi mais j'attends la sortie poche de tous ces livres !

  • Pour Tesson je crois qu'il sort en poche ces jours ci

  • La Russie en février, je la préfère dans un livre qu'en réalité :-)

  • D'ailleurs la famille Kauffmann s'était équipée en conséquence !

  • J'aime l'idée, c'est mon côté obsessionnel :-) et puis quel beau titre :-)

  • le titre est magnifique

  • Je n'ai rien lu de Jean-Paul Kauffmann. Ce livre me tente bien. Je le réserverai à la bibliothèque.
    Bon dimanche.

  • Si tu veux faire connaissance avec lui je te propose La Chambre noire de Longwood

  • Comme Tania j'ai lu Courlande et cela me dnne envie de lire ce livre-ci

  • Je viens de terminer Outre terre. J'aimais la manière dont Jean-Paul Kauffmann en parlait dans les medias; j'avais une envie de le suivre sur ce fil de l'Histoire que je ne connaissais pas; j'avais aussi envie de voir comment il se débrouillerait avec ces contrées désertiques mais si chargées du passé. J'avais adoré " La Maison du retour". J'ai retrouvé ici le "chasseur de traces" et de vie. Comme je ne suis pas passionnée par les descriptions de batailles, j'ai éprouvé parfois certaines longueurs et je croyais qu'on n'arriverait jamais en vue du clocher. Le titre fait rêver et se justifie pleinement.
    Merci, Dominique pour cette présentation complète du livre.
    J'ai aussi "Remonter la Marne " en point de mire.

Les commentaires sont fermés.