Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Soukhodol - Ivan Bounine

Si vous aimez la littérature russe vous avez peut-être déjà fait connaissance avec Ivan Bounine. J’ai déjà chroniqué ici Printemps Eternel et La vie d’Arseniev.

Aujourd’hui c’est un roman très court que je vous propose. 

Une chronique nostalgique d’un monde disparu, mais un monde dur et parfois effrayant.

SHAROYKIN-GENADIY-VLADIMIROVICH-637x330.jpg

Guennadi Charoïkine

Faisons connaissance avec la famille Khrouchtchev, une famille qui pourrait s’appeler Bounine !

C’est par la voix de Natalia la servante, mémoire de la famille que nous découvrons Soukhodol le domaine où elle est née.

Un domaine qui excite la curiosité des jeunes enfants de la famille car il s’y passe de drôles de choses. Il y eu des mélanges entre nobles et serviteurs, viols, châtiments, amours interdites....

isbas-lighted-by-sun-1889.jpeg

Isbas  Isaac Levitan

« Les domestiques, le village et la maison de Soukhodol formaient une seule famille. »

C’était le lieu dangereux « à Soukhodol, l’amour était singulier, la haine aussi. » Querelles et embrouilles culminent lors de l’assassinat du grand-père  !

Ivan Bounine donne un tableau sombre de la misère paysanne. Le roman a une face noire voire sordide qui est balayée par les moments de poésie pure

apple-trees-in-blossom-1896-2.jpeg

Isaac Levitan


« Le jardin était magnifique : une grande allée de soixante-dix bouleaux largement étalés, une cerisaie noyée dans les orties, des buissons épais de framboisiers, des acacias, des lilas et tout autour un bouquet de peupliers argentés presque entier qui se confondait avec les blés. »

C’est un monde violent et en déclin que peint Bounine et l’on entend derrière ses mots son amour total pour sa vieille Russie.

Ivan Bounine  premier écrivain russe à recevoir le Prix Nobel, un auteur indifférent aux modes littéraires, grand admirateur de Tolstoï et ami de Tchekhov. Il fera plus noir encore avec un autre roman dont je parlerai un de ces jours.

9782845451179FS.gif

Le livre : Soukhodol - Ivan Bounine - Traduit par Madeleine Lejeune - Editions des Syrtes

Commentaires

  • Connais absolument pas, mais il semble qu'il s'en passe, dans les isbas!

  • C'est assez noir et pas du tout les versions un peu trop idylliques avec les tilleuls, l'isba et l'étang

  • je crois n'avoir jamais lu cet auteur mais j'ai un gros doute. Le thème nostalgique du monde perdu ne me tente pas trop pour l'instant (je sors de La marche de Radetzky de Joseph Roth)

  • Pour lui ce fut un monde perdu puisqu'il émigra au moment de la révolution de 17

  • Un livre que j'ai beaucoup aimé qui par moments fait penser à Tchekov. On retrouve ce texte à la fin du recueil de nouvelles intitulé "Le calice de la vie" collection L'imaginaire Gallimard mais j'ai préféré la traduction des Éditions des Syrtes

  • ah je ne savais pas que c'était une longue nouvelle, moi je l'ai comme un roman court
    un auteur que j'aime particulièrement et si tu ne l'as pas lu je te conseille la Vie d'Arseniev

  • un écrivain que tu me fais découvrir, je le note!

  • un écrivain russe un peu trop confidentiel alors qu'il a eu le Nobel

  • Un écrivain russe que je ne connais pas, je note ; sa vision est peut-être noire, mais sans doute assez proche de certaines réalités ?

  • Certainement plus proche des réalités que certains romans, encore que dans l'ensemble les russes ne sont pas tendres avec la conditions des paysans

  • Un auteur russe à découvrir merci Dominique .

  • un auteur qui mérite le détour

  • Jamais entendu parler (je n'ai pas l'air d'être la seule), mais je note avec intérêt.

  • Lis les billets sur ses livres je t'assure que c'est un auteur à découvrir

  • Un écrivain russe que je n'ai pas encore lu, je le retiens, merci Dominique.

  • A lire, pour moi tout aussi intéressant dans un genre différent que Bulgakov

  • Croulant sous les lectures en attente, aujourd'hui j'admire les magnifiques tableaux qui illustrent ton billet, merci!

  • ah oui il y a des jours comme ça

  • Bonjour Dominique, un écrivain à découvrir semble-t-il. J'avoue en avoir jamais entendu parler. Merci et bon dimanche.

  • je te conseille le petit Printemps éternel pour faire connaissance

  • Et toute la noirceur décrite est certainement une réalité, difficile ce monde tout de même !!! Le tableau d'Isaac Levitan est splendide, il est énergisant. Belle fête à toi Dominique, à bientôt. brigitte

  • un peintre que j'aime énormément et qui illustre toujours parfaitement les écrivains russes

  • Je lis très peu de littérature russe mais j'aime généralement beaucoup, tout en me mélangeant dans les noms...

  • Sans doute une des littératures les plus importantes

  • Voilà un auteur qui se trouve dans la liste de mes incontournables depuis des années, mais que je n'ai toujours pas lu... Il faudrait lancer un "mois russe" ;-)

  • je suis peu pour les lectures imposées alors il ne faut pas compter sur moi pour faire un mois qu'il soit russe ou anglais, je suis trop peu discipliné côté lecture
    par contre je ne peux que t'engager à le lire c'est un grand écrivain

  • Encore un auteur qui figure sur ma liste, comme Vassili Grossmann par ailleurs. J'ai noté ce titre, merci !

  • Ah oui ça ressemble beaucoup à "le village" comme vous l'avez signalé sur Babélio. J'avais dans le viseur le recueil "La nuit", mais ce "Soukhodol" peut-être moins sombre que le premier me fait aussi de l’œil....

Les commentaires sont fermés.