Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tolstoï ou Dostoïevski - George Steiner

Entre les deux mon coeur balance

 

« Demandez à un homme si il préfère Tolstoï ou Dostoievski et vous connaitrez le secret de son coeur »

 

T ou D.jpg

J’ai commencé très tôt (trop tôt ?) à lire les écrivains russes, vers douze ans j’ai mis la main sur Anna Karénine et mon coeur s’est arrêté de battre. 

Et puis plus tard j’ai lu Dostoïevski et les livres se sont enchainés. 

Aujourd’hui je suis totalement incapable de trancher entrer ces deux monstres de la littérature mondiale, je les aime, peut être pour de mauvaises raisons mais qu’importe je ne pourrais pas supprimer leurs livres de ma bibliothèque ni savoir que je ne les relirai jamais.

Mais vrai bien sûr qu’ils sont aux antipodes l’un de l’autre ces deux géants.

Dominique Fernandez a tranché, lui c’est Tolstoï, et bien que George Steiner affirme « Chaque lecteur choisi l’un plutôt que l’autre » je n’ai jamais vraiment tranché.

 

t ou d.jpg

Aussi tout naturellement ce livre m’a passionné car nous dit l’auteur il y a

 

« Trois très grands moments dans la littérature : le moment grec avec Homère, le moment Shakespearien et le moment russe ».

 

George Steiner fait donc ainsi l’analyse des romans des deux auteurs majeurs de la littérature russe. Il ne fait pas l’impasse sur les faiblesses de ces deux monstres de la littérature.

Surtout il replace leurs oeuvres dans l’histoire du roman, ainsi il nous fait voyager de Mme de La Fayette à Balzac, de la critique autour de Madame Bovary ou des romans de Stendhal. Des correspondances entres les géants du roman. 

Pour Steiner c’est certain les russes sont les meilleurs 

 

« Qu’il me soit donc permis d’affirmer mon inébranlable conviction que Tolstoï et Dostoïevski sont les plus grands des romanciers. Ils excellent dans l’ampleur de la vision et dans la forme d’exécution » 

 

C’est passionnant de bout en bout, les comparaisons avec les autres grands du roman au XIX ème siècle, les particularités de chacun des romanciers, une analyse longue et complète du début d’Anna Karénine et une belle étude de l’Idiot, de celles qui vous donne immédiatement l’envie de rouvrir ces livres là.

Il les renvoie dos à dos : Tolstoï qu’il apparente à Homère et Dostoïevski qui trouve sa parenté chez les grands auteurs du théâtre tragique. Il voit en eux deux conceptions de la religion, l’un étant fasciné par le mal, l’autre persuadé que l’on peut réformer l’homme.

 

Une façon passionnante de comprendre le roman russe et de s’y replonger avec délectation

 

41HC4ES31SL._SL160_.jpg

 

Le Livre : Tolstoï ou Dostoïevski - George Steiner - Editions 10/18

Commentaires

  • Tu sais j'ai déjà tranché! Mais ce livre me plairait bien, et puis j'ai lu quand même plus de la moitié de l'Idiot et j'adorais le personnage!

  • c'est intéressant de faire des comparaisons avec les écrivains mais aussi leurs lecteurs

  • Pour moi, c'est Tolstoï, (enfin, Anna Karénine) mais je ne désespère pas réussir à lire Dostoïevski un jour...

  • pour ma part je n'ai jamais tranché j'aime les deux et j'ai envie de les lire alternativement selon les périodes

  • Ma preference va nettement à Tolstoi. Plus pres de nous on a fait un parallele comme ca avec les Beatles et les Rolling Stones, j'étais à fond Rolling Stones, mais il me plait aujourd'hui d'ecouter les Beatles. Il y a eu aussi Sartre et Camus pour revenir a la litterature, j'étais nettement en faveur de Sartre, et Camus ne m'emballe toujours pas. bien que je me sois procuré recemment ses carnets que j'ai lus avec interet
    Tolstoi et Dostoiesky ne se sont jamais rencontrés, Le premier a aimé La maison des morts, le second a aimé Anna Karenine. On a beaucoup fait pour les opposer; il est vrai que beaucoup de choses les differenciaient. Il faut apprendre a les aimer l'un et l'autre
    Si je m'en tiens aux grands litterateurs qui semblent presque unanimes, je retiendrais le point de vue de Virginia Woolf: "en relisant ses nouvelles de jeunesse, comment pouvons-nous nier le droit de Tolstoi au titre de plus grand des ecrivains russes ? Dans les années récentes, Dostoievsky et Tchekhov sont tous deux devenus celebres en Angleterre, de sorte qu'on a certainement moins discuté, et peut etre moins lu Tolstoi lui-meme. En revenant à lui au bout d'un moment, nous sommes vraiment saisis par le choc provoqué par son genie; il est difficile d'imaginer qu'il puisse etre surpassé dans son propre domaine"

    Patrice
    24 janvier 2016

  • Patrick j'espère que ma réponse va s'insérer au bon endroit
    Je n'ai pas de vrai préférence pour l'un ou pour l'autre, au moment où je les lis je m'enthousiasme et je trouve l'auteur le meilleur qui soit, puis lors de la lecture du second j'ai tout à fait la même impression
    Deux très grands, les plus grands ? de la littérature mondiale
    Ceci dit j'ai beaucoup aimé l'essai de Steiner car il permet d'affiner sa lecture, de la reprendre sous un autre angle et ça c'est toujours un plaisir

  • Donc si on veut ne pas choisir, il nous faut lire cette biographie, moi j'ai un penchant pour Dostoïevski car de Tolstoï je ne lis et relis que Anna Karénine .Guerre et paix m'ennuie un peu, et je n'ai pas fini ma relecture.

  • Ce n'est pas du tout une biographie mais un essai littéraire sur les deux auteurs, leurs façons d'écrire, leurs ressemblances, leurs différences

  • J'aime les deux mais j'ai quand même une préférence pour Tolstoï. Ce livre je pense devrait m'intéresser

  • Je n'arrive pas du tout à trancher et je lis l'un ou l'autre selon les moments
    c'est une étude très intéressante, intelligente, et qui enrichit la lecture des deux auteurs

  • C'est une livre pour ClaudiaLucia ! Il faudrait que je rafraîchisse mes lectures de l'un et l'autre pour faire un choix (je ne relis pas comme toi), mais d'instinct je pencherai pour Dostoïevski.

  • impossible de faire un choix pour moi mais j'ai la relecture de l'oeuvre de Dostoïevski qui m'attend moi aussi je n'ai fait qu'effleurer et vu la taille des pavés ...

  • comme Aifelle, il faudrait que je m'y remette

  • c'est bon de replonger dans ces oeuvres
    problème après on a un peu de mal avec les petits romans

  • Tu as la même édition de poche que moi pour Anna Karénine! Moi non plus je n'ai pas tranché donc je ne révèlerai pas mon âme! Mais ce que je sais c'est que je n'aime pas la misogynie (le mot est faible), la détestation des femmes que Tolstoï développe. Mais les deux sont immenses, c'est vrai!

  • C'est le côté sombre de Tostoï mais je crois qu'à travers sa misogynie c'est lui aussi qu'il montrait du doigt par son net penchant pour une vie sexuelle très très très riche !! sa femme en payait le prix en mettant un enfant au monde quasi chaque année

  • L'important n'est-il pas simplement d'aimer un livre ou un auteur ? J'aime les coups de cœur en matière de lecture (et dans beaucoup de domaines d'ailleurs !!!), je trouve moins d'intérêt aux explications... Doux week end Dominique. brigitte

  • moi je suis fan des deux car j'aime bien enrichir ma lecture par des avis parfois contraires et puis parce qu'il y a souvent des aspects que j'ai laissé passé

  • Alors moi, je suis Dostoïevski.

  • ah je crois qu'on est un peu en minorité mais enfin moi je suis un peu mixte

  • Je pense que, pour moi, c'est Tolstoï. Enfin, je crois. Il faudrait que je relise aussi Dostoïevski, tiens.
    Bon dimanche.

  • oui ça donne automatiquement des envies de relecture

  • Je n'ai pas non plus envie de choisir entre eux deux. Ils me sont chers, différemment.
    Ce Steiner m'a beaucoup intéressée, moins radical que Nabokov déclarant, dans "Littératures", que "Tolstoï est le plus grand des romanciers et des nouvellistes russes. En écartant Pouchkine et Lermontov, ses précurseurs, on pourrait distribuer les prix de la façon suivante; premier, Tolstoï; deuxième, Gogol; troisième, Tchekhov; quatrième, Tourgueniev." Il n'est pas tendre pour Dostoïevski: "pas un grand écrivain, mais un auteur plutôt médiocre - avec des éclairs de réelle originalité" et s'en explique en analysant cinq de ses œuvres pourtant, contre deux de Tolstoï.
    La différence qui m'a frappée durant mes deux voyages en Russie, c'est l'aisance matérielle de Tolstoï, dans sa maison de Moscou et au splendide domaine de Iasnaïa Poliana, alors que Dostoïevski n'a jamais eu de lieu à lui, son appartement-musée de St Pétersbourg (le 20e et dernier occupé où il est mort) ne dégage pas grand-chose de personnel. Et je me suis dit alors qu'écrire n'avait pas du tout été la même chose pour l'un que pour l'autre.

  • la différence de milieu et de fortune a manifestement compté pour la construction de leur oeuvre
    Nabokov que j'ai lu comme toi m'avait totalement indisposé par son côté absolutiste dans ses jugements, je l'aime beaucoup plus quand il ne parle pas des écrivains russes

  • un petit chemin balisé

  • Ceci, ce livre de Steiner, est un conseil qui m'intéresse au plus haut point ! Il pourrait favoriser mon retour vers les grands romanciers, les russes en particulier. Il manque toujours chez moi le petit coup de pouce qui me déciderait à reprendre Dostoïevski ou Tolstoï, Steiner, que j'admire, y parviendra.

  • j'e retourne régulièrement vers les grands classiques lorsque ce que je lis ne me satisfait pas et c'est de plus en plus souvent, l'édition est pléthorique et il est difficile de bien choisir

Les commentaires sont fermés.