Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2012

Mémoires d'un commissaire du peuple - Joseph Kessel

Rentrer en Russie ?

 

lenin-october-revolution.jpg

Paru en 1925 cette courte nouvelle a une saveur particulière. Dans une série de textes sur la Russie révolutionnaire Joseph Kessel montre tout son intérêt pour son pays d’origine. En 1919 Kessel est à Vladivostok, son expérience va modifier son regard sur la Révolution.

Parmi tous ces textes j’ai choisi une longue nouvelle Mémoires d’un commissaire du peuple.

 

Août 1914  Fedia est un bolchevique exilé en France. 

Il vit des journées d’angoisse en ce début de guerre, mais la guerre en elle-même lui indiffère sauf si elle permet l’éclosion de la Révolution y compris au prix de la défaite de la Russie.

Il se livre peu à peu, raconte son enfance sordide, une éducation qu’il doit à un déporté « Il me parla, me donna des livres, m’instruisit et m’ouvrit le monde  » un peu trop au goût du pouvoir tsariste qui l’expédia en Sibérie.

Il est en contact avec Lénine qui envoie des directives qui le comblent « sa circulaire est admirable de clarté et de ruse » dit-il, attendre attendre et  convaincre les ouvriers, de se joindre à la Révolution qui est en marche et si ce n’est pas volontairement alors il faut le faire par la force « je veux par le fer et par le feu faire le bonheur de ce troupeau, même malgré lui.  »

lenine2-564x451.jpg

Le personnage est plein de haine, de rage, de dégoût pour sa patrie dont il souhaite ardemment la défaite, défaite qui fera le lit de la révolution si l’on imagine « un plan quelconque pour profiter de cette tuerie bénie. » 

 

La nouvelle est courte et réserve quelques surprises.

J’ai aimé ces textes et particulièrement cette nouvelle, comme le rappelle Gilles Heuré dans la présentation, Kessel était « Russe de toutes ses fibres » et sa vision du totalitarisme est hautement prémonitoire si l’on songe qu’il l’a écrit entre 1919 et 1925 date de sa publication.

 

Dans son parcours européen Geert Mak montrait le retour de Lénine en Russie, ici ce serait plutôt un bolchevique qui aurait raté son train.

 

Le Livre : Reportages, Romans - Joseph Kessel - Editions Gallimard Quarto

Commentaires

En effet le récit de Geert Mak était tout à fait vivant!
Il faudra que je me fasse offrir ce kessel pour Noël!

Écrit par : miriam | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ miriam : le rapprochement c'est fait de lui même avec Mak qui faisait le portrait de Lénine de retour en Russie

Écrit par : Dominique | 25/11/2012

Bonjour Dominque,

Je ne connaissais pas du tout cette nouvelle. Si je la trouve en bibliothèque...

J'apprécie beaucoup Kessel, je ne savais pas du tout qui'il était d'origine russe.
J'ai un très bon souvenir du "Lion" et de "L'équipage" surtout. Certains ouvrages de journaliste très éclairants également.

Bon dimanche !

Écrit par : christw | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Christw : j'ai acheté ce Quarto car il rassemble des textes épars, article journalistique, romans et il m'a permis de relire des choses un peu oubliées et dont ma vieille version en poche arrivait plus qu'à expiration
C'est aussi une lecture nostalgique, il y a dans ce recueil "les mains du miracle" un récit que j'avais adoré vers 13 14 ans et que j'ai eu de plaisir à retrouver

Écrit par : Dominique | 25/11/2012

@ Christw : juste en complément " l'Equipage" est aussi dans le livre et j'ai fait un billet dessus il y a quelques mois

Écrit par : Dominique | 25/11/2012

Tu sais, je viens de lire A marche forcée, j'ai donc besoin de sortir un peu d'URSS...

Écrit par : keisha | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Keisha : Tu peux quitter la Russie et y revenir quand bon te semblera car pour ma part j'y reviens toujours

Écrit par : Dominique | 25/11/2012

Je ne savais pas du tout que Kessel était d'origine russe, cela me parait très intéressant qu'il se soit trouvé à Vladivostok dans ces années là, il doit faire parler son âme russe...
Que de moments difficiles à vivre dans l'histoire, si les hommes pouvaient ouvrir les yeux pour comprendre ce qui fait le lit des révolutions, quand il est trop tard, la machine est lancée avec son lot d'atrocités !!!
J'ai vu 4 fois le docteur Jivago et quand j'étais jeune je m'étais achetée le 45 tours ( et oui, une autre époque, c'était au siècle dernier !) de "La chanson de Lara"...
Encore une belle lecture, merci Dominique. Beau dimanche. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Plumes d'Anges : Ah la chanson de Lara, sirupeux à souhait mais quel joli souvenir et je suis comme Aifelle une ancienne groupie d'Omar Sharif !!

Écrit par : Dominique | 25/11/2012

Houlala Kessel il y a bien longtemps que je n'ai rien lu de lui
Nous voila trois groupies de Omar Sharif!!
Bonne journée

Écrit par : autour du puits | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ autour du puits : bienvenue au club alors, Kessel c'est de l'ancien certes mais en lisant cette nouvelle je lui ai trouvé un air tout à fait jeune

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

C'est que tu me donnes l'envie de replonger dans les livres de Kessel !!!
Comme toi, la Russie, j'y reviens toujours ( en ce moment même d'ailleurs, dans l'armée soviétique )

Écrit par : Marilyne | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Marilyne : ciel l'armée soviétique tu fais plus dure que moi encore !

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

super début.. j'attends la suite
J ai beaucoup lu Kessel autrefois mais pas cette nouvelle et comme toi j'admire qu'il l 'ai écrite en 1924.
Orwell a compris cela plus tard
je mettrai aussi "le zéro et l'infini" dans les livres même époque
je me rends compte que je dois vérifier la chronologie
Luocine

Écrit par : luocine | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ luocine : j'ai trouvé sa réflexion plus prémonitoire ! Orwell je partage totalement ton point de vue et Koestler même s'il a erré un moment en fait jusqu'au procès des années 37/38

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Je me souviens du livre "le lion" que nous avions étudié au lycée et des films qui ont été tirés de ses livres comme "la passante du sans-soucis", "Belle de jour" ou "l'armée des ombres..."
Souvenirs, souvenirs...
Bonne soirée

Écrit par : Enitram | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Enitram : Kessel fut un bon inspirateur pour le cinéma

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

J'ai dû lire deux ou trois Kessel dans ma jeunesse, dont l'inévitable "le lion". En fidèle auditrice de F.C. j'ai écouté des émissions sur lui, c'était un personnage fascinant. Je vais regarder si cette nouvelle est à la bibliothèque.

Écrit par : Aifelle | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : un personnage haut en couleurs et je vais sans doute lire sa bio dans les prochains mois

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Un autre beau texte de Kessel qui se passe à la même période "Makhno et sa juive" et je relis toujours avec plaisir les cavaliers qui permettent de retrouver l'Afghanistan avant qu'il soit l'enjeu de bien des conflits.
La nouvelle que tu nous présentes si bien est-elle disponible en dehors de la collection Quarto ?
Pour ceux qui peuvent être intéressés la vie de Kessel est un sacré roman. J'avais lu avec passion la biographie de Yves Courrière "Sur la piste du lion"

Écrit par : nadejda | 25/11/2012

Répondre à ce commentaire

« je veux par le fer et par le feu faire le bonheur de ce troupeau, même malgré lui. » Quelle phrase terrible, encore plus quand on connaît la suite !
C'est en lisant Dominique Fernandez que j'ai appris les origines russes de Kessel (parents russes, enfance au bord de l'Oural): il fait l'éloge d'un autre titre, "Les nuits de Sibérie" (1928) Figure-t-il dans ce Quarto ?

Écrit par : Tania | 26/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Tania : j'ai trouvé cette nouvelle tout à fait emblématique du communisme soviétique de l'époque
je ne peux pas vérifier si les nuits de Sibérie sont dans le recueil car il circule dans ma famille en ce moment mais c'est assez probable car sur chaque sujet un roman, des nouvelles et des articles journalistiques sont rassemblés
malgré tout je n'ai pas lu ce roman là donc ma mémoire me joue peut être des tours

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Toi avec Kessel, moi avec Gogol. Une autre époque, mais tout aussi passionnant Dominique.

Écrit par : alba | 26/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ alba : Gogol et ses âmes mortes : un excellent souvenir

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Ton billet fait écho au "Club des incorrigibles...", j'ai attaqué "L'armée des ombres", j'enchaînerai probablement avec ta nouvelle qui me tente. Bonne journée.

Écrit par : sous les galets | 26/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ sous les galets : l'armée des ombres c'est excellent et le film est magnifique
j'ai bien noté Guénassia

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Quelle manie récurrente que celle de vouloir faire le bonheur des peuple, de les y obliger même, malgré eux!
Inattendu Kessel dont tu nous parles ici!
Merci, belle soirée.

Écrit par : colo | 26/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Colo : c'est ce qu'on appelle la Terreur !!

Écrit par : Dominique | 26/11/2012

Bonjour Dominique, quand je pense que je n'ai jamais rien lu de J. Kessel (honte à moi). C'est comme lui qui a écrit l'Armée des ombres. Sinon, concernant les grands leaders russes et les autres, ce n'était pas des tendres. Ces révolutions me semblent sanglantes et tout cela pour aboutir à Staline... Mais c'est aussi sûr que les Russes sous le tsarisme n'étaient pas mieux lotis. Bonne après-midi.

Écrit par : dasola | 27/11/2012

Répondre à ce commentaire

@ Dasola : je n'ai aucun remord de ne jamais avoir lu certains auteurs parce que du coup on a en réserve des plaisirs de lecture à venir et ça c'est toujours sympa

Écrit par : Dominique | 28/11/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire