Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avec Tolstoï - Dominique Fernandez

avectolstoi.gifAvec Tolstoï - Dominique Fernandez - Editions Grasset
Passion Russie, c’est ainsi que j’aurais pu intituler ce billet,  c’est Dominique Fernandez qui nous invite auprès du
"plus puissant romancier de tous les temps". Sa lecture à 15 ans de Guerre et Paix l’a laissé à jamais amoureux de la Russie et de Tolstoï " un Zola, aussi puissant mais mille fois plus artiste, qui aurait trempé sa plume dans l'encre de Flaubert..."
Dominique Fernandez, sans faire oeuvre de biographe, il revient sur différents épisodes de la vie de l’écrivain, sa jeunesse libertine, son mariage et ses malentendus, sa révolte contre la richesse, celle d’un homme qui se reproche sans cesse de " mener une vie contraire à ses idées " et nous fait bien sentir le contraste violent entre sa vie réelle et sa soif d’absolu.
Il revient en détail sur les romans et les nouvelles avec un grand talent pour nous les rendre proches, intelligibles, accessibles, en faire ressortir les détails, les particularités.
Rien d’étonnant de consacrer de longues pages à Guerre et Paix, "le plus complet des romans jamais écrits"
Quand on parle de littérature russe il est fréquent d’opposer Tolstoï et Dostoievski, Georges Steiner l’a fait avec érudition et brio, et Dominique Fernandez se livre aussi à l’exercice.
Il trouve que Dostoievski est en permanence dans l’outrance alors que pour lui Tolstoï a "cette qualité unique dans la littérature romanesque de dire tout ce qui est et seulement ce qui est".

guerre-et-paix-1956-05-g.jpg

Guerre et Paix au cinéma


Rien d’étonnant de consacrer de longues pages à Guerre et Paix, "le plus complet des romans jamais écrits"
Il n’hésite pas à en dévoiler les faiblesses  (le livre IV) mais cela ne diminue en rien son admiration  "Je ne crois pas que, dans toute l'histoire de la littérature, on puisse trouver un autre écrivain qui ait placé ainsi sa confiance dans la force de ce qui est dit plutôt que dans la façon de le dire"
Il aime la capacité de Tolstoï à nous rapprocher de ses personnages en quelques mots, sa facilité à parler comme eux et il nous fait partager cela dans plusieurs exemples par lesquels il nous montre que " Tolstoï lui seul s’assied tranquillement au gouvernail et raconte ce qui arrive, sans grossir les événements, sans dire plus que ce qui est, sans se mettre en valeur par des recherches d’écriture, sans chercher d’aucune façon à paraître original. Il reste de plain-pied avec la vie, avec les choses, avec nous ".

anna-karenine-par-greta-garbo.jpg

Greta Garbo la sublime



Les pages consacrées à Anna Karénine sont passionnantes, il admire l’écriture " Il ne dépose jamais sa plume fine pour souligner au fusain. Il ne cherche pas à frapper, à retenir. Il nous éloigne peu à peu du rivage et, captivé par l’immensité de la haute mer dont le spectacle change sans cesse tout en demeurant le même, nous ne pensons plus au but du voyage "
Fernandez présente aussi les écrits derniers, ceux où l’auteur devient un peu trop prédicateur aveuglé par ses tourments religieux et moraux.

Depuis son roman sur la mort de Tchaïkovski et son Dictionnaire amoureux on connaît la passion de Dominique Fernandez pour la Russie et Tolstoï en particulier. J’aime beaucoup qu’on me parle de mes écrivains préférés, j’aime les lire bien entendu, mais j’apprécie également qu’un autre me les dévoile, me permette parfois de les lire autrement ou attire mon attention sur l’aspect d’une oeuvre que je n’ai pas su voir.
Cet excellent livre est une belle réflexion sur la création littéraire et le cheminement qui va d’Homère à Tolstoï et des tragiques grecs à Dostoïevski.


fernandez.jpgL’auteur
Dominique Fernandez est né à Paris en 1929. Ecole Normale Supérieur, agrégation d'italien, doctorat ès-lettres. Il écrit régulièrement pour le Nouvel Observateur. Il a obtenu le prix Médicis en 1974.
Il publie  L'Art de raconter en 2007 et Ramon la biographie de son père en 2009. ( source l’éditeur)

Une interview de Dominique Fernandez

 

 

Les livres dans le livre
Tolstoï ou Dostoïevski - Georges Steine - 10/18
Tolstoï - Henri Troyat - Fayard
La délivrance de Tolstoï - Yvan Bounine - Editions de l'oeuvre
Guerre et Paix
Anna Karénine
Maître et serviteur

Le Père Serge
Résurrection

Commentaires

  • Un très grand classique que j'avais dévoré pendant mes années collège...
    Je te remercie pour ton adorable commentaire et te souhaite une très belle soirée

  • Mon amie russe qui travaille au musée Tolstoï de Iasnaïa Polïana m'a déjà parlé de ce livre - je lui envoie ta note. Fernandez nous avait enchantés avec son "Dictionnaire amoureux de la Russie". "Avec Tolstoï" ? D'accord.

  • @ Tania , je suis un juge partial car j'aime énormément la russie, sa musique et sa littérature et par voie de conséquence j'aime beaucoup D Fernandez, j'ai acheté aussi un très bel album : l'âme Russe superbes photos
    j'ai beaucoup aimé ce ivre autour de Tolstoï, j'aime aussi qu'un écrivain sache faire preuve d'admiration et rende hommage

  • Le festival Etonnants voyageurs de cette année est pour vous alors, il est consacré à la Russie... Et de nombreuses émissions radiophoniques ces jours-ci sont centrées sur ce pays. Bon we donc !

  • Je reprendrai mes découvertes russes et mes lectures autour de Tolstoï probablement cet hiver. Je suis incapable de lire russe l'été!
    Naturellement, j'ai noté ce titre, je pense que tu m'en avais parlé dans un commentaire chez moi...

  • Audrey Hepburn dans le rôle de Natasha Rostov, sublime interprétation.

    Dans le livre, Tolstoï décrit Natasha comme une jeune fille aux yeux sombres, pleine de vie, avec une large bouche et une poitrine indéfinie.

    Qui d'autre qu'Audrey Hepburn pouvait tenir ce rôle ?

  • J'ai terminé récemment Guerre et paix, j'ignore si tu l'as lu (pas de lien en tout cas dans ta liste) mais je t'invite à le faire au plus vite! Chef d'oeuvre, chef d'oeuvre! Comme toi j'aime quand un écrivain parle d'un autre avec enthousiasme et j'ai bien envie de lire ce document de Fernandez. (une faiblesse dans le livre IV? quoi! )

  • @ Margotte : Saint Malo est un peu loin pour moi mais vive les podcasts des émissions de radio bon lundi de fête

  • @ Allie : effectivement j'avais du l'évoquer car ce livre m'a beaucoup plu , je l'ai lu dans l'hiver mais je tarde toujours à faire des billets
    A l'inverse de toi j'aime lire en opposition aux lieux, à la saison ou au temps qu'il fait, un de mes meilleurs souvenirs de lecture : la conquête du pôle sud lue en été en Provence écrasée de chaleur

  • @ oth67 : Le film lui même n'est pas du tout un chef d'oeuvre mais on ne peut imaginer Pierre Bezoukov sans penser à Henry Fonda et Natasha appuyée le soir à son balcon sous d'autres traits d'Audrey Hepburn un peu comme Scarlett et Rhett Butler

  • @ Keisha : ton enthousiasme fait plaisir à lire, j'ai lu Guerre et Paix mais il y a longtemps et comme je rêvais de l'avoir en Pléiade je l'ai relu lorsque je l'ai acheté enfin, en fait Fernandez à raison concernant le livre IV mais c'est quelque chose que j'avais ressenti à la lecture sans être capable de l'analyser Refeuilleter à la lecture du livre de D Fernandez je suis d'accord ..je te laisse faire l'expérience , cela ne dévalorise en rien le chef-d'oeuvre d'ailleurs

  • Après avoir lu récemment "La fuite de Tolstoï" (les derniers jours de sa vie), j'ai lu avec beaucoup d'intérêt ton billet, d'autant plus que j'ai moi aussi adoré me plonger dans "Guerre et paix" il y a quelques années. Mais serait-il possible que les journées fassent plus que 24 heures pour que j'ai le temps de lire tout ce que je veux... ;-)

  • @ Cathe , n'en dis pas plus je te comprends ! j'avais lu avec intérêt ton billet sur "la fuite de Tolstoï et il m'attend sur mes rayons , j'espace un peu les lectures russes pour ne pas friser l'overdose, une lecture pour cet été je pense

  • J'ai apprécié comme toi pour le fait que l'auteur nous montre dans les oeuvres de Tolstoï des choses que l'on n'a pas forcément vu. Par contre, quand il parle de l'auteur, j'ai eu plus de mal parce que là l'interprétation m'a semblé trop suggestive alors que chez Tolstoï tout est écrit. Finalement, j'ai plus apprécié le livre de Cavalleri même si il se concentre sur la fin de la vie. Tu as lu le livre de Bounine La délivrance de Tolstoï ?

  • @ Cécile : Je n'ai pas lu Cavalleri mais il est sur mes étagères, vrai que certaines interprétations sur la vie de Tolstoi peuvent interroger mais les analyses des oeuvres sont elle de grande qualité c'est pourquoi j'insistais là dessus plus que sur l'aspect biographique qui me semble t-il passe au second plan

  • Bonsoir Dominique, avant de lire cet ouvrage, il faudrait déjà que je lise du Léon Tolstoï (cela manque à ma culture). Je le ferai un jour. Bonne soirée.

  • @ Dasola : lis lis lis c'est le seul conseil valable que je peux te donner

  • Tu as convaincu une non convaincue en ce qui concerne la lecture de biographies...

  • Je suis en ce moment "empêtrée" si j'ose dire dans Guerre et Paix. Je peine un peu car je trouve le rythme horriblement lent mais ton enthousiasme et celui de Keisha m'encouragent à poursuivre. Par contre, du coup, je redoute un peu ce fameux livre IV... A suivre!

  • @ Zarline , je crois que nous lisons vite de petits livres, petits par la taille ou tout simplement par le sujet, c'est agréable et j'aime bien me détendre mais certaine oeuvres demandent du temps, de lire un peu autrement, je connais la même chose en ce moment dans ma lecture de Zola
    D Fernandez critique surtout le ton du livre IV , c'est vrai qu'il représente une rupture, mais cela ne rend pas le livre plus difficile ou moins intéressant

  • J'ai bien entendu retenu et noté cet ouvrage sur Tolstoï de Dominique Fernandez, parce que j'apprécie énormément la plume érudite de cet auteur et que je connais mal Tolstoï (nul n'est parfait, je me suis trop consacrée aux auteurs de langue allemande !). Une chose est sûre, c'est que la façon dont tu as parlé de ce livre et la conviction que tu y as mis font que je ne pourrai faire autrement que de le lire ! Mais avant, je veux absolument lire "Ramon" qui prend la poussière dans ma PAL (j'ai honte) !

  • @ Nanne; rassures toi il y a des pans entiers de littérature que je n'ai même jamais effleurés, j'ai lu de Ramon Fernandez un essai consacré à Proust ( grasset ) mais je n'ai pas lu la bio de son fils, j'avais lu un excellent bille de Jean Jadin je te mets le lien si tu ne connais pas son blog
    http://jeanjadin.blogspot.com/2009/04/note-de-lecture-dominique-fernandez-1.html

  • ce qui me gène dans ce genre de biographie, c'est G&P "le plus complet des romans jamais écrits". On sent le livre de fan sans aucun recul. Je ne doute bien sûr pas que G&P soit un grand livre, un chef d'œuvre même, mais bon, ce n'est pas le seul, il faut savoir raison garder :-)

  • @ Ys : ça ne me gêne pas parce que je ne suis pas très obéissante et que je ne suis pas toujours du même avis mais j'aime qu'un auteur nous fasse partager sa passion même si elle est partiale, l'objectivité en la matière est bien multiple Soyons rebelles !

  • Livres pour les vacances.. (j'ai lu Anna K. mais pas encore Guerre et paix.. quant à ce Fernandez, il me plaît bien)
    Oui, mais le problème avec toi, Dominique, c'est que la liste s'allonge et s'allonge...
    Même plus le temps de rêver et de ne rien faire.. ça ne va plus ça! :-)))

  • @ Macile : Plus le temps passe plus je me désespère à propos des livres que je rêve de lire et du temps qui me manque ............

  • Je m'étais engagée à lire G&P pour le 1er juin! Je ne vais pas y arriver mais quand je l'aurai terminé j'aimerais bien enchaîner avec le livre de Fernandez dont tu parles si bien. Que de livres à lire encore! Tant mieux après tout!

  • @ Mango : les grands classiques parfois on les prend on les laisse , on y revient après tout ce n'est pas une course alors ....Fernandez est un bon guide de voyage au pays de Tolstoï

  • Merci pour ce billet. Cette année, avec mon groupe de lecture, nous sommes immergées dans la littérature russe. Nous venons de lire L'Idiot qui nous a été présenté sous l'angle psychanalytique et nous avons été frappées par le réalisme psychologique des personnages, véhiculé par les dialogues. Le Dictionnaire amoureux de la Russie de Fernandez nous est une mine d'informations. Merci, Dominique, de vos visites sur mon blog.

  • @ Catheau : si vous allez voir su babelio vous verrez que j'ai une grosse bibliothèque russe : taper littérature russe
    je me ferai un plaisir d'échanger avec vous si vous le souhaitez, vous pouvez passer par mon mail c'est plus simple ivredelivre@gmail.com

Les commentaires sont fermés.