Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un court instant de grâce - André Bucher

Restée seule à la mort de son mari Emilie aurait bien besoin pour survivre de la présence de son fils qui a quitté la ferme depuis plusieurs années. Il lui reste quelques vaches laitières, poules et lapins, pour les cultures elle va avoir besoin d’aide, peut-être Victor, bon il est pas tout jeune mais il travaille pour d’autres agriculteurs et puis elle le connait depuis la communale alors…

centrale de biomasse.jpg

une centrale du genre de celle là

Un projet pharaonique de centrale à biomasse portant l’étiquette fallacieuse d’écologique, voilà ce que prévoient les élus de la vallée. 
Si Emilie semblait baisser un peu les bras ce projet de centrale et surtout l’idée de voir disparaitre Sa forêt vont la faire sortir de sa léthargie. 

« La montagne empiétait sur l’horizon, sa masse inerte accaparait le paysage. Une entité dure mais également fragile, avec la forêt pour territoire, que l’on ne saurait dompter et modeler à sa guise. »

palle.jpg

La montagne d'Emilie

C’est bien là dessus que compte Emilie, une forêt que l’on ne peut dompter, parce que ce qui se profile pour Sa forêt c’est ni plus ni moins qu’une disparition programmée.
Son quotidien change, il y a Victor qui s’est peu ou prou installé à la ferme pour aider.

« Emilie coupait elle-même son bois, elle faisait son pain et, en fonction du calendrier , ramassait les simples, les champignons et des baies qu’elle transformait en confiture »

simples.jpg

Et puis il y a les pressions exercées pour la faire vendre ses parcelles de forêt, Rachel la chargée de mission de la centrale y va de son couplet, le maire bien sûr mais plus grave, son fils qui semble sensible aux sirènes financières.

Un roman comme je les aime chez André Bucher, je suis certaine que vous allez aimer la montage de Palle, Victor, Emilie et sa forêt.

Un joli portrait de femme.

 

9782360548118FS.gif

Le livre : Un court instant de grâce - André Bucher - Editions Le Mot et le Reste

Commentaires

  • Comme vous le savez, j'ai beaucoup aimé aussi ce roman. Je me suis vraiment attachée à cette Emilie, à la fois fragile et forte.
    Bon week end.

  • je crois que nous partageons un même avis sur ce livre

  • Une héroïne cette fois, put être ça me dirait plus.

  • elle est sympa Emilie

  • une jolie façon de faire une balade en montagne

  • Un éditeur que j'aime bien où j'ai plusieurs fois pioché

  • Bonjour,
    j'ai partagé sur
    https://www.facebook.com/andre.bucher.ecrivain
    Et sinon André Bucher est avec Denis Cheissoux :
    https://www.franceinter.fr/emissions/co2-mon-amour/co2-mon-amour-13-octobre-2018
    Belles lectures à tous !

  • Merci pour ces infos Benoît
    Fidèle lectrice d'André Bucher je l'écouterai sans hésitation

  • Je n'ai pas lu André Bûcher depuis longtemps ; le thème de celui-ci est on ne peut plus actuel.

  • tout à fait d'actualité en effet

  • Déjà noté, ce roman attend son tour dans la liste, pour ce personnage, son combat pour les arbres dont nous avons tant besoin.

  • j'ai aimé son combat très à l'ordre du jour et la patte d'André Bucher

  • Bonsoir Dominique, une rencontre avec Emilie pourrait me plaire et comme Anne, je ne connais pas tout l'éditeur. Bonne soirée.

  • c'est l'éditeur qui a fait reparaitre Walden et le journal de Thoreau par exemple

  • oui je crois que l'agriculture est en péril mais hélas tous les agriculteurs ne sont pas près à changer leurs pratiques

  • Le sujet, la femme sont très attirants...le mot "court" me préoccupe un peu cependant...aucun futur?

  • je crois que dans ce livre André Bucher exprime à la fois un optimisme raisonnable mais aussi une forte inquiétude que le titre rend parfaitement

  • ce roman ressemble bien à l'idée que je me fais de tes goûts, à découvrir donc!

    PS dans un restaurant qui a la bonne idée de mettre des livres bienvenus quand on doit attendre son ami qui est toujours e retard, j'ai commencé à lire "le coiffeur de Chateaubriand" d'Adrien Goetz , Je me suis bien amusée, je n'ai pas vu le temps passé et j'ai pensé à toi. Je ne sais pas si le roman est bon du début jusqu'à la fin car mon ami est arrivé à la page 50.

  • La montagne d'Émilie serait un libre idéal pour continuer dans mes lectures "vertes", merci de signaler ce récent Bucher .

  • Il m'intéresse doublement, pour la nature et la montagne mais aussi pour la centrale de biomasse : il s'en construit une derrière chez ma mère et je me pose des questions

  • Comme l'indique le titre, Emilie est mal partie pour gagner le combat. Et c'est vrai chaque fois que l'intérêt financier est mis en balance avec l'écologie. C'est pourquoi notre planète ne sera pas sauvée. Pessimisme !

  • Mon commentaire a disparu. Je disais que le titre de ce livre indiquait que le combat d'Emilie était perdu d'avance chaque fois qu'il y a bataille entre l'intérêt financier et l'écologie. C'est pourquoi je suis très pessimiste en ce qui concerne la sauvegarde de la planète et pourtant on aurait les moyens techniques de la sauver.

  • Il faut se battre tant que l'on garde une lueur d'espoir, certaines fois on sent que le pot de fer est trop gros... Et puis ce sont toujours des histoires de profits, j'en sais quelque chose avec les promoteurs qui cernent notre maison !!! Cette histoire est interpellante, ce titre est noté, merci Dominique. Belle soirée à toi. brigitte

Écrire un commentaire

Optionnel