Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la forêt - Jean Hegland

Elles sont deux, elles sont soeurs, Nell et Eva dix-sept et dix-huit ans. Elles ne sont pas tout à fait comme les autres, elles ne sont jamais allées à l’école, éduquées par un père un brin iconoclaste et une mère artiste. Elles vivent loin de tout, au bout du bout de la route dans les forêts au nord de la Californie.

foret.jpg

Pas d’école mais des livres pour l’une et la danse pour l’autre. Aujourd’hui elles sont prêtes à entrer à Harvard et à intégrer le corps de ballet de San Francisco.

Oui mais voilà rêves et ambition vont en prendre un sacré coup. Autour d’elles le monde se délite : terrorisme, crise économique sans précédent, effondrement des infrastructures, des guerres lointaines mais qui ont un retentissement sur la société entière. d’abord l’électricité est coupée certains jours, puis totalement,  plus de téléphone, plus d’approvisionnement, tout s’arrête....

Ces changements les deux soeurs et leur père ne les voient pas arriver car la mère malade vient de mourir. Le chagrin prend le pas sur la désolation du pays. Quand le père est victime d’un accident mortel Nell et Eva vont devoir faire face seules. C’est à travers le journal de Nell que nous les découvrons.

Foret_en_Californie_1024x768.jpg

 

Pas d’inquiétude, je n’ai trahi aucun secret tout cela on l’apprend dans les trois premières pages. 

Je le dis tout net je n’aime pas les romans apocalyptiques, j’ai détesté La Route, oui oui je sais vous avez tous et toutes adoré ce roman mais moi je n’ai pas marché. J’ai lu sans déplaisir Vongozero mais sans vraie passion. Alors pourquoi ici me suis-je laissée prendre ? 

Et bien pour l’écriture (la traduction est parfaite) et la construction du roman. Par touches fines et retours en arrière particulièrement bien menés, on découvre la vie de cette famille, les liens qui les unissaient, la passion de Nell pour le savoir, l’éblouissement d’Eva pour la danse.

Tout l’art de Jean Hegland est d’instiller doucement le doute, les petites ratées, les changements imperceptibles, bref tout ce que la famille ne voit pas et qui va modifier leur vie de façon brutale et sans retour possible.

auteur.jpg

L'auteur

C’est magnifiquement évoqué. Une vie pleine et belle, un avenir radieux qui s'annoncent et brusquement l'obligation de vivre autrement, de compter l'une sur l'autre et sur la nature pour survivre.

C’est un roman très poétique, lyrique, poignant par moment. J’ai aimé ces deux personnages, leurs rêves, leur volonté à survivre. La forêt qui les entoure est un personnage du roman et Jean Hegland en parle magnifiquement. Une belle rentrée pour moi.

 

dans la foret.png

 

Le livre : Dans la forêt - Jean Hegland - Traduit par Josette Chicheportiche - Editions Gallmeister 2017

Commentaires

  • Il m'a déjà beaucoup tentée chez Cuné il y a deux jours, maintenant chez toi. Je l'ai vu en librairie hier ... ma carte bleue commence à chauffer ! (je suis plongée dans la suite de Vogonzero parce que j'étais curieuse quand même de savoir ce que les personnages devenaient et je ne veux pas lire "la route").

  • ah je vois qu'il n'y a pas que moi que la Route n'attire pas
    Ce roman possède des qualités qui le font sortir de sa catégorie de récit apocalyptique

  • Eh bien moi qui aime les romans apocalyptiques, mais seulement les bons, je pourrais être séduite par celui-là me semble-t-il...

  • Si tu aimes le genre tu seras comblée je crois, j'ai été séduite alors que le genre ne me passionne guère en temps normal

  • Merci pour ce texte.
    "poétique, lyrique, poignant"
    ... je crois que, pour le moment, je vais quand même résister, mais comment ?

  • ah résister aux sirènes des blogs c'est un supplice mais il faut bien le faire sous peine d'envahissement total

  • Un roman qu'il me plairait de lire, oui!
    (et sache que je n'ai pas aimé La route!)(y compris l'écriture, ce qui me retient de lire d'autres livres de l'auteur)

  • ah tu n'as pas aimé La Route et ben autant pour moi j'avais l'impression que c'était unanime

  • Tu me donnes envie de lire ce livre malgré la grande tristesse qu'il doit contenir; toute la beauté de la nature et les rêves perdus...

  • Curieusement le récit est fort en suspense, terrible par moment mais ..pas triste car la vie est là est tire tire les personnages vers elle

  • Bonne année de lectures et de tout Dominique...
    c'est sans doute de ce livre qu'a été tiré le film Captain fantastic de Matt Ross que j'ai beaucoup aimé par le jeu formidable des acteurs et les réflexions sur nos choix de vie ( j'ai moi-même été de ces gens partis vivre en Ardéche) encore en salles;

  • ah une spécialiste du tissage et du fromage de chèvre :-) pas de moquerie de ma part mais un sourire de plaisir
    je ne connais pas ce film mais je crois qu'un film a été fait effectivement

  • Comme An, les mots "poétique, lyrique, poignant" me font noter immédiatement ce titre, merci Dominique. Bises, à bientôt. brigitte

  • un livre où la vie se révèle la plus importante, ça devrait te plaire

  • Les romans apocalyptiques fleurissent en ce moment, et ce n'est pas ma tasse de thé! Je note celui-ci que tu recommandes, mais au hasard d'une incursion à la médiathèque, s'il est bien en évidence sur un portoir;....

  • je peux comprendre car ce n'est pas ma tasse de thé non plus, je me suis laissée séduire par la vie en forêt et je ne le regrette pas

  • je n'ai pas aimé "la route" et autres romans apocalyptiques , mais quand tu parles de qualité d'écriture et de traduction je sais je peux te suivre et j'ai déjà vu ce roman sur un autre blog donc cela souligne mon envie de le lire.

  • un roman plein de tension et de moments très violents mais où finalement la vie l'emporte et cela m'a plu

  • Je n'aime pas non plus beaucoup ce genre et je n'ai pas non plus accroché à La Route, qui m'est tombé des mains. Du coup là tu m'intéresses. J'aime beaucoup aussi tes photos, si suggestives.

  • ah nous allons faire le club des lecteurs qui n'ont pas aimé la Route...moi qui me croyais seule !
    J'ai aimé l'écriture et la construction du roman très bien faite

  • Dans le genre apocalyptique, j'ai bien aimé "En un monde parfait" de Laura Kasischke (mais c'est le seul que j'ai lu, je crois). Celui-ci me tente bien, ton billet est une vraie tuerie ;-)

  • je n'ai pas lu ce roman de L Kasischke car je n'avais pas aimé le premier roman lu d'elle, laisse toi tentée

  • Aïe aïe aïe ! les tentations 2017 commencent ! alors que les PAL 2016 ont à peine perdu quelques grammes...

  • et moi qui n'ai que peu lu depuis six mois ma pile est devenu une montagne

  • Un genre qui ne m'attire pas trop, mais ce que tu écris de ce roman pourrait me faire changer d'avis, je l'ajoute à ma liste.

  • oublie le genre le roman en vaut la peine

  • C'est un genre qui me tente toujours... mon chouchou dans cette catégorie étant Au nord du monde de Marcel Théroux. Si en plus l'écriture est à la hauteur, je ne peux que noter !

  • je n'ai pas lu Théroux mais je vais aller relire ce que tu en disais

  • ah ça me fait très plaisir, je trouve que c'est un roman très réussi qui va bien au delà de l'aspect apocalypse, il y a une vraie interrogation sur l'homme, sur son devenir que j'ai beaucoup aimé

  • J'ai détesté La route, à un point tel que je fuis tout romans post apocalyptique ! Heureusement, j'avais lu "En un monde parfait" avant, ce qui fait que c'est les deux seules références que je connais dans les titres cités auparavant dans les commentaires, et le deuxième est excellent. Je vais faire une nouvelle tentative avec ce titre, puisque tu en dis tant de bien.

  • Va voir chez Cleanthe qui vient de faire un excellent billet et qui partage mon coup de coeur pour ce roman

  • Oh, je l'ai vu à ma librairie hier, zut ! Je le note. Je ne connais pas du tout cette auteur.

  • pour confirmation va lire ce qu'en dit Cuné ou Cleanthe

  • Un bien bel article pour débuter l'année. Merci;
    Je crois que nous nous sommes déjà souhaité une bonne année, ici, je ne sais plus.
    Merci de continuer à porter les livres avec passion en 2017.

  • Euh oui on a du se le dire mais après tout ça ne fait jamais de mal :-)
    Merci pour vos commentaires toujours positifs et intéressants

  • tu ne seras pas la première

  • c'est une réussite

  • Chic ! Je ne sais pas quand mais, à te lire, j'ai bien envie de lire ce livre ! Je n'ai pas aimé du tout non plus "La route" et ce que tu décris de "Dans la forêt" m'inspire ! Merci.

  • j'arrive de chez toi et je suis épatée vraiment par ce lieu extraordinaire
    les héroïnes du roman auraient sûrement souhaité faire leur choix là dedans

  • Je viens d'en lire un commentaire dans le Monde des livres d'aujourd'hui. Ca m'a tentée. Ton article confirme.

  • heureuse de voir que la presse officielle apprécie aussi, ce n'est pas toujours le cas

  • Il était déjà noté dans ma LAL et surligné depuis que j'avais lu les nouveautés chez Gallmeister, mais depuis la lecture de vos billets j'ai eu encore plus envie de le lire, résultat ; je me suis jetée dessus lors de ma visite du vendredi à ma librairie ;0) Et vos billets sont dans vos tous nouveaux billets tentateurs 2017 ;0) Bon week end Dominique

  • très bonne lecture

  • Je note déjà la maison d'édition (GALLMEISTER), un chouchou de mon épouse. Le livre m'a l'air très intéressant, tu nous mets l'eau à la bouche sans trop en dévoiler. C'est noté !

  • un éditeur de grande qualité et qui surtout a fait découvrir la diversité du nature writing en France pour mon plus grand plaisir

  • une vraie réussite qui vaut le détour

  • Et connaissez-vous Le mur invisible, de Marlen Haushofer ? Un grand choc littéraire, pour moi (qui suis en train de lire Dans les forêts et qui ne lira probablement jamais La route).

Écrire un commentaire

Optionnel