Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tolstoï le pas de l'ogre - Christiane Rancé

 Un ogre russe 

 

« Tout est énorme chez lui, le nez, les oreilles, les mains, les pieds, et l'ivresse de lui-même. »

cinema__le_dernier_automne_de_leon_tolstoi_.jpg

                 Tolstoï, le dernier automne : Photos du film © Kinovista 

 

Oui oui je sais je vous ai déjà proposé un excellent livre sur Tolstoï, mais le talent a de multiples facettes et le bonheur de lire aussi.

Ici pas de vraie biographie mais de simples rappels sous formes de tableaux rapides des moments clés de la vie de Leon Tolstoï. 

Ce qui importe à l’auteur de ce livre c’est de comprendre l’homme Tolstoï au delà de l’écrivain. Comprendre ses contradictions, ses outrances, ses éclairs de génie. 

Tolstoï l’aristo, le boulimique de lecture, il faut dire qu’il eu à sa disposition une bibliothèque de plus de 10 000 volumes ! car comme le dit Christiane Rancé tout est énorme chez lui.

 

A « 30 ans il a déjà fait la guerre en Crimée, écrit, voyagé et lu » il ne lui manquait qu’une épouse... On sait la suite.

 

serguec3afprokoudinegorskybibliothc3a8queducongrc3a8swashington13.jpg

Le bureau de Tolstoï – Sergueï Prokoudine-Gorsky © Bibliothèque du Congrès Whashington

 

Mais vient après le mariage et les enfants, vient l’inexplicable, l’angoisse, la peur, le doute, les tourments existentiels. C’est dans cet aspect que Christiane Rancé donne le meilleur pour montrer l’homme engoncé dans ses contradictions, dépassé par les affres de l’angoisse, la peur du néant.

Tolstoï n’était pas un esprit religieux et pourtant le paradoxe fut que « son esprit était dévoré par l'attente de Dieu. », il devient végétarien, il refuse tout luxe,  il connait les nuits de doute et son attente le conduira à fuir femme et enfants pour finir sa vie à Astapovo.

 

Même si le parcours de l’homme est connu, le livre de Christiane Rancé se lit avec intérêt. Elle ne fait pas l’impasse sur les répercutions pour la famille Tolstoï qui souffrit beaucoup. Elle nous montre un homme qui :

 

« se stérilisait, s'éteignait à lui-même, se reniait... Alors qu'il produit ensuite Résurrection, La Mort d'Ivan Ilitch, et ce dernier texte sublime, écrit presque à l'insu de son entourage, Hadji Mourat, une ode à la vie et à la liberté éblouissante, où absolument rien n'est renié. »

 

Elle dit :  « Je voulais réconcilier ces deux Tolstoï qu'on disait incompatibles, et en dégager la clé d'une quête métaphysique »

 

Un livre court, riche, écrit avec élégance pour amateur de littérature russe.

 

260px-Garbo-Anna_Karenina-036.jpg

 

A la question

« Quels sont pour vous les trois plus grands romans jamais écrits ? », William Faulkner répondit sans hésiter : « Anna Karénine ! Anna Karénine ! Anna Karénine ! » 

 

9782757839003FS.gif

Le livre : Tolstoï le pas de l’ogre - Christiane Rancé - Editions du seuil et Points seuil

Commentaires

  • Sur Tolstoï, on se rejoint!!!

  • ah ça va mieux !

  • J'ignorais ce mot de Faulkner. Tolstoï, c'est un monde.

  • je l'ai découvert aussi mais il dit bien son admiration

  • Je n'ai lu qu'Anna Karénine... mais cette biographie m'intéresse.

  • Guerre et Paix est un monument avec à mon goût malgré tout quelques longueurs

  • Je note car j'ai un faible pour Tolstoï.... avec ses contradictions et ses doutes. Je ne me lasse pas de La guerre et la paix et de Anna Karénine, son journal aussi...

  • Alors tu devrais apprécier même si on ne peut pas dire que l'on découvre l'homme on le connait déjà bien mais j'ai été intéressé par le regard que porte C Rancé qui étant je crois très croyante a un point de vue particulier

  • Un personnage complexe et un grand écrivain. J'ai eu du mal à relire "Guerre et paix" je ne sais pas pourquoi. Je connais un peu sa vie grâce à une biographie très ancienne je relirai volontiers une autre pour me plonger dans la Russie de cette époque.

  • un bon livre mais avec un parti pris très métaphysique

  • Je ne me souvenais pas que Christine Rancé avait écrit sur lui ; un point de vue personnel et sûrement intéressant, je note.

  • oui je confirme intéressant même si bien sûr elle ne dit rien de totalement nouveau

  • C''est un magnifique auteur que j'aurai du lire. Merci pour la piqûre de rappel!

  • Tolstoï c'est vraiment LA grande littérature

  • Je finis à l'instant "La mort d'Ivan Illich", une gifle en pleine figure, une méditation torturée, angoissée sur la mort! Quel talent, quel immense écrivain!

  • oui je conçois que le livre te marque car c'est vraiment un livre fort

  • J'imagine le parfum de papier et de livres qu'il devait y avoir dans son bureau....

  • un homme de papier mais de papier très très brut

  • Bonjour Dominique, il faudrait que je lise au moins un roman de Tolstoï, cela ne m'a jamais tentée, peut-être parce que Anna Karénine et Guerre et Paix sont des gros pavés, mais je ne désespère pas de m'y mettre. J'avais aimé le film avec Helen Mirren et Christopher Plummer. Bonne journée.

  • je n'ai hélas jamais vu ce film mais il doit être dans ma médiathèque

  • Un petit livre pour peindre un grand auteur, ça ne se refuse pas, d'autant que je connais bien moins la vie de Tolstoï que toi... Un bon moment de lecture, j'en suis certaine, j'aime les gens qui ont des doutes et qui cherchent, parfois maladroitement certes... mais ils cherchent. Bises. brigitte

  • ça pour avoir des doutes cet homme en avait

  • À travers "Ma vie" écrit par sa femme, on connait déjà pas mal les angoisses, crises et doutes de Tolstoï, en savoir plus me plairait beaucoup.
    Merci.

  • l'analyse que fait Christiane Rancé est teinté de métaphysique mais effectivement recoupe le livre de Sofia Tolstoï qu'elle épargne beaucoup considérant qu'il était plus que difficile d'être l'épouse d'un tel homme

  • bonjour
    Pour entrer dans l'oeuvre du grand ecrivain russe, je peux comprendre qu'on hésite avec les romans fleuve que sont Guerre et Paix ou Anna Karenine ou Resurrection. J'ai decouvert Léon Tolstoi à l' age de 16 et 1/2 et des decennies apres, ma passion pour lui est intacte. Ce fut au lycée, dans un livre de textes choisis, une courte nouvelle de LT dont j'ai oublié le nom, je compris tres vite que j'avais affaire non seulement a un écrivain hors norme mais comme une ame soeur qui me parlait avec une puissance d'evocation redoutable, dont sa perspicacité à scruter les ames, en particulier celles des femmes qui furent en definitive son univers et sa complexité jusqu'au terme de sa vie. Sa sincerité envers lui meme m'emballa tout de suite et son talent d'écrivain, ce souci du mot juste et de simplicité dans l'écriture me subjuguerent pour toujours - et pourtant une des seules choses dont je me souvenais avant de le lire fut qu'il avait la réputation d'etre un écrivain plutot coriace. Puis je lus Enfance, puis Adoslence, puis Jeunesse; une sorte de triptyque autobiographique romancé, oeuvre de jeunesse remarquable qui imposa son auteur dans les milieux litteraires russes comme le plus prometteur de sa generation. Et j'attaquai ensuite ses gros pavés: Guerre et Paix, Anna Karenine que je n'ai jamais trouves trop longs. De ces deux chefs-d'oeuvre, j'aurais une préférence pour Anna Karénine d'un romanesque achevé
    Il y a tellement d'auteurs connus qui ont vanté son genie litteraire que j'aurais mauvaise grace à ne point l'evoquer, ma modestie dut elle en souffrir
    Je conseillerais donc de faire comme moi, par la lecture de quelques nouvelles comme "Apres le bal " , "Ainsi meurt l'amour" ou de ce cours roman qu'est le "Bonheur conjugal" qui sont des regals et pourtant peu connus ici;

    J'ai lu avec un vif interet le livre de Christiane Rancé des sa sortie, comme le livre d'une amie; je le conserve precieusement dans ma bibliotheque et j'en relis regulierement des extraits avec plaisir. Je ne peux en tant qu'admirateur de Tolstoi que la remercier pour ses efforts louables de nous avoir fait partager avec talent sa passion pour l'auteur russe et je tiens à dire que son éclairage lui est propre

    Toute ma consideration
    Patrice
    Lamorlaye, le 25 décembre 2015

  • J'ai apprécié ce livre mais il faut dire que je suis une inconditionnelle de Tolstoï écrivain, un peu moins du Tolstoï pseudo philosophe mais tout le monde ne peut pas être parfait

  • Bonjour Dominique
    Je pense comme vous
    Bonnes fetes à vous
    Patrice Gloanec

Les commentaires sont fermés.