Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Petites heures - Joël Vernet

Après la poésie des électrons voici ma façon de fêter ici le Printemps des poètes.

 

printemps des poetes.jpg

J’ai choisi de la poésie en prose avec des textes de Joël Vernet qui centre son recueil sur son pays et sa maison natale.

C’est un peu le retour aux sources du voyageur, longtemps Joël Vernet a parcouru la planète avec une prédilection pour les pays chauds. 

Le retour vers la terre de son enfance est un long et lent vagabondage plein de bonheur et de nostalgie pour une campagne qu’il aime, pour des lieux qui lui sont chers tous emplis de solitude, de froid mais aussi habités par une lumière vive.

Une maison natale aujourd’hui peuplée de fantômes où sont encore enfouis la tristesse de l’écrivain éprouvée à la mort de son père et les rêves qui ont empli ses journées de gardien de troupeau.

 

On regarde avec lui vivre ce coin de terre et l’on est sous le charme, celui de l’enfance, celui de cette Margeride déserte et silencieuse et vivant encore au rythme des saisons. 

 

4_q-lozere-hiver.jpg

« Le froid, c'est la lumière de l'enfance, son phare, son étoile, ses mystères. »

 

614x461x21042012-P1470247.jpg.pagespeed.ic.FA3pvByjnM.jpg

« Le cerisier, très fier, ne bronche pas. De ma vie c’est le premier arbre que j’ai planté et il pousse à tout va dans un jardin que je pourrais enfouir au fin fond de ma poche et emporter avec moi à travers la planète. »

 

« Les fleurs poussent sous la terre avant de nous montrer leurs têtes ébouriffées. Des naissances s’annoncent et les crêtes des montagnes s’inclinent. »

 

45296016.jpg

« Le soir, sur la table de la cuisine, nous apprenions la grammaire tous en choeur et écoutions en même temps l’éclat des châtaignes dans la poêle et la voix de Mère reprenant un poème du vieil Hugo dont l’école trop brève ne lui avait laissé qu’un vague souvenir »

 

 

Le livre : Les Petites heures - Joël Vernet - Editions Lettres Vives 

6a015433b54391970c01b8d08f0b13970c-200wi.jpg

 

Quelqu'un qui en parle mieux que moi : la pierre et le sel

 

L’auteur

Né en 1954, a parcouru le monde : le Sahara, l’Afrique largement, le pays Dogon mais aussi l’Inde et Cuba
Il a vécu en Syrie et ses livres se font l’écho de ses voyages.

Commentaires

  • J'ai ce livre et quelques autres de Joël Vernet.. C'est un écrivain humble et discret que j'aime beaucoup qu'il parle des lieux de son enfance ou de ses voyages en Afrique et au Moyen-Orient

  • pourquoi ça ne m'étonne pas que tu le connaisses ?
    j'ai lu plusieurs de ses écrits mais celui là est vraiment mon préféré

  • Joel Vernet est quelqu'un que j'aime aussi, pour les mêmes raisons que vous.
    Je l'avais rencontré à Carcassonne lors d'une journée organisée par La Maison de Joe Bousquet et son grand directeur René Pinies; j'avais alors avec une amie une toute petite maison d'édition de livres d'artistes.
    Je crois que j'ai un livre de lui.
    merci Dominique pour le choix du simple,

  • un poète que je ne connaissais pas et qui fut une belle découverte

  • Quel beau billet, tes choix parlent à notre cœur, "écouter l'éclat ds châtaignes", quelle merveille ! Bises. brigitte

  • j'étais sûre qu'il te plairait

  • Alors celui-là il me la faut ... chacun son tour on dirait aujourd'hui.

  • oui j'ai engrangé chez toi et toi chez moi : 1 partout la balle au centre

  • Merci de me faire connaître cet auteur, c'est une découverte!

  • découvre car c'est un bel auteur qui a beaucoup écrit sur les terres que tu aimes : les déserts

  • Belle affiche ! Je me souviens des voyages à Paris avec les rhétos, toujours en mars, et des poèmes affichés dans le métro - ce qui faisait une pub magnifique à la culture française.
    Je retiens ce titre de Joël Vernet - belle évocation du cerisier, dont nous attendons la floraison chaque printemps.

  • ce temps du printemps des poètes est une réussite même si je regrette parfois de ne pas assez parler de poésie sur le blog

  • Merci de nous faire découvrir cet auteur !

  • j'espère que tu y prendras plaisir

  • Très tentée par ton beau billet, je suis allée explorer...la lecture de cet extrait a achevé de me convaincre:

    « Nous restons là, immobiles, éblouis dans la maison qui sort à peine de la nuit, de l’hiver. Nous n’allons plus très loin sous ce vaste ciel qui est notre plus beau livre de lecture. Les jours en tournent les pages et la ferveur ne retombe jamais, jamais. Il nous faudrait pouvoir chanter chaque seconde de cette vie brute, si ordinaire, en dévoiler toutes les péripéties faites de sommeil, de rêveries, de promenades, d’attente et de songes ».

    Merci dame Dominique!

  • j'ai particulièrement aimé ce retour à l'enfance mais peut être que d'autres lecteurs seront tentés par les déserts et le sud

  • J'ai l'impression qu'il parle de mes Cévennes natales! Demain avec Aifelle, nous proposons un autre rendez-vous pour le Printemps des poètes.

  • je vais aller lire vos blogs merci

  • Rien qu'à lire ton billet, il me le faut ! C'est certain !!!

  • certainement un livre qui te parlera

  • L'éclat des châtaignes dans la poêle, écoutant réciter un poème de Hugo : quelle jolie façon de célébrer le printemps de poètes !

  • j'aime la poésie en prose surtout quand elle a trait à l'enfance

Les commentaires sont fermés.